Bretagne Réunie : ceux qui ont voulu s’en emparer ont raté leur coup

-- La réunification --

Compte rendu
Par Didier Lefebvre

Publié le 20/09/20 20:29 -- mis à jour le 21/09/20 22:30
50961_1.jpg
création ABP A/P logo de Bretagne Réunie

Une AG tendue, deux motions opposées, l’une soutenue par une trentaine de militants, parmi lesquels on retrouve Paul Loret et Alain Peigné, les co-présidents sortants, une autre soutenue par l’association toute nouvelle À la Bretonne, derrière qui ne se cache pas Florian Le Teuff, et quelques anciens administrateurs, majoritaires au Comité local nantais.

Les seconds nommés n’ont aucun élu sur 30.

Cette tentative de prise de contrôle a échoué.

Pas de politique à Bretagne Réunie

Après deux longues années de tensions, et des reports successifs à cause de la pandémie, l’AG statutaire de Bretagne s’est enfin tenue à Vannes (locaux de Ti ar Vro). Dans une ambiance pas toujours sereine.

Après les rapports moral et financier, approuvés à 90 %, vint le temps de la présentation des motions.

D’abord une motion thématique, présentée par Kevin Jezequel (Nantes) et Patrick Lecat (Saint-Nazaire) appuyée fortement par Stéphane Briand (Nantes) et Florian Le Teuff, adjoint au maire de Nantes. Celle-ci prônait des relations structurées entre Bretagne Réunie et la sphère politique. Or, Bretagne Réunie se doit de ne pas entrer dans le jeu politique, même s'il lui est indispensable de les rencontrer. Paul Loret a d’ailleurs fait la liste de toutes les rencontres effectuées de politiciens rencontrés, dont celle organisée lors du dépôt de la pétition à l’Assemblée Nationale.

Cette motion est rejetée à 53,4 % des voix exprimées.

Deux motions d’orientation générale

Vint ensuite la présentation de deux motions d’orientation générale, une soutenue par une quinzaine de candidats au CA, dont 1 seul n’était pas de Loire-Atlantique. Durant les débats, elle a été défendue par les partisans de l’Association À la Bretonne, nouvellement créée, et dont le Comité local Nantais se montre très proche. Y figurent quelques administrateurs sortants.

La seconde était portée par une trentaine de candidats, dont les deux anciens co-présidents, des administrateurs sortants et une vingtaine de personnes nouvelles dans l’administration de l’association.

Ce sont ces deux groupes de personnes, plus deux qui ont décidé de ne pas privilégier une motion au détriment de l’autre, qui se sont présentés au CA.

Des élections individuelles

Il faut ici rappeler que l’élection au CA n’est pas un scrutin de listes, mais l’affaire de candidatures individuelles. Les partisans du CL Nantais, sentant le vent tourner en leur défaveur, ont vainement tenter de demander aux électeurs de voter « mixte », autant d’élus de chaque liste, cette proposition n’a pas été suivie. D’ailleurs, une équipe mixte à 15-15, malgré des promesses de « travailler en bonne intelligence » n’aurait pas fonctionner, cela s’est constaté dans l’ancien CA dès que la contestation a commencé à mûrir.

On est donc bien resté dans une logique de choix individuels.

Résultats : aucun membre de la mouvance À la Bretonne n’a été élu

Ce sont les partisans de la motion « Paul Loret – Alain Peigné » (c’est un raccourci), qui ont fait carton presque plein, avec 29 élus, et un candidat n’ayant pas privilégié une liste qui sont élus.

Un communiqué précisera prochainement les résultats.

Le principal reste à faire : remettre sur la bonne voie ce grand navire qu’est Bretagne Réunie, forte des derniers résultats obtenus, dont les 105.000 signatures.

Le navire a tangué, il n’a pas coulé.

Cap vers la Réunification de la Bretagne grâce à des actions réalisées maintenant en toute sérénité.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1675 lectures.
mailbox imprimer
logo
Didier Lefebvre est correspondant ABP pour la Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

Dominique Bognet BR DINAN
Dimanche 20 septembre 2020

Je ne saisi pas le sens équivalent à tentative de coup d état ! nous sommes bien dans un cadre démocratique alors pour parler de ceux qui on perdu de cette façon ? Merci pour la réponse.

De quels récupérations politiques parlaient vous svp pourque l on comprenne tout ? Engagez vous dans la transparence c est mieux merci !

A galon

Dominig

Roger ANNEZO
Dimanche 20 septembre 2020

Que Bretagne Réunie continue dans la voie la réunication de la Bretagne et reste en dehors des partis politiques...

Yann D
Lundi 21 septembre 2020

Espérons le calme après la tempête et un adjoint plus prudent.

En effet monsieur l'adjoint aux enjeux bretons à la mairie de Nantes a demandé clairement aux adhérents présents de voter pour une des deux listes en présence.

La liste qu'il soutenait était menée par les présidents de l'association à la bretonne - personnes qui étaient encore début septembre animateurs au comité local de Nantes et en sont encore membres.

Ils ont participé à la création de la « coordination démocratique » résolument gauchiste. avec laquelle ils ont défilé en 2019 en présence de divers drapeaux rouges.

(voir le site)

Inscrit à Bretagne Réunie quelques mois avant les élections municipales, monsieur l'adjoint a estimé il y a quelque temps, pendant la campagne municipale, qu'il pouvait prendre la parole au nom de l'association, prévoir une intervention à Paris. Sans en informer la présidence.

De fortes tensions sont nées dans l'association qui a pâti de cette situation. Oui espérons que chacun reste à sa place.

