Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
 Après la conférence de presse à Rennes le 20 décembre. Claudie Poirier pour la Saint Yves ; Stéphane Péan ; Ronan Le Bras ; Pierre-Emmanuel Staebler ; Éric Thoby. Tous quatre pour Bzh Network. À droite Erwan Jarnouen de EntreprisePartners.
Après la conférence de presse à Rennes le 20 décembre. Claudie Poirier pour la Saint Yves ; Stéphane Péan ; Ronan Le Bras ; Pierre-Emmanuel Staebler ; Éric Thoby. Tous quatre pour Bzh Network. À droite Erwan Jarnouen de EntreprisePartners.
BZH Network : page 1 de la brochure.
BZH Network : page 1 de la brochure.
BZH Network : page 4 de la brochure.
BZH Network : page 4 de la brochure.
BZH Network : page 12 de la brochure.
BZH Network : page 12 de la brochure.
BZH Network : page 16 et dernière de la brochure.
BZH Network : page 16 et dernière de la brochure.
- Conference de presse -
BZH NetWork : les réseaux et partenariats se multiplient
Le réseau breton BZH Network, lié au renouveau de la diaspora bretonne, entend favoriser les décloisonnements par les nouvelles technologies de communication et grâce à l'esprit d'entreprise des jeunes générations. Il veut ainsi dynamiser le développement économique de la Bretagne. Exemples d'associations membres : Bretons du Japon, BZH New-York, la Fest Yves/Gouel Erwan.
Maryvonne Cadiou pour ABP le 21/12/07 18:56

L'aventure BZH Network a été présentée hier au Club de la Presse de Bretagne.

BZH Network a pour premier but de dynamiser le développement économique de la Bretagne. Le moyen est créer des liens entre ses membres à travers le monde entier de façon a favoriser des réalisations concrètes. C'est une plate forme réunissant des professionnels de tous horizons qui peuvent procéder à des échanges d'informations sur l'actualité économique, sociale, culturelle ou politique concernant la Bretagne.

Ce site est ouvert à tous, Bretons, Bretons de cœur et sympathisants de la Bretagne. Il s'appuie sur l'importante diaspora bretonne, en France et à l'international. BZH Network semble même participer, sinon au renouveau, du moins à son enrichissement. Des Bretons qui s'ignoraient se découvrent les uns les autres et se réunissent en associations dans des villes du monde où il n'y en avait pas encore. Il prend en compte le fait que « la mondialisation de la diaspora bretonne s'intensifie aux quatre coins du monde. » déclare Stéphane Péan, qui constatait bien des cloisonnements, des fragmentations et trop d'individualismes sur le Net – autant d'obstacles à des actions d'ensemble et à la concertation.

Né de son initiative personnelle, le réseau social breton rencontre un grand succès. Il s'étend en Bretagne, en France ainsi qu'à l'international. Il comprend maintenant plus de 3.000 inscrits (2.200 sur Viadeo et 1 millier via Facebook). Plus de 40 pays sont désormais représentés. Un site web, lauréat – avec la société Zindep, son support technique – de l'appel à projet des Régions Bretagne et Pays de Loire ( voir l'article ) est en cours d'expérimentation (voir le site) (subvention de 64.000 €).

Voir le site de BZH Network : (voir le site) où est présentée la revue de presse en images (voir le site) .

Le forum d'origine est accessible par un hub sur Viadeo (ancien Viaduc) ouvert le 26 décembre 2005. (voir le site) qui y mène directement et où se trouvent les échanges par messages. Les interventions sont rarement datées dans les discussions, sauf quand un article de journal est reproduit, avec titre et date.

BZH Network a choisi d'intégrer la Loire Atlantique à la Bretagne d'après les résultats d'un sondage. (voir le site)

Pour les bretonnants ou ceux qui veulent pratiquer la langue, il y a même des pages où s'exprimer en breton : Rubrique : Brezhoneg evel just ! sur (voir le site) . Il y a encore peu de messages, mais ils ont été lus 30 à 40 fois.

BZH Network affiche sa démarche dans une brochure téléchargeable en Powerpoint sur (voir le site) et quelques pages en photo ci-contre.


Les Bretons du Japon

Stéphane Péan, président de l'association des Bretons du Japon, dit que "les associations de Bretons dans le monde sont jeunes pour la plupart. Celle du Japon avait un but, celui de faire adhérer des Japonais, c'est fait. Nous sommes 70 membres dont 20 Japonais. L'étape suivante est de contacter les entreprises, ce sera pour 2008. Jean Yves Le Drian, président de la Région Bretagne, vient au Japon en juillet depuis plusieurs années et renforce les liens entre le Japon et la Bretagne."
Les activités et les projets de l'association des Bretons du Japon ont aussi été présentés. Dans le cadre de la promotion de la Bretagne au Japon, un fest-noz est d'ores et déjà prévu en 2008 avec Marthe Vassalo en présence de la télévision japonaise NHK ainsi que des rencontres dans le cadre d'un partenariat avec l'Institut franco-japonais de Yokohama. Au plan économique, l'association organise des rencontres networking professionnelles et est en relation avec Bretagne International.
Bretons du Japon s'est rapprochée des étudiants du Centre franco-japonais de Management pour favoriser les échanges d'informations et consolider le réseau breton au Japon par un partenariat sur des échanges d'information (stages, rapports économiques). (voir le site)


Les Bretons de New York

"L'association des Bretons de New York", dit Éric Thoby, secrétaire général, "a été recréée il y a moins d'un an. Elle existait depuis 1948, atteignant son apogée dans les années 60-70 avec 3 000 membres. Dans les années 80 des querelles de clochers l'avaient mise en sommeil. Elle se tient à l'extérieur des conflits d'intérêts et d'influences plus ou moins politiques.
Nous avons 600 adhérents identifiés dont 40 membres actifs à ce jour. Nous espérons arriver à 100 d'ici à fin 2008.
Nos buts : promouvoir la Bretagne auprès des habitants américains, essayer d'impliquer des acteurs localement, établir des partenariats avec des clubs de jeunes, réaliser des événements ponctuels culturels...
Nous travaillons aussi sur le moyen d'aider les entreprises bretonnes à conquérir le marché des Étas-Unis sur des bases concrètes : il y a des écueils à éviter, des normes de contrôle à respecter pour les produits alimentaires..."

Ses activités ont été également présentées dont une coopération avec le Comité Régional du Tourisme de Bretagne et un partenariat avec l'Université Catholique de l'Ouest, à Guingamp (des étudiants étant en charge d'études économiques). (voir le site)


Les associations et réseaux bretons dans le monde, aujourd'hui une vingtaine, sont interconnectés autour du label BZH Network tout en gardant leur totale indépendance. D'autres projets et partenariats sont en cours au Mexique, en Argentine, etc ...


La Saint Yves dans le monde

Enfin, Claudie Poirier, directrice de l'association Fest Yves / Gouel Erwan, créatrice et coordinatrice de la fête de la Saint Yves dans le monde, est intervenue pour présenter la démarche de promotion de la Saint-Yves susceptible de fédérer la diaspora bretonne en lui donnant un rythme collectif. La Région soutient stratégiquement la démarche en accordant des subventions ciblant le 19 mai, date de la Saint-Yves ("Bretons à travers le monde").

Elle expose ses difficultés pour l'étendre encore et raconte sa « rencontre providentielle avec BZH Network ».
Elle constate, en ce qui concerne la diaspora bretonne, « la différence de fonctionnement entre les réseaux nés il y a 20 ans ou plus et les possibilités actuelles de relations. Le monde a changé, une autre vision de la société se dessine. »
"Bzh Network, né du constat de cloisonnement, comme l'a expliqué Stéphane Péan, et du désir de synergie opérationnelle entre les Bretons, rejoint tout à fait les buts de la Saint Yves qui se trouve sur la même ‹longueur d'onde›". Bzh Network propose de développer des actions concrètes en réseau sur les plans culturel et économique. Il est prêt à lancer des opérations comme la Saint Yves. « Cette fête a 10 ans, elle devient la Fête de la Bretagne comme l'indiquent les résultats du sondage proposé » (voir le site) . Voir aussi les résultats en clair sur la page 15 du fichier Powerpoint. « Elle doit atteindre une vitesse supérieure et être véhiculée par les Bretons extérieurs à la Bretagne »


Qui sont ces membres de BZH Network qui mettent leur esprit d'entreprise au service d'une dynamique pour la Bretagne ?

Une nouvelle génération se profile dans le monde de l'entreprise. Elle a bien intégré maintenant les atouts du fonctionnement type Renaissance XXIe siècle possible grâce à Internet. Ces jeunes cadres trentenaires ont osé sortir de leur zone de confort, osent aussi en permanence la confrontation constructive, tant économique que culturelle. Ils réussissent là où ils ont décidé de s'installer, ont pris conscience de la richesse de la culture de l'autre, certains se sont mariés à l'étranger. Mais ils ont envie de garder un lien avec la Bretagne. Finie la nostalgie, ils ont décidé d'aider au développement économique avec la nouvelle efficacité et l'interactivité rendues possibles par les nouvelles technologies. Parmi ces jeunes cadres bretons étaient présents jeudi à Rennes :

– Stéphane Péan, de Saint Malo, est cadre au bureau de représentation de PSA Peugeot Citroën à Tokyo et président de Bretons du Japon.

– Pierre Emmanuel Staebler, de Lorient, est à la tête d'un cabinet de consultation internationale à Rennes avec un associé à Hong Kong et trésorier adjoint des Bretons du Japon.

– Éric Thoby, de Guérande, est directeur général de Crystal Finance pour la filiale des États-Unis, chargé de la gestion du patrimoine et des investissements financiers et immobiliers pour les Français expatriés et secrétaire général des Bretons de New York (président Laurent Corbel).

– Ronan Le Bras est délégué à l'Association des étudiants du Centre Franco-Japonais de Management de Rennes, ACFJM (voir le site) . Il a passé 7 ans à l'International. Il étudie actuellement les relations économiques entre la Bretagne et le Japon. Il souhaite guider des étudiants qui cherchent des stages au Japon, dans le but de s'intégrer dans le cadre économique japonais, et les mettre en relation avec les entreprises susceptibles de les accueillir. Sa deuxième année de formation se poursuivra au Japon en 2008, l'année des 150 ans de relations entre la France et le Japon.

Cet article a fait l'objet de 2702 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Voir tous les articles de de Maryvonne Cadiou
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons