logo Breizh Europa
logo Breizh Europa

Pour la deuxième fois en dix ans, face à la mobilisation d’une partie des juges et avocats bretons et des politiques locaux, la carte judiciaire n’a pas pu être modifiée. Ainsi la Loire-Atlantique dépend toujours de la cour d’appel de Rennes, et il reste au moins un domaine dans lequel la Bretagne historique est préservée.

C’est une belle victoire, mais c’est encore un acte de résistance face à un Etat central qui a décidé que les Régions historiques, cela ne servait à rien. Pire, cela pouvait même être dangereux.

Il est temps pour les Bretons de ne plus se contenter seulement d’actes de résistance et d’avoir une attitude offensive. Ainsi l’on attend avec impatience les premières actions de la mission pour la Réunification qui voit le jour au sein des instances de la Région Bretagne. Et l’on se félicite de la santé florissante de l’association Produit en Bretagne qui inclut avec la force de l’évidence la Loire-Atlantique dans son organisation. Il faut soutenir par ailleurs la pétition lancée par Bretagne Réunie pour l’obtention des 100 000 signatures nécessaires en 44 afin que le département puisse décider de son avenir institutionnel. Félicitons-nous de l’action, en lien avec Bretagne Réunie, des vignerons de Loire-Atlantique dans leur volonté de faire flotter le Gwen Ha Du haut et fort !

Et allons au-delà : il est temps de boycotter toutes les entreprises, banques, assurances et autres, qui auront décidé de s’organiser (sièges sociaux, réseaux, partenariats) autour de ce Grand Ouest sournois qui avance avec l’aval bienveillant des pouvoirs publics. Boycottons également les institutions qui nous préparent cette région technocratique et liberticide dont nous ne voulons pas. Eloignons-nous des media qui présentent ce Grand Ouest dans leur ADN. En effet, si nos arguments, fondés démocratiquement et culturellement et inspirés par ce qui se passe dans toute l’Europe, ne leur paraissent pas suffisants, il faut atteindre au porte-monnaie tous ces soutiens actifs du barnum Grand Ouest. En association avec VigiBretagne par exemple, commençons par établir la liste de ces entreprises et institutions qui ont décidé, à terme, de la mort de la Bretagne. La liste est longue. Il reste à l’établir et lui faire la publicité qu’elle mérite ! Le débat est ouvert !

Frank Darcel

Président de Breizh Europa

Cet article a fait l'objet de 1012 lectures.
mailbox imprimer