Didier Lefebvre
Lundi 21 septembre 2020

@dominique Bognet

nulle part l'on parle de coup d'état. Nous parlons d'élections démocratiques.

Krys 44
Lundi 21 septembre 2020

Ceux-là même qui ne supportent pas "la gauche" , ne sont pas gênés du tout de tolérer et des fachos d'extrême droite et de manifester avec eux . Sachant qu'il n'y a rien à attendre de la droite ...

A-politique , BR ne l'est certainement pas !

Léon-Paul Creton
Lundi 21 septembre 2020

Didier Lefebvre votre formulation du titre de l’article porte irrésistiblement vers la notion de coup d’état, que le langage, les modes d’expressions dits modernes ont usités et validés lors de coups d’états à travers le monde, ou tentatives. Chose banale après tout, non ? Qui ne sont pas une garanti de progrès, quasiment jamais de toute façon !

Dominique Bognet à seulement et clairement dit : « Je ne saisi pas (le sens équivalent) à tentative de coup d état ! ». Le sens équivalent. Ce qui me paraît juste aussi personnellement !

Roger ANNEZO, NON !!! Il ne faut pas que B.R « continue » comme ça, car nous pouvons observer les résultats jusqu’à aujourd’hui, et en déduire si cela persistait… eh bien ! Il n’y aurait donc aucune avancée ! Donc il ne faut pas que B.R « continue comme ça.

Vous allez sans doute me dire, les uns et les autres, quelque chose comme : « Venez avec nous, adhérez et participez à changer , faites évoluer, les choses de l’intérieur, etc… Á cela et au conseil donné à B.R de rester en dehors des partis politiques je réponds tranquillement, que j’ai adhéré à B.R, puis je m’en suis relativement désintéressé lorsque un président de B.R à déposé sa charge de président, dans l’entrée de l’association « apolitique, pour s’inscrire sur une liste électorale d’un parti parisien, puis une fois non élu je crois il a récupéré sa petite charge de Président de B.R dans la petite entrée de l’Association apolitique ! Comme si de rien était ?

Non, non ! Il ne faut pas que B.R continue comme cela, « l’âme bretonne » sereine !

penn kaled
Lundi 21 septembre 2020

Krys 44 je suis assez d'accord avec vous ,c'est globalement le drame du mouvement breton ,les modérés se laissant dominer intimider par extrémistes qu'ils soient de gauche , de droite ou aussi ultra libéraux .Cependant ceux qui se situent à gauche l'assument , tandis que ceux à droite et ultra libéraux se dissimulent sous un masque .En tout cas très difficile de garder la balle au centre ,alors le peuple Breton est dans l'ensemble plutôt modéré politiquement .

mordan562000@yahoo.com
Lundi 21 septembre 2020

" Ne pas entrer dans le jeu politique", quelle naiveté! La séparation de la Loire Inférieure (L.A. maintenant) a pourtant été une décision POLITIQUE

, confirmée ultérieurement par une autre décision POLITIQUE,non ?

Lors de cette Assemblée générale le jeu démocratique eut exigé que, après debat :

-la constitution du nouveau C.A.eut au moins un(e)représent(e) de chaque département breton ou même encore mieux de chaque "Bro=pays", soit 27 personnes, minimum.

-que ce même C.A. comprenne 100-53.4% de représentants de la motion minoritaire.(arrondissez, si vous le voulez).

C' est du moins ainsi que les choses se seraient passé en Norvège,au Danmark,en Suède ,en Finlande , en Allemagne fédérale avec en tête un principe majeur: arriver au compromis pour viser à plus d'efficacité.

Dernière remarque : Roger Annezo nous dit que B.R. reste en dehors des partis politiques. Je lui réponds: autant il est légitime d'écarter le risque de noyautage par les partis politiques français, tout à fait d'accord pour les écarter. Par contre les partis politiques bretons qui portent dans leur programme "la réunification" devraient avoir un(e) repésentant(e) auprès de B.R.. Là encore privilégier l'efficacité.

En conclusion le travail de la nouvelle direction issue de cette assemblée ne serait-il pas de revoir certaines règles de fonctionnement de B.R.?

A greiz galon- Cordialement.

Dr J.L. LE MEE

Alain E. VALLÉE
Lundi 21 septembre 2020

Lors de cette mémorable AG, Florian Le Teuff, adjoint au maire de Nantes, élu en juillet, s'est explicitement engagé à ce que le Gwenn Ha Du flotte sur l'Hôtel de ville de Nantes "avant la fin de l'année".

On aurait préféré qu'il y flotta avec les drapeaux de la France et de l'UE, dès le début de l'été !

Mais on attend impatiemment la réalisation entière et sincère de cette promesse de campagne électorale.

AV

Killian Le Tréguer
Lundi 21 septembre 2020

"Ceux qui ont voulu s'en emparer"

Je ne comprends pas ce titre. La Démocratie c'est une Liste qui se présente et le consensus mou de décennies en décennies ?

Je n'apprécie pas l'équipe municipale nantaise mais là, vous voudriez nous la rendre sympathique, que vous ne vous y prendriez pas autrement avec ce style d'article-règlement de comptes.

Le rattachement du 44 à la Bretagne n'est la propriété de personne, qu'on se le dise, pas même de l'association Bretagne Réunie.

jakez Lheritier de St Nazer
Lundi 21 septembre 2020

la réunification :

-que sur le plan administratif - statut de BR:c'est trop réducteur depuis le CUAB?

La représentation de certains partis bretons a été exclue par les pro -PS du pays nantais voilà plus de 10 ans,avec l'arrivée de torpilles du PS- aux AG de Ty Keltiek à Nantes et Redon.

