CD du trio Hervieux Mahé "Le sauveur des âmes" - (Salver an eneanoù)

-- musique --

Chronique de Culture et Celtie
Porte-parole: Gérard Simon

Publié le 1/09/17 16:44 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
Trio HERVIEUX MAHE "Seih re boteù" - Extrait de 01:07 CD Coop Breizh - Trio HERVIEUX MAHE

Entre bien et mal, Christ et diable, sacré et profane, français et breton, Pays de Redon et Pays de Pontivy, complaintes de jeunesses comme de vieil âge, sur une véritable orchestration de biniou, bombarde et orgue au service d’un instrument majeur très présent dans l’expression musicale bretonne traditionnelle, qu’elle soit liturgique ou festive… la voix, voici le premier disque du Trio HERVIEUX-MAHE.

42948_1.jpgJaquette du CD TRIO HERVIEUX MAHE "Le sauveur des âmes" - (Salver an eneanoù).

Le titre de ce CD, distribué par Coop Breizh : « Le sauveur des âmes - Salver an eneanoù ».

Avec « un répertoire qui nous enseigne les conduites à éviter pour ne pas être pendu au petit matin », précise le paragraphe chapeau du livret associé à la jaquette de ce très bel album de 11 titres, très majoritairement, chantés avec quelques instrumentaux à part entière et nombre de forts brillantes et conséquentes interventions des trois instruments qui semblent prolonger et porter la voix vers l’au-delà !

Cet opus est fruit de la réunion de collectages, tous, entrepris, puis arrangés, par Gilbert HERVIEUX, Dominig MAHE et Wenceslas HERVIEUX que nous retrouvons, dans ce très intéressant enregistrement, respectivement, à la bombarde, au biniou et à l’orgue. Tous trois, en sont, aussi, les voix.

Cet album, parfaite trace de la complicité de ce trio de musiciens, met en lumière un répertoire du terroir Morbihannais, appelé, aussi, vannetais gallo et bretonnant, certes, relativement connu d’un sérail d’anciens, mais qui n’a pas tant d’occasions d’être entendu par un public plus jeune et plus large. Particulièrement, par le puissant jeu d’orgue de Wenceslas, ces ancestrales pièces accèdent, ainsi enjolivées, à une autre dimension, à une autre consécration !

La vélocité, l’amplitude, mais, aussi, la nuance de chaque jeu apparaissent comme un évident trait d’union entre ces compères qui se connaissent depuis 40 ans et fusionnent, régulièrement lors des festoù noz et concerts, leurs talents, en particulier, pour Gilbert et Domnig, depuis 20 ans !

Profondément ancré en eux, les artistes ont, déjà, préalablement, chanté ce répertoire, en concert, mais ils ne l’avaient pas encore arrangé, ornementé, quasi-orchestré, comme dans ce présent enregistrement.

De surcroît, pour celui-ci, ils ont su conjuguer les quelques pièces de ce très vaste patchwork musical et vocal puisé dans les Pays de Pontivy, de Lorient à Redon, via Questembert, en décelant les pages qui se marieraient bien ensemble, garantissant, ainsi, à l’album, une homogénéité musicale, thématique et une cohérence de discours.

Chaque morceau raconte une histoire dans le contexte d’une époque où l’empreinte du clergé amplifiait, encore, l’impératif devoir moral que les anciens devaient avoir envers les jeunes. C’est là où le sacré et le profane se rejoignaient, car, dans ces récits chantés, il y avait très souvent une histoire de clocher, de dernier sacrement ou de soutane qui venait épouser la narration des petits événements quotidiens, objet privilégié des gwerzoù.

Ce disque n’est, en aucun cas, moralisateur. Ce sont de simples clichés sépia que les musiciens ont rehaussés, colorisés, prudemment actualisés par leurs intenses et respectueuses interprétations afin que ces images d’autrefois ne finissent pas, comme le chante Gilles SERVAT, dans « La maison d’Irlande »… « au cimetière des photos ».

