Candidats aux municipales : l'ACB rencontre les 10 de Nantes

-- Politique --

Chronique
Par Didier Lefebvre

Publié le 20/03/14 7:46 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Parallèlement à la sortie de son Livre Blanc « Culture et identité bretonne à Nantes » (voir le site) L'Agence Culturelle Bretonne (ACB44) (voir le site) a tenté de rencontrer les 10 candidats à l'élection municipale à Nantes dimanche prochain, et leur a soumis un questionnaire (voir le site) relatif à leur positionnement relativement aux 21 propositions précises formulées. (1)

Nous laissons aux lecteurs le soin de découvrir dans le détail les réponses apportées par ces candidats au questionnement de l'ACB, voici toutefois un rapide état des réponses ou non-réponses, apportées. Cette analyse n'engage que l'auteur de cet article, qui a exploité les documents publics de l'ACB.

Du refus ferme mais courtois à l'ignorance

Des 10 candidats qui se présenteront au suffrage des électeurs nantais ce dimanche à venir ont accepté un rendez-vous, ou ont laissé ce soin ce soin à un(e) colistier(ère). Ce chiffre est en soit une réussite. La culture bretonne a fait réagir. Mme Defrance, Lutte Ouvrière, qui a refusé catégoriquement la rencontre, arguant que la « parce que la «culture bretonne» toute respectable quelle soit, ne fait pas partie de mes axes de campagne ». Cette réponse a le mérite d'être claire, et surtout, a le mérite d'exister. En revanche Mme Van Goethem La chance pour Nantes n'a pas donné suite aux demandes de rendez-vous, ni répondu au questionnaire. Son positionnement quant à la culture bretonne à Nantes et ses actions, si elle est élue à la tête de la municipalité, est d'un suspense insoutenable.

Lors des rencontres, les candidats ont écouté très courtoisement les 21 propositions, selon les cas ont expliqué leurs points de vue, qui ne sont pas relatés sur le site de l'ACB. Il était convenu qu'ils (elles) renvoient par la suite le fameux questionnaire, seuls trois l'ont fait, il s'agit de (ordre alphabétique) de M. Bouchet, FN, Nantes Bleu Marine , Mme Chiron, EELV, Liste écologiste et citoyenne, et de Mme Rolland, PS, Nantes a de l'avenir.

D'accord sur tout

Le premier cité, c'est simple, est d'accord sur tout. Le Gwenn ha du (voir le site) sera sur le front de l'Hôtel de Ville en cas de victoire, ainsi que toutes les autres propositions : charte de la langue, placer Nantes en Bretagne et... la Réunification de la Bretagne. Les états-majors parisiens seront-ils d'accord ?

Les deux candidates suivantes ont accompagné leur réponse d'une longue réponse. Mme Chiron insiste sur « l'importance d'engager sur le prochain mandat le processus de réunification de la Bretagne», Mme Rolland « attache un grand prix  à la promotion de la culture et de la langue bretonnes. Composantes à part entière de l'identité nantaise, elles sont également pour moi des vecteurs essentiels d'ouverture et d'échange. Je sais en particulier combien la culture bretonne est vivante, plurielle et ouverte au monde. ». Ces deux là précisent d'une façon formelle qu'elles adhèrent à l'idée de mettre le Gwenn ha du sur l'Hôtel de Ville « entre le drapeau français et européen », précise même Mme Rolland.. Houla, entre les deux. Au milieu, quoi !!! Dont acte. Peut-être aurons-nous l'occasion d'en reparler ? Nous serons attentifs si vous l'une ou l'autre est élue.

Après un débat démocratique et populaire

D'autres ont choisi de n'envoyer qu'un seul courrier, après le rendez-vous. M. Bruckert, MODEM, L'Alternative pour Nantes « fera en sorte de mettre le Gwenn ha du sur l'Hôtel de Ville, et d'utiliser à nouveau les armes de la ville ». Bien. Nous verrons.

M.Croupy, Nantes à gauche toute ! Place au peuple, est favorable à un « large débat démocratique et populaire sur un autre découpage régional de l'Ouest de la France. Ce débat intégrera le retour de la Loire Atlantique à la région Bretagne ». Cette décision a été prise par la liste après de « nombreux échanges entre les composantes ». Dit autrement, la discussion a été chaude, mais la Réunification l'a emporté. Et au Conseil municipal, ça se passera ainsi, ce sera aussi chaud ?

Mme Laurence Garnier, UMP, Ensemble Nantes en grand rappelle son refus de signer les chartes qui lui sont proposées, et ne souhaite pas se prononcer sur la réunification de la Bretagne : « la question du «mille-feuille administratif» est ouverte et nécessitera beaucoup de temps pour trouver des réponses pertinentes si elle est un jour mieux posée ». Mais il lui semble que « l'identité bretonne peut s'affranchir de ces découpages administratifs ». Bref, c'est clair, la Réunification, c'est non, mais en mieux dit.

Enfin, arrivent les deux candidats sont effectivement venus lors de la rencontre, mais n'auraient pas donné aucune suite après. Il s'agit de : M. Gobet, le Parti des Nantais et Kongolo, Je suis là et je compte.

Notes

(1) Les 21 questions posées sont regroupées en cinq grandes rubriques :

- Visibilité ;

- Vie culturelle et sportives ;

- Langues de Bretagne ;

- Action politique.

Les Bretons, des étrangers à Nantes ?

Ces thèmes ne sont pas le fruit du hasard. Ils sont issus du constat qu'à Nantes, être Breton est un combat quotidien, et que l'identité bretonne y est souvent reniée. N'a-t-on pas récemment entendu dire que « dans certains quartiers de Nantes, des Bretons sont venus dans le passé » ? Gast ! Le simple fait de poser ainsi la question est d'y répondre d'une façon subliminale, fausse, scandaleuse et historiquement aberrant. On y lit un mépris qui tenterait de faire croire que Nantes n'aurait jamais été en Bretagne, que les Bretons y sont des étrangers.

Face à ce que certains n'hésitent pas à qualifier de débretonnisation de Nantes, et sur un souhait initial de Bretagne Plus (voir le site) croit-on savoir, l'Agence Culturelle a décidé de créer différentes commissions réunissant des associations adhérentes et d'autres qui ont, d'une part, réfléchi à la rédaction du Livre Blanc, que nous ne saurions trop recommander la lecture, et en a extrait d'autre part cette fameuse liste de propositions. L'été dernier a été studieux chez les animateurs de la culture bretonne !!!

De nombreuses associations ont participé aux travaux

Les citer serait ici trop long. Soit elles ont participé, soit elles ont été destinataires de l'avancée des travaux, comme tous les adhérents de l'Agence (environ 70 particuliers et 115 associations regroupant quelques milliers de personnes) renseignements pris auprès de l'ACB. Mais ce Livre Blanc ne se refermera pas ainsi. Afin d'épauler la prochaine municipalité quand elle mettra en ½uvre ses engagements, à l'image de ce qui se fait depuis maintenant 10 ans, une Conférence annuelle devrait avoir lieu. Celle-ci regroupe traditionnellement les principales associations bretonnes, les élus et administratifs concernés de la Ville. Cette conférence permet de travailler en commun ; c'est lors de la précédente édition, la municipalité a signé la charte « Ya d'ar brezhoneg » (voir notre article) et sur le site de la ville : (voir le site)

Voir aussi :
mailbox imprimer