Colloque international à Nantes : la construction navale et ses objets
Dépêche de Maryvonne Cadiou

Publié le 17/09/12 21:16 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Il se tiendra les jeudi 20 et vendredi 21 septembre, à partir de 9 heures, au château des ducs de Bretagne.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

L'objectif de ce colloque est d'identifier les grandes périodes de basculement dans l'élaboration des modèles de la construction navale de l'Antiquité à nos jours, à partir d'une analyse centrée sur le bateau stricto sensu et en tenant compte des derniers apports de l'archéologie... Voir la suite sur le site du château des ducs de Bretagne : (voir le site) page du colloque.


Avec le concours de l'Université de Nantes – UFR Histoire, Histoire de l'art et archéologie : le Centre de recherche en Histoire internationale et Atlantique (1), le Centre François Viète (2) – et la Société française d'Histoire maritime (3).

Sans vouloir aucunement minimiser l'intérêt de toutes les communications, signalons celle de l'Écossaise, Emily Malcolm, jeudi à 17 h 20 qui sera certainement très intéressante pour le public breton concerné par les autres pays celtiques. En effet Emily Malcolm (qui est écrit Malcom sur le programme...) est conservatrice des Transports et de la Technologie au musée de Glasgow (4) où elle est responsable des collections maritimes.

Pratique

Tour du Fer à Cheval du château des ducs de Bretagne, entrée libre dans la limite des places disponibles. Accueil à partir de 8 h 30.

Informations et contacts : jean-louis.kerouanton [at] univ-nantes.fr et david.plouviez [at] unicv-nantes.fr qui présenteront et ouvriront le colloque à 9 h 20 après l'allocution de M. Henri Legoherel, président de la Société française d'Histoire maritime, à 9 h 10.


Maryvonne Cadiou

(1) EA 1163 Centre de recherches en histoire internationale et Atlantique (CRHIA) : (voir le site)

(2) Centre François Viète : (voir le site)

(3) Société française d'Histoire maritime : (voir le site) qui ne l'annonce pas encore.

(4) Le musée des transports, Voir Glasgow sur wikipédia, chapitre Musée, page : (voir le site) . Fondé en 1964 et situé Bunhouse Road, le long de la Kelvin, il présente de nombreux engins liés aux transports à Glasgow entre le milieu du XIXe siècle et nos jours (...). Un demi-million de personnes visitent ce musée chaque année. Dans une salle sont aussi exposés 250 modèles [maquettes] de bateaux, dont bon nombre naviguait jadis sur la Clyde. Le plus ancien des modèles exposés, le Comet, date de 1812. Un nouveau musée des transports est en projet le long de la Clyde. [Page mise à jour le 4 septembre 2012].

(4) suite. Il a pourtant été inauguré en 2011 : Prévu pour 2010, il s'appelle Riverside Museum et " résulte d’une refonte complète du musée des transports. Le projet initial, qui a été remanié à plusieurs reprises, devrait aboutir à une livraison en décembre 2010 pour un montant global de 106 millions d’euros ". Source (voir le site) Riverside Museum, 100 Pointhouse Place, Glasgow, G3 8RS. Courriel museums [at] glasgowlife.org.uk

(4) suite. L'un des derniers grands voiliers au monde construits sur la Clyde, le Glenlee, restauré, est amarré devant le musée. : Voir son histoire sur (voir le site) de la BBC Scotland : The Tall Ship Glenlee at Riverside.

(4) suite. (voir le site) de Flickr.com qui permet d'utiliser les photos de la Galerie du Riverside museum en les créditant Glasgow City Council (Museums) 2011. Cliquer au moins sur la 3e photo

Document PDF fichier_fr_programme_contruction.pdf Colloque international à Nantes : La construction navale et ses objets. Programme. Source : Ville de Nantes
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Correspondante ABP depuis février 2007.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.