-- Politique --

Breizh Civic Lab : l'intelligence collective au service de l'innovation politique

Communiqué de presse de Breizh Civic Lab (porte parole Stéphane Péan) publié le 24/12/18 12:45

Breizh Civic Lab
Breizh Civic Lab

BREIZH CIVIC LAB a pour ambition de donner des clés de réflexion et d’action afin d’envisager l’avenir politique de la Bretagne sur de nouvelles bases – civique, républicaine et urbaine. Ses activités visent à réfléchir et débattre mais aussi à proposer et expérimenter de nouvelles pratiques collectives tant du point de vue de l’innovation citoyenne que de l’action publique. BREIZH CIVIC LAB souhaite ainsi contribuer pleinement à la construction de l’intérêt général en Bretagne.

Cette initiative est portée par des individus qui se sont retrouvés sur le réseau communautaire BZH Network (>10000 inscrits sur divers réseaux sociaux), échangeant régulièrement leurs analyses, idées et visions sur la Bretagne. En 2018, la décision de créer BREIZH CIVIC LAB a été prise suite au lancement du European Democracy Lab dont l’appel civique envisage une République européenne organisée sur la base des villes et des régions. Quelque chose de similaire en termes d’organisation (citoyens et académiques) pouvait ainsi prendre forme en Bretagne.

NOTRE VISION

BREIZH CIVIC LAB part du constat que les Bretons ne portent plus vraiment d’ambition collective pour se doter d’institutions intégrées et fortes permettant de mieux répondre aux grands enjeux actuels et à venir. Afin d’y remédier, il est nécessaire de raviver l’esprit civique et d’initiative en Bretagne en provoquant le débat dans une démarche citoyenne, c’est-à-dire non élitiste. BREIZH CIVIC LAB souhaite être également une force de proposition et d’influence en termes d’innovation politique, tant dans les domaines de l’action publique que de la participation citoyenne.

NOS ORIENTATIONS

Notre triptyque stratégique se décline selon l'ordre de priorité suivant:

Bretagne civique - Les limites territoriales de la Bretagne historique n’ont jamais été culturelles ou linguistiques mais politiques. C’est dans la continuité de cette communauté de destin qu’un espace civique d’intelligence collective doit se construire et constamment se renouveler par le débat, impliquant tous les citoyens bretons, qu’ils soient de Bretagne ou d’ailleurs.

Bretagne républicaine - Les grandes transformations à l’œuvre invitent sans plus attendre à l’innovation politique. Le système institutionnel actuel, à la fois centralisé et fragmenté, ne permet plus de répondre aux nouveaux enjeux de développement, de régulation et de solidarité. Au nom des principes républicains, l’intérêt général doit être porté par un nouveau leadership régional, au travers d’une collectivité aux pouvoirs étendus : l’Assemblée de Bretagne.

Bretagne urbaine - La montée en puissance des villes dans un monde globalisé incite à repenser l’action régionale qui doit impérativement intégrer le fait urbain. Les métropoles bretonnes, plus que jamais moteurs de l’innovation, sont aussi appelées à collaborer davantage dans le cadre régional. La Bretagne, urbaine et cosmopolite, doit s’affirmer pleinement et coopérer dans l’Europe émergente des villes et des régions.

REJOIGNEZ NOUS

Si vous partagez nos valeurs et orientations, contactez nous à partir de notre nouveau site web www.civiclab.bzh (voir le site) et n'oubliez pas de nous laisser votre email afin de recevoir la newsletter du Breizh Civic Lab (tout en bas du site).

Voir aussi :

mailbox imprimer
logo
BREIZH CIVIC LAB
L’intelligence collective au service de l'innovation politique
______________________________________________
Breizh Civic Lab a pour ambition de donner des clés de réflexion et d’action afin d’envisager l’avenir politique de la Bretagne sur de nouvelles bases – civique, républicaine et urbaine. Ses activités visent à réfléchir et débattre mais aussi à proposer et expérimenter de nouvelles pratiques collectives tant du point de vue de l’innovation citoyenne que de l’action publique. Breizh Civic Lab souhaite ainsi contribuer pleinement à la construction de l’intérêt général en Bretagne.

