Création du sanctuaire des îles Kermadec en Nouvelle Zélande

-- Histoire de Bretagne --

Chronique de marc Patay Lejean

Publié le 28/11/15 17:41 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le 29 Septembre 2015, à l'Onu, le premier ministre de « Nouvelle Zélande », « John Key », a annoncé la création du sanctuaire des îles « Kermadec » (1-2-7), une vaste zone de 620 000 Km² essentiellement maritime, située à 1000 km au nord-est de la Nouvelle Zélande, qui sera désormais entièrement protégée et où toutes formes de pêche et d'exploitations minières seront interdites. A titre de comparaison, cette réserve fera deux fois la superficie de la Nouvelle Zélande.

Le sanctuaire de Kermadec sera l'une des plus grandes zones protégées de la planète, avec 39 espèces d'oiseaux de mer, plus de 150 espèces de poissons, 35 espèces de baleines et dauphins, trois espèces de tortues de mer, etc.

La région possède le plus long arc volcanique du monde avec une trentaine de volcans sous-marins et une fosse océanique de 10 kilomètres de profondeur (fosse de Kermadec).

Selon le ministre de l'environnement de la Nouvelle Zélande, les océans représentent 72% de la surface de la planète, mais 2% seulement sont protégés alors que les populations de poissons et d'oiseaux auraient diminué de moitié ces 40 dernières années. (2).

Certaines personnalités sont intervenus auprès du gouvernement pour aboutir à cette décision, notamment le réalisateur de « Titanic , James Cameron » et le secrétaire d'Etat américain « John Kerry ».

« Mais pourquoi ces îles perdues dans l'hémisphère sud et ce futur sanctuaire portent-ils un nom breton ? »

Elles le doivent à l'explorateur et navigateur breton (3) Jean-Michel « Huon de Kermadec » (1748-1793). Issu d'une ancienne famille de Bretagne qui fournit nombre de marins distingués à notre Marine de guerre, (son frère servit le bailli de « Suffren » (4)), cet officier de marine, né au manoir de Tromeur en « Bohars », aujourd'hui disparu, participa à la guerre d'indépendance américaine sous les ordres du Comte « d'Orvilliers » puis de la « Motte Piquet », prenant part notamment au siège de « Savannah ». Ensuite il explora le Levant et ouvrit une nouvelle route vers la « Chine ». En 1791, à la demande de Louis XVI, et sous les ordres du contre-amiral « d'Entrecasteaux », il partit à la recherche de « monsieur de Lapérouse » sur sa frégate l'Espérance (6); ne découvrant malheureusement nulle trace de ce dernier. Cependant l'expédition passa non loin de l'île de « Vanikoro » (îles Salomon) où Lapérouse fit naufrage. Dès 1825, on y trouva des indices du drame, et les épaves de « la Boussole et de l'Astrolabe » y furent identifiées en 2005.

Huon de Kermadec décéda de maladie en « Nouvelle Calédonie ». Outre les îles Kermadec, la fosse et la plaque tectonique de Kermadec, le navigateur laissa son nom à de nombreux toponymes, île, vallée, golfe, péninsule, à un arbre, le pin Huon de « Tasmanie » et à des oiseaux ...

A cette famille appartient, dès 1307, le joli manoir de Kermadec en « Pencran », des 15 et 16è siècles. Dans ce manoir naquit au 13è siècle, Saladin de Kermadec, qui fut recteur de l'université de « Paris », évêque de « Nantes », et prononça en « Avignon », pour sa canonisation, le panégyrique de «saint Yves ». (5)

« Notes »

1. Article du Télégramme : (voir le site)

2. Annonce de John Key : (voir le site)

3. en.wikipédia : « The islands were named for the Breton captain Jean-Michel Huon de Kermadec»

4. Le Lycée armoricain, Camille Mellinet (voir le site)

5. Notice historique sur la ville de Landerneau (2e édition, revue et corrigée) par P. de Courcy : (voir le site)

6. Son compatriote breton,le lieutenant de « Trobriand », faisait partie de l'équipage (îles Trobriand)

7. The Kermadec ocean sanctuary : (voir le site)


mailbox
imprimer
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 4 commentaires
PIERRE CAMARET
Mardi 18 janvier 2022
J' ai egalement un passeport Neo Zelandais ( j' ai la double nationalite ) Ce projet trainait dans les cartons et suis heureux de voir , qu ' il se realise.
Biensur le nom KERMADEC a ete donne a de nombreux endroits .
Le Restaurant de "poissons" fameux a Auckland , s' appelle KERMADEC .
(0) 
Naon-e-dad
Mardi 18 janvier 2022
@Pierre Camaret
Bonjour à vous,
Effectivement la fosse de Kermadec est impressionnante (quatrième plus profonde de la planète: (voir le site) Les Américains y ont d'ailleurs perdu un robot d'exploration abyssale en 2014).
Je peux témoigner, pour avoir visité l'ile du sud, que la Nouvelle-Zélande est un pays de grandes beautés naturelles, et de grands espaces, toutes choses ravissantes et étonnantes pour le visiteur européen.
Le nom de Kermadec, inscrit dans la géographie des antipodes, ne peut que remplir de joie et de fierté un coeur breton en voyage. J'ajouterai que me reste en mémoire l'image d'un pan entier de montagne couvert du jaune armoricain des ajoncs, aussi denses qu'une tapisserie, observé du côté de Kaikoura - site côtier situé dans le prolongement immédiat de Kermadec...et réputé pour l'observation des cachalots, en raison précisément de la proximité des grandes profondeurs. Ce jour-là les fleurs étaient au rendez-vous, pas les monstres marins :-).
Merci aux néo-zed pour leur sensibilité à la sauvegarde de la nature. Pegen brav eo bro Zeland-nevez! Thank's to the New-Zelanders for their environmental awareness...
Bien à vous
(0) 
Paul Kerguelen
Mardi 18 janvier 2022
Il ne faudra pas oublié de les demander lors de l'indépendance..
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 18 janvier 2022
EH! oui le pays est magnifique ...... mais 2 millions de NeoZ l' ont quitte pour vivre a l' etranger ( dont 800000 en Australie ) raison : manque d' activites , manque d' emplois.
Il y a un accord entre la NZ et l' Australie ,vous pouvez bouger d' un pays a l' autre en gardant tous vos droits- sauf celui de vote .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.