Mais il est resté dans les instances de BR des représentants bretons alliés à des partis français.

Ce sont eux qui pilotent.

La réunification est très politique ,c'est évident!

Il ne faut pas penser que la méthode douce,grise, soit la bonne.

Cette neutralité démobilise et sert les cautions des partis français, la preuve aux élections et à l'absence de reconnaissances internationales sérieuses .

La désunion et l'éparpillement des confettis politiques bretons ne nous servent pas.!

Frank 44
Lundi 21 septembre 2020

@Killian Le Tréguer

Pour vous, seul un consensus mou est possible : évidemment cela apparaît le plus sensé au vu des diversités présentes en France, en Bretagne. Laissons donc chacun travailler : le boulanger faire son pain, le voleur voler, l'assassin tuer, une association indépendante se faire infiltrer et imposer une autre politique. Brittany ferries disparaître. Fermons les yeux et laissons les extrêmes, toujours les plus actives, faire le jeu. Amen. Vivez heureux ainsi, c'est votre droit.

Mais par ailleurs on soupçonne une malice de votre part. Ce qui est gênant car il y erreur flagrante. Pourquoi dites-vous que Bretagne Réunie se prétend la seule à vouloir la réunification ? Vous savez bien que Bretagne Réunie travaille avec de nombreuses associations favorables, aussi, à la réunification. Justement de par son indépendance. Dans le cas de la réunification quel est le consensus mou ? C'est la fusion Bretagne-Pdl. Vous le savez bien. c'est votre droit. Vivez heureux -malice pour malice-

Krys 44
Lundi 21 septembre 2020

Ouest France , ce soir :

Johanna Roland, maire de Nantes, vient d’écrire aux associations culturelles bretonnes pour les inviter à une matinée de rencontre, le samedi 10 octobre, salle Nantes-Erdre. Au menu, le point sur l’apprentissage du breton dans la ville. Mais aussi, c’est plus nouveau, une réflexion collective sur « les modalités les plus pertinentes quant à l’installation officielle du gwenn-ha-du (le drapeau breton, NDLR) à l’hôtel de ville ».

Cette mesure, hautement symbolique et sensible, était écrite noir sur blanc (article 288) dans le programme commun du PS et des Verts pour le deuxième tour des municipales 2020. L’association À la bretonne, pro réunification de la Bretagne, applaudit : « C’est encourageant pour la suite. »

On reste curieux de connaître les « modalités pertinentes » de l’installation de l’objet. Le président Philippe Grosvalet peut sans doute aider, lui qui a posé le sien depuis longtemps devant son conseil départemental, à Nantes. Il a utilisé un mât, un jeu de cordes et un drapeau breton en tissu.

Frank 44
Lundi 21 septembre 2020

@ Jakez Lheritier de St Nazer -Oui la désunion est un obstacle pour la réunification.

Par ailleurs, ne pas supposer que dans les instances de Bretagne Réunie existent des représentants alliés aux partis français. Le seul : Patrick Mareschal - pour avoir créer le Cuab. Il aidait sans vraiment être aux manettes. Les responsables : 2 présidents Paul Loret et Alain Peigné.

Et de par les nouvelles élections Patrick Mareschal ne sera plus dans les instances. La liste sur laquelle il était inscrit a été nettement battue aux élections de samedi. Rien de grave pour lui : il avait déjà rejoint « A la Bretonne » association liée à Breiz civic Lab défendant aussi la réunification.

Vous dites réunification sur le papier pour BR ? Oui c'est 105 000 signatures, des campagnes d'affichages, des autocollants....Et aussi pose de drapeaux, rencontres avec associations, élus, actions autres diverses.

La réunification seul objectif de BR  : entretenir la flamme parmi les bretons  avec d'autres associations pro-réunification Au conseil Régional tous les partis se sont déclarés pour la réunification sur la base des 105 000 et ont voté des préconisations.

Killian Le Tréguer
Lundi 21 septembre 2020

Cela fait longtemps que les socialistes se moquent de nous. Mais plus pour longtemps.

Non pas qu'une Région Bretagne avec Nantes soit pour demain, mais le PS va purement et simplement disparaitre.

Lesur
Lundi 21 septembre 2020

Bonsoir

Je suis surpris de lire certains trucs dans cet article : pourquoi certains noms sont cité nommément ? Pourquoi il n'est pas rappelé le problème depuis "deux longues années de tension". Quel est-il précisément ?.

Pas un mot sur les "militants de base" ceux qui ont fait les signatures ? Je suppose que c'est un boulot ou tout le monde travaillait ensemble ?

Mais d'un autre côté je crois ce comprendre en lisant les commentaires.

- Si je comprends bien certains, si on ne s'affiche pas derrière un drapeau rouge, on est qualifié de droite ?

- Sinon dire que si la motion a recueilli 54 % des voix, il devrait y avoir 54 % des élus. Je suis allé lire les statuts, car franchement je commence à être perturbé : les candidats se présentent "chacun", c'est écrit. C'est donc aux électeurs, de choisir leurs représentants Si on veut la proportionnelle (franchement, ce n'est pas con du tout), il faut d'abord changer les statuts, non ?

Mais j'ai fait des recherches rapides, cette histoire de motions soutenues par les uns et pas par les autres, je n'ai rien vu. C'est peut-être la première fois ?

Le principal, c'est qu'on est la réunification rapidement peu importe les querelles de chapelle. Je vais continuer de suivre l'actualité sur ABP.

Yann D
Mardi 22 septembre 2020

@Krys 44

Vous dites : ceux-là même qui ne supportent pas "la gauche"  ne sont pas gênés du tout de tolérer et des fachos d'extrême droite et de manifester avec eux . Sachant qu'il n'y a rien à attendre de la droite ...

Attention aux fausses affirmations-

2017 le président de BR a été poussé à démissionner pour s'être inscrit sur une liste de droite . Pourquoi ne le dites vous pas aux lecteurs? Souvenez-vous : être juste est une vertu symbolisée par une statue, commandée par Anne pour le tombeau de Francois II.

Depuis la manifestation à laquelle vous faites allusion qu'avons--nous constaté ? Bretagne Réunie a renoncé à manifester en 2017 et 2019 à cause des extrêmes : pas question de défiler sous divers drapeaux politiques.et au vu de menaces écrites promettant des débordements.

Pas de défilé en 2018 période intense pour la pétition.

BR rencontre des élus de droite et de gauche quand ils acceptent. Paul Molac et Marc le Fur s'entendent sur la réunification. Les ultras mettent la pagaille

------------------------

On peut se demander pourquoi les animateurs du comité de Nantes sont entrés et sont restés à  Bretagne Réunie pendant trois ans alors qu"ils se sont plaints depuis le début.

Ils ont été bien accueillis. Par la suite ils ont critiqué, combattu la présidence qui leur avait fait confiance. En pleine pétition. Leurs manœuvres ont fait fuir d'anciens adhérents.

Le fait est que si on veut s'attaquer à une association on déstabilise la présidence. Ce qu'ils ont fait, ce qui a  nui fortement à BR qui travaille seulement avec des bénévoles.

Kévin Jézéquel trésorier de BR ne remplissait pas – preuve entre les mains de BR - son rôle. Il semait le désordre en CA. Le secrétaire un de leur ami s'est peu à peu retiré.

Il s'est avéré que Christophe Prugne et Kévin Jézéquel étaient issus de mouvances très particulières. Est-ce une explication à leur attitude ?

Fin 2018, avec l'adjoint, ils se sont rapprochés d'une autre association la Breiz civic Lab avec laquelle ils ont déclaré partager beaucoup de points communs. Ils viennent de créer « A la bretonne » dont Breiz civic lab fait la promotion.

Alors pourquoi s'accrocher et rester à Bretagne Réunie. La réponse fut donnée en mars : prendre le pouvoir. Ils ont créé leur propre liste, une première à Bretagne Réunie.

Notre association a vocation à travailler pour la réunification avec d'autres associations mais pas à  se battre en interne. Nous avons créé notre propre liste.

Muichka
Mardi 22 septembre 2020

@Krys 44

Juste un rappel d'histoire récente :

Vous dites pour cette réunion : Au menu, le point sur l’apprentissage du breton dans la ville. Mais aussi, c’est plus nouveau, une réflexion collective sur « les modalités les plus pertinentes quant à l’installation officielle du gwenn-ha-du (le drapeau breton, NDLR) à l’hôtel de ville ».

Je suis surpris : ces réunions existent à peu près tous les ans depuis bien longtemps. L'ordre du jour commençait toujours par l'état de l'enseignement de la langue par l'Office ar Brezhoneg, puis un tour de table des associations, puis des discussions, enfin par un buffet.

C'est là qu'a été obtenue la confirmation du pavoisement du GhD à la mairie de Nantes. Pavoisement confirmé deux plus tard par l'adjoint à la Culture dans la même instance. L'année suivante, le même a dit qu'il portait la parole de Johanna Roland : oui, mais le drapeau ne serait pavoisé qu'au lendemain de la fusion avec PdL, afin d'affirmer l'identité bretonne de Nantes. Entre deux, il y a eu :"donnez-nous à votre avis la meilleure date pour faire".

Voici un rappel d'histoire. Bien sûr, Johanna Roland avait fait déjà fait des promesses par écrit en 2014.

Pour la signature de la charte niveau 3 faite par Johanna Roland, il faudrait d'abord qu'elle engage les outils pour la signer au niveau 2. Engagement qui remonte à bien longtemps, avant elle. Nantes se dirait plus bretonnante que Quimper (qui n'a pas encore signé la charte niveau 3) ? Faut pas trop rêver. Attention à ne pas se faire prendre pour des huîtres.

Je découvre dans le même commentaire que c'est Grosvalet qui aurait hissé un Gwenn ha Du devant le CD44. Qu'en pense le président du CG de l'époque où cela fut fait ?

Muichka
Mardi 22 septembre 2020

@Killian LT

Tout à fait, le PS va disparaître. Ou à peu près.

Sa seule survie est dans les "grandes métropoles", lui ou les Verts. Sinon, pffft, dans les conseils départementaux ou régionaux, il vend son âme (à supposer que...). Le PS breton préfère se fondre dans la mouvance LaRem en B4, que de mourir noblement.

Honte aux deux? De toutes façons, mettons les dehors. Tous.

Et osons une liste bretonne unie, mais l'UDB a ses attaches

bzh 5
Mardi 22 septembre 2020

< S'emparer de Bretagne Réunie ?>

Une formulation différente aurait été souhaitable. C'est par le biais du vote des motions que l'assemblée à délibérer (donc démocratiquement).

Que Bretagne Réunie ne souhaite pas sa récupération par tel ou tel parti politique, doit rester une priorité. Pour autant, la réunification ne sera possible qu'avec l'ensemble des acteurs, sincèrement engagés dans ce combat. Donc des liens étroits doivent etre maintenus dans toutes les directions, qui favoriseraient la réalisation attendue, de notre projet commun.

A Nantes, la nomination d'un adjoint aux enjeux Bretons est une bonne nouvelle. Faisons confiance à cet adjoint et ses compagnons de route, pour que Nantes retrouve toute sa bretonnité.