Vos commentaires :

Boned ruz
Lundi 24 decembre 2018

Vous faites un choix très critiquable pour ce qui concerne la dimension urbaine de la Bretagne... Cela sonne "métropole" ce qui justement à l'heure d'internet n'a plus beaucoup de sens: le regroupement des cerveaux, des sièges sociaux, des institutions... a quoi bon avec internet et la communication à distance démultipliée? La Bretagne perdu la mer quasiment mais elle a toujours été campagne,de moins en moins malheureusement et c'est pourtant cette campagne qui tient la Bretagne debout... Les villes ont apportés la destruction culturelle en Bretagne, aujourd'hui des problèmes sociaux et un pouvoir qui sort d'on ne sait où si ce n'est celui de choix politiques qui n'ont jamais fait l'objet d'un choix démocratique... Je suis allé écouté Ulrike Guerot à nantes il y a moins d'un ans... Il est question de région ( de plus de 10 Milions d'habitants, c'est donc un problème pour la Bretagne sauf avec sa diaspora et ou pourquoi pas, avec le pays de Galles et Cornouailles Anglaise ) Mais je n'ai pas perçu dans son discours une base quelconque relative à l'exigence urbaine...Il va falloir convaincre... en ce qui mon concerne c'est non... trop de pouvoir dans les mains des maires des grandes villes avec les dérives anti-démocratique que l'on constate tous les jours dans les regroupement intercommunaux! Le temps n'est pas loin où la verte campagne vaudra de l'or.

Yann ar borgn
Lundi 24 decembre 2018

Curieux et très sensible à votre approche d'une nouvelle réalité bretonne en devenir.

Breizh Civic Lab
Mardi 25 decembre 2018

Merci beaucoup pour vos premières réactions (positive et négative).

Yann ar Borgn, grand merci pour votre intérêt et n'hésitez pas à nous suivre en vous abonnant à notre newsletter ou sur les réseaux sociaux ; nous avons aussi une page Facebook et le compte Twitter, tous les deux à retrouver avec @BZHciviclab.

Boned ruz, il semble que vous partez du principe que la modernité est mauvaise et qu'elle détruit l'identité de la Bretagne, que vous ne voyez que comme "culturelle". Nos propos sont tout autre car les limites territoriales de la Bretagne n'ont jamais été culturelles ni linguistiques, mais politiques. Certes, les institutions n'étaient pas démocratiques et depuis la révolution française est passée par là. Cependant, il est grand temps de reprendre la suite dans un cadre républicain (intérêt général) que nous pouvons construire avec l'Assemblée de Bretagne. Quant aux villes, elles structurent déjà plus de 70% du territoire, c'est-à-dire là où les habitants ont désormais des pratiques urbaines. Concernant le European Democracy Lab, il suffit de lire leur manifeste pour se rendre compte qu'ils souhaitent une République européenne sur la base des villes et des régions. Tout à fait d'accord, c'est dans tous les cas à nous de porter le droit à la différenciation et de ne pas se faire standardiser par des indicateurs quantitatifs.

Léon-Paul Creton
Mardi 25 decembre 2018

Quelle Assemblée de Bretagne?

Si je devais une voix à votre article, se serait celle d’un ordinateur de modèle ancien, disons des années 50, métallique, un peu enrouée et un très léger vibrato de tôle. ( ;0))

Je parie que c’est la blague de Noël.

Je me demande si ce n’est pas un texte écrit par un robot ? Donc une intelligence artificielle, algorithmique, combinant et débitant des « mix d’éléments de langage » de préoccupations sociétales , politiques contemporaines, actuelles… Á but et objectifs électoraux pour des consultations diverses qui ne sont plus lointaines.

