Charles Pasqua accusé de marché noir par la CIA, le sénat americain, et impliqué par son ancien collaborateur Bernard Guillet
enquete de Philippe Argouarch

Publié le 19/05/05 12:49 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

[ABP] Le Sénat américain conduit en ce moment une investigation des abus du programme Oil for food qui, établi par l'ONU, permettait au régime irakien d'échanger du pétrole contre de la nourriture, et qui a permis aussi, au régime de Saddam Hussein de développer un marché noir pour acheter des faveurs y compris en France.

Dans les papiers du ministère du Pétrole à Bagdad, les Américains ont retrouvé une liste d' « amis de l'Iraq » que le régime de Saddam avait décidé de remercier en barils de pétrole pour services rendus au régime. La liste comprend en tout 270 personnes. La liste complète des bénéficiaires du trafic illégal de pétrole est publiée sur l'internet:

(voir le site)

La liste comprend des français dont Charles Pasqua, ancien ministre de l'intérieur: 12 millions de Barils

Jean-Bernard Mérimée, diplomate, représentant aux Nations Unies, ancien président au conseil de sécurité : 8 millions de barils.

Patrick Maugein: 25 millions de barils

Miclel Grimard: 17 millions de barils

Adax: 8.3 millions de barils

Michelle Gremard: 1 million de barils

French Arab Friendship Association: 15.1 millions de barils

Ayx: 47.2 million de barils

Elias Al-Gharzali: 14.6 million de barils

ALTC (Claude Caspert): 4 million de barils

De Souza: 11 million d barils

Charles Pasqua a nié toute implication, mais cette assertion a été ébranlée par l'un de ses proches collaborateurs, Bernard Guillet. Le journal, le monde rapporte que Mis en examen par le juge Philippe Courroye, le 28 avril, pour " recel d'abus de biens sociaux " et " trafic d'influence " , l'ex-conseiller de M. Pasqua est soupçonné d'avoir perçu des bons d'achat de brut irakien (au total, 5 millions de barils), qu'il aurait revendus à des sociétés pétrolières, malgré l'embargo et en marge du programme de l'ONU Pétrole contre nourriture. M. Pasqua aurait, lui, été bénéficiaire de bons sur 10,8 millions de barils. Globalement, la marge de profit variait entre 15 et 85 cents par baril, selon un rapport de la CIA.

Les Bretons se souviennent particulièrement de Charles Pasqua, car c'est sous son ministere que fut incendié le parlement de Bretagne

Charles Pasqua fut aussi créateur et vice-président des Service d'Action Civique (SAC), les comités d'action gaullistes, tristement célèbres pour leur barbouzeries et dissoute dans les années 80. Certains ont vus les SACS à l'origine de F.R.A.N.C.I.A. (Front Républicain Action Nationale Contre l'Indépendance et l'Autonomie) une organisation qui serait responsable de nombreux assassinats de nationalistes corses et de faux attentats.

Par ailleurs, en 1992, Charles Pasqua aurait déclaré, suite au référendum sur le traité de Maastricht (contre lequel il avait milité), que "les bretons c'est comme les cochons...". Les Bretons, on le sait, votèrent massivement pour Maastricht.

Mis en examen en mai 2001 pour « financement illégal de campagne électorale » il se réfugia au sénat où il bénéficie de l'immunité parlementaire.

Après l'attentat à Nantes en 2004 contre le préfet musulman, Monsieur Dermouche, Charles Pasqua suggérera que les "autonomistes bretons " étaient responsables. L' insinuation, basée sur aucune preuve, fut alors reprise par les media, y compris par Ouest-France.

Philippe Argouarch__agence bretagne presse

Voir aussi les articles de Gerard Gauthier:

(voir le site)

(voir le site)

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.