Léon-Paul Creton
Mardi 22 septembre 2020

Les incantations et mantras du type il faut, y a qu’à, faudrait faire des listes électorales bretonnes, que les « partis bretons doivent s’unir, ne risquent pas de faire tomber du Ciel un état de grâce soudain, illuminant de béatitude et de détermination celtique, les visages et les esprits de ces gens, de ces associations et de partis qui n’ont jamais défini, imaginé un seul projet d’avenir qui concerne vraiment la Bretagne et Bretons !

En ce moment des élections nous revoyons, ou bout de centaines et centaines de fois encore et toujours le mensonge, les promesses qui ne seront pas tenues, les politiques et postures « croquignolesques, filochardantes et ribouldingueuses » de perdants et démolisseurs anciens encore là, et des nouveaux illusionnistes « émergents ».

Sans remonter les siècles et les soumissions dans les Parlements de Bretagne, il suffit de seulement partir des années 50/60 pour se rendre compte des causes politiques, comportementales, humaines, extérieures et internes de notre situation

De Gourvennec et Bécam, du CELIB, L’UDB, au PSU tous ont accepté(à un moment ou à un autre) la soumission dans les structures politiques françaises, ceux qui, petits « citoyens » militaient et/ou « votaient » au MODEM, à l’UDF/UDI, au PS, au PC, au FN, et sans oublier tous ces GROUPUSCULES soi disant autonomo-indépendantistes qui ne se définissaient finalement qu’en positionnement de droite ou de gauche, au bénéfice des « leaders » parisiens ou à leur service !

Mais rien de viable, ne pouvait être sincèrement imaginé, ni pensé par eux, hors du dogme hexagonale pourtant il est clair depuis beaucoup trop longtemps qu’il fallait le remettre fortement en question pour aller plus loin !

Reforger un autre avenir qui ne soit pas celui qui est le nôtre aujourd’hui, même si cela avait été voulu, il était impératif de s’extraire, ou négocier d’une façon ou d’une autre des contraintes des lois, des cadres, des dogmes, et des structures culturelles, syndicales et des partis politiques et des chambres communales, départementales et régionales de confinement et d’asservissement françaises. Ils n’ont pas su, pas voulu, pas eu les courages nécessaires et pour beaucoup ni l’envie, ni la dimension nécessaire

La Bretagne de ces dernières cent années, est le résultat de leurs choix à ces militants et celui de leurs engagements stupides, aux résultats plus que négatifs. Celui aussi de ces instances politiques, culturelles et aux électeurs, qu’ils ont influencés, dévoyés. Électeurs travaillés sans relâche, depuis des décennies par les propagandes directes ou insidieuses, qui ne savaient pas/plus, ne pouvaient pas/plus penser par eux-mêmes. Tous ceux-là, ces « robotliticiens », sous l’appellation opportuniste ou égarée de Bretons, ont participé à l’œuvre de calaminage des neurones, d’effacement, et de remplacement de l’identité profonde des Bretons, sans vergogne ! Ils sont responsables par les choix, options et alliances de la dégradation bretonne en tous domaines, de la disparition de pans entiers de notre économie naturelle et de notre avenir qui n’a rien de réjouissant surtout pour nos enfants. Aucune perspective enthousiasmante, aucune espérance étayée et constructive ? Et vous recommencez à chaque élection !

L’évolution ce n’est donc que pour le téléphone portable ?

Et vous recommencez , continuez aujourd’hui avec ceux que vous auriez dû obliger, rejeter, ignorer,combattre de toujours , à qui vous auriez dû refuser vos soutiens, vos votes, votre respect de soumis ; C’était cela être BRETONS ???

Vous étiez les héritiers d’un Pérou français, vous n’êtes plus que des indiens armoricains pauvres de tout, asservis, d’un Pérou des régions pauvres conduits par des prédateurs de toujours!

Colette Trublet
Mardi 22 septembre 2020

Bretagne Réunie a le mérite de pouvoir laisser adhérer tout le monde, de quelque bord que ce soit. Son projet est clairement défini, très fédérateur : La réunification de la Bretagne. C'est une position qui tient compte des frilosités très répandues dans nos campagnes comme dans nos villes ou la conviction d'être vaincus d'avance persiste. Les politiciens sont rares qui défendent la cause BR. De gauche comme de droite ou d'ailleurs, une fois passés la Gravelle, ils sont bouffés par Paris. BR a choisi une action quasi pédagogique qui s'adresse au plus grand nombre. Les "war ar pont" font plus que les disputes au sein des assemblées. Nous sommes à l'heure de l'intelligence collective seule capable de s'opposer aux éternelles querelles de partis compte-tenu du fait que personne désormais ne fait la différence entre eux. Il n'y a plus guère que les extrêmes qui sont identifiables. Bon courage tout le monde ! A galon !

Loïc K
Mardi 22 septembre 2020

@ bzh 5

Je ne veux surtout pas vous empêcher d'avoir foi en ce jeune adjoint sans doute pleins de talents.

Vous avez le droit de lui faire confiance. Personnellement, je suis gêné d'être inclus dans le "faisons confiance ".

Car à ce que je viens de comprendre, c'est un adjoint qui demande aux adhérents de voter pour une liste de candidats qui sont ses propres "amis"... Un adjoint qui porte la parole de Bretagne Réunie à Nantes, qui s'est inscrit aussi pour la porter à Paris. Cela de son propre chef... Ses amis qui croisent le fer avec l'association presque trois ans avant les élections au CA donc pendant la pétition...