Ce sont des joyaux patrimoniaux pour lesquels, il fallait, pour l’enregistrement, trouver un bel écrin… un lieu où, bien sur, il y avait un grand orgue, pleinement opérationnel !

Après quelques réflexions sur plusieurs cadres possibles, toujours entre Pays de Pontivy et Pays de Redon, le choix s’est porté, finalement, pour garder unité de lieu et d’inspiration artistique, sur la Basilique de Pontivy, ceci grâce, à l’accord du Recteur, au concours de Jorj BELZ et à l’approbation de la titulaire des grandes orgues de l’édifice, Françoise PASCO.

C’est ainsi qu’en septembre 2016, après des pré-maquettes réalisées in situ, se sont déroulées trois séances de prises de sons, programmées entre 21h et 4h du matin, afin de bénéficier du silence nocturne.

Un soin, tout particulier, a été apporté à la captation des pièces sélectionnées, ainsi qu’au « conditionnement » final du son des plages enregistrées sur le CD. Un avertissement sur ce sujet est mentionné, au titre de la dynamique sonore, sur la dernière page du livret joint à la jaquette.

J’espère que nos chers musiciens ne nous en voudront pas d’avoir, sur cette page Internet, outrageusement compressé en mp3, quatre extraits de leur album. Il faut bien en présenter à nos internautes quelques mesures dans un format suffisamment calibré, compatible avec la fluidité du web de chacun de nos nombreux visiteurs.

Comme nous, vous serez, ainsi, encore plus ravis de découvrir sur le disque, avec une réelle et grande qualité sonore, cette excellente « mise en boite » concoctée par Fred WOFF, ingénieur du son spécialisé dans les prises de sons acoustiques ayant, entre autre, exercé, pendant plusieurs années, ses talents avec l’Orchestre Philharmonique de Prague.

Nous avons aimé l’ensemble des titres de l’album.

Nous n’en ferons pas le systématique inventaire, évitant d’altérer, finalement, l’aspect conceptuel de l’album.

C’est ample, authentique, varié, tout en puissance… mais en nuances, avec une recherche de plans sonores, de mises en place pour les instruments et les voix !

En plage 4, nous avons retrouvé, avec plaisir et intérêt, cette chanson connue dans tout le terroir vannetais, donc, en français, comme en breton qui, dans ce disque, selon la version collectée auprès de Marie LE BEAU-JOSSO de Béganne, prend le titre de « Crime et châtiment ». Cette interprétation semble faire écho au très récent enregistrement de ce même air, cette fois sous le titre de « Personne n'en est la cause » que Nolwenn ARZEL vient de graver sur son CD « A Nezh Kalon - De toute mon âme » que nous vous avons présenté, sur nos pages en ligne, il y a, encore, peu de temps (voir le site) .

Cette plage, la plus étendue du présent CD (08:11), nous permet d’apprécier une très belle ligne de chant, quasi a capella, à mi-chemin, reprise par un très fin jeu d’orgue introduisant un accompagnement plus marqué pour la suite et la fin de la narration de cette dramatique épopée.

Après des points de suspensions distillés, dans le même tempo, par l’orgue, bombarde, biniou et orgue prennent, alors, puissance et rythme de marche, avant de conclure dans le tempo initial du chant.

Ce dispositif musical évite, ainsi, toute impression de récurrence.

Comment ne pas mentionner le « Hon Tad ezo én nean » (Notre père qui êtes aux cieux), cantique reprenant le thème musical profane précédemment connu, comme le précise le livret, sous le titre « Silvestrick » et que nous avions, personnellement, « rencontré », dès 1970, nommé « Silvestrig », sur l’album « Reflets » d’Alan STIVELL avant, d’à nouveau, le croiser, sous ce même titre, en 1998, sur le disque de GLAZ, intitulé « Holen ar bed », le sel de la terre.

