Chacun son pont : un appel à l'action des Bonnets rouges pour le 5/01/14

-- Politique --

Le Collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne appelle les Bonnets rouges à se rassembler pacifiquement sur les ponts sur les voies express de leur choix le dimanche 5 janvier 2014, entre 13 heures et 17 heures.

Il s'agit de demander «le maintien de la gratuité de route en Bretagne» et, donc, la suppression définitive de l'écotaxe, qui n'est, pour le moment que suspendue.

Ronan Le Flécher, qui est un des chargés de communication du Collectif, a déclaré à l'Agence France Presse :

«Dimanche, de 13 h à 17 h, nous voulons mettre des Bonnets rouges sur tous les ponts enjambant les quatre-voies des cinq départements bretons (Loire-Atlantique incluse, ndlr). Il s'agira d'une action symbolique, bon enfant, sans violence, sans blocage et sans opération escargot, simplement avec des bonnets rouges et des Gwen ha du».

L'opération est décentralisée au niveau des comités locaux des Bonnets rouges qui ont été créés partout en Bretagne, chacun d'eux s'occupant de l'organisation dans sa zone proche.

Voir aussi :

mailbox imprimer
la rédaction de l'abp

Vos commentaires :

Naon-e-dad
Mercredi 1 janvier 2014

rappel: pour la Loire-Atlantique, il y a une magnifique (et très solide) passerelle piétonne, sur le territoire de Saint-Herblain, à proximité immédiate de Nantes, entre Le Zénith et le centre Atlantis.

Un treuzadell a vefe bravoc'h c'hoazh leun a vannieloù warni...

Reun Allain
Jeudi 2 janvier 2014

Je n’ai jamais manqué une action de soutien au mouvement Bonnets rouges et plus particulièrement à Quimper et Carhaix mais cette date du 5 janvier est inopportune compte tenu de l’actualité bretonne.

Le regard n’est pas porté en ce début d’année sur la fiscalité mais sur les catastrophes subies par les riverains de nos fleuves. Si pour certains d’entre nous persistons à vouloir nous montrer sur des ponts de 4 voies, l’image va être déplorable. Les médias ne manqueront pas d’opposer des manifestants d’un côté avec d’autres luttant pour leur survie dans leur maisons dévastées par les inondations.

Il n’est pas encore trop tard pour suspendre cette manifestation et s’il y a des lieux plus opportuns, ce sont les endroits où chacun peut se rendre utile par un coup de main aux sinistrés.

Le mouvement a eu le soutien d’une majorité. Ne gâchons pas ce capital de sympathie par une action à contre temps, certains adversaires à la cause s’en frottent les mains par avance. Ne faisons pas la manif de trop qui peut détruire tous les bénéfices des actions de l’automne 2013.

Michel Prigent
Samedi 4 janvier 2014

Je suis plutôt d'accord avec Reun Allain.

Ici, dans le comité de Nantes de Bretagne Réunie, nous multiplions depuis 8 ans notamment, des actions locales de terrain pour harceler les politiques (Réunions PdL 2040 par ex.) ou populariser notre revendication de réunification de la Bretagne (tractage au Zénith, aux festou-noz, évènements sportifs… avec ou sans d'autres collectifs, soit 10 à 20 interventions par an).

Certes, cela à permis de nous faire connaître auprès du citoyen qui ne manifeste très majoritairement aucune hostilité à notre démarche.

Par contre, pour déplacer les médias et avoir droit à un encart dans la presse locale, c'est la croix et la bannière.

De toute façon, la répétition de ces mini manifs n'impressionne, mais pas du tout les élus qui savent très bien gérer ces situations.

Seules des manifs puissantes, coordonnées, portant un projet précis et cohérent, déclenchées à des dates opportunes sont susceptibles d'émouvoir le personnel politique.

Certes, il est trop tard pour annuler la manif du 5 janvier (un ou 2 médias nationaux en ont parlé), surtout qu'elle a reçu l'aval du collectif en la personne de R.Le Flécher, mais elle risque, si elle n'est pas suffisamment suivie d'être contre productive.

Nota: Mes camarades bretons ont pu remarquer que je me faisais rare lors de ces manifs ponctuelles non seulement par usure physique due à l'âge, mais aussi par érosion de ma motivation au vu du ratio investissement/résultat.

Cependant la crise qui n'en est qu'à ses débuts devrait éveiller des consciences et susciter des vocations contestataires sans, heureusement ou pas, mener à une révolution voire même sans ébranler notre système oligarchique !

Après tout, des manifs de type "bonnets rouges" ont lieu tous les jours en Grèce, Italie, Espagne sans que les protestataires ne se risquent à faire une révolution armée ou pas genre tsunami bolchevique, au contraire ils reconduisent à chaque élections les mêmes partis droite ou gauche représentatifs du système en place...Désespérant ?

Reste quand même pour les bretons et les autres régions de France à revendiquer une liberté accordée depuis longtemps aux 3 pays en crise précédents: L'autonomie régionale (encore qu'en Grèce, je ne sais pas, il est vrai que là-bas l'Etat n'arrive même pas à collecter l'impôt.)

C'est cette demande de subsidiarité portant sur des revendications fondamentales dues à chaque peuple: langue, unité territoriale, "vivre et décider au pays", que doit porter fermement le collectif "Bonnets Rouges", puisque tous les partis nationaux, y compris les Verts et le Centre en sont incapables.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.