Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Brest premier port avicole d'Europe mais la FDSEA est inquiète
Au cours d'une conférence de presse à Quimper ce matin la FDSEA du Finistère s'est dite inquiète de la tournure que pourrait prendre la mise en vente de l'entreprise Doux
Philippe Argouarch pour ABP le 12/07/12 23:52
26725_1.jpg
Thierry Merret président de la FDSEA du Finistère

Au cours d'une conférence de presse à Quimper ce matin la FDSEA du Finistère s'est dite inquiète de la tournure que pourrait prendre la mise en vente de l'entreprise Doux si aucune offre conséquente et acceptable n'était faite. 560 éleveurs de volailles bretons du Finistère et encore beaucoup plus sur les 5 départements bretons, dépendent de Doux. Le Finistère est le premier département producteur de volailles en Bretagne et le premier en France.

Pour chaque éleveur, il y a aussi des dizaines d'emplois dans l'industrie de l'aliment, la production et le transport. A ce titre 63 % des conteneurs en partance de Brest contiennent du poulet surgelé pour l'export dont du halal pour la péninsule arabique mais aussi pour le Proche-Orient et la Russie. Le tonnage avait même augmenté de 25 % en 2011 car d’après la FDSEA la conjoncture est favorable malgré la mise en vente de Doux : La baisse de l'euro par rapport au dollar favorise l'exportation et en plus la consommation du poulet augmente partout dans le monde.

En ce qui concerne les aides à l'export via la PAC (Politique Agricole Commune), la FDSEA a tenu à faire remarquer que ces aides ne représentent que 0,01 % du budget total de la PAC. Une partie de ces "restitutions" provient d'ailleurs des taxes d'importations prélevées sur les poulets frais importés en Europe. Remettre en cause cette aide serait la fin du poulet d'export breton et 4.000 emplois perdus dont 700 éleveurs, juste pour le Finistère. Les restitutions européennes, souvent mal comprises, d'après la FDSEA, sont destinées à compenser les différences des coûts et d'exigences sur les conditions d'élevage entre l'Europe et le marché mondial.

Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 1 commentaires
Alwenn Le Vendredi 13 juillet 2012 15:14
"Le tonnage avait même augmenté de 25 % en 2011 car d’après la FDSEA la conjoncture est favorable malgré la mise en vente de Doux : La baisse de l'euro par rapport au dollar favorise l'exportation et en plus la consommation du poulet augmente partout dans le monde.
C'est quand même ça qui est incompréhensible, alors que le contexte semble favorable, Doux est plombé par sa dette.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons