Dans les rues de Morlaix, le 15 décembre : rappel à la Ministre de la décentralisation de ses engagements sur la réunification de la Bretagne

-- La réunification --

Reportage de Christian Rogel

Publié le 16/12/12 15:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

1 500 manifestants, dans les rues de Morlaix, que les averses avaient vidées, étaient là pour rappeler à Marylise Lebranchu qu'elle a, ainsi que Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense, pris position pour la réunification de la Bretagne.

C'était dans la ville dont elle été élue députée et maire avant de devenir ministre de la décentralisation.

Assez peu d'élus avaient fait le déplacement (voir liste dans ( voir l'article ) ), mais, le Parti socialiste avait des «excuses », car, il s'agissait d'interpeller une ministre socialiste, et comme l'anti-réunificateur en chef est le premier ministre, Jean-Marc Ayrault...

Quant à l'Union pour un Mouvement populaire (UMP), s'agissant de réunification, comme le dit la sagesse populaire, mieux vaut ne pas parler de corde dans la maison d'un pendu.

Depuis une loi de janvier 2012, la question du retour de la Loire-Atlantique dans son élément politique d'origine, la Bretagne, est une possibilité plus concrète, puisque seuls les habitants du Pays nantais seraient consultés, la question étant de savoir quand.

Bretagne réunie (voir le site) et l'association44=Breizh (voir le site) ainsi que Kevre Breizh (voir le site) avaient appelé à manifester la volonté des Bretons d'obtenir la réunification dans les plus brefs délais.

Jean-François Le Bihan, président de Bretagne réunie (BR), fait état des 17 comités locaux de l'association qui couvrent toute la Bretagne + Paris.

BR fédère 48 associations, dont les importantes fédérations culturelles bretonnes, ce qui donne un poids d'environ 50 000 personnes.

Il nous a dit : «il faut rappeler aux élus leurs promesses et leurs engagements» et il faut que la prédominance d'un seul parti n'entraîne pas la disparition des points de vue des habitants qui vivent dans les lieux concernés.

Bretagne réunie avait tenu une session à Questembert, le 24 novembre dernier, pour proposer des éléments à mettre dans la future loi de décentralisation. ( voir l'article )

Jean-François Le Bihan craint que «le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault (ne pèse) en faveur de la métropolisation qui signifierait l'abandon des trois-quarts des territoires», et, en Bretagne, de tout ce qui est à l'Ouest de la ligne Rennes-Nantes.

Le porte-parole de 44=Breizh, a insisté sur « le lien direct entre réunification et droit du breton à se développer », car, si la réunification n'est pas faite, il sera peut-être créé, de manière autoritaire, une région de 10 départements, dans laquelle il sera impossible d'obtenir que des Sarthois ou des Mayennais tolèrent un engagement réparateur pour le breton.

L'objectif commun des deux associations est d'obtenir que sur les 1 491 communes de Bretagne, la moitié, c'est-à-dire 762, aient voté un vœu en faveur de la réunification.

On en est arrivé à plus de 540 communes, auxquelles s'ajoutent des groupement de communes, soit plus de 630 vœux. Les plus grandes villes (Nantes, Rennes, Brest, Vannes, Lorient, Saint-Brieuc, etc.) ayant émis un vœu, la majorité de la population est représentée.

Nombre d'associations et d'organisations politiques bretonnes avaient leur place dans le cortège, mais de nombreux panneaux sur le thème de la réunification avait été distribués, ce qui concrétisait l'image d'une demande unifiée.

De nombreux habitants de Loire-Atlantique étaient présents et un petit nombre de participants affichaient visuellement et vocalement leur opposition au projet de transfert de l'aéroport de Nantes, bien que cela n'ait pas de lien avec la réunification et que cela divise les militants bretons.

Petite faiblesse de l'organisation : les organisateurs ont su, dès jeudi, que le point de départ ne serait pas à l'Hôtel de ville, mais 1 400 mètres plus loin, à l'ancienne Manufacture des tabacs.

