Bonnets rouges, gwenn ha du et cornemuses pour le 537e anniversaire de naissance d'Anne de Bretagne à Nantes

-- La réunification --

Compte rendu
Par Didier Lefebvre

Publié le 26/01/14 17:57 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dernière minute : un lien vers une video vimeo de Yves Priou (note 4).

32725_77.jpg
Avant la visite à Anne.

Réussite pour cette opération de communication des Bonnets Rouges nantais à l'occasion de l'anniversaire de naissance de la Duchesse Anne. Cette année, nous commémorons le 500e anniversaire de sa disparition (voir notre article). Le comité des Bonnets Rouges avait donné rendez-vous à tous les adhérents de Loire-Atlantique, mais l'appel a été entendu dans l'ensemble de la Bretagne. Ainsi, une dizaine de voitures pleines sont venues d'un des autres départements bretons, les plus éloignés venant de Laz et Morlaix (29), Lamballe (22), et, plus proches, Lorient, Rennes et Vannes.


Environ 300 personnes étaient in fine rassemblées place Royale, selon nos comptages.

Le point de rendez-vous (1) était fixé à 14 h au pied de la statue en pierre d'Anne de Bretagne, réalisée au XIXe par Dominique Molknecht. Une fois le quart d'heure breton passé, la foule commence à s'amasser, et l'on entend les premiers sons des cornemuses. Le soleil est au rendez-vous. Il fait chaud sous les bonnets (rouges). La foule souriante. Ce rendez-vous est celui de la bonne humeur. Une petite centaine de personnes était attendue - membres des 44 comités de Bonnets rouges à travers la Bretagne (2) - 300 sont venues !!! Résultat inespéré.

Une fois les séances photos réalisées (la presse était nombreuse), le cortège s'ébranle vers l'autre statue d'Anne de Bretagne, devant l'entrée du Château des Ducs de Bretagne, celle réalisée en bronze par Jean Freour en 2002, (voir le site) de Corpus étampois.

L'objet de ce rassemblement est alors clairement affiché :

- célébrer le 537e anniversaire de naissance de la Duchesse Anne ;

- faire savoir à tous les Nantais que les Bonnets rouges concernent toute la Bretagne, et qu'à Nantes, ils sont là aussi ;

- continuer la collecte de revendications en vue des États généraux de la Bretagne organisés à Morlaix le 8 mars, collecte organisée par Breizh-Impacte (voir le site) ;

- dire au Gouvernement que l'occasion est belle pour lui de re-créer la vraie Bretagne, celle que Pétain a défaite en 1941 (voir le site) en cette période où il envisage une simplification administrative et la diminution de nombre de régions administratives ;

- enfin, ne pas souhaiter de bon anniversaire à Jean-Marc Ayrault, revenu cette fin de semaine chez lui, dans la capitale bretonne, à titre privé. Celui qui, ironie de l'Histoire, est né le même jour que notre Duchesse, le Premier ministre actuel et ancien maire de Nantes, ne cache pas en effet son désamour pour la Bretagne et son intérêt pour créer une région Grand-Ouest vide de sens (voir notre article).

Le Bro gozh ma zadoù et la Blanche Hermine

Intense moment d'émotion quand, en choeur, les manifestants reprennent le Bro gozh ma zadoù l'hymne breton, et La Blanche hermine (chanson) de Gilles Servat, devenue chanson emblématique de l'ensemble du mouvement breton. Anne Cadorel et Kristin David étaient visiblement heureuses de chanter ces couplets ô combien importants dans le coeur de tous les Bretons (3).

Dans la foule nous reconnaissons Patrick Mareschal, ancien président du Conseil général de la Loire-Atlantique, cofondateur du Comité pour l'Unité Administrative de la Bretagne en 1980, devenu par la suite Bretagne Réunie. Amicalement, il est venu voir les manifestants. Il nous apporte un double message : concernant les portiques Écotaxe : « le Gouvernement a bien fait de suspendre cette mesure », puis, concernant la réunification, « il y a là une opportunité ».

Le Château des Ducs de Bretagne se pare de blanc et noir

Un Gwenn ha du géant (voir photo) a été déployé au-dessus des douves : environ 100 m², avec le slogan des Bonnets rouges : Re 'zo re (trop c'est trop). Plus haut, par deux meurtrières, on voit un Kroaz du (drapeau historique breton) et un Gwenn ha du, drapeau officiel breton.

Des militants ont dû vraisemblablement entrer d'une façon anodine préalablement, car les portes du Château se sont rapidement closes, et le correspondant que je suis s'est vu opposer un refus à sa sollicitation de rentrer pour prendre une photo à partir du chemin de ronde.

Une Bretagne en mouvement, dans toutes ses composantes

Parmi les manifestants saute aussi aux yeux une banderole du pôle ouvrier des Bonnets rouges. Une façon de signaler, contrairement aux dires d'une certaine presse nationale, que les Bonnets rouges ne sont pas qu'un mouvement d'agriculteurs. Parmi les Bonnets rouges, nous trouvons certes des agriculteurs, mais aussi des artisans, des petits patrons, des ouvriers des employés, des fonctionnaires, des étudiants, des chômeurs...

Il s'agit d'un mouvement de fond, qui va grossissant, dont le prochain point d'orgue, après les grandes manifestations de Quimper et Carhaix, sera la tenue des États généraux le 8 mars à Morlaix (voir notre article) et (voir notre article) .

La Bretagne est en mouvement. Toute la Bretagne, dans ses cinq départements, mais aussi dans toutes ses composantes sociales. Ce mouvement dérange donc. Certains essayent de le discréditer, d'autres ont repris le nom et tentent de faire passer un message extrémiste qui n'est pas celui des Bonnets rouges. La communication est donc nécessaire, et ici, à Nantes, hier, ce fut une réussite.

Le Cahier de doléances en vue des États généraux du 8 mars

Vient le temps des discours fortement applaudis, d'Amélie Barrely porte-parole des Bonnets rouges nantais, et de Henry Colliot, de Bretagne Réunie. Ceux-ci invitent le Gouvernement à écouter ce qui se passe en Bretagne, et insistent sur l'objet de cette manifestation (voir plus haut).

Le cortège s'en va ensuite vers la place Royale, par les trottoirs le long de la voie du tramway, Cours John-Kennedy, puis par la place du Commerce. Ce déplacement se fait dans la bonne humeur, souvent applaudi par des personnes attablées en terrasse, ou se promenant.

Un stand de Breizh Impacte (voir le site) était déjà installé Place Royale (Nantes), en charge de collecter les doléances en vue des futurs États généraux. Près d'un millier de doléances ont déjà été recueillies, et quatre-vingts l'ont été ce jour.

La sono et les animations musicales étaient prévues aussi, enfin un stand de vente de tee-shirts et bannières était également présent.

Dernières chansons (4), avec entre autres Kristin David et Anne Cadorel qui interprètent le Bro gozh va Zadoù et Gwen Ar Born ; derniers échanges avec des badauds, derniers éclats de rire, derniers airs de cornemuse et, tout se terminant ainsi en Bretagne : dernières danses.

Notes

(1) (voir le site) officiel des Bonnets Rouges. Dont en Loire-Atlantique Châteaubriant, Pays de Nantes, Pays de Saint-Nazaire, du Sillon de Bretagne (Savenay) déclarés créés en décembre 2013. Depuis d'autres se sont ajoutés.

(2) (voir le site) des Bonnets rouges, page des comités locaux.

(3) (voir le site) de YouTube avec la video (1' 55) de Presse Océan : Anne Cadorel chante La Blanche hermine. Suit une brève interview de Patrick Mareschal. (voir le site) du court article.

Voir deux autres videos YouTube de Presse Océan : (voir le site) et (voir le site)

(4) (voir le site) : Yves Priou vient de nous envoyer ce 2 février un lien vers sa video vimeo de 7'30 de l'après-midi du 537e anniversaire de la naissance d'Anne de Bretagne fêté à Nantes.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2652 lectures.
mailbox imprimer