« Silvestrig », le petit Sylvestre, est, à l’origine, une chanson extraite du recueil de chants populaires bretons, Barzaz Breiz, dont le thème est la conscription obligatoire.

Le chant est issu d'un événement historique datant du XIième siècle : la conquête de l'Angleterre par les Normands, après que Guillaume le Conquérant fit publier son ban de guerre en 1066. Le comte Eudes de Bretagne lui vient en aide en envoyant ses deux fils et un corps de chevaliers bretons. Parmi ceux-ci se trouvait l’homme dont la chanson évoque le souvenir.

Dans ce CD, nous découvrons, donc, une version textuelle liturgique ! Nous passons, ainsi, comme le chante Jean Ferrat « du sabre au goupillon ».

Il faut dire, qu’en Bretagne, profane et sacré se rejoignent souvent, l’un se nourrissant de l’autre.

Le sauveur des âmes » est un album brillant, tant pour le fond que pour la forme. Remarquablement joué, arrangé, chanté… interprété, il dépasse le cadre, plus habituel, du « bombarde et orgue » que nous apprécions, déjà, beaucoup grâce, notamment, qu’ils soient présents ou disparus, aux talabarders et organistes Jean-Claude JEGAT et Louis IHUEL, Christophe CARON et Hervé RIVIERE, André LE MEUT et Philippe BATAILLE, Michel AVIGNON et Pierre ROBLIN, Erwan HAMON et Wenceslas HERVIEUX (voir le site) pour ne citer que ces Maîtres en la matière.

En sus de ce familier duo instrumental, Gilbert, Dominig et Wenceslas ont su introduire, avec efficience le biniou et le chant, ce qui génère pour ce disque, pratiquement,« live », une avidité de découverte, au fil des plages, pour l’auditeur, toujours aiguisée. C’est une très belle fusion instrumentale qui ne peut que servir la pérennité de la tradition populaire bretonne issue de la mémoire collective, ici, celle du terroir du Morbihan, du vannetais.

Amis de la belle et bonne musique bretonne et de la tradition respectueusement revisitée, « Le sauveur des âmes » est un album original et nécessaire qui manque, sans aucun doute, à votre discothèque. Ne laissez pas persister cette carence.

Merci, Monsieur Wenceslas HERVIEUX, de nous avoir fait découvrir, pour transmission à nos lecteurs, cet opus fondamental qu’est « Le sauveur des âmes », réalisé sur collectages et re-créations inspirées de votre trio.

Gérard SIMON.

Illustration sonore de la page : Trio HERVIEUX MAHE «Seih re boteù» - Extrait de 01:07.

D'autres extraits sur le site Culture et celtie, l'e-MAGazine. (voir le site)

Les titres du CD «Le sauveur des âmes» - (Salver an eneanoù).

01 - Ketan 'm es groeit el léz - chant sonné - 02:11.

02 - Les Grâces - cantique de fin de repas - 04:09.

03 - Joli mois de mai - chanson de la quête de l'oeuf - 02:45.

04 - Crime et châtiment - mélodie - 08:14.

05 - Venez chrétiens fidèles - complainte - 02:23.

06 - Rossi Rossi Rossignolet - suite de chants sonnés - 06:27.

07 - Hon Tad e zo én nean - notre père qui êtes aux cieux - 05:08.

08 - Le bal du démon - complainte - 02:25.

09 - Seih ré boteù - chanson - 03:30.

10 - Profitons de nos beaux jours - complainte - 05:30.

11 - Jolie Flamande - mélodie, marche, rond de St-Vincent - 04:29.

CD «Le sauveur des âmes» - (Salver an eneanoù) :

Parution : 17 mars 2017

Edité chez : COOP BREIZH - (voir le site)

Réf : 4016148

La page Facebook du Trio Hervieux Mahé : (voir le site)

© Culture et Celtie

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.