Conférence de Roger Faligot
Communiqué de presse de ASSOCIATION LA BOUEZE

Publié le 17/02/20 16:01 -- mis à jour le 17/02/20 16:01
Date de l'évènement : le 18/02/2020 à 18 h

Conférence de Roger FALIGOT

Mardi 18 février 18h00 Espace Ouest-France, rue du Pré-botté Rennes.

sur les relations importantes qu'ont eu la Bretagne et la Chine à travers l'histoire.

à l'occasion de l'édition de son livre :

« Les tribulations des Bretons en Chine » édition "Les Portes de Large"

Ce nouveau livre de Roger Faligot nous fait découvrir une histoire méconnue et passionnante sur les très étonnantes aventures des bretons en Chine qu'il a judicieusement titré « Les tribulations des bretons en Chine » (Editions Les Portes du Large).

Ce livre sort à point nommé. L’armée chinoise a célébré, il y a quelques mois le 70e anniversaire de la révolution sur la Place Tiananmen, que Hong Kong se rebelle et que le coronavirus paralyse l'empire du Milieu.

Dans cet ouvrage, il relate notamment les parcours de nombreux médecins bretons en Chine qui furent déjà au prise avec de nombreuses épidémies.

Il évoque notamment les médecins brestois qui furent avant la guerre de 14-18 et après au service de la dernière impératrice de Chine puis du premier président de la République. Segalen, les frères Mesny, ( Pékin, Hankeou) le Dr Duburquois (à Shanghai), le Dr Charles Broquet, le Dr Lossouarn ( créateur de l'Institut Pasteur en Chine et cousin de Segalen) furent autant diplomates, éminences grises que médecins à l'avant-garde de la lutte contre les épidémies (typhus, peste).

Les frères Mesny périront pour sauver des milliers de Chinois. Gerald, mort en 1911 du typhus avait fondé l'école de médecine de Pékin, Joel, l'hôpital international.

Dans les années 20, 30, 40, ce sont encore des bretons -médecins civils et militaires mais aussi des Jésuites de l'Université Aurore de Shanghai assurent la formation de médecins chinois (francophones), la création de l'hôpital de la Concession française ( créée par un Rennais) l'école de dentisterie du Dr Sibiril de Brest....

Enfin certains ont joué un rôle différent : médecin de formation, le RP jésuite Eudes, originaire de Fougères, a fondé le Musée d'Histoire naturelle de Shanghai qui demeure aujourd'hui l'un des plus importants de Chine.

Les médecins ne sont pas les seuls à avoir marqué l'histoire chinoise.

Depuis cinq siècles que les Bretons s’y sont rendus en nombre, ils ont fait des découvertes surprenantes et ont joué d’influences multiples. C’est tout un pan méconnu de l’histoire bretonne que Roger Faligot nous conte – archives et illustrations à l’appui – dans ce nouveau livre. Il est le fruit de trente ans de recherches et d’enquêtes sur les affaires chinoises.

À l’instar du rôle central des Écossais dans la constitution de l’empire britannique, les Bretons se sont étonnement trouvés et de façon structurée, au cœur des relations des États français (royauté, empire et Républiques) avec la Chine.

Les commerçants et explorateurs d’abord : Pierre Malherbe de Vitré, ingénieur des mines et expert en métaux précieux, a été le premier Breton (et le premier habitant du royaume de France, c’était sous Henri IV) à s’y rendre (Macao, Canton, Hangzhou) et à nous rapporter des informations sur ce pays de 100 millions d’habitants à l’époque de la dynastie Ming. A travers les siècles, les prêtres, jésuites ou missionnaires ont joué un rôle notable à commencer par la délégation d’astronomes et de mathématiciens envoyés par Louis XIV auprès de l’empereur Kangxi et dirigée par les Bretons de Visdelou et de Fontaney.

Les ingénieurs lorientais Charles Guillemoto et Prosper Giquel construisent l’un la ligne de chemin de fer ralliant le Tonkin au Yunnan, l’autre l’arsenal de Fuzhou et la flotte de combat de l’empire chinois. La diplomatie des Bretons a été importante depuis la création de la Concession française de Shanghai par le Rennais de Montigny en 1849 jusqu’aux relations menées par Etienne Manac’h (de Plouigneau), l’ambassadeur envoyé par de Gaulle.

