Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Commémoration à St-Aubin du Cormier
Comme tous les derniers dimanche de juillet de nombreux fidèles soucieux de la mémoire bretonne se sont rassemblés dimanche 28 juillet 2013, invités par Koun-Breizh, Identité-Bretonne et Musée-Archipel-Breton à St-Aubin-du-Cormier,
Ronan Badouel pour Identité bretonne le 2/08/13 0:57

Comme tous les derniers dimanche de juillet de nombreux fidèles soucieux de la mémoire bretonne se sont rassemblés dimanche 28 juillet 2013, invités par Koun-Breizh, Identité-Bretonne et Musée-Archipel-Breton à St-Aubin-du-Cormier, aux Marches de Bretagne, au pied du Mémorial aux Bretons, exactement sur les lieux de l'effroyable affrontement qui opposa, le 28 juillet 1488, l'Armée Ducale aux troupes françaises. La bataille fut violente tant les moyens militaires mis en oeuvres étaient inégaux.

Le Duché de Bretagne était en paix, son économie florissante, ce qui avait attisé la convoitise du roi de France Louis XI, et les Ducs de Bretagne Arthur III puis François II avaient négligé les défenses au profit des voiries et des ports de commerces.

Le monarque français, qui avait juré la perte de l'Etat de Bretagne, fomenta une agression avec l'aide de ses généraux et quelques félons bretons. Il dépêcha 15.000 hommes depuis Pouancé vers Fougères et St-Aubin-du-Cormier. Les soldats du Ducs, mercenaires pour la plupart, n'étaient que 6.000 et mal pourvus.

La bataille, qui engagea la fin de l'Indépendance de la Bretagne, ne dura qu'un peu plus de quatre heures, ce fut un massacre. Pour sauver son peuple, le Duc François II dut s'incliner et mourut peu après.

Pour que nous Bretons et les Bretonnes n'oublions jamais notre mémoire, notre culture, les associations Koun-Breizh, Identité-Bretonne et Musée-Archipel-Breton invitent tous les habitants de Bretagne à fouiller l'Histoire de notre pays, à s'imprégner de son inestimable patrimoine et à parler couramment le breton. Car sans passé, pas d'avenir, pas d'équilibre.

Pour dessiner demain.

logo
Lʼidentité bretonne, une identité à partager... Les buts dʼIdentité bretonne : la défense, la promotion et la reconnaissance officielle de la langue bretonne et de lʼidentité bretonne dans ses différents aspects, culturels, historiques, patrimoniaux, écologiques, linguistiques (y compris dans sa spécificité gallèse). Identité bretonne exclut toute action violente, même verbale. Lʼassociation est ouverte à toute personne portant la Bretagne en son coeur. Identité bretonne considère que, dans les actions à mener pour le respect des droits et des libertés des Bretons, la priorité doit être donnée à : - la conquête de lʼautonomie culturelle dont bénéficient déjà nombre de peuples et de régions dʼEurope ; - lʼélargissement des pouvoirs et des moyens d
Voir tous les articles de Identité bretonne
Vos 9 commentaires
Jean.François Le Vendredi 2 août 2013 22:04
Bien pathétique tout ça...
Vous fermez la porte au dialogue dès lors qu'un message pourrait remettre en question la région Bretagne et son désir d'indépendance si j'ai bien compris.
Vous pratiquez donc la censure intellectuelle,?
(0) 

Pierre Nicolas Le Samedi 3 août 2013 11:22
Cette bataille de St Aubin du Cormier m'a toujours laissé perplexe. Je me souviens que l'un des chefs de l'armée bretonne était Louis d'Orléans, c'est-à-dire le futur Louis XII, roi de France... Mais une nation a besoin de symboles — et qu'importe qu'ils soient totalement inventés ?
(0) 

Yann Maneguen Le Samedi 3 août 2013 11:44
La cérémonie était digne malgrés quelques couacs : le Bro gozh a été massacré , aucune allocution en breton. Mais le pire c'est lorque que l'intervenant au nom d'Identité Bretonne a fait PRIER l'assemblée en leur faisant répèter dans sa prière "PRIONS LES DEESSES ET LES DIEUX".
Ceci est parfaitement insupportable : la Bretagne a toujours été chrétienne, la pluspart de l'assistance catholique comme l'étaient les combattants de 1488... C'est injurieux et du grand n'importe quoi. A signaler la CROIX du monument. Il y a fort à parier que si quelqu'un le faisiat sauter ces gens là ne mettraient pas de croix. Ah ! la laicité à la française, comme tu nous tiens !
Il est tout simplement devenu obscène aujourd'hui, m^me en Bretagne de faire référence à notre religion catholique !
(0) 

bernard guyader Le Samedi 3 août 2013 11:59
Bon dia
Quel florilège de commentaires critiques , on dirait des "édits" fr'ançais .... B.Guyader
(0) 

