Bretagne-Bretons, le webmédia qui ignore la Loire-Atlantique
Enquête de Philippe Argouarch

Publié le 16/02/18 11:32 -- mis à jour le 17/02/18 11:31

Nous continuons notre série sur les webmédias bretons. Après 7seizh.info et Breizh-info, nous arrivons à bretagne-bretons.fr créé par le brestois Julien Perez, un professionnel de la communication à l'origine créateur de sites web. Nous avons pris contact avec lui pour une interview mais M. Perez n'a pas voulu répondre.

En regardant le whois, on découvre que les informations sur les propriétaires et administrateurs du site sont masquées mais que le média a été créé le 8 avril 2014, il y a 4 ans déjà. Etre dans la presse et masquer certaines informations est à la limite de la légalité et montre en tous cas une certaine opacité. A noter que le choix d'un point fr plutôt qu'un point com ou un point bzh est une indication en soi de l'identité que l'on défend.

Le site se veut un journal de l'économie bretonne "L'actualité bretonne autrement" peut-on lire en haut de la page d'accueil. Tout d'abord le 'autrement' ne couvre pas le breton car le site n'a pas un seul mot en breton. Certes, la Bretonne qui présente le média est jeune et jolie (voir le site) mais on peut se poser la question du "autrement", en quoi y-aurait-il plusieurs façons de rapporter une fusion d'entreprises, des chiffres du chômage, une grève des marins-pêcheurs ? Quelles que soient les formes du média, radio, tv, journal, webmedia, les bonnes pratiques journalistiques resteront toujours les mêmes : donner la parole aux gens, aux protagonistes de l'actualité, aller sur le terrain, et faire des recherches. Ca prend du temps et de l'argent et nous sommes très bien placés pour le savoir à ABP. Donc bravo pour les nombreuses interviews vidéos réalisées (voir le site)

Il y a deux approches politiques à l'actualité bretonne qui situent tout de suite le courage et l'indépendance d'un média. Il y a ceux qui traitent l'actualité de la région administrative dite B4, une Bretagne amputée de son département le plus dynamique économiquement, la Loire-Atlantique, et ceux qui respectent la Bretagne historique et culturelle dans son ensemble comme la plupart des nouveaux webmédias d'ailleurs. Il y a pourtant aucune loi qui oblige qui que ce soit à suivre les limites administratives pour quoique ce soit... alors pourquoi ? même le Conseil régional de Bretagne encourage les chevauchements avec le 44. La première question est bien sûr qui finance Bretagne-Bretons ?

Les réactions contre les cartes de Bretagne amputées diffusées par Bretagne-Bretons (voir le site) sont parfois très violentes sur les réseaux sociaux et ABP a du retirer Bretagne-Bretons de certains de ses agrégateurs.

Ci-dessous les questions envoyées à M. Perez restées sans réponses :

[ABP] Pourquoi avoir lancé ce webmedia ?

[ABP] Avez-vous un financement ? Des collaborateurs ?

[ABP] Votre site se réfère dans les mentions légales à société SARL PMS – PRESENCE MEDIAS SOCIAUX mais cette société n'existe plus d'après les registres d'entreprises. Qu'en est-il vraiment ?

[ABP] De nombreuses critiques sur les réseaux sociaux mentionnent le fait que vous ne couvrez pas la Loire-Atlantique, pourquoi ce choix ?

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1277 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
J.K.56
2018-02-16 20:42:41
Effectivement, il serait intéressant d'en connaître davantage sur les détenteurs de "Bretagne Bretons", magasine si mal nommé qui, systématiquement, occulte la Loire Atlantique de toutes ses cartes et de toutes ses études. Qui sont ils exactement?
Pourquoi ont ils opté pour ce positionnement idéologique révisionniste? En s'alignant, du coup, sur ce que font malheureusement tous les jours les deux quotidiens mainstream, OF et Le Télégramme qui représentent eux aussi, comme ce BrBr, une injure à la Bretagne et aux Bretons du pays nantais.
Autrement dit, pour servir quelle perfide idéologie, cette revue qui s'appelle " Bretagne-Bretons" (!) ampute t-elle systématiquement la Bretagne de la Loire Atlantique qui nous a été arrachée à la région administrative par le pouvoir central parisien?
Ce n'est pas à Paris de décider qui est Breton et qui ne l'est pas! Ni à ses serviteurs.
Je m'interroge donc aussi, comme vous, de savoir à quel groupe appartient ce magazine manipulateur BrBr qui distille, à longueur de cartes systématiquement erronées, un négationnisme historique insultant en "Ulsterisant" le pays nantais.
Une seule réplique: le BOYCOTT!
(0) 
Emilie Le Berre
2018-02-20 09:34:05
Il y a quelques temps j'ai "testé" le site. Un sentiment de projet fait pour occuper l'espace (financer par qui ? ), pour moi c'est une commande. Information de qualité très médiocre dans la même veine que west-torch et le telebramm. Très peu de commentaires, quand il y en a, niveau très bas. "L'économie autrement" n'est en fait que "l'économie pour les neu-neus". Participe au maintient d'une pensée provincialiste - au sens péjoratif du terme .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.