Voyez-vous ces comportements me heurtent. Et cela même si vous me dites que l'alliance compétence et honnêteté, c'est dépassé en politique. Sans doute suis-je ringard mais tant pis.

Kristof vBourdelier
Mardi 22 septembre 2020

"DIVERTISSEMENT / NANTES : LE DRAPEAU BRETON BIENTÔT SUR LA MAIRIE ?" Tele Nantes classe la Reunification dans sa categorie "Divertissement"(sic) - Bon. Au moins, ils en parlent :) C'est un debut !

Killian Le Tréguer
Mardi 22 septembre 2020

Le drapeau : encore un truc symbolique qui engage à rien, sert uniquement à amadouer les gogos.

Muichka
Mardi 22 septembre 2020

@BZH 5

"s'emparer", oui ça paraît effectivement violent.

D'un autre côté, n'a-t-on pas vu des groupes (voire -uscules) s'emparer par la voie démocratique d'institutions ?

Je suis convaincu que, oui, Bretagne Réunie doit évoluer pour devenir un lieu de convergence de tous les acteurs de l'Emsav, car on a tous quelque chose en commun, de base : la Réunification.

En revanche, à mon himble avis, les politiques doivent être des acteurs de notre action. A eux à agir, à Bretagne Réunie à jouer la mouche du coche.

Sur le nomination d'un adjoint aux enjeux bretons, oui, pourquoi pas, mais n'y a-t-il pas un meilleur moyen pour une maire socialiste d'étouffer dans l’œuf un de ses principaux opposants de terrain en lui confiant une mission ? où il sera vidé un jour ou l'autre, car il n'a pas que des amis comme adjoints ?

Comment Mitterrand a-t-il tué le PC ? en le mettant dans le Gvt en 1981. En 1984, le PC était foutu. Comment a-t-il sérieusement cassé l'Emsav en début 1981, en donnant deux ou trois billes (Plogoff), mais derrière, les prisonniers politiques le restèrent (et prisonniers, et politiques).

Désolé, je ne fais plus confiance aux politiques. Et pas au PS.

Bretagne Réunie se bat pour la Réunification démocratique, grand bien lui fasse qu'elle ne soit pas (ou plus) infiltrée.

En revanche, pour la survie de Bretagne, Bretagne Réunie ne doit pas être le seul levier.

LaRem nous attaque en ce moment même, avec des associations foireuses, tiens, avec le PS. Et Troadec, il ointe son nez. L'UDB court après des élus en s'associant désormais avec EELV. Hi-Hi, c'est du court terme, car EEL va dans le mur, malgré le boulevard.

Où va-t'on ?

Je ne suis pas sûr de voter aux régionales.

Frank D
Mercredi 23 septembre 2020

@ Léon-Paul Creton 21 septembre

Le fait est que pour l'instant et depuis longtemps la réunification est bloquée par les institutions françaises.

Question travail et résultats d'associations : à chacun ses opinions. Certains préfèrent les sondages d'autres des pétitions. Une course de nuit à Rennes d'autres un travail menant à 13 préconisations au Conseil Départemental. Passons. Le problème de la réunification reste entier

Par contre, voyez, il me semble que l'association de Bretagne Réunie réussit assez bien à préserver son statut d'association apolitique. Et je viens rectifier votre croyance.

A un moment, la présidence de Bretagne Réunie était assurée par quatre coprésidents. Le précédent président ayant été remercié et poussé à la démission pour s'être inscrit sur une liste électorale d'un parti de droite. Je m'en souviens car cela avait fait coulé d'encre à l'époque.

Donc une démission forcée et à suivre quatre coprésidents et non pas une reprise de fonction «comme si de rien n'était »

Léon-Paul Creton
Mercredi 23 septembre 2020

Frank D

Ma croyance ??? En aucun domaine je ne suis un stupide croyant, pas croyant du tout d’ailleurs ! En aucun domaine qu’il ait été ou non créé par un Dieu quelconque, qui ne s’est jamais présenté personnellement à moi, mais peut-être faut-il seulement le « croire », s’enluminer, pour que cela puisse se produire, ou aussi se leurrer d’avoir été convoqué par lui ? Ce qui ait terrible de se laisser entraîner par des prosélytes irrationnels et délirants.

Il en est de même pour moi donc, en politique et envers toutes les idéologies squattant le Monde, en l’état liquide ou gazeux ! Pas, et plus jamais, de confiance a priori, ni dans les théories qui seront inappliquées, ni surtout dans les promesses des Hommes (donc dans les Hommes qui les professent) que le Demain Hypothétique, ils le feront meilleur et bien entendu, chantant ! Voilà longtemps, même si j’avais pu éventuellement commencé, que j’ai fini de croire ! je pense que quand je commente cela se sent un peu!

Je ne suis qu’un « obscur témoin » qui arrivé à 78 balais, dont le Temps ne s’accorde de plus en plus qu’avec de moins en moins de largesse, qui a vu depuis au moins soixante années le développement de la politique (théorique) « bretonne » des uns et des autres, qui a constaté les résultats et observé les « acteurs » et leurs dérives et action inefficaces, et qui définitivement est arrivé à la conclusion que les Bretons sont dans une incapacité maladive, pathologique, non d’offrir idiotement aux Bretons, mais bien « d’arracher » aux institutions françaises » une dévolution quelconque ou une autonomie plus ou moins évoluée.

Alors que penser de l’idée d’indépendance ? En 2020 pour l’élection à venir, régionale je lis dans l’article de Philippe Argouac’h les mêmes scénarios, les tractations, les mêmes conneries, et j’ose le dire les mêmes trahisons qui ne sont plus acceptables, les mêmes déficiences exactement que jadis et naguère. Qui expliquent parfaitement pour quoi le Peuple Breton et moi, nous ne pouvons plus depuis longtemps accorder une seule once de confiance. Mais le monde politique "breton", continue imperturbablement de cultiver l'échec heureux, comme Dieu en France.

