Le Mans : 150e Anniversaire du Camp de Conlie

-- Histoire de Bretagne --

Reportage
Par Philippe Argouarch

Publié le 27/09/21 14:17 -- mis à jour le 29/09/21 11:13
Conlie - 150e Anniversaire du Camp de Conlie
Réalisation : TV Maine
(569 vues)
53506_2.png
Michel Chauvin entonne le Bro gozh ma zadoù

Les 18 et 19 septembre 2021, un hommage a été rendu à Conlie près du Mans afin de commémorer le souvenir d’une armée de Bretagne rassemblée en toute urgence dans un camp, dans des conditions ignominieuses, pour soi-disant y défendre la France, après la défaite de l’armée impériale contre les Prussiens et la capture de Napoléon III à Sedan le 2 septembre 1870. L’hommage qui devait avoir lieu l’année dernière à l’occasion du 150e anniversaire avait été repoussé d’un an à cause du confinement.

Si le Conseil régional de la région Bretagne a participé à la préparation de cet évènement, aucun élu n’avait fait le déplacement. C’est d’autant plus surprenant que le conseil régional de la région Bretagne avait pris en charge, en plus de l’envoie de gwenn-ha-du, la remise en état d’une superbe plaque commémorative en fonte placée au pied du Monument des Bretons ,au centre du cimetière.

Le maire du Mans, l’ex-ministre Stéphane Le Foll, dont les deux parents sont nés en Bretagne était présent comme le maire de Conlie. Le Foll a confié qu’un de ses ancêtres était au camp de Conlie.

De nombreux Bretons avaient toutefois fait le déplacement, en particulier Michel Chauvin qui représentait Koun Breizh et l’Institut culturel de Bretagne - Skol Uhel ar Vro. Un chaleureux Bro gozh ma zadoù fut entonné à la fin de la cérémonie avec l’aide du Bagad de Theix (56).

Gambetta prend peur de l’armée bretonne

C’était en 1870. Pour combattre et repousser l’armée prussienne, Léon Gambetta, Ministre de l’Intérieur du Gouvernement de Défense Nationale décide de lever des Troupes en Bretagne. Le Général Emile de Kératry est chargé de rassembler une armée de volontaires bretons et choisit Conlie, près du Mans, comme site de rassemblement.

D’octobre 1870 à janvier 1871, ce gigantesque campement accueillera entre 50 000 et 80 000 Bretons (selon les sources) des cinq départements. Ces mobilisés en sabots pataugent dans la boue, la gadoue et le froid. Beaucoup meurent de faim ou de maladies. L’armée dite « de Bretagne » ne recevra, ni armes correctes, ni instruction militaire.

Les seuls fusils distribués furent des surplus de l’armée américaine avec les mauvaises munitions alors que la France possédait et avait en stock dans le sud de la France le fameux fusil Chassepot, le meilleur fusil en service en Europe, un fusil à percussion à chargement par la culasse. Il est aujourd’hui prouvé que Gambetta a eu peur d’une armée bretonne bien armée qui aurait pu menacer Paris et la jeune République proclamée le 4 septembre 1870, juste un mois avant l’arrivée des premiers Bretons à Conlie. Conlie n’est qu’à 200 km de Paris.

C’est pour s’en débarrasser qu’ils ont été parqués là ; et ils y resteront, dussent-ils tous en mourir--Message de Gambetta au préfet de Rennes

Entre les canons prussiens et la cavalerie française

Sans formation militaire et sans avoir été équipés, 20 000 de ces Bretons furent envoyés pour défendre Le Mans. Oui, la cavalerie française reçut l’ordre de les sabrer s’ils reculaient (voir l'article d'ABP). Selon The Franco-Prussian War, écrite par le professeur d'Histoire Moderne de l'Université d'Oxford, Michael Howard : « Une grande partie d'entre eux arriva seulement armée de fusils américains de la Guerre de Sécession qui se chargeaient par le canon. Les munitions étaient trempées par la pluie, elles étaient du mauvais calibre, et les soldats ne savaient pas comment les charger. Même s'ils avaient pu les charger, le système de mise à feu était défectueux. Aucun équipement d'entretien ne fut fourni, mais on doute que quelque chose aurait pu effleurer l'épaisse couche de rouille qui s'était accumulée en six ans depuis la fin de la Guerre de Sécession ».

[..]Les fugitifs se sont retrouvés devant les sabres de leur propre cavalerie, les canons implacables de leur commandant, et l'eau glacée de l'Huisne - Michael Howard.

C’est dans ces conditions que le général Chanzy osa accuser les Bretons d’être responsables de la défaite du Mans le 12 et 13 Janvier 1871.

L’histoire est aussi écrite par les vaincus. Elle n’est pas forcement plus près de la vérité que celle écrite par les vainqueurs.

Voir aussi :
tags : Conlie,,
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Lucien Le Mahre
Lundi 27 septembre 2021

Lors de cet évènement, la mairie de Conlie ainsi que la presse locale ont fait visiblement ce qu’il fallait pour accorder la place nécessaire au douloureux souvenir de l’Armée de Bretagne, dont leurs ancêtres du Maine partagèrent le sort.
Même remarque pour les cultureux bretons qui s’étaient déplacés, personnalités et bagad de Theix, une fois de plus bien conscients de l’importance de marquer une présence bretonne à cette cérémonie du souvenir.
Je passerai vite sur lavisite du maire du Mans Le Foll, breton élu des PdL qui emboîta en 2015 le pas à son collègue Le Drian, élu de Bretagne, pour plaider conjointement devant la presse régionale les beautés d’une Grande Région impliquant la fusion Bretagne/PdL.
Une solution de facilité, pour ne pas dire de Ponce Pilate, qui bien entendu escamotait la corvée de devoir positionner le 44 dans l’une ou l’autre Région. En 1870 pourtant, les recrues de la Loire-Inférieure étaient bien dirigés vers l’armée de Bretagne comme tous ceux des cinq départements bretons.
Pour conclure, si le Conseil Régional de B4 a, nous dit-on, effectivement participé à la préparation de cette manifestation (sans plus de précisions) on se demande quand même par quel empêchement majeur aucun de ses 83 membres n’a pu se trouver sur place à cette occasion concernant pourtant directement leur assemblée.
Comment interpréter cette attitude irrespectueuse et désinvolte ? Est-ce le fruit d’une politique délibérée de la chaise vide ou avaient-ils tous fourni un mot d’excuse valable et signé des parents, comme à l’école ?

jakez Lhéritier de St Nazer de Bretagne
Mercredi 29 septembre 2021

Et si l'on déclenchait une campagne consistant :
A ajouter aux plaques des rues Gambetta en Bretagne des plaques sur le camp de Conlie.
De plus une tournée de conférences pourrait être lancée par l'Institut Culturel de Bretagne ou une autre association bretonne sur ce drame ignoré .
Bravo à Michel Chauvin et au bagad de Theix et autres bretons,d'avoir sauvé l'honneur en étant présent à Conlie.

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.