Bonnets rouges : comment passer à l'étape suivante ?

-- Politique --

Point de vue
Par Christian Rogel

Publié le 14/02/15 21:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les Bonnets rouges sont toujours là où on ne les attend pas

Beaucoup se disent : « Les Bonnets rouges, c'est mort », mais, en réalité, ils sont en train de chercher à passer à une étape supérieure sans se renier, ni se vendre à un parti. Leurs organes, Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », comités locaux (60) et réunions plénières se réunissent sans forcément en avertir la presse, car, l'heure est à la construction. Une discrète réunion plénière à Carhaix, ce samedi, qui avait été précédée d'une autre à Saint-Mayeux, a montré que la dynamique se poursuit, mais, qu'il s'agit toujours d'une machine atypique en construction.

Pas de système pyramidal, mais des noeuds de compétence

Le Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » n'a jamais été un centre de décision pour faire appliquer des consignes par les comités locaux, qui ont toute liberté de s'organiser. Ils le font si bien qu'ils publient rarement des informations sur le site officiel et qu'on pourrait croire qu'ils ne se réunissent plus.

Certains créent des ateliers et creusent des thèmes souvent économiques. Un conseil des Bonnets rouges va être justement dédié à des projets et à des chantiers pour réfléchir à des solutions. Une structure appelée « Breizh TPE » va se pencher sur le problème des très petites entreprises, dont certaines sont taxées injustement par le RSI et l'URSSAF. Certains Bonnets rouges s'investissent dans des comités locaux plus larges, comme le transport maritime vers les îles ou l'opposition à l'extraction du sable de mer en baie de Lannion. Un groupe de Malouins a commencé à se pencher sur le traité de libre-échange transatlantique (TAFTA) négocié trop discrètement et peut-être contre les intérêts des régions.

Ajout du 16-02-15Des groupes de Frelons vont mener des actions parodiques et non-violentes comme celle du «gang des crêpiers», qui a utilisé des «armes de dérision massives», la farine et les oeufs, pour «attaquer» la résidence de Jean-Marc Ayrault, à Nantes (septembre 14).

La réunification de la Bretagne, que Manuel Vallls et le Parti socialiste ont refusée, reste un objectif à poursuivre avec la Coordination 44. Un court débat a montré que la question de l'opposition à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne fait pas consensus.

Pour une lutte plus efficace contre la métropolisation et la réforme territoriale, des Bonnets rouges costarmoricains ont eu l'idée créer une structure de coordination avec les principales nations incluses dans la République. L'Association des nations de l'Hexagone fédère déjà des Savoisiens et des Alsaciens en attendant de voir les Basques et les Corses la rejoindre.

L'État continue d'être un élément de blocage de l'économie bretonne

Thierry Merret, un des porte-paroles du Collectif, a sobrement, indiqué que « l'agriculture (bretonne) ne va pas bien », surtout pour le porc, les légumes et le lait. Il estime que l'abolition de l'écotaxe a permis d'empêcher que les entreprises bretonnes soient ponctionnées de 80 à 100 M ¤, citant des 3 à 4 M ¤ pour certains groupes agroalimentaires connus.

L'État reste toujours fermé à l'idée d'utiliser la mer et le fer pour l'exportation des produits bretons. Le port de Brest qui permet un « circuit court » n'est pas soutenu et « la SNCF continue de mettre des bâtons dans les roues de CombiWest » , l'entreprise de ferroutage mise en place par les transporteurs routiers, les légumiers et certains industriels bretons (voir notre article).

L'État n'a pas renoncé à l'écotaxe, n'a pas oublié les Bonnets rouges et continue de poursuivre avec des demandes d'indemnisations aberrantes

Thierry Merret met en garde sur le fait que l'État pourra essayer de remettre l'écotaxe en place et estime que le, mouvement des Bonnets rouges fait peur à Paris, qui continue de le surveiller.