Est-ce un coup de «lab» ?

J

Breizh Civic Lab
Mardi 25 decembre 2018

Léon-Paul Creton, nous vous invitons à lire nos articles du Télégramme et de Ouest-France sur notre site web (section blog). Ensuite, si vous avez des questions plus précises, nous serions ravis d'en discuter avec vous. Ce projet était en discussion sur le réseau BZH Network depuis 2-3 ans et s'est accéléré depuis l'été dernier ...

Yann Menez Are
Mercredi 26 decembre 2018

Vraiment dommage d'exclure les campagnes qui sont l’ADN de la Bretagne

Breizh Civic Lab
Mercredi 26 decembre 2018

Yann Menez Are, nous n'excluons pas les campagnes puisque nous appelons à l'Assemblée de Bretagne. En revanche, nous réfutons les analyses binaires qui ont pour objectif de diviser les Bretons. La Bretagne urbaine est au coeur de la question régionale et notamment de la réunification. Il est temps de changer de grille de lecture. En ce sens, nous souhaitons appuyer nos futures propositions sur des analyses objectives venant du monde académique breton et européen.

Yann Menez Are
Mercredi 26 decembre 2018

N’oubliez pas le bon sens paysan....L’avoir perdu ou jamais eu pour certains a provoqué le mouvement des gilets jaunes...N’oubliez pas que c’est un mouvement rural....

Ne nous refaites pas un petit ENa Breton....

Paul Chérel
Mercredi 26 decembre 2018

Je vois, pour ma part, que les commentairees n'ont pas tardé, ni les réactions du rédacteur Stéphane dont c''est aujourd'hui la fête si l'on en croit l'éphéméride que publie l'ABP. En ce qui me concerne, je crois avoir lu une pâle imitation du grand-frère appelé FRAAAAnce, ne serait-ce que par le vocabulaire employé : civique, république, European democraty (c'est de l'anglais qui de plus en plus enrichit un français qui s'appauvrit), intelligence COLLECTIVE au sevice de l'INNOVATION poltique. Il ne manque plus que la transition écologique qui, parfois, s'appelle transition énergétique et la planète qui se casse la g. Paul Chérel. Un MOUVEMENT de plus dans la pétaudière.

Breizh Civic Lab
Mercredi 26 decembre 2018

Yann Menez Are, le mouvement des Gilets Jaunes est d'abord né dans le périurbain de la Région Parisienne, et donc en territoire métropolitain. C'est une réaction au système fiscal français qui est très centralisé. Cela n'a rien à voir avec l'Assemblée de Bretagne que nous souhaitons et qui doit disposer d'une fiscalité propre, notamment pour mettre en place des politiques de solidarité.

Paul Chérel, les mots que nous utilisons renvoient à la réalité d'aujourd'hui, qu'elle soit en Bretagne, en France ou en Europe. Nous voyons la Bretagne comme un tout et les anciennes grilles d'analyse binaires ne permettent pas de comprendre et encore moins de passer à l'action, c'est à dire aux réformes. Dans une période de grands troubles, il vaut mieux affirmer des valeurs clés pour le futur de la Bretagne.

Emilie Le Berre
Mercredi 26 decembre 2018

La première chose qui m'a interpelé c'est la fréquence de l'emploi du mot "innovation" sans que ce mot soit défini.

Apparu au 14e siècle en théologie, innovation correspondait à une petite variation autour du dogme. Prudence il ne faudrait pas tomber dans l'hérésie.

Plus tard dans le domaine juridique, c'était un avenant d'un contrat, une petite nouveauté qui permettait de ne rien changer.

Machiavel dans Le Prince, une fois au pouvoir on ne doit pas innover sauf quand ce pouvoir est menacé.

Plus près de nous, dans le traité de Lisbonne, l'UE avait comme projet de devenir une société de la connaissance. En 2010, elle décide de devenir l'UE de l'innovation. Surement parce que la connaissance n'a pas de retombé économique ...

Le discours de La démarche Breizh Civic Lab est un leurre, le véritable but est de ne rien changer.

Breizh Civic Lab
Mercredi 26 decembre 2018

Emilie Le Berre, très étrange réponse car au fond, ceux qui tournent en rond depuis des décennies sont bien ceux qui ne veulent rien changer (ou ceux qui ne le peuvent pas, comme les "belles âmes"); appelons cela les conservatismes. L'innovation, c''est peut être avant tout la conversion à une grille de lecture qui permet l'impact, qu'il soit économique ou sociétal !

Boned ruz
Jeudi 27 decembre 2018

Ce qui vous manque c'est le terrain votre "lab" n'est qu'une commission de réflexion et votre problème est exactement celui des partis politiques qui s'écroulent: Qui vous dit que "VOS axes de réflexion soient ceux de l'avenir"... on dirait un programme et c'est là VOTRE problème ! Et ce n'est pas parce que l'ère industriel à tout bouleversée qu'il faut continuer à détruire ce qui reste de la campagne...L'urbanisme est le microcosme de l'uniformisation et de la perte de l'identité... La métropolisation est justement le fer de lance de ceux qui ont tout intérêt à l'uniformisation des esprits ; Ce qui se passe aujourd'hui est assez révélateur et le message à déjà été envoyé clairement par le mouvement des bonnets rouges. De plus VOTRE assemblée de Bretagne présentée comme une entité nouvelle ( vieille d'au moins 4 ans ) me choque quand on sait que le parlement de Bretagne ne peut pas avoir été interdit par la révolution ni par personne d'ailleurs ... Le terme de république est un fourre tout plutôt pollué à l'heure actuelle par l'emprise des pouvoirs que l'on connaît trop... Si vous prenez la Bretagne comme terrain de jeu il faut aller au bout ... Sa Culture son Histoire sa Colonisation... Quand à l'économie tout le monde voit bien que rien ne va plus ( sauf pour certains). Le modèle est à changer... Voici une idée: 50 % de pouvoir en moins aux élus et 50 % en plus pour les gens, chaque foyer fiscal décidant de ce que devient la moitié de son imposition , le choix pour le reste incombant aux élus...

Breizh Civic Lab
Jeudi 27 decembre 2018

Le terrain, nous l'aurons avec la richesse de nos membres et les débats citoyens que nous lancerons, mais pas tout de suite. Nous sommes positifs car nous avons déjà reçu de nombreuses demandes d'information et même d'adhésion. Je comprends bien que vous défendez le Centre-Bretagne avant tout comme un trésor patrimonial à préserver de la modernité ... mais la Bretagne de l'ensemble des Bretons (B5 = Bretagne urbaine), c'est la Bretagne en mouvement et confiante en son avenir. L'Assemblée de Bretagne proposée par JJ Urvoas n'était qu'une fusion avec les départements. Nous souhaitons aller plus loin avec un transfert de compétences et notamment l'autonomie fiscale. Et n'oubliez pas que la Bretagne n'a jamais eu d'unité "culturelle" ou "linguistique", c'est à travers l'histoire avant tout un territoire politique ...

Yann Menez Are
Jeudi 27 decembre 2018

À exclure le monde rural votre projet est voué à l’échec en Bretagne, dommage il y avait des choses intéressantes....

D’accord avec Bonne Ruz, il vous manque le terrain...

une république urbaine c’est un concept très macroniste....

Breizh Civic Lab
Jeudi 27 decembre 2018

Yann Menez Are, et pourquoi pas "à exclure le monde urbain, votre projet (le votre) est voué à l'échec" ? :) En termes d'échec, les idéologies ruralistes (donc anti-urbaines) n'ont pourtant pas réussi à bâtir un régionalisme breton constructif et fédérateur ...

Sachez que plus de 70% des Bretons vivent dans des territoires avec des pratiques urbaines en Bretagne et d'autre part, nous n'avons jamais dit que nous excluons le monde rural (Assemblée de Bretagne !). D'ailleurs, notre trésorier est maire d'une commune rurale dans les Côtes d'Armor et ce n'est pas la raison pour laquelle il faudrait naturellement imposer une analyse binaire de confrontation entre rural/urbain. Nous souhaitons dépasser cette idéologie d'autant plus que, et si l'on évoque la solidarité, les plus pauvres d'entre nous vivent majoritairement dans les agglomérations urbaines.

Concernant le "terrain", nous préférons bâtir une vision d'intérêt général pour la Bretagne et non additionner des intérêts catégoriels locaux; c'est justement tout l'enjeu de notre projet. Et vu les soutiens que nous recevons, et qui dépassent le mouvement breton, nous préférons continuer ... dans notre "erreur" ! ;)

Yann Menez Are
Jeudi 27 decembre 2018

N ‘oubliez pas que la France n’est qu’une construction urbaine.Le projet de grand Paris devrait vous en convaincre.

Votre projet serait réellement novateur s’il était capable de créer de réelles synergies entre les villes et le monde rural, d’inclure réellement le monde rural dans une logique de développement économique.

La Bretagne a un maillage suffisamment dense de villes moyennes pour éviter de tomber dans le piège de la metropolisation. La métropole est un concept français, il y a d’autres voies à explorer.

Une vision urbaine est réductrice.

si vous êtes réellement un Lab, faites le, et vous susciterez une réelle adhésion, et pourquoi pas la mienne.

Breizh Civic Lab
Jeudi 27 decembre 2018

Nous pouvons aussi avoir une autre vision de l'histoire. L'Etat français est bien ruraliste pour les régions car il n' a jamais accepté de voir des métropoles urbaines forte naître en leur sein, soutenant les communes comme fondement de la République. François ASCHER l'avait démontré dans son ouvrage "La République contre la ville". (voir le site) Si la Bretagne avait su développer ses villes dans le passé, ces dernières ne seraient pas devenues de véritables passoires facilitant l'émigration bretonne vers la région parisienne (lire Michel François). La Catalogne ou encore l'Ecosse existent-elles sans leur puissance urbaine ? Si nous regardons les choses plus près dans les filières économiques, nous pouvons voir qu'il y a déjà des écosystèmes connectant les métropoles urbaines et les villes moyennes via des réseaux de sous-traitance ou d'expertise. 70% du territoire breton est sous influence de pratiques urbaines et notamment en raison de la périurbanisation des villes. Le régionalisme, ce n'est pas de diviser les Bretons mais de les unir autour d'une vision tournée vers l'intérêt général. Il n'y a pas plus d'authenticité à être rural qu'urbain; surtout lorsque vous supposez que l'un serait vraiment breton et l'autre seulement français (abusif). Mais pour nous, l''identité bretonne est historiquement politique et donc civique, comme un contrat lié à une communauté de destin. Ce devrait être à la future Assemblée de Bretagne de mener des politiques de solidarité, tout en reconnaissant le fait urbain qui crée des richesses. A moins que vous ne défendiez le monde rural pour mieux quémander des aides de l'Etat ?

Jakez Lhéritier
Vendredi 28 decembre 2018

Question 1:le Breizh Civic Lab est il l'avant garde du Breizh lab de Mr le Drian ?

Question 2:N'allant pas sur vos sites BZH network :qui sont les membres fondateurs de votre LABORATOIRE?

Mes Observations:

Mettre le triptyque Urbain avant le triptyque Agricole en oubliant un triptyque Maritime est bizarre en Bretagne

Ne pas mettre la Justice sociale,en préambule est aussi anormal?

De nouveaux rapports employés employeurs sont à créer, tels qu'ils ont pu s'amorcer avec les Bonnets rouges,les gilets jaunes...

Il faudrait aussi déterminer qui sont les bretonnes,bretons d'aujourd'hui,car entre les "authentiques bretons",les "élitistes bretons",l'intelligenzia bretonne ", il va falloir se surpasser, et accompagner aussi les révoltes des plus défavorisés qu'ils soient bretons ou autres?

Comment voyez vous la concrétisation du PARLEMENT BRETON, sachant qu'il en existe déjà un?

Pour moi l'urgence ,est de s'activer sur la REUNIFICATION en agissant très concrètement,très fortement sur le terrain en international.

Sonner la fin des discours,développer des actions ,dans l'UNION BRETONNE.

Puis il faut réunir publiquement toutes les organisations politiques bretonnes.

Un début de liste par ordre alphabétique:

AFB/EKB,Breizh Europa,Breizh impacte,Bretagne Prospective,Breizistance,Mab,Parti Breton,UDB et j'en oublie.

Pouvez vous être un moteur ?

De St Nazer 4 ème ville de Bretagne ,si je peut être encore utile ?

kris braz
Vendredi 28 decembre 2018

On se sent vraiment une grosse merde de plouk en lisant la prose de Bzh CivicLab.

Quel avenir pour les 30% de ruraux dans ce schéma, et quelle affirmation péremptoire, quand on sait que la grosse claque économique est sur le point de nous tomber sur la gueule… Que vont devenir nos belles métropoles ?

Breizh Civic Lab
Vendredi 28 decembre 2018

Jakez L'Héritier, nous ne sommes pas un rassemblement d'élus mais une organisation neutre et ouverte aux citoyens, et transpartisane. Evidemment, nous avons l'habitude de représenter la Bretagne comme rurale et maritime, mais jamais urbaine ; nous souhaitons corriger le tir et montrer que la Bretagne est bien connecté avec ses villes. Nous ne sommes pas une organisation liée au mouvement breton en particulier. Nous attirons très largement et c'est ce que nous voulions dès le début.

Kris Braz, nous n'avons jamais dit que nous nions les "ruraux". Et pourquoi vouloir nier les "urbains" de votre côté ? Les Bretons ont quand même me droit d'être urbain dans leur pratique du territoire. Non ? L'Assemblée de Bretagne que nous proposons est bien sur la Bretagne historique qui inclut tous les types de territoire. Vous verrez dans les mois qui viennent ce que nous proposerons ...

Boned ruz
Samedi 29 decembre 2018

Les bretons ne sont "urbain" que parce que c'est la seule solution qu'on leur propose pour trouver des emplois; la contre-partie est la perte d'identité...quasi assurée. La question est: " Qui fait ce genre de proposition aux Bretons" et dans quel But? D'autre part, je ne vois pas beaucoup de vrai culture dans les villes si ce n'est celle de programmations donc éloignée d'une véritable culture populaire.

alain Haye
Dimanche 30 decembre 2018

Je reproduis ici la phrase de Myriam nael, L'adjointe à l'éducation de la ville de Nantes le 12 octobre 2018

: "Les gamins des quartiers populaires sont aussi bretons que vous et moi"

Bonned ruz
Dimanche 30 decembre 2018

Alain Haye

C'est eux " les gamins" qui font la programmation?????? culturelle de la ville de Nantes???????

Breizh Civic Lab
Lundi 31 decembre 2018

Bonned Ruz et Alain Haye, nous avons une conception civique de la Bretagne, comme les Ecossais ou les Républicains Catalans. En modernité, l'identité est civique. C'est le seul moyen de mobiliser collectivement en vue de l'intérêt général de notre territoire.

Pierre Robes
Vendredi 4 janvier 2019

Quel charabia technocratique de Breizh civic lab !!!!

mais ce n'est pas étonnant vu que ''Nous ne sommes pas une organisation liée au mouvement breton en particulier''et que ''suite au lancement du European Democracy Lab dont l’appel civique envisage une République européenne organisée sur la base des villes et des régions''.

et que "La Bretagne, urbaine et cosmopolite" c'est à dire celle des villes, n'a plus d'identité à cause de 50 ans de gestion par la Gaauuche socialiste française en Bretagne. Le fait de mettre un coup de couleur Breizh sur le capot ne changera pas le vieux moteur en bout de course en Europe.

Breizh Civic Lab
Vendredi 4 janvier 2019

Pierre Robes, tout simplement parce que nous n'avons pas les mêmes bases idéologiques de l'identité bretonne. Dans tous les cas, nous gardons le cap puisque nous sommes actuellement rejoints par beaucoup de monde et de toutes les tendances politiques. Toutes disent grosso modo que le vieux militantisme tourne à vide et qu'il faut renouveler le logiciel ...

Pierre Robes
Samedi 5 janvier 2019

c'est sûr qu'avec le frère Franc-maçon J.Y Le Drian, valet de chambre d'Hollande et de Sa Majesté Macron comme - initiateur de votre projet (*) - de recyclage du socialisme français (que personne ne veut plus), Le Drian, qui n'a "aucune base de l'identité Bretonne" comme tout ceux qui ont eu le lavage de cerveau de l'école destructrice jacobine parisienne, peut bien rester à Paris avec toutes ces élites, nous n'aurons pas une grosse perte en Bretagne. Il pourra ainsi s'enrichir sur notre dos comme les autres.

(*) info magazine Breton de Janvier

Jacki Pilon
Dimanche 6 janvier 2019

Bonjour,

Si vous vouliez susciter les réactions, je crois que c'est réussi.

A début, j'ai hésité entre le canular et la provocation...

Canular : monter un discours à partir de phrases "pleines de mots", à la façon dont cet humoriste se moque de la langue de bois : (voir le site) (Merci Franck Lepage) (je vous cite : "il y a un vrai besoin de comprendre les grands enjeux en cours et surtout de formuler de nouvelles propositions pour réformer nos institutions afin de mieux y répondre. Cela ne peut se faire qu’en mobilisant l’ensemble des citoyens dans une intelligence collective que nous voulons collaborative", ou : "il est nécessaire de raviver l’esprit civique et d’initiative en Bretagne en provoquant le débat dans une démarche citoyenne")...

Provocation : "Bretagne républicaine", "Bretagne urbaine" ... pourquoi pas "Bretagne jacobiniste" également ? Je souscris à nombre des commentaires ci-dessus.

Breizh Civic Lab
Dimanche 6 janvier 2019

Jacki Pilon, C'est une évidence car nous sommes un think tank et non un parti politique. Nos contributions rempliront ces phrases de manière beaucoup plus concrètes dans les semaines et mois à venir. En tout cas, nous sommes tr!s certainement en complet décalage avec les discours idéologiques ambiants du régionalisme breton qui tournent à vide depuis des décennies sans résultat et surtout sans impact. Nous n'avons pas été créés pour transvaser des militants du mouvement breton mais pour fédérer les personnes positives. En quelques semaines, nous avons reçu des dizaines et des dizaines de messages positifs. Nous continuons donc et heureux de le faire pour la Bretagne moderne !

naoned tadic
Lundi 14 janvier 2019

Vous dites le régionalisme Breton qui tourne à vide !

Mais les differents militants actuels et passés ont obtenus des resultats et sont forces de créativité et de lutte quotidienne...

Alors avant de se prétendre fédérateur et visionnaire, montrez nous vos actes et réussites !

Breizh civic lab = Disou (avec ceci je vous met une piqure de moraline pour passer les prochaines élections ?!)

Les différentes organisations bretonnes = Faisou

Alors aux très nombreux adhérents de votre mouvement, je dis on vous regarde, allez y, FAITES !

Après on pourra discuter et s'organiser ensemble ou pas !!

Keno

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.