Dans la première partie du XXe siècle, à l’observatoire de Zikawei, à la lisière de Shanghai, le RP brestois, Louis Froc, de sa station météorologique, alerte les flottes de commerce de toute l’Asie sur le tracé des typhons qui menacent tandis qu’Edmond Hersart de la Villemarqué, le petit-fils de l’auteur du Barzaz Breiz, construit et dirige l’observatoire astronomique. Le Jésuite fougerais Pierre-Marie Heude conçoit le musée d’histoire naturelle, encore aujourd’hui admiré par les Chinois.

Les soldats de l’armée de terre ou les marins de la Royale, aux deux tiers bretons, ont malheureusement participé à quatre guerres coloniales au XIXe siècle en Chine, et au sac du Palais d’été en 1860, mais au siècle suivant, en 1937, d’autres marins bretons aident les Chinois contre l’invasion japonaise notamment à Shanghai, avec à leur tête le vice-amiral Jules Le Bigot (de Saint-Brieuc).

Pendant ce temps, les « incorruptibles bretons » de la police de Shanghai combattent les maîtres de l’opium et la puissante mafia, la Bande verte et créent le cercle des Bretons de Shanghai, baptisé « Armor ».

Le Nantais Jean Cremet a aidé en 1930 la révolution chinoise en armant les maquis du futur président Deng Xiaoping dans le Guangxi.

Elle triomphe, cette révolution, en 1949, mais le régime de Mao Zedong expulse les prêtres et de nombreux religieux sont maltraités par cette Chine qu’ils affectionnent pourtant, tels Edouard Sauvage de Carhaix ou Mgr Pinault (d’Evran), évêque de Chengdu, oncle de l’homme d’affaires François Pinault.

Suite à la reprise des relations sino-françaises en 1964, les Bretons jouent un rôle pionnier : dans le jumelage entre la Bretagne et le Shandong, dans l’accueil du président Hua Guofeng en 1979 à Rennes et Brest, dans le rayonnement de la langue chinoise et l’accueil des étudiants, mais aussi dans le soutien aux dissidents après le massacre de la place Tiananmen en 1989… La diplomatie culturelle parallèle de la Bretagne –avec le rôle de l’abbaye de Daoulas à l’époque de Jean-Yves Cozan – tranche par son originalité.

Les nombreux portraits et tribulations que restitue Roger Faligot dans son livre nous amène jusqu’à nos jours avec le développement de la présence bretonne dans le monde économique et commerçant à l’époque de Xi Jinping, et avec les réseaux dynamiques qui ont pour nom Zhong-Breizh ou Ker Shanghai.

L’auteur reste prudent dans son évaluation des relations avec Pékin, alors que son livre sort au moment de la révolte de Hong Kong. Et concernant les difficultés qu’on peut avoir pour commercer ou simplement échanger sur le plan culturel avec la Chine, il conclue en citant une anecdote de Chateaubriand dans ses Mémoires d’Outre-Tombe qui reste valable de nos jours : « Un homme avait médité un voyage à Pékin ; un de ses amis l’aperçoit sur le Pont Royal à Paris : “ Eh comment ! je vous croyais en Chine ? – Je suis revenu : ces Chinois m’ont fait des difficultés à Canton, je les ai plantés là.” »

Roger Faligot est également l’auteur d’un livre qui fait autorité «Les Service secrets chinois» plusieurs fois réédités et maintenant en poche. Traduit en plusieurs langues, il vient d'être d'être republié en Grande-Bretagne sous le titre «Chinese Spies, from Chairman Mao to Xi Jinping» (Hurst Publishers).

__________________________

Site web : roger-faligot.fr

Jacqueline Le Nail

Responsable des éditions «Les Portes du Large».

lesportesdularge [at] numericable.com

Contact presse Jacqueline Le Nail : 02 99 26 99 52.

BERNARD HOMMERIE

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.