Apparemment, publier sur leurs sites Internet et informer les associations satellites n'a pas été suffisant. De plus, il a été omis d'en donner les raisons.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1221 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 9 commentaires
eugène Le Tollec
Mercredi 26 janvier 2022
Soit
Tout ceci est parfait,mais moi,j'ose insister sur une motion commune de tous (associations- parti Breton -KAD-BEAV - Cercles- organisations culturelles de réflexion reconnues )
Motion sans allégeance de l'un ou de l'autre ,émise vers l'état français et l'Europe!
L'état français doit attêter de jouer avec ses peuples.
Cette décentralisation ,je le dis n'est qu'une décentralisation " centralisée" et sera toujours "à la solde de l'ordre parisien".
L'ultra métropolisation n'est pas une idée d'état français,elle vient d'autres penseurs ,beaucoup plus haut et plus loin!
(0) 
Mathieu Glémarec
Mercredi 26 janvier 2022
Une manifestation de gauche pour la gauche, avec le sectarisme habituel des trotskystes dont le bilan, pourtant, est suffisamment net pour pousser à l'humilité.
Cette galaxie improbable de chapelles socialistes, marxistes, et autres a surtout montrer l'aspect peu crédible de l'affaire.
Je m'en suis tenu écarté et j'ai bien fait !
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Jean-François Le Bihan craint que «le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault (ne pèse) en faveur de la métropolisation qui signifierait l\'abandon des trois-quarts des territoires», et, en Bretagne, de tout ce qui est à l\'Ouest de la ligne Rennes-Nantes.
Au delà la réunification le problème il est là je le dis depuis plus de quinze ans mais peut être, à quelque chose malheur est bon si c\'est le prix fort à payer pour que les bretons commencent à prendre conscience que leur territoire est un pays différent quand ils ne seront plus que les rejetés d\'un cul de sac ,le problème c\'est que la Bretagne entourée que de trois cotés par la mer alors la limite orientale peut être variable et virtuelle à leurs yeux
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@ Mathieu Glémarec
Je n\'ai pas vu de trotskistes, sinon, il y aurait eu des drapeaux rouges. Certaines chapelles trotskistes prennent en compte des revendications culturelles locales, mais, aucune ne s\'intéresse à la réunification.
3 formations bretonnes ont défilé sous leurs propres drapeaux, mais cela ne faisait que 10 ou 15% des présents.
Cela ne donnait aucune tonalité de gauche, mis à part la quarantaine de personnes prenant Vinci à partie.
(0) 
Pierre CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
En fait quel est le but de ces manifestations pour la Reunification , depuis disons presque 5o ans .
Motiver la population ????.
Faire Pression sur les elus ???
Faire pression sur le Gouvernement ??
Jusqu\'a maintenant , cela n\'a rien donne . Alors on y pense , il faut trouver autre chose
(0) 
Jean-Christophe Richard
Mercredi 26 janvier 2022
Ouest France édition de Nantes n'a, une nouvelle fois, pas fait son boulot : pas une seule ligne n'y a été consacrée, ne serait-ce qu'en page Loire-Atlantique... Ce quotidien reste invariablement à la botte des notables locaux et semble bien incapable d'aller contre le sens des vents dominants. Toujours aussi planplan.
(0) 
Pierre CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Et le reve continue . Quand je suis arrive a la retraite 64 ans . 1994 , dans mon joli Manoir Breton ... j'ai decouvert la verite . J'avais ete ënfume "par des leaders" Äutoproclames"du mouvement breton.Certains ecrivent de temps a autre dans ABP . Ils revaient et moi aussi j'avais reve avec eux , au temps de mon expatriation.
2 ans, apres j'ai vendu mon manoir a un "
juif"?? polonais et suis reparti .Impossible de donner a mes enfants un tel pays ..... mais j'etais vigileant et je disais , si les choses s'ameliorent nous reviendrons ( Mc ARTHUR , aux Philippines ) constat d'aujourdhui , aucune amelioration , cela s'empire . Alors j'ecris dans ABP , je suis au chomage ( 82 ans et demi ) a partir de Vendredi 21 Dec. je quitte ma Societe Canado/Australienne , et je rejoins mon ancienne Compagnie TECHNIP, en Janvier , qui veut pour 2 ans maximum , me confier des missions sensibles . J'aime cela : contacts a tres Hauts niveaux , deblocage de situations complexes etc....
(0) 
eugène Le Tollec
Mercredi 26 janvier 2022
Pierre CAMARET
La race des "battants"n'existent plus. quand j'étais jeune j'ai lu Quevedo dans le texte .
Sommes nous des picaresques modernes qui veulent encore lever haut le front ?,je dirais simplement nous sommes des chevaux d'orgueil(c'est ce que m'a toujours appris mon grand père "être un cheval d'orgueil".
ET ça le breton d'aujourd'hui l'a oublié.
Il oublie même les fondamentaux qui ont fait de lui un breton.....mais mixité ,diversité sont les deux mamelles de l'état et de certaines sensibilités!
Les gens ne savent pas raisonner à différents niveaux!(certains sont toujours noyés dans des théories locales!)
(0) 
eugène Le Tollec
Mercredi 26 janvier 2022
SPERED DIEUB
Jean François le Bihan est un de ces esprits brilants ,qui tente d'unifier cette pensée bretonne dans une même unité du verbe breton,hélas ,il y a trop de vérités locales, partisanes ,individuelles que cela devient un travail hors du commun de réassembler ce peuple dominé par les épreuves et ses propres lamentations de l'histoire et qui refuse de voir correctement son devenir tant il y a de contradiction
Il faut secouer des siècles et de siècles d'apathie( travail herculéen!).
Je suis cette pensée, elle est à un autre niveau,au dessus des basses contingences!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.