Dans la circo Ouest, le Parti fédéraliste européen s'allie avec une formation bretonne, En Avant Bretagne !

-- Europe --

Dépêche de Christian Rogel

Publié le 24/04/14 23:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Un type de liste nouveau va être présenté aux habitants de la circonscription Ouest des européennes, dans laquelle est incluse la Bretagne. Elle est le résultat d'une alliance entre le « Parti fédéraliste européen » (PFE), un parti transnational créé en 2011, et un groupe politique breton sans forme partisane « En avant Bretagne-En Awen Breizh » (EAB), créé, lui-aussi en 2011.

Vincent Lancien (PFE), un Guingampais intéressé par les questions bretonnes, mènera la liste sur laquelle Jean-Jacques Page (conseiller municipal à Vannes de 2008 à 2014 et plusieurs fois candidat aux élections locales ) sera en 5ème position. Ce qui les unit, c'est l'idée que l'Europe doit devenir fédérale et non pas un positionnement sur l'échelle droite-gauche, qu'ils réfutent tous les deux, le PFE se disant composé de personnes des deux côtés.

Le PFE est la formation européenne qui semble la plus proche de la notion de parti européen, car, s'il existe d'autres partis qui se disent européens, ils ne sont, en réalité, que des coalitions de partis menant chacun des politiques autonomes, sauf, dans le cadre du Parlement de Strasbourg.

Les sections du PFE, si elles ont la liberté d'organiser leurs actions, ne le font que sur la base des revendications de l'Europe fédérale, ne gardant que la décentralisation comme axe local. En plus d'une constitution fédérale, l'une des revendications du PFE est que les régions deviennent la base de la désignation des députés européens.

L'un des partis qui ont fusionné avec deux autres pour créer le PFE était le Parti fédéraliste qui n'existait qu'en France et qui a présenté des candidats aux élections régionales de 1998 et 2004 et aux européennes de 2004. Il a été présidé par Jean-Philippe Allenbach, Christian Chavrier, Michel Le Tallec et Yves Gernigon, ce dernier étant, maintenant, vice-président du PFE.

« En Avant Bretagne-En Awen Breizh » est aussi une formation originale qui ne veut pas être classée comme un parti et qui a une structure très légère. Elle affiche comme objectif « que la Bretagne ne compte pas pour du beurre », dans une « Europe des régions » à construire, sur une ligne politique modérée. Elle développe une vision politique, mais n'est réellement intervenue que sur le terrain de l'agglomération de Vannes. Elle a applaudi au mouvement des Bonnets rouges et aurait souhaité que Christian Troadec s'embarque sur la liste du PFE en essayant de lui faire obtenir la tête de liste. Visiblement, l'intéressé n'a pas voulu donner suite.

Il est donc certain qu'au moins, deux listes (et même trois avec la liste NPA-Breizhistance) utilisant des thèmes spécifiquement bretons seront en place et une inconnue subsiste sur les véritables intentions de Christian Troadec, dont le nom est attaché au mouvement des Bonnets rouges, puisqu'il en est l'un des trois porte-paroles officiels ( voir l'article ).

Christian Rogel

En avant Bretagne (voir le site)

Blog du PFE (voir le site)

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 7 commentaires
Vincent LANCIEN
Mercredi 26 janvier 2022
Il est à noter que ce n'est pas une alliance entre les 2 parti, mais un soutien de l'EAB au PFE.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Interessant :
EAB + PFE Combien de Divisions ????
(0) 
eugène le tollec
Mercredi 26 janvier 2022
Aucune mon capitaine...que des francs tireurs (je suppose)
(0) 
G.H.M
Mercredi 26 janvier 2022
"en avant Bretagne" traduit par "en awen Breizh" me semble bizarre.... "Waraok Breizh" aurait été bien meilleur ! "awen" étant une notion que l'on trouve beaucoup chez les druides contemporain (sorte de souffle divin qui nous guide), et qui semble à la mode en linguistique comme d'autres termes ou néologismes parfois difficilement compréhensibles : il existe déjà tellement de mots en breton, avec des variantes selon les dialectes, qu'il n'est point besoin d'inventer des mots qui n'ont pas de sens pour les bretonnants, qui plus est, les "anciens", les bretonnants de naissance, ceux qu'il ne faut pas oublier : se tourner vers l'avenir et aller de l'avant(waraok!)sans prendre en compte la totalité de l'histoire et des cultures de Bretagne est un non-sens, ou juste une opération de marketing.
(0) 
J-J Page
Mercredi 26 janvier 2022
"En avant Bretagne dans l'esprit de la Bretagne", il ne s'agit pas de traduire l'expression française, mais de compléter la formulation en juxtaposant, dans une continuité de message,les langues bretonne et française... L'intérêt majeur de cette appellation, permet d'obtenir les mêmes initiales en français et en breton : EAB !
(0) 
claudius
Mercredi 26 janvier 2022
Oui et je dirai même plus : "en avant Bretagne".
Pour une Bretagne indépendante, réunifiée.
Si les bretons le souhaitent faisons un référundum. Puis faisons sécession avec la France et le tour est joué...
(0) 
Vincent Lancien
Mercredi 26 janvier 2022
Une autre correction s'impose, le PFE n'a jamais proposé à Christian Troadec une place sur sa liste.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.