Christian Troadec, sénateur du Finistère ?

-- Politique --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 30/07/14 21:46 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une des questions qui pouvaient être posées était la candidature éventuelle de Christian Troadec, conseiller général du Finistère, pour aller au Sénat. Les élections sénatoriales auront lieu le 28 septembre prochain dans les Côtes d'Armor et le Finistère et seuls les maires et des conseillers municipaux ont le droit d'y voter en se déplaçant à la préfecture.

Dans le Finistère, il y a 6 sièges à pourvoir avec le dépôt obligatoire d'une liste. Il y a actuellement 3 sénateurs PS (Maryvonne Blondin, Jean-Luc Fichet, et François Marc) et 1 sénateur UMP (Philippe Paul). On s'attend à ce que le PS soit en très fort recul, selon la tendance qui devrait faire perdre à la gauche la majorité du Sénat. Sans candidature hors-parti, on pourrait s'attendre à un rééquilibrage avec 2 PS et 2 UMP ou UDI.

En réalité, il semble qu'il y a de fortes chances que Christian Troadec puisse monter une liste susceptible de jouer les trouble-fêtes, car, il a déjà approché des maires pour cela. En juin dernier, il avait rappelé qu'« il est normal qu'un élu se présente à des élections » récusant ainsi le procès en illégitimité qui lui est souvent fait, de manière assez peu fair play. Il est probable que, dans ce cas, le siège lui soit assuré et, même un autre pour son second de liste, si le PS continue sa glissade, particulièrement en Bretagne.

Christian Troadec est devenu une personnalité majeure qui intéresse les médias, qui commencent à prendre l'habitude de le contacter, dès qu'il survient un événement politique notable en Bretagne. Aucun élu finistérien du PS ne peut en dire autant. L'atmosphère dans le parti gouvernemental est de plus en plus lourde, à tel point qu'un vice-président du Conseil général en est à dire en public qu'il ne faut pas mettre trop en avant la Bretagne, car « Paris s'inquiète ». Il n'est pas sûr que s'aligner sur l'appareil parisien soit une bonne recette pour séduire des Bretons qui attendent peut-être plus que des propositions gris muraille.

Ceux qui ne comprennent rien aux recettes de base de la politique seront chagrinés d'apprendre que l'éventuelle élection de Christian Troadec au Sénat, ne serait même pas un obstacle à la conquête du siège de député en 2017, sans compter la probable candidature à la présidence de la Région Bretagne en 2015.

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1847 lectures.
mailbox imprimer