L’UDB dit Non (rien de nouveau même quand elle dit oui), au Oui à la Bretagne (qui n’a été qu’un NON en finalité, et un échec de plus pour les deux marionnettes).

Un constat de plus. Mais Frank D il ne vous ait pas interdit, tous, de m’époustoufler, mais je crains que même en prenant le chemin, le Temps et l’Action à la mode de Bretagne, du Mouvement breton, je ne puisse jamais le savourer. (^0^)

Cordialement !

nk D

Yann D
Mercredi 23 septembre 2020

L 'association Bretagne Réunie a fait un choix raisonnable : il fallait arrêter cette lutte intestine qui la rongeait depuis longtemps. Elle a choisi la continuité : écarter les politiques de l'association. Les infiltrés et leurs soutiens A la bretonne semblent survivre confortablement.

Continuer dans des combats internes ne peuvent mener à rien.

Il y en a aussi dans les principaux partis politiques qui paraissent actuellement désorganisés. LREM vient d'en faire la démonstration avec le départ de son numéro deux. Curieuse pratique d'ailleurs, cette majorité présidentielle constituée APRES l'élection présidentielle.

Le problème actuel est que le président Emmanuel Macron n'entend plus ou alors des voix qui nous semblent quelque peu mystérieuses. C'est le flou. Pour tous, partis politiques compris. Emmanuel Macron ne semble même pas écouter son parti. Préoccupant puisque ces partis nous représentent. Dans l'état actuel des choses le calme dans les associations semble la meilleure solution.

Killian Le Tréguer
Mercredi 23 septembre 2020

Quel est le programme des gagnants de ce vote associatif ?

Muichka
Mercredi 23 septembre 2020

@killian LT

Aucun des candidats n'a présenté un programme. En revanche, il y a eu deux motions auxquelles ils se rattachaient (ou pas).

Il faut donc vous y référer.

Je ne sais pas quelle en fut la diffusion publique ou limitée aux adhérents.

Où les trouver ? N'ouzon ket (je ne sais pas).

De mon coté, je les ai reçues en papier avec la convoc à l'AG, d'ailleurs à 2 reprises, avec le report. Comme plusieurs centaines d'adhérents.

Ensuite, ce que je pense, une motion n'est pas un programme.

Un programme type : les 110 mesures de 1981, ou les x autres de 1986, 19.., 2012, 2017,2022 ?, c'est plutôt antidémocratique, car on va dire "vous m'avez élu, donc j'applique telle mesure", alors qu'on a voté (pas moi) pour l'ensemble globalement, mais pas celle-là.

Le principal, c'est les axes de réflexion.

Frank D
Jeudi 24 septembre 2020

@ Léon-Paul Creton

Tout d'abord hors de mon intention de vous froisser. Oui Il m'a semblé que vous aviez reçu une information erronée à laquelle vous avez apporté crédit en indiquant "je crois". En fait, comme vous, en politique, tant que je n'ai pas une preuve concrète concernant l'engagement pris, je reste dans le doute.

.

Conscient comme vous que la réunification est toujours au point mort. En cause, l'absence d'unité du monde breton -entretenue avec bienveillance et sournoisement par la France- conjuguée à l'intolérance des institutions françaises . Alors que les Corses, les Alsaciens ...ont su avancer. Sauf opportunité imprévisible, un espoir réside encore dans les élections présidentielles de 2022. Il semble que l'opinion publique française évolue et se lasse de ce système autoritaire qui laisse un pays se désintégrer à divers niveaux. Cordialement

Jean
Jeudi 24 septembre 2020

En tout cas, présent à l'AG, c'est avec stupeur que j'ai vu un adjoint de Nantes inscrit, récemment à Bretagne Réunie, inciter vivement les adhérents à adouber une nouvelle liste qui remettait en cause le fonctionnement de l'association c'est-à-dire son côté apolitique.

Loïc K
Vendredi 25 septembre 2020

Maintenant passons à autre chose, pas question d'oublier cependant. Et unissons nous pour les élections sans repousser aucun parti. Avec un objectif commun. Au Conseil Régional, les représentants des partis présents ont tous dit oui à la réunification. Bretagne Réunie peut être et pourrait être un facteur de rassemblement.

Léon-Paul Creton
Samedi 26 septembre 2020

Loïk, rassemblement de...quoi, de qui, de quels principes essentiels concernant la Bretagne et les Bretons?

@Frank D

"A un moment, la présidence de Bretagne Réunie était assurée par quatre coprésidents. Le précédent président ayant été remercié et poussé à la démission pour s'être inscrit sur une liste électorale d'un parti de droite. Je m'en souviens car cela avait fait coulé d'encre à l'époque. ", écrivez-vous.

Je suis surpris que dans Bretagne Réunie les instances dirigeantes, les adhérents (informés?) ne se soient pas aperçus avant l’élection de sa décision de participer aux shows d’un parti parisien, ou français, comme vous voulez, car je ne fais pas de différence ? Et je suis interrogé par cette décision et les objectifs d’un Président, installé à ce poste, pour moi totalement contradictoire avec les nécessités bretonnes! Et de s’interroger sur les choix pertinents ou non, et les conséquences positives et surtout négatives éventuelles des différents présidents listés depuis la création de B.R ? Et de la démocratie interne.

