Bretagne : cachez cette nation que l'on ne saurait voir

-- Europe --

Chronique de JYLT
Porte-parole: Jacques-Yves Le Touze

Publié le 18/09/14 15:44 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le référendum sur l'indépendance écossaise, quel qu'en soit le résultat, aura permis de lire de nombreux articles sur les aspirations des petites nations européennes sans état ; en ce sens, remercions les Écossais d'avoir «obligé» nos médias à traiter de ces sujets.

Ainsi Le Télégramme aborde-t-il la question écossaise sur une pleine page dans son édition de ce jeudi et son directeur, Hubert Coudurier, se fend d'un point de vue intitulé «L'indépendance n'est pas bretonne» (sic).

Certes tout un chacun sait que Le Télégramme n'est pas un ardent défenseur de l'indépendance de la Bretagne et le contraire aurait été tout à fait surprenant.

Je voudrais quand même relever une phrase dans ce billet : «Mais il y a une différence entre la Bretagne et l'Ecosse ou la Catalogne. Une différence de statut, de puissance économique, d'histoire. L'Ecosse fut une nation, pas la Bretagne, partie prenante d'un Etat jacobin qui n'a laissé à ses provinces qu'une autonomie en trompe-l'½il».

Cet extrait est intéressant car il vise à rabaisser la Bretagne au niveau d'une région banalisée et qui ne pourrait donc avoir d'autres aspirations que le régime général français. Et tout ceci s'appuie sur une affirmation péremptoire : la Bretagne ne serait pas une nation alors que l'Ecosse le serait.

En effet, l'Ecosse est bien une nation et considérée comme telle par tous les acteurs politiques britanniques car leur système politique reconnait 4 nations constitutives du royaume. Mais il suffit de remonter à quelques décennies pour noter que cette reconnaissance était loin d'être acquise hors d'Ecosse. Mais la nation écossaise existe depuis des siècles et les Écossais en sont tout à fait conscients. C'est clair et net.

Lorsque M. Coudurier affirme que «la Bretagne ne fut jamais une nation» , il l'affirme dans un but politique évacuant ainsi toute possibilité d'émancipation de la Bretagne. Et pourtant il s'agit d'un gros mensonge car la nation bretonne existe elle aussi depuis des siècles : durant l'indépendance de la Bretagne bien entendu mais aussi durant la période d'autonomie qui va de 1532 à 1789. Et je maintiens que cette nation bretonne a perduré après 1789 et existe en 2014. Ce n'est pas parce que des idéologues ont décidé lors de la Révolution française de gommer la nation bretonne et de la fondre dans un ensemble idéologique dénommé «nation française» que cette nation bretonne aurait soudainement disparu. Là on touche aussi, soit dit en passant, à la différence d'interprétation du terme nation qui existe entre les Ecossais, Anglais etc... et les Français.

Il est faux d'affirmer que la nation bretonne n'a jamais existé et ce sont ceux qui veulent voir la Bretagne disparaître qui le proclament : il n'y a donc aucune raison que ceux qui veulent voir la Bretagne s'émanciper s'interdisent eux aussi de dire qu'il existe une nation bretonne. Cette auto-censure est contre-productive.

Affirmer le contraire relève de la tartufferie et l'on pourrait d'ailleurs parodier Molière pour qualifier les propos de M. Coudurier : « Cachez cette nation bretonne que l'on ne saurait voir, par un pareil objet, les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées» .....

Les Bretons sont un peuple et la Bretagne est une nation et c'est pourquoi nous souhaitons voir l'émancipation de la Bretagne .