C'est le cas de Joël Baron, un agriculteur qui se voit imputer la chute du portique de Lanrodec pour un montant de 1,3 M ¤, (alors que d'autres qui ont reconnu leur implication active ne sont pas poursuivis) et qui est systématiquement contrôlé et recontrôlé par les gendarmes. Il repassera en jugement en novembre. Pour un délit allégué de menace de mort envers la maréchaussée, il a été requis contre lui 6 mois de prison. Thierry Merret a annoncé la création d'un compte bancaire pour la solidarité.

Les affaires du portique de Guiclan (2-08-13, donc avant les Bonnets rouges (voir notre article)) et du pique-nique (1) du portique de Brech (voir notre article) sont encore pendantes. L'État continue à soutenir qu'il est propriétaire d'installations qu'il n'a jamais « recettées ».

Création d'outils de communication horizontaux et de sessions de formation économique

Une petite équipe va mettre en place une gazette et une autre une liste de distribution et/ou un forum. Un spécialiste de la banque va organiser des rencontres avec des économistes comme Christian Couturier (à Carhaix, en mars).

Un expert-comptable continue d'éplucher les comptes publics pour connaître les vrais causes des déficits de l'État et comprendre dans quelle mesure la Bretagne est plombée par la gabegie.

Toujours de l'enthousiasme et un rendez-vous au printemps

Le mouvement des Bonnets rouges continue à ne ressembler à aucun autre, tant il est fait de rencontres variées interprofessionnelles et interâges. Il n'est pas réductible à une tendance politique et n'a pas pour but de participer aux élections. Nombre de combattants de la première heure ont gardé leur enthousiasme et les organisateurs ont été agréablement surpris du nombre de participants (120) qui ont rempli, sans peine, la salle des Halles de Carhaix.

Une autre réunion plénière est prévue au printemps entre les deux périodes électorales qui, par nature, empêchent l'expression politique hors partis.

(1) Le pique-nique près du portique de Brech qui a eu lieu le 15 février 2014 sera commémoré, 1 an après, jour pour jour, demain dimanche. Rassemblement au parking du Poulvern.

Christian Rogel

Licence pour reproduction intégrale avec mention de l'auteur et l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2224 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

PIERRE CAMARET
Dimanche 15 février 2015

Bonne question . Car pour moi , c'est comme d'habitude avec le mouvement Breton .... la montee en puissance COLERE...... mais retombe vite et ensuite le flou artistique .. nous en sommes la.

Une constante, pour des gens comme moi : la deception .

Kristof
Dimanche 15 février 2015

Mr Camaret , avez-vous bien lu l'article (excellent) de Christian Rogel : les comités locaux travaillent: création de Breizh TPE pour soutenir les petites entreprises, étude du TAFTA dans le sens breton, le point sur les secteurs agricoles qui ne vont pas bien, comment développer le circuit-court du port de Brest, comment soutenir Combiwest qui est combattu par la SNCF, soutenir ceux qui sont poursuivis par la justice, mise en place d'une gazette et d'un forum.

Le travail se fait maintenant en profondeur, il n'est pas spectaculaire mais il se fait.

Cordialement

Alwenn
Dimanche 15 février 2015

C'est bien de savoir que les Bonnets Rouges travaillent ... pour la Bretagne ! Reste à savoir ce que ça va donner comme résultats. Car, de fait, cela fait quand même depuis longtemps que des Bretons travaillent et réfléchissent ... pour la Bretagne, avec les faibles résultats que l'on sait.

Pensons par exemple à l'UDB, qui sort un mensuel environ tous les mois, et qui depuis 50 ans réfléchit et travaille ... pour la Bretagne, avec les résultats que l'on sait.

Vive les Bonnets Rouges !

mikael
Dimanche 15 février 2015

Alwenn vous participez au travail des BR? Emichans !

PIERRE CAMARET
Dimanche 15 février 2015

KRISTOF. Eh! bien attendons , comme nous en avons l'habitude .

Et le peuple Breton ??? Nous allons deja avoir unr idee de la tendance avec les resultats des elections de Mars 2015.

A mon avis , c'est l'esprit de nos compatriotes a changer en premier .

philou
Lundi 16 février 2015

Dans la vie, en général, il y a les Ya ka faucon et ce qui font.

