Christian Troadec très inquiet des conséquences économiques pour la Bretagne du départ du Royaume-Uni de l'Union européenne 

-- Europe --

Communiqué de presse de Christian Troadec
Porte-parole: Christian Troadec

Publié le 25/06/16 9:43 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On n’a quasiment pas entendu nos ministres bretons du PS s’exprimer sur les possibles conséquences du Brexit sur l'économie bretonne avant le référendum d'hier en Grande-Bretagne. Pas même notre ministre président, Jean-Yves Le Drian. Pas un ne s'est inquiété des conséquences que nous allons subir. Il y aura bien de la part de quelques-uns de ces ténors socialistes des réactions tardives mais d’ordre général… comme celle de la présidente du département du Finistère, jeudi dernier, jour de la consultation.

Leur regard est hélas bien trop souvent tourné vers Paris oubliant par le même coup les liens immémoriaux commerciaux, historiques, culturels (Le Pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande du Nord sont aussi concernés) qui nous lient à nos voisins d’Outre-Manche.

Ces nations réussiront-elles à se libérer du lien contraint avec l’Angleterre ?

La Bretagne pourra-t-elle dialoguer directement avec les Écossais qui veulent rester dans l’Union européenne ?

N’oublions pas que les Britanniques constituent la population étrangère la plus importante en Bretagne. Avec la dévaluation attendue de la Livre sterling quel va être leur comportement, leur pouvoir d’achat ?

Quels impacts sur la Brittany Ferries, le tourisme en général, les hôtels, les restaurants, les achats auprès des commerçants locaux, des artisans… des biens immobiliers ?

Des complications administratives pour se rendre jusque chez nous ?

Nos exportations de matériels agricoles et de produits alimentaires vont-elles en pâtir ?

Bon nombre de questions qui n’ont pas été anticipées et que nous allons désormais payer cash.

Et pendant ce temps-là, nos ministres bretons regardent toujours vers Paris…

Christian Troadec, maire de Carhaix, conseiller départemental du Finistère

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

yanneutch
Dimanche 26 juin 2016

Que le Brexit ait des conséquences, soit.

Qu'on saute au plafond en prophétisant le chaos... non merci !

Deux dépendances de la Couronne, les îles anglo-normandes et l'île de Mann ne font déjà pas partie de l'UE... c'est grave ?

"La Bretagne pourra-t-elle dialoguer directement avec les Écossais qui veulent rester dans l'Union européenne ? " la région B4 a un accord de coopération avec le Pays de Galles ; libre à nous d'imaginer nos propres accords avec l'Ecosse.

"Ces nations réussiront-elles à se libérer du lien contraint avec l'Angleterre ? " sans vouloir encenser l'Angleterre qui a mené une colonisation inique en Irlande, vous en connaissez beaucoup des Etats qui règlent les questions territoriales par référendum ? Qui nomment un secrétaire d'état pour leurs nations périphériques ?...

On pourrait très bien imaginer - pour peu qu'on veuille bien se donner la liberté de le faire - une discussion multilatérale avec le British-Irish Council.

Mais ce ne sont là que des outils, le coeur du problème que soulève votre intervention est le suivant : en appeler continuellement aux "ministres bretons à Paris" nous confine à une relation infantile, pas autonome pour un sou, avec le pouvoir central. Cette vieille antienne des ministres-présidents du conseil qui sauveront la Bretagne... Si on pouvait s'illusionner sur les intentions de rené Pleven, s'il était intelligent de soutenir Poher en son temps...

"Et pendant ce temps-là, nos ministres bretons regardent toujours vers Paris… " mais ils ne regardent pas vers Paris, ils y sont !

Au lieu de faire la Bretagne, vous nous refaites la Bretagne à Paris...

Yann Menez Are
Dimanche 26 juin 2016

Eh oui, nous voyons les conséquences du centralisme : L'écosse et L'Irlande du Nord pro-européens se voient entrainés vers la sortie de l'U.E. par l'inconscience de David Cameron!

Quel gachis!

Alors, oui évidemment qu'il y aura des conséquences pour la Bretagne, à commencer par la baisse du pouvoir d'achat des britanniques, liée à la chute de la Livre Sterling, qui va impacter notre tourisme, et en premier lieu l'activité de la Britanny Ferries.

Gérard Mérel
Dimanche 26 juin 2016

Quelles conséquences pour l'agriculture et l'agro-alimentaire?

Rafig
Dimanche 26 juin 2016

Le résultat de ce référendum sur la sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne est à "2 tours"

1er tour le R.U. quitte l'E.U. c'est en cours ...

2e tour L'Ecosse quitte le R.U. et çà va se produire dans les 2 ans à suivre.

Peut-être que le carte de l'Europe, instaurée depuis la chute de Napoléon, va se remodeler en cartes des peuples et des nations d'Europe : Ecosse, catalogne, Flandre ... Donc cela serait étonnant que la France ne soit pas elle aussi concernée ?

à suivre ...

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner