-- Cultures --

Ces nouvelles communes qui "débretonnisent" notre territoire… Bienvenue à Beaussais-sur-Mer

Communiqué de presse de Construire la Bretagne (porte parole comité de rédaction) publié le 4/04/17 7:03

Imaginerait-on en Corse un Propriano ou Porto-Vecchio devenant « Beaussais-sur-Mer » ? Pourtant, c’est ce qui vient de se passer en Bretagne. Voici que Ploubalay, Trégon et Plessix-Balisson ont choisi un nouveau nom : Beaussais-sur-Mer. Soudainement, sans avoir consulté les populations par scrutin, après confrontation normale des idées et opinions, des élus ont décidé qu’il fallait un nouveau nom. Ils se sont alors mis d’accord entre eux pour nommer un territoire « Beaussais-sur-Mer ». Des panneaux fleurissent pour fêter l’événement. Ils annoncent soudainement aux habitants de Trégon, de Ploubalay et de Plessix-Balisson qu’ils ont déménagé… !

Certains jugeront cet événement sans intérêt. Peut-être. Mais quand on appelle Marcel quelqu’un appelé depuis toujours Victor, il n’est généralement pas content. Ici, ce sont les élus qui ont décidé de choisir une appellation pour leurs habitants. Leurs ambitions étaient certainement d’être tendance, de bien faire, de faire moderne. On constate toutefois que deux éléments au moins posent question.

Tout d’abord, si le mot Beaussais existe, on constate qu’il est tout sauf neutre et plutôt « de la haute ».

Initialement, il correspond à un château construit en 1842 par Victor Le Boüetoux de Bregerac. Un peu comme Versailles a donné son nom à une ville, on a donc choisi de qualifier tout un territoire du nom d’un château. Certains contesteront en disant qu’il existe aussi une baie de Beaussais mais, avant qu’elle ne soit précisément accaparée par les châtelains, elle s’appelait « baie de Saint-Jégu » (jusqu’au XVIIe siècle) puis la baie du Drouet (XVIIIe siècle). Les élus ont donc jugé pertinent de dire aux gens occupant des maisons à Trégon, Plessix-Balisson ou Ploubalay qu’ils étaient devenus des châtelains. Pourquoi pas. Le lieu-dit Beaussais reste un « château » de style malouinière qui est désormais une demeure « étoilée » de luxe. Puisque les élus ont décidé que tous les habitants habitaient « Beaussais », on leur propose immédiatement d’ouvrir gratuitement les portes du château et de la résidence à la population. Personne ne sera contre. On dit généralement que les Bretons ne sont pas frimeurs. On a fait ici le choix d’un nom prétentieux et ronflant qui fait fi des territoires classiquement occupés par les habitants.

On remarquera ensuite la puissance communicante du slogan « c’est beau, c’est Beaussais, c’est Beaussais-sur-Mer ». Peut-on faire plus ringard ? Les premières extensions « sur mer » datent des années 1920 et la commune se croit moderne en ayant un siècle de retard. Depuis une trentaine d’années, tous les scientifiques constatent que les communes ayant abattu une carte touristique unique sont concernées par les mêmes problèmes, voire les mêmes pathologies : économie exclusive de la villégiature favorisant l’exclusion foncière, la hausse des taxes liée à la nécessité pour les résidents permanents de payer les équipements temporaires liés au pic de la fréquentation estivale (parking servant deux mois par an, station d’épuration…), l’endettement des communes, la baisse de la population résidentielle, le vieillissement irréversible, l’exclusion des jeunes, la ségrégation sociale, la mono-activité touristique fonctionnant deux mois sur douze et tuant les activités pérennes.

Les îles bretonnes ayant fait ce choix ont perdu jusqu’à dix fois leur population et se mordent les doigts d’avoir mené cette politique, tentent avec l’énergie du désespoir de faire marche arrière pour renouer avec une économie productive, favoriser un développement durable, la mixité sociale. Elles se battent pour renouer avec un développement maîtrisé, font tout pour vivre douze mois sur douze et non être occupées temporairement par quelques nantis. Le secteur de Trégon, Plessix-Balisson, Ploubalay… évitait précisément les problèmes liés à la gentrification de Saint-Jacut de « la mer », de Briac sur « Mer », etc. Il ne faisait précisément pas comme les autres, gardait une identité bretonne permettant aux Bretons et à d’autres de vivre et travailler au pays.

« Beaussais-sur-Mer » se croit moderne. Ses promoteurs ont un siècle de retard. Ils sont tout heureux de leur trouvaille au moment où ils promeuvent ce qu’il ne faut pas faire.

L’heure est aujourd’hui au développement qui prend précisément en compte l’originalité du territoire, qui se base sur une économie productive maîtrisée, qui valorise son identité pour mieux s’affirmer. Qui est tout sauf hors-sol. Une poignée d’élus décide avec un siècle de retard de faire tout l’inverse. Qu’en disent les habitants ?

Le Comité de rédaction de Construire la Bretagne

(voir le site)

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1468 lectures.
mailbox imprimer
construire la bretagne pour des régions citoyennes la bretagne reconstituée avec ses 5 départements et le développement de coopérations avec les régions voisines, sont au c½ur de notre préoccupation. (voir le site)

Vos commentaires :

Iwan Le Mée
Mardi 4 avril 2017

Such a shame !

Marie-Josée Christien
Mardi 4 avril 2017

Quelle horreur !

Alain E. VALLEE
Mardi 4 avril 2017

Les jacobins ne sont pas tous à Paris !

AV

Fabrice Ménard
Mercredi 5 avril 2017

Ridicule !

Caroline Le Douarin
Vendredi 7 avril 2017

Belle étude et bonne documentation. À la poubelle tous ces élus incultes, indignes de continuer à "régner" en Bretagne. À quand les prochaines municipales ? Pensons-y.

Naon-e-dad
Vendredi 7 avril 2017

Si ABP n'avait pas précisé que l'assemblage de communes en question se situaient dans les Côtes du Nord (pardon, dans les Côtes d'Armor), j'aurais instinctivement pensé qu'il s'agissait d'une localisation quelque part du côté de la baie de Somme, par exemple. Ou alors du côté des Charentes. Ou encore du côté de la Méditerranée.

Mon conseil aux élus locaux. Changez ce nom avant qu'il ne soit trop tard. Et revenez à quelque chose de plus sérieux, et de plus agréable pour les yeux, les oreilles, et le coeur! Et puis, arrêtez avec ce "sur mer" qui fait penser aux débuts du tourisme (à la fin du XIX° siècle) ou alors qui fait toc.

Désolé, mais voyez avec vos habitants. Et surtout, surtout, évitez de vous en remettre à une agence de pub. Ces gens là peuvent vendre de la lessive ou n'importe quelle poudre de perlin-pinpin. Rien ne vaut la trace d'une longue histoire (millénaire, bimillénaire, ou plus - question de point de vue - , s'agissant de la Bretagne) . Franchement, je préfère Ploubalay (à réorthographier correctement) ou Tregon ...

Evit gwir, gwelloc'h eo din an añvioù kozh: Plouvalae, Tregon....

yann le meur
Samedi 8 avril 2017

et la ville de Quimperlé qui débaptise la salle du coat Kaer en espace Benoite Groult, ce n'est pas de la débretonnisation ?????

Jean Albert
Samedi 8 avril 2017

La polémique me semble en porte à faux. La nouvelle commune est en Pays gallo et si "Plou" rappelle la toponymie venant des gallois, le nom choisi s'inscrit dans l'histoire locale et l'identité gallo qui est partie de l'identité bretonne, n'est ce pas (?). La ville de Rohan s'inscrit dans l'histoire locale et de ses seigneurs aussi, sans que quiconque trouve à redire.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.