Un proverbe dit "celui qui fait à toujours raison".

PIERRE CAMARET
Lundi 16 février 2015

Vous savez par experience . Un "commando "sait prendre une ville .... mais ensuite est incapable de la gerer .

Les approches sont differentes .

Loin de moi la critique , la bonne volonte est la ....., mais la competence , les reflexions a 7 etapes , les compromis obligatoires etc.... sont ils la .????

Ce que je n'espere pas et je m'exprime librement . Les reflexions seront des reflexions locales et ne couvriront meme pas toute la Bretagne .

J'ai assiste il y a tres , tres , tres longtemps a des etudes de reflexions de l'UDB et d'autres mouvements Bretons ... j'en suis sorti desespere.

Ce n'etait pas les Reunions du CA de TOTAL .

Ce qui m'avait mal , tres mal , impressionne dans ces Reunions bretonnes etait l'absence de chiffrage .

Idees genereuses tres sociales .... mais on parlait jamais du financement de ces idees .

Cela se terminait avec chaleur en une confiance renouvellee sur l'avenir de la Bretagne . Le fait que cette reunion , avait apporte beaucoup ( ce que je ne pensais pas )..... et bien on repartait pour 50 ans .

Je souhaite ( j'en doute ) sincerement me tromper cette fois ci .

Un conseil ... un peu plus de rigueur , de methodes marpij'

Ar Vran
Lundi 16 février 2015

Pour mettre tout le monde d'accord, je dirais

-d'abord voter pour les listes réellement bretonnes à l'occasion des prochaines élections départementales. Même si hélas ces listes ne sont pas présentes sur tous les cantons, il sera intéressant de voir si dans les cantons où ces listes sont présentes, elles feront un maximum de voix. Si au contraire les voix restent minoritaires au profil des éternels partis jacobins, cela sera alors à désespérer....

- actuellement ces listes bretonnes sont celles qui sont sous le label "nous te ferons Bretagne" et par-çi par là quelques noms.

Reste à savoir quel sera la position à adopter face à des partis bretons qui se sont constamment alliés aux enemmis de la Bretagne., dans les cantons où aucune liste bretonne n'est présente.

Alwenn
Lundi 16 février 2015

mikael

"Alwenn vous participez au travail des BR? Emichans !"

Le problème n'est pas de travailler, mais de travailler efficacement, et des Bretons n'ont pas commencer à travailler avec l'apparition des BR, que je salue et que j'encourage.

Le problème est qu'en face on a un Etat qui a comme souci essentiel de nous mettre des batttons dans les roues, et d'empêcher toute autonomie de la Bretagne. A partir de là, le travail s'épuise, car sans autonomie, les possibilités de manoeuvre sont très limités.

Si les BR sont pour DECIDER en BRETAGNE, tant que la Bretagne est dans l'étau français, on ne pourra pas décider de grand chose.

Il faut donc travailler en premier lieu sur les institutions : comment rendre les Bretons maîtres de leurs institutions, car c'est la seule façon que nous aurons, nous Bretons, de décider de notre destin. Le reste est du bricolage. C'est très bien le bricolage, mais c'est très insuffisant pour nos ambitions.

Or les BR sont très évasifs sur cette question de l'autonomie, un mot qu'ils n'utilisent pas (pour ne pas faire peur, probablement !, "autonomie" étant quasi synonyme de "terrorisme" en france !!).

Prétendre "Décider" sans "autonomie" est un leurre, et c'est dans ce leurre qu'on est pour l'instant avec les BR.

PIERRE CAmaret
Lundi 16 février 2015

EH! voila , toujours l'ambiguite , les idees non achevees .

Aucun grand principe arrete ....... resultat ... du BULLSHITT.

Bonsoir

Emilie Le Berre
Lundi 16 février 2015

Les Bonets Rouges est un mouvement très jeune, pas encore 2 ans d'existence.

Que certains ont une impression de flou est normal.

Le travail de fond a commencé, et ce n'est pas l'espace d'une réunion qu'il peut être apprécié.

Parmis eux, il y a un groupe qui fait un travail extraordinaire sur les finances publiques sans tapage, et cela depuis plus d'un an.

Un autre est en train d'organiser la défense des TPE.

Un autre encore prend des contacts à l'international.

ETC...

Et croyez moi, ils ne refuseraient pas un coup de main, encore faut-il être capable de travailler en équipe et mettre de coté son idéologie. Et contrairement aux personnes qui composent ces groupes, ce ne semble pas être le cas de bon nombre de commentateurs.

Il y a ceux qui font et ceux qui papillonent sur les réseaux sociaux et autres.

Yann LeBleiz
Lundi 16 février 2015

"Une structure appelée « Breizh TPE » va se pencher sur le problème des très petites entreprises, dont certaines sont taxées injustement par le RSI et l'URSSAF."

Mat eo! Enfin un début de création d'un syndicat!!!

Le message passe...!

(Il semble qu'en toute légalité du fait des textes européens, il est maintenant possible de se passer du RSI en payant moins et en obtenant plus de prestation...! La Bretagne doit être en tête sur ce sujet)

@ Christian Rogel,

Pouvez-vous donner le contact de ce groupe de travail!

Trugarez bras!

PIERRE CAMARET
Lundi 16 février 2015

Emilie Le Berre ...... mais je souhaite le succes...... enfin , car j'ai connu le CELIB egalement plein d'espoir et avant le CELIB , il y a eu des tas d'essais ( generation mon Pere , mon Grand Pere ) . Le monde a change et nous en sommes la mondialisation . Prennent ils cela en compte ???? revenir en arriere est impossible .

Veulent ils une assistance , je suis pret ... mais a distance . Qu'ils me contactent par Internet .... et c'est gratuit evidemment .

Il y a longtemps que je n'ai plus d'ideologie non tolerante .

Reseaux Sociaux .. je ne les frequente pas .

SPERED DIEUB
Lundi 16 février 2015

AR VRAN vous dites

Votez pour des listes bretonne ,mais hélas et c'est déplorable ,qui vous entend ici ? quelques convaincus ,et non seulement çà dans la nature il y a des convaincus qui ne voteront pas breton par ce que les listes proposées ne correspondent pas à leur sensibilité ,ou que à leurs yeux d'autres priorités sont plus importantes que la cause bretonne ,c'est déplorable ,et je comprends que ce constat peut être difficile à accepter .La cause bretonne n'avancera pas beaucoup par les élections ,mis à part que c'est une occasion pour diffuser les idées .Cependant le ratio cout économique et sacrifice humain sur rapport est bien trop faible .Je pense qu'un mouvement d'idées transversal de l'opinion bretonne serait bien plus efficace ,les bonnets rouges vont un peu dans ce sens ,seulement vue leurs thématiques une grande part des bretons fonctionnaires ,donc dépendant de l'état français peuvent se sentir malgré eux exclus de cette nouvelle tendance que personne n'a vu venir ,et c'est un problème

Vous allez me rétorquer référer vous à la Catalogne l'Ecosse oui mais ces expériences ne sont pas applicables en Bretagne car l'histoire l'appréhension et la prise de conscience de l'opinion se pose en termes différents D'ailleurs pour l'Ecosse un certain nombre de nationalistes écossais votent pour les torries

Emilie Le Berre
Lundi 16 février 2015

Yann,

Voici le mail breizhtpe[at]gmail.com

philou
Lundi 16 février 2015

Spered, je suis d'accord avec vous : il ne faut pas se leurrer, je ne crois pas que les listes "bretonnes" aient une véritable chance d'obtenir la majorité. Il suffit de regarder les scores aux dernières élections.

Dès lors que faut-il faire ? Montrer ses forces au premier tour en espérant être en position de négocier avec la liste en tête pour faire avancer la cause sur des bases minimales d'objectifs ?

Pour le reste, ceux qui nous expliquent qu'ils ont milité après guerre (voir même avant), qui ont quitté le pays (Glenmor disait que le premier devoir d'un militant, c'est d'être au pays pour y apporter leur force militante) ou qui regardent le verre à moitié vide, c'est plutôt démotivant. Ce pessimisme, cette tendance à critiquer ceux qui bougent leurs fesses, c'est mal bien breton que l'on retrouve dans d'autres secteurs. A croire qu'il n'y a pas assez à faire avec ceux qui sont contre la Bretagne.

Yann LeBleiz
Lundi 16 février 2015

@ Emilie Le Berre,

Trugarez

Yann LeBleiz
Lundi 16 février 2015

@ SPERED DIEUB

Pas applicable, pourquoi???

En Ecosse et en Catalogne, ils votes pour leurs propres partis car il existe une véritable dévolution du pouvoir.

En Bretagne, comme dans les régions de France, il n'y a pas de pouvoir et chaque élection "régionale" (député, CR, CG, etc.) se fait sous la frénésie (la grande messe) d'un vote hexagonale.

La plus part des gens ne connaissent pas le nom des personnes pour qui ils votent, mais ils connaissent tous le nom des "leaders" qui passent à la TV.

Si les Bretons n'ont pas encore compris comment ça marche, c'est pas grave, à Paris ils comprennent très bien!

C'est d'ailleurs l'unique objet de la réforme territoriale : "éloigner les élus des populations pour rapprocher de Paris le peu de pouvoir encore disponible dans les régions!"

Raison pour laquelle les Députés se permettent de voter à l'inverse du souhait de leurs électeurs, c'est dire si le système fonctionne très bien...! (Même pas peur...! Ils le savent, ce n'est pas ça qui empêchera les ânes de voter comme il convient...!)

Ce qui est gênant, c'est qu'il m'est arrivé de discuter avec des Européens, qui eux visiblement comprenaient ce qui se passe en Hexagonie...!

Philippe Guilloux
Lundi 16 février 2015

Yann Le Bleiz: il faut aussi arrêter de colporter cette illusion que l'Europe serait favorable aux peuples plus que les états. Quelle a été la position de l'Europe lorsque les Ecossais ont été à deux doigts d'avoir leur indépendance ? Des menaces. Quelle est la position de l'Europe aujourd'hui face au peu ple grecque qui demande qu'on arrête de l'étrangler ? Des menaces. L'Europe n'est pas la panacé Quelles sont les sanctions contre la France lorsqu'elle ne signe pas la chartre ? Aucune. L'Europe des peuples, c'est une Europe ultra libérale qui fait en sorte que les populations des pays sans protection sociale puissent aller faire du dumping social dans les autres pays de la communauté. Il faut regarder les actes. Les paroles pour le coup ne sont pas vraiment en accord.

SPERED DIEUB
Lundi 16 février 2015

Le mouvement breton se trouve face une situation se rapprochant davantage des mouvements dissidents des démocraties populaires désormais défuntes ,que des partis indépendantistes catalans écossais et autres face à leur maitres Par contre pour le reste, la France est un pays bien plus libéral que ne l'était ces pays ,ce n'est pas comparable

Ce sont des insurrections populaires plus ou moins pacifiques qui ont fait en général tomber les dictatures communistes et non les élections

Par contre nuance , pour le reste, la France est un pays bien plus libéral que ne l'était ces pays ,ce n'est pas comparable

PIERRE CAMARET
Lundi 16 février 2015

Glenmor il disait ce qu'il voulait , et chacun fait ce qu'il pense utile en son ame et conscience .

Sage philosophie a mediter .

Ceux qui veulent rever , et bien qu'ils revent .

Ceux qui veulent creer et bien qu'ils creent ( extremement difficile )

Apres la "raclee"du decoupage territorial ou le pays a ete ampute , peut etre pour toujours de 1/5 de son territoire , le plus industrialise .... il n'y a pas lieu de jouer les redresseurs de torts.

La Bretagne ... les autorites francaises --- m'avaient vivement encourage a la quitter . Je serai mieux et peut etre moins nuisible ailleurs .

PIERRE CAMARET
Mardi 17 février 2015

Honnetement , Chers Compatriotes , si l'idee de creer des commissions ( un peu Loi MACRON) pour corriger des situations difficiles a accepter ... par contre dans une reflexion GENERALE sur l'Economie Bretonne dans le monde ( Il faut raisonner ici )je serai heureux de voir dans ces commissions des Grands Calibres Bretons ..... Bollore , Pinault ,des Banquiers etc.....Cela me rassurerait .

philou
Mardi 17 février 2015

@ Pierre Camaret : chacun fait ce qu'il pense utile. Je suis bien d'accord avec çà. Vous pourriez donc arrêter de dire à longueur de post que tout ce qui est entrepris ne sert de toute façon rien. C'est décourageant, désespérant. Il y a en effet des gens, en Bretagne, qui bougent, qui créént, qui font avancer les choses quoi que vous en disiez. Vous ne le voyez pas car vous êtes de l'autre côté de la planète. Il y a encore beaucoup à faire et cela demande de la mobilisation, de l'implication. Et pas des leçons.

Il faut parfois savoir se retourner, regarder le chemin parcouru pour se dire que tout celà n'est pas vain et que même s'il y a encore bcp de chemin à faire, des choses se font. Dans les années 70, alors qu'un simple autocollant bzh vous valait une amende, que le prénom breton de vos enfants n'était pas reconnu, qui aurait pensé que le gwen ha du flotterait aujourd'hui sur le fronton de la majorité des édifices publiques ? Qui aurait pensé que le germe de Diwan allait prendre même s'il reste fragile ? Que les entreprises bretonnes regroupées seraient regroupées dans un collectif ? que les artistes et la musique bretonne seraient bien vivante, réussissant à faire de la scène bretonne la scène la plus vivante de France avec des expériences passionnantes ? que l'édition bretonne serait la plus florissante de France ? Que des politiques de tout bord (PS, UMP, Ecolo), monteraient à la tribune de l'assemblée nationale pour défendre un territoire, son identité, son intégrité, sa culture. C'est raté pour ce coup ci mais il faut se dire que, de toute façon, çà se fera. Certes il reste encore beaucoup à faire, l'administration et le centralisme ne nous facilitent pas les choses. Chaque jour, nous nous trouvons en but à des attitudes, des paroles qui nous sidèrent.

Les BR ont besoin d'encouragement plutôt que de ce pessimisme constant.

PIERRE CAMARET
Mardi 17 février 2015

KRISTOF.Vous le savez parfaitement, sans pouvoir , aucune grande reforme , ne pourra etre appliquee... donc ces commissions riquent de se limiter aux reformettes . Bien .

Le but est l'Autonomie .... ce que la FRance applique deja d'ailleurs en Nouvelle Caledonie . Le Parlement local ( Le Congres ) a le dernier mot .

Je m'interesse , egalement actuellement au Groenland a cause de ses ressources minieres et minerales .

Le Groenland est danois , pour les pouvoirs regaliens , mais a une complete autonomie pour l'Economie .Le Parlement Groenlandais est superieur pour les decisions economiques aux lois danoises : dernier exemple recent : Gisement important ( peut etre le 2 eme au Monde , après la CHINE )de terres rares dans le Sud , a exploiter conjointement avec un gisement d'uranium .A cause de l'uranium , le Gouvernement Danois etait contre .. le Parlement Groenlandais a vote une loi et est passé outre .

J'ai vecu 1 an au Groenland . J'avais 29 ans ( j'en ai , presque 85 aujourdhui).

Le rechauffement - qui existait deja - s'est accentue.

Nous avions pris des photos de la neige/glace sur les facades rocheuses et les avions comparees avec des photos prises en 1910...... et avions pu voir que de 1910 -- 1959, la glace avait beaucoup recule.

Yann LeBleiz
Mardi 17 février 2015

@ Philippe Guilloux

Pouvez-vous me donner la définition de "Ultra-Libérale"?

Car franchement, c'est lassant d'entendre ces termes flous véhiculés par les médias des Etats-Nations repris à tord et à travers, termes dont le seul but est justement d'opposer les peuples européens, afin de maintenir l'injustice du système...