Ps : une précision pour ceux qui crieraient déjà au communautarisme: pour ce qui me concerne, le terme «peuple breton» est totalement inclusif et intègre tous les habitants de la Bretagne et tous ceux qui se reconnaissent dans la Bretagne et la volonté de construire «autre chose» ici.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1311 lectures.
mailbox imprimer
logo
Démocrate, Lorientais, Breton, Européen, curieux du monde, de ses cultures, engagé pour la démocratie , la construction d'une Europe fédérale, l'émancipation de la Bretagne pour lui redonner toute sa place au sein des nations européennes..... Voilà, n'hésitez pas à commenter, à critiquer, à applaudir, à suggérer ! Voir aussi mon blog (voir le site)

Vos commentaires :

Alwenn
Jeudi 18 septembre 2014

A noter une grande ouverture d'esprit du journal Le parisien (je me demande s'il n'est pas dirigé par des Bretons, ce journal, qui autant que j'en ai lu, est très respectueux de la Bretagne : tout ce qui est à Paris n'est pas mauvais ! Il ne faut pas confondre les "élites" françaises, avec les Parisiens) :

Indépendance : les Basques, Bretons et Corses envient le référendum écossais

(voir le site)

Ce que fait ce journal, c'est donner la parole aux Bretons, Corses, Basques, ce que ne fait pas la presse bobo, ni nos quotidiens régionaux tant détestés.

Lecouturier n'a pas fini d'entendre parler de l'ndépendance bretonne et de la nation bretonne !

Alwenn
Jeudi 18 septembre 2014

Néanmoins, le fait déjà que ce référendum ait lieu est un signe fort que l'Europe est rentrée dans une nouvelle phase de son histoire et que des structures nationales considérées comme immuables depuis au moins un siècle seront de plus en plus violemment remises en question. Le résultat du référendum écossais a, finalement, peu d'importance en tant que tel : mais sa simple tenue sera un argument décisif en faveur de tous les autres irrédentismes ou régionalismes. Et les conséquences nous affecteront tous. Imaginez, dans la conjoncture actuelle, une sécession de la Catalogne, région la plus riche de l'Espagne : les bourses et les agences de notation ne manqueront pas de faire chuter la crédibilité de ce qui restera de l'Espagne ; avec des suites catastrophiques sur la stabilité de la zone euro tout entière...

Dès lors, aussi longtemps que l'Union européenne n'aura pas trouvé le courage de construire un véritable État à la fois proche du citoyen et soucieux de l'identité culturelle spécifiquement européenne, le morcellement potentiel d'États comme le Royaume Uni, l'Espagne, la Belgique ou même la France (pensez aux Bretons) ne se résumera pas à une simple question d'arithmétique du nombre des États membres de l'UE, mais représentera un danger vital pour tout son équilibre interne. Ceci dit, vu la situation actuelle, un tel chamboulement risque d'avoir, à la longue, plus de conséquences positives que néfastes...

(voir le site)

C'est vrai ça, pensez aux Bretons ! Pensons aux Bretons !

Alwenn
Jeudi 18 septembre 2014

Suite :

Mais d'un autre côté, et cela me paraît bien plus positif, ces régionalismes sont aussi le témoignage que l'esprit régional avec tout l'attachement au terroir et au passé qu'il implique n'a pas encore entièrement disparu, alors que les États-nations et ses politiciens se sont totalement discrédités en trahissant la solidarité sociale au profit d'un capitalisme outrancier, la spécificité de la culture européenne au profit d'un mondialisme à l'américaine, et les intérêts de leurs populations au profit d'une immigration qui échappe désormais à tout contrôle. Peut-être que le retour à une politique plus régionaliste constituerait à la fois un bain de jouvence déontologique et culturel pour notre caste politique et un renouveau pour la construction identitaire européenne ? On peut toujours rêver...

Read more at (voir le site)

Alwenn
Jeudi 18 septembre 2014

Bon, je continue, ce texte est vraiment intéressant :

Certes, ne nous faisons pas d'illusions sur la triste réalité : les anciennes valeurs traditionnelles de l'Europe perdent pied face aux diktats "politiquement corrects" d'une élite politique composée essentiellement de managers opportunistes favorisant, sous couverture d'idéaux universalistes, l'atomisation des individus et la création d'un énorme marché mondial entièrement dominé par un capitalisme financier rapace. La relativisation de l'État-nation en est la conséquence directe, ce qui n'a rien d'étonnant vu son discrédit démocratique et son abdication face aux institutions internationales et aux marchés mondiaux. Mais l'éveil des identités régionales témoigne de la ténacité des différentes traditions locales et donc des strates les plus archaïques de l'identité culturelle européenne. Dans ce sens, il n'est guère surprenant que ce ne soit pas de Paris, Londres ou Bruxelles, cités déjà majoritairement peuplées de personnes de tous horizons, que vient ce renouveau, mais de minorités plus ou moins périphériques qui ont maintenu, à travers les siècles, leur spécificité culturelle.

Read more at (voir le site)

Katell D.
Jeudi 18 septembre 2014

C'est une honte et un affront à l'intelligence des gens que de faire gobber aux gens que la Bretagne n'est pas une nation.Elle est aussi vieille que l'est la france, même dans les ouvrages historiques les plus biaisés y est inscrite. Sinon quid d'avoir fait un édit pour la voler à son peuple ?

Ar Gedour
Jeudi 18 septembre 2014

Je vous invite aussi à lire ces sujets moins connus sur AR GEDOUR :

- l'article "La Bretagne : 1600 ans d'autonomie" d'Alan J. Raude : (voir le site) ,

- "Le rescrit d'Honorius" : (voir le site)

Spered Gouez
Jeudi 18 septembre 2014

A lire à ce sujet ce qu'en dit Jean-Marie Le Clézio, prix Nobel de littérature, dans un entretien avec Emile Kerjean dans "Jean-Marie Le Clézio et la Bretagne" (La Collection Bleue de Skol Vreizh): pour lui, pas de doute, la Bretagne est bien une nation.

Alwenn
Jeudi 18 septembre 2014

"C'est une honte et un affront à l'intelligence des gens que de faire gobber aux gens que la Bretagne n'est pas une nation.Elle est aussi vieille que l'est la france" :

la Bretagne est bien plus ancienne que la france, elle est née à l'époque où l'Empire carolingien dominait l'Europe. Charlemagne et ses fils n'etaient pas français !

marc iliou
Jeudi 18 septembre 2014

A Hubert Coudurier je pense qu'il va falloir pour lui et ses acolytes qui "pensent" comme cela qu'un éditeur comme Skol Vreizh nous sorte un ouvrage intitulé : "la Bretagne pour les nuls "!

SPERED DIEUB
Jeudi 18 septembre 2014

Ce serait une erreur de revendiquer l'émancipation de la Bretagne uniquement, je dis bien uniquement ,sur des bases revivalistes En effet l'histoire du monde nous démontre que certaines nations naissent ,meurent ,réapparaissent ou pas ,suivant les concours de circonstances ,la volonté des peuples concernés ,la nature de l'oppression subie , la position géographique ,et la géopolitique ces derniers deux facteurs sont favorables pour la Bretagne A contrario la revendication bourguignonne par exemple est plus handicapée par ceux ci

Des pays entités naturellement alors qu'elles n'ont pas forcément d'histoire ni de mémoire nationale

Donc à la limite ce n'est pas par ce que un pays a été autrefois indépendant qu'il a forcément vocation à la redevenir ,et c'est évidemment réciproque ,donc ce n'est pas par ce que la Bretagne n'aurait pas été indépendante ,qu'il lui serait interdit de revendiquer son émancipation

Cependant je pense que l'on peut se réjouir de la position de Coudurier car il s'est fait ,sans doute pas malgré lui ,la courroie de transmission médiatique ,du pouvoir parisien angoissé par une éventuelle contagion des revendications en Europe .En vertu du principe de précaution il est donc en mission de service commandé

SPERED DIEUB
Jeudi 18 septembre 2014

genèse des nations du nouveau monde

4572-4434-1...pdf(146.85 ko)

SPERED DIEUB
Jeudi 18 septembre 2014

Désolé impossible d'ouvrir le lien précédent ,voici un autre article résumant l'ouvrage de cet auteur

erreur dans mon commentaire

Des pays entités naturellement alors qu'elles n'ont pas forcément d'histoire ni de mémoire nationale

je voulais dire que des entités naissent naturellement

(voir le site)

Eric Pianezza Le Page
Vendredi 19 septembre 2014

Ton texte est excellent, Jacques-Yves.

Envoie-le au Télégramme sous forme de Lettre ouverte.

Celui-ci ne répercutera évidemment pas le texte dans un Courrier des lecteurs quelconque.

Mais si Coudurier le lit, ce sera toujours ça...

Eric Pianezza Le Page
Vendredi 19 septembre 2014

Félicitations pour ton texte, Jacques-Yves.

Envoie-le au Télégramme : peut-être Coudurier le lira-t-il...

Péri Loussouarn
Dimanche 21 septembre 2014

@ marc : "la Bretagne pour les nuls" est un ouvrage qui existe : il est de Jean-Yves Paumier et il est....nul !

Pour preuve, l'ouvrage qui fait 503 pages et il balaye en 68 pages la période de la préhistoire à ......la révolution !!!!

Une seule carte en couleur de notre pays : une Bretagne à quatre départements !!!

L'hymne officiel, Bro gozh ma zadou est en français !!!

Mais ne vous inquiétez pas, il n'y manque pas la recette du beurre blanc, de la coquille saint-Jacques à la bretonne,...

mansker
Mardi 30 septembre 2014

C'est très pathétique en effet de voir autant de réticences à nier l'évidence. Les Bretons proposent une alternative au marasme ambiant. Niet !! Les Catalans proposent une alternative au laxisme de Madrid. Reniet !! Les Italiens ont aussi des propositions pour le nord. Hein ? Quoi ? Triple niet !!! Comment en est-on arrivé là ? C'est pourtant très simple, prenez les Romains et leur empire avec leur siège social à Rome. Saucissonnez le tout après Charlemagne et rétablissez ce siège social centralisé en trois points. Rome, Paris, Madrid. Ça va mieux là ? En s'appuyant sur des bases périmées, pouvoir centralisé à la clé, on ne peut que reproduire les erreurs du passé, et les guerres qui vont avec.

A force d'idolâtrer l'Allemagne sans jamais en appliquer les recettes (Ländern) on y sera encore à la saint glinglin. Et pendant ce temps là, les Russes et les Chinois se marrent. L'embargo, oui, surtout quand ils viennent de découvrir un gisement de pétrole énorme (chiffré en centaines de millions d'euros), en collaboration avec l'américain Exxon. Mais le chef à dit «  plus de collaboration avec la Russie ». Chouette alors ! La Russie qui vient de démarrer le plus gros chantier du monde (Pipe-line). Et pendant ce temps là nos dirigeants, européens y compris, sont à se demander, il faudrait, il eut fallu, on devrait.... Perte de temps considérable, irresponsabilité aiguë, « le bateau coule chef ! », «  Rame et tait toi !!! Et lit ton journal ! ». NB : La Bretagne existe bien avant Charlemagne, déjà vers l'an 500, le prince Rivallon Murmaczon se battait contre les Saxons (Danois ?), sur l'île Callot, à Carantec pour défendre Sa Nation. Concile de Vannes en l'an 458, Saint Paterne est sacré évêque, Clovis, le premier roi des Francs n'est pas encore né !!!

Alan PRYTGWENN
Samedi 4 octobre 2014

En matière de définition de la notion de "NATION", il y a depuis toujours deux écoles : L'école germanique ou anglo-saxonne, et l'école française.

Pour les allemands et les anglais, la NATION est une communauté charnelle possédant une homogénéité ethnique, une langue et une culture distinctes, une Histoire qui lui est propre, des coutumes et des traditions spécifiques.

Pour les français, la NATION est une notion strictement juridique.

Est français celui qui est titulaire d'une Carte Nationale d'Identité et du droit de vote, sans distinction d'origine ou de culture.

C'est toute l'ambiguïté et la spécificité française. C'est ce qui explique l'échec de M. SARKOZY quand il a voulu, au cours de son "règne", créer une définition de "l'Identité Nationale".

Par contre, la vision française de la nation s'achemine vers un échec complet depuis l'apparition des nouvelles vagues migratoires issues de pays, de cultures et de civilisations au caractère extra européen extrêmement tranché.

Ces populations qui ne veulent pas s'assimiler vont poser un énorme problème à l'état jacobin.

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.