Cornouaille : le film
Revue de film de Philippe Argouarch

Publié le 25/08/12 7:27 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Après les polars bretons, au moins une douzaine publiés tous les ans, va t-on avoir le "film breton" ? De plus en plus de films sont tournés en Bretagne.

Au mois de juillet, il y a eu la sortie de « Bowling », avec Catherine Frot et Mathilde Seigner. L'histoire se passe à Carhaix, greffée sur l'actualité. Quatre amis décident de sauver le service maternité de l'hôpital du coin, par une partie de Bowling.

Depuis le 15 août, on peut voir dans les cinémas en Bretagne "Cornouaille", un film réalisé par Anne Le Ny, qui se passe en baie d'Audierne sur la commune de Plouhinec, plus spécialement dans le hameau de Kerdreal avec en arrière-plan la magnifique plage de Guendrez au nord de la pointe du Souc'h.

Le thème central de Cornouaille est la mort "on ne peut pas vivre avec les vivants si on n'est pas réconcilié avec les morts" affirme par deux fois Samuel Le Bihan, le Breton bourru local, mi-fantôme, mi-réel ou plutôt fantôme plus réel que certains vivants comme l'amant de Vanessa Paradis. Dans Cornouaille, les morts sous forme de fantômes sont aussi présents que les vivants et Anne Le Ny a réussi plus ou moins à faire passer le spectateur d'un monde à l'autre mais en le déstabilisant au passage car il n'y a aucun effets spèciaux. Cornouaille n'est pas un fim fantastique. Si l'ankou plane tout le long du film, ce n'est pas un film policier non plus, pas de cadavre.

Cornouaille est juste une histoire de confrontation entre une bourgeoise parisienne et une réalité bretonne à la fois simple dans son quotidien mais complexe dans les non-dits. Si la beauté des paysages de la côte est bien réelle, le légendaire est plus ou moins brodé sur la littérature (on voit La légende de la mort d'Anatole le Braz sur la table de nuit), les légéndes ou basé sur les clichés parisiens sur les Bretons.

Le film finit en queue de poisson. Les morts comme les vivants repartent de leur côté mais la parisienne reste en Cornouaille réconciliée non seulement avec son passé mais avec cette réalité bretonne qu'elle a fini par aimer.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1270 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Sonia Nishijima
2012-08-29 14:31:12
Dommage de parler de la fin du film, de ce fait, je n'ai plus envie d'aller le voir...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.