Bretagne en deuil. Décès de Tomaz Boucherifi-Kadiou et de Jean-Paul Moisan
Dépêche de Paris Breton

Publié le 19/08/12 18:42 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Nous avons appris deux décès d'acteurs de la vie culturelle et économique de la Bretagne : Tomaz Boucherifi-Kadiou, animateur du groupe TornaoD, qui se produisait souvent au Ty Jos, mais aussi en Bretagne et à l'étranger, et Jean-Paul Moisan, chercheur, directeur de l'Institut Génétique Atlantique.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Tomaz Boucherifi-Kadiou porte son histoire dans son nom : Breton par sa mère et Algérien/Berbère par son père. Né au milieu des instruments et de la musique (un père musicien, une mère chanteuse), il découvre avec émerveillement la langue bretonne à l'âge de 7 ans dans la ferme familiale.

Esprit libre avant tout, rebelle au collège, il se passionne pour le métal et la guitare. Une école d'arts plastiques et un court passage dans le monde du métal plus tard, il se dirige vers la musique celtique, après avoir écouté le vinyl de Stivell à l'Olympia, qui fut sa révélation.

Fidèle à la tradition orale de sa double culture, il apprend la musique, comme le breton, en autodidacte... Fort de cet enseignement acquis en toute liberté, il forme en 1998 le groupe de musique celtique TornaoD, qui devient sa raison de vivre...

Parallèlement à TornaoD, il participe à d'autres projets musicaux : Ted Scotto, La CieK, Cécile Corbel, Michel Guyader, Aes Dana...

Tomaz compose textes et musiques de TornaoD. Il est aussi l'auteur des Manuscrits de Kalonwen, dont quelques extraits sont disponibles sur le site de TornaoD et qui sont reliés à la musique de TornaoD, par un mystérieux symbole... Les illustrations des Manuscrits sont également de sa main... » extrait du site Tornaod.

Jean-Paul Moisan professeur de génétique médicale est originaire du Poher. Chef du service génétique du CHU de Nantes, il prend la direction du laboratoire de génétique moléculaire puis crée en juin 2003 l'Institut Génétique Nantes Atlantique (IGNA), dont il est le président.

L'IGNA est un laboratoire privé d'expertises médico-légales qui intervient en matière d'empreintes digitales, de morphoanalyse des traces de sang et d'analyses des supports informatiques et électroniques.

Spécialisé dans la détermination d'empreintes génétiques à partir de prélèvements biologiques ou d'objets saisis sur les scènes d'infractions, l'IGNA est le leader des analyses ADN sur le marché français. L'entreprise est sollicitée dans des affaires judiciaires. Elle a notamment expertisé, en 2003, les traces d'ADN du corbeau dans l'affaire du meurtre de Grégory Villemin3.

Jean-Paul Moisan était l'un des promoteurs du pôle de biotechnologies de Nantes et un militant actif du rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne. Il participait aux activités des Dîners celtiques et de l'Institut de Locarn.


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 4010 lectures.
logo
Créée en 2003, l’association Paris Breton réunit les Bretons et les amis de la Bretagne en région parisienne. Notre mission est de promouvoir la culture et l’économie bretonne mais aussi d’ouvrir les débats liés aux enjeux auxquels la Bretagne (5 départements) est confrontée, en organisant des rencontres et événements permettant de diffuser auprès d’un large public les actualités dans ces différents domaines. Nos activités (par projets) s’organisent autour de trois piliers : Culture & Arts, Économie & Réseaux et Débats & Réflexion.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.