Clôture du festival de Lorient : "l'acte final"

La formule avait fait fureur l'an dernier, et au festival de Cornouaille en juillet.

Avant, c'était le Petit papa Noël chanté par les Djiboudjep qui terminait seul la fête de dix jours sur le quai de La Bretagne. Il faudra faire maintenant avec le duel DJs et bagad de Lorient, sponsorisé par une boisson énergisante dont on taira le nom... qui montrent à la fois la force des pupitres d'un bagad, le fait que cette musique est plus que jamais contemporaine et qu'elle est réutilisée, voire instrumentalisée (c'est le cas de le dire...) par les grands commerçants qui font aussi le festival.

Voir aussi : "Un nationalisme civique non ethnique" par Kerne Multimédia
Voir aussi : Plas ar brezhoneg er festival : n'eo ket re fall ! par Kerne Multimédia
Voir aussi : Le whisky pour les nuls, première leçon par Kerne Multimédia

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Fanny Chauffin

Docteure en Breton-Celtique à l'Université de Rennes 2 et au groupe Ermine-CRBC, enseignante au lycée Diwan. Autres sites : Tv bro Kemperle et Tvlise Diwan Karaez. Contributrice à l'ABP depuis 2005 : des centaines d'articles, des centaines de vidéos en français, comme en breton.

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Samedi 20 août 2016

Que voulez-vous dire par "...qui font aussi le festival", de ces "grands commerçants" ? De leur influence "éventuelle" sur le déroulement, contenus et organisation?...

Au fond il n"y a peut-être rien à en dire.

Écrire un commentaire :

Combien font 3 multiplié par 6 ?

Publicités et partenariat