Tout comme j’ai été (et je suis toujours interrogatif) sur la présidence du célèbre Patrick Mareschal durant tant d’années, et éléphant ou éléphanteau du PS, qu’à ma connaissance les attitudes du PS local et parisien ne lui ont jamais fait remettre en cause son appartenance à ce parti.

Quelles sont les « incidences » éventuelles, analysables à condition d'être reconnues comme telles, de sa présidence sur le dynamisme, les actions de Bretagne Réunie, les orientations diverses politiques, économiques et culturelles. Nous n’arrivons pas, vous n’arrivez pas, même à faire prendre en considération 1es 105000 signatures de la pétition. Les actes et moyens employés pour les faire prendre en compte sont insuffisants. Le fait est qu’à l’instant présent l’objectif de B.R, n’est pas atteint ni en voie de l’être. Quelles sont les raisons et causes qui font qu’il n’y a pas d’effets significatifs, ou encourageants ?

"Donc une démission forcée et à suivre quatre coprésidents et non pas une reprise de fonction (comme si de rien n'était)", écrivez-vous encore.

Alors comme si de rien était, les campagnes durant un « certain temps », une décision ne pouvait pas être prise envers ce président à un moment de cette période globale, qui va un peu plus loin que le jour de l’élection et de la reprise éventuelle de la fonction de Président à Bretagne Réunie. Cette reprise de fonction, si elle n’a pas eu lieu, je n’ai eu, ni lu d’infos là-dessus avec précision. Je crois donc qu’il y a toujours intérêt à jouer cartes sur table, et à tenir les plus informés possible les Bretons. Le maximum de Bretons, mais nous n’avons de TV, et qui juge de son utilité et se bat pour l’obtenir afin d’informer largement et dans la transparence ?

"Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre [...] même sous la constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave."

"Condorcet - 1743-1794 - Cinq Mémoires sur l'instruction publique - 1791-1792"

La confiance se construit. Elle ne se décrète pas, ce n’est pas un dû devant être accordé aux Hommes politiques. Là, au moment où l’on demande l’approbation de l’électeur et fait ses propositions et promesses ce la doit être un contrat ! Si c’est un contrat il doit être simple, clair et très rigoureux techniquement, et intransigeant sur quelques principes, des propositions d’action à entreprendre et plus qu'engageant par ses clauses ! Contrat signé par le citoyen à l’instant du vote! Une fois élus les « représentants » toutes autres actions des élus n’étant pas stipulées dans ce contrat, peuvent être étudiées, proposées aux Bretons mais seulement mises en œuvre après un référendum obligatoire du Peuple Breton. Un peu de « bon sens » devrait permettre à un peuple « éclairé » de comprendre que certaines promesses/propositions ne pourraient être réalisées dans le temps d’un/du mandat concerné.

Non Frank D, vous ne me froissez pas du tout je me repasse souvent. Je ne trouve rien dans ce que vous me répondez qui me froisse. Mais de toute façon je m’aperçois qu’à peu près tout ce que l’on me dit, m’écrit n’arrive à me froisser, là durablement. J’ai largement dépassé cette étape, puisque j’ai depuis longtemps anticipé certains aspects de notre futur, qui est maintenant notre présent. (pas très difficile et ne demandant pas d’aptitudes ou de dons particuliers. Mais je finirai finalement par me le demander ?)

Cordialement également Frank D.

Franck D
Lundi 28 septembre 2020

@ Léon-Paul Creton -

L' idée d'un contrat de confiance simple au niveau national est intéressante.  L'actualité nous enjoint, nous impose, de revenir vers plus de local .Contrat donc à développer dans chaque région. Il s'agit cependant  d'avoir des hommes et des femmes nouveaux, en particulier au gouvernement français.

Ce dernier hésite à lâcher une certaine autonomie pour ne pas dire qu'il bloque... Réponse directe d' Emmanuel Macron à une question sur la réunification : « sujet délicat »

Apparemment, présidents, actions, résultats de l'association Bretagne réunie, objet de l'article, ne vous satisfont guère. Tout en restant très sceptique quant à  la réussite de l'objectif de cette association pour l'instant, je lui garde, de la  sympathie. Comme à certaines autres associations favorables à la réunification.  Le Conseil Régional  les écoute : tous les partis politiques en session de juillet se sont prononcés pour la réunification suite au rappel de la pétition. Le Conseil Régional a apporté son soutien. Le sujet revient souvent dans les médias.

Peut-on préférer, dans leurs actes, Les partis politiques ? -Nantes 1er tour des municipales : l'Udb se rallie avec la maire de Nantes PS et semble découvrir aujourd'hui que cette dernière ne veut pas de la réunification ! . 2ème tour Ellv se rallie à l'udb - PS

Régionales : en PDL : Défi d'Ellv : écologie, justice sociale, rassembler les forces de gauche avec un président écologique .La réunification ? Elle n'est pas évoquée. En B4, L'Udb convole avec Ellv

A Bretagne réunie, les décisions sont vraisemblablement difficiles à prendre en interne. différences d'opinions, présence sur cinq départements. A l'époque des « quatre coprésidents » les débats s'effectuaient sans doute encore dans des réunions où les participants devaient être présents physiquement. Pas de subvention. Et selon cet article et ses commentaires un ou des groupuscules ont essayé de déstabiliser l'association. Au vu de ce contexte je  garde de la  bienveillance aux associations qui s'activent pour la réunification.

A nouveau cordialement. Puisque nous avons le même objectif clairement énoncé. Pas comme les représentants de l'Udb - Et j'insiste. sur les représentants

Kerbarh
Dimanche 4 octobre 2020

À lire tous ces commentaires, on s’étripe bien dans le mouvement breton !

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.