Communiqué de presse et lettre ouverte aux candidats à la législature à propos du PERM de Silfiac

-- Environnement --

Communiqué de presse de Attention Mines!
Porte-parole: claire Meriaux

Publié le 5/06/17 17:17 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'association Attention Mines ! interpelle par lettre ouverte et voie de presse les candidats aux élections législatives des circonscriptions impactées par le PERM de Silfiac pour qu'ils prennent publiquement position pour ou contre ce dernier dans leur course vers l'Assemblée Nationale. Par le « droit de suite » ouvrant la voie à l'exploitation minière, le PERM de Silfiac fait peser de graves conséquences sur le territoire : destruction des paysages, pollution irrémédiable de l'eau, l'air et les sols ; mise en péril de l'activité agro-touristique ; bilan sanitaire catastrophique généré pour des décennies par les résidus miniers.

L'association Attention Mines ! aux côtés de NPCB, Eau et Rivières de Bretagne, la Fédération de Pêche du Morbihan soutenue par de nombreux citoyens et élus conteste le PERM de Silfiac au tribunal en demandant son annulation. Elle participe au mouvement intercollectif breton contre la relance minière régionale et nationale.

Lettre ouverte aux candidats à la législature des 6ème, 5ème et 3ème circonscriptions du Morbihan et 4ème circonscription des Côtes d'Armor

L'association Attention Mines ! qui se bat contre le PERM de Silfiac depuis son octroi le 15 septembre 2015 par l'ex-ministre de l'économie Emmanuel Macron, aujourd'hui président de la République, interpelle les candidats aux élections législatives sur leurs positions respectives à son sujet. Avec NPCB, Eau & Rivières de Bretagne, la Fédération de Pêche du Morbihan, la plupart des élus impactés par le permis et foule de citoyens ralliés à sa cause, l'association Attention Mines ! contestent le PERM de Silfiac au tribunal en demandant son annulation car :

- son autorisation n'a pas été octroyée dans les conditions de transparence, d'information et de concertation nécessaires à son acceptation par la société civile. - il a été autorisé dans le cadre législatif d'un code minier obsolète non adossé au code de l'environnement, en cours de remaniement depuis 2013, toujours non abouti à ce jour. - il ne prend en compte ni le « droit de suite » qui ouvre la voie à l'exploitation ni les impacts sur l'environnement et les activités existantes : pollution irrémédiable de l'eau, de l'air et des sols, raréfaction et pollution de la ressource en eau potable des communes impactées et en aval, destruction et bouleversement de l'activité agro-touristique dont vit principalement le territoire, etc... - il évacue le problème crucial et non réglé de la gestion de l'après mine qui affecte déjà les territoires ciblés avec les résidus hautement toxiques des anciennes mines d'uranium, de plomb argentifère, etc... - enfin, il n'intègre pas les préceptes de la loi sur la transition énergétique et pour une croissance verte et les accords de Paris signés en 2015 et 2016 qui stipulent que la France doit être sobre et économe en matière d'extraction de matières premières non renouvelables et tendre vers un développement accru de l'économie circulaire en favorisant le recyclage des matières secondaires et la fin de l'obsolescence programmée.

Par cette interpellation, l'association Attention Mines ! et ses sympathisants soucieux de voir reconnus les intérêts qu'ils défendent attendent que vous preniez position publiquement et par voie de presse pour ou contre le PERM de Silfiac dans vos déclarations d'intentions afin de savoir s'ils peuvent vous faire confiance pour les défendre à l'Assemblée Nationale et dans toutes les procédures visant à l'annulation de ce permis minier.

L'association Attention Mines ! Le 24 mai 2017.


mailbox
imprimer
Association de défense de l'environnement en lutte contre le Permis d'Exploration et de Recherche Minière de Silfiac (Morbihan).
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.