Cocktail Diatonique : Boulkaoutchoukenouga. Un nouveau CD

-- Cultures --

Musique de Culture et Celtie
Porte-parole: Gérard Simon

Publié le 14/09/10 11:25 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

A déguster sans modération, ce cocktail tonique… ce « cocktail diatonique » !

19772_1.jpgjaquette

Instrument traditionnel s'il en est, le « diato » dans ce disque s'émancipe en prenant au gré des 12 titres interprétés par Fañch Lorric, Yann-Fañch Perroches et Ronan Robert des chemins de traverse déjà défrichés par les deux derniers musiciens sus-cités lors de la première « mouture » d'un précédent « Cocktail diatonique ».

Certes, à l'écoute de cet album, on perçoit clairement les racines armoricaines ça et là, entendues au cours des repas de famille, puisées dans le répertoire du pays bigouden, voire recueillies par Polig Monjarret dans la région de Châteauneuf-du-Faou. Mais s'échappant des traditionnels pour évoluer vers les compositions, empruntant parfois des couleurs galiciennes ou issues d'une très libre création, nos trois musiciens nous entraînent dans des spires mélodiques semblant être soufflées par… Richard Galliano !

Notre toute première écoute a été immédiatement baignée de ces « saveurs ». Rien d'étonnant !

Yann-Fañch Perroches, par ailleurs, créateur du groupe breton Skolvan, qui signe, ou co-signe, cinq titres de l'album a joué avec le légendaire Richard Galliano.

De son côté, Fañch Loric, passionné du « diatonique » depuis l'âge de 8 ans qui s'est formé au métier d'accordeur réparateur a, lors de son exercice artisanal, également rencontré le maître « jazzy » du « new musette ».

Sans compter qu'en 1998, dans la première version de « Cocktail diatonique », le nom de Richard Galliano figurait aux côtés de ceux de Jacques Beauchamp, Patrick Lancien et de nos deux présents « hôtes », Ronan Robert et Yann-Fanch Perroches.

Cela laisse des traces… des notes… des couleurs !

Nous avons beaucoup aimé ce disque que nous vous présentons, ce jour, avec son ambiance particulière, ses digressions, ses subtils mélanges de styles. nous avons été plus particulièrement séduits par « Be good », une interprétations très libre d'une chanson du pays Bigouden qui nous replonge dans les volutes très mélancoliques de ce véritable « blues » breton qu'est le très célèbre « Maro eo ma mestrez ». A retenir, également, ce « Parapluies de Guingamp » que Ronan Robert a composé in situ dans le studio d'enregistrement sis dans une ancienne fabrique de parapluies.

Grâce à ces 3 excellents musiciens, cet album vous racontera aussi la Bretagne, celle qui vit, celle qui ose, celle qui, sans renier ses racines, donne aux instruments les plus traditionnels le droit de figurer dans un registre musical très ouvert et contemporain, faisant de l'univers celtique, une culture pérenne.

Un disque à insérer dans les rayonnages de votre discothèque celtique… ou autre !

Gérard Simon

Écoutez 4 extraits de l'album : (voir le site)

1 - La chanson à Pépé Jean / Polklaridés - 4:49

2 - Be good 6 - 2:57

3 - Boulka 3 - 3:41

4 - Outchouk - 2:40

5 - Enouga - 2:24

6 - Ar plac'h manket / gavotte a Yves Menez - 7:19

7 - Dibenn abadenn - 3:15

8 - Les parapluies de Guimgamp / Plinn de lanrivain - 5:50

9 - Tchine tchine ! - 2:28

10 - Roms de Saint-Vincent - 4:27

11 - Odette et Iris - 4:34

12 - Hora des pâquerettes - 2:45

Voir aussi :

mailbox imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 4 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.