Ronan Badouel IB Le Samedi 3 août 2013 20:25
La Bretagne, terre de croyances, n\'a pas toujours été chrétienne, elle a d\'abord été païenne. Christianisée ensuite, avec les dogmes et l\'intolérance qui caractérisent mon ami Yann!
Il y a peu, la commémoration menaçait de disparaitre, sous la pression de certains groupuscules violents. Avez-vous participé au renouveau en cours? Vous étiez dans l\'assistance, n\'avez-vous pas reconnu la Kroaz-Du? Les champs d\'hermines?
Le rigorisme vous aveugle, monsieur. Vous ne voyez que votre Dieu, que je respecte, tolérez aussi celui des autres et les miens. Aussi nous ne sommes pas parvenu à trouver de prêtre disponible. De même la croix du mémorial a bien sa place et c\'est heureux, votre procès d\'intention est très déplacé autant qu\'injustifié.
Je vous suggère de mouiller votre chemise pour préparer la cérémonie de l\'année prochaine, d\'autant que 2014 sera le cinq-centième anniversaire du trépas d\'Anne de Bretagne qui fut témoin, comme vous savez, des tristes événements de 1488. Avec mon amitié, mon cher Yann.
Pour Identité Bretonne, Ronan Badouel.
(0) 

Maxime B Le Mardi 6 août 2013 19:55
@ Pierre Nicolas.
Vous ne restez qu\'à la surface des choses. Louis d\'Orléans était habrité par le duc de Bretagne car il avait comploté contre son cousin Charles VIII. Il n\'avait aucun intérêt à ce que la Bretagne soit annexée par la France à ce moment là.
De plus un certain de nombre de noble breton acheté par la France était de l\'autre côté, donc il avait la place pour participer à la direction de l\'armée.
On peut dire qu\'il y a une certaine compensation dans les traîtres de chaque nation.
Saint aubin du Cormier est peut être une bataille aux origines plus complexe que présenté dans l\'article. Mais ce n\'est pas un symbole inventé. L\'armée bretonne est anéanti et ne se reconstruira jamais. Ce qui permettra à François Ier de France de finir le boulot quelques dizaines d\'années plus tard, sans opposition militaire.
(0) 

Ronan Badouel IB Le Mardi 13 août 2013 13:30
A Jean.François, vous criez au loup dès lors qu'on lève le voile sur les vérités historiques propres à la Bretagne. Seul l'Etat Français pratique la censure intellectuelle, comme vous dites si bien, car il dissimule soigneusement les faits. Une forme de négationisme, donc. Pour ce qui est de l'indépendance, travaillez déjà un peu pour l'autonomie parlementaire, juridictionnelle et fiscale, particularité entre autres de toutes les nations démocratiques limitrophes à la France, laquelle se gausse des Droits de l'Homme! Mais ceci est un autre sujet, d'actualité et d'avenir je vous le concède. Pour tout Breton et toute Bretonne, afin de maintenir la richesse de notre culture, il faut transmettre le savoir. Comme pour tout peuple. C'est donc le contraire de la censure intellectuelle...
(0) 

Frédéric Minard Le Dimanche 8 décembre 2013 16:26
Lorsqu'on fait une commémoration nationale, il importe d'être consensuel. Appeler à prier pour les "dieux et déesses" est insupportable pour nos compatriotes chrétiens qui, quoi qu'on dise, restent majoritaires. Les combattants de 1488 étaient chrétiens. Ceci dit, il est parfaitement concevable que pour certains la référence au Christ et à Dieu puisse être agaçante en 2013. Il faut donc trouver un compromis qui va à tous, en demandant de prier pour nos morts, sans préciser qui l'on prie : si c'est les dieux et déesses païennes ou Dieu le père. En disant, par exemple : "Prions pour nos morts !" ou "O Dieu(x), priez pour nous !" (Ici, c'est possible, car à l'oral ça se dit pareil et chacun est libre d'y mettre un pluriel ou non...).
Ne pas froisser les sensibilités, ne pas s'adonner à un ridicule folklore, être intelligent, être unis, être affable, voilà qui importe lorsqu'on commémore des événements nationaux. Bien à vous.
PS : Je rajouterai que la lecture du récit de la bataille était extrêmement long et ennuyeux car monocorde et sans emphase. L'important dans ce genre de commémoration est de restituer, en gros, l'action, voir en quoi elle nous concerne à notre époque et motiver les troupes à vivre plus "bretonnement". Nous n'avons pas besoin de connaître chaque menu détail qui relève du geekisme et ressort de la spécialité des Historiens. Les gens communs n'en ont que faire.
(0) 

Ronan Badouel IB Le Mercredi 11 décembre 2013 17:25
La tolérance a des limites, à vous lire, au contraire de votre susceptibilité. On nous a reproché de nombreuses années d'occuper trop souvent la commémoration par une messe omnipotente... Mais vous n'avez pas tort, nous gagnerions à rendre cette célébration plus agréable et nous y travaillons. Nous vous invitons à partager nos efforts et à lire mon courrier du 3 août sur cette même page. L'union fait la force et nous penchons pour la même cause, Frédéric.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons