Brexit : la pêche bretonne, Paris s’en fout !

-- Gael BriandBretagnebrexitlorientpêche --

Communiqué de presse de Oui la Bretagne
Porte-parole:

Publié le 17/05/17 0:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Pour Lorient, le scénario d’un « hard Brexit » serait une catastrophe étant entendu que, de tout temps, les marins bretons ont pêché en Écosse, dans la Manche ou en Mer du Nord. Des centaines de marins, de mareyeurs et de transformateurs sont concernés. Plusieurs navires de la Scapêche, principal armateur breton, dépendent essentiellement de l’autorisation de pêcher dans ces zones. Si l’interdiction était avérée, il est à craindre que ces navires se rabattent sur la côte, concurrençant la pêche artisanale côtière.

À l’instar du Danemark, j’appelle le prochain gouvernement à faire valoir les droits historiques des pêcheurs bretons dans ces eaux en s’appuyant sur la convention des Nations Unies sur la mer qui garantit le respect des « droits de pêche traditionnels », convention qu’a signé le Royaume-Uni.

Les conservateurs britanniques mentent en prétendant « récupérer » leurs eaux puisqu’elles n’ont, en réalité, jamais été leur propriété exclusive, du moins en ce qui concerne la pêche ! Pour Paris, ce sujet est sûrement accessoire, mais pour la Bretagne, il est bel et bien prioritaire.

Voir aussi :
mailbox imprimer