Car dans les faits, il ne vous a pas échappé que la majorité des produits manufacturiers nous viennent de Chine, et que dans ce cas personne ne vous parle de "Dumping social européens" (Chinois qui achètent entreprises et aéroports avec le soutient de l'Oligarchie qui prend sa commission au passage)!!!

Franchement, laisser penser qu'une évolution de l'Europe vers la liberté des peuples (la démocratie) apporterait une régression (le fameux dumping social), c'est défendre le système actuel de l'oligarchie dirigeante...

L'argent serait donc mieux dans les poches des oligarques dans celle du peuple...?!!!

Ce que j'aime, c'est que ce sont les gens qui se disent de "gauche" (soi-disant proche du peuple) qui défendre le pouvoir de cette oligarchie...!

Certainement plus simple de répéter les messages de l'oligarchie, que de réfléchir 2min...

Si vous connaissez un peu l'histoire de Bretagne, la Bretagne fut riche(très riche) quand elle était sous une économie libérale (ce qui n'empêchait pas une solidarité très forte entre les gens, d'où "la méprise des Bretons entre solidarité et socialisme").

Nos amis du nord Europe, on un peu plus réfléchi que nous autres Bretons. Ils ont su marier économie Libérale qui apporte la prospérité au peuple, avec une structure social-démocrate qui garantie une certaine protection.

Vous ne me ferez jamais croire que par principe un Etat et son oligarchie est plus solidaire que le peuple lui-même...!

"65% du PIB produit en France passe par les poches de l'ETAT", et c'est ça que vous comme tous ceux qui répétez les mots magiques de "Ultra-libéralisme" défendez....?"

Moi, "je pense que sur ces 65% une très grande part devrait rester dans les poches du peuple!"

Avant la Révolution (1789), les Bretons payaient à l'ETAT BRETON 50% moins d'impôt que les Français payaient eux à l'ETAT FRANCAIS... (Donc, le peuple breton avait plus d'argent dans sa poche que le peuple français)

Est-ce que vous saluez cette évolution comme un progrès...? Moi, pas!

Ar Vran
Mardi 17 février 2015

Comme il semble que j'ai été mal compris, je vais donc préciser ma pensée

Le titre de ce reportage est "Bonnets rouges : comment passer à l'étape suivante ?".

J'ai proposé "d'abord voter pour les listes réellement bretonnes à l'occasion des prochaines élections départementales".

Car même si cela ne dispense pas évidemment de faire un travail de fond, la tenue de ces élections étant proche, il serait plus que dommage qu'un mouvement transversal comme les Bonnets rouges n'y soit pas présent.

Or coup de chance, la liste "Nous te ferons Bretagne" comprend plusieurs personnes connues pour leur action/sympathie envers les bonnets rouges.

Attention je ne mets pas dans le même panier sous prétexte de défense de la Bretagne, les partis dits traditionnels du mouvement breton. Car jusqu'à maintenant ils ont toujours été incapables de faire des scores supérieurs à 5% car leurs idées ne sont soit pas comprises par la population bretonne ou ne sont pas acceptées par elle. Il suffit de voir les scores de l'UDB pour s'en convaincre.

Ce qui est nouveau avec la liste "Nous te ferons Bretagne" est que cette liste rassemble des personnes et des partis bretons qui ont compris que pour avancer il fallait s'unir et non s'allier avec les partis qui reçoivent leurs ordres de Paris. (D'ailleurs je partage absolument le dernier communiqué de Breizh Europa à ce sujet)

En plus, il n'y a pas à rougir car le score de cette liste aux dernières élections européennes n'a pas été si mal pour un début (avec des pointes à plus de 15% dans certains cantons...), ce qui permet d'espérer d'avoir un ou deux "couples" d'élus pour des élections cantonales et peser sur le deuxième tour. (ce qui est nouveau !!!!)

Bien sûr en face il y a la grosse batterie des partis hexagonaux. Mais là on ne peut pas dire que ces différents partis se soient illustrés dans la défense de la Bretagne (à part bien sûr quelques individualités par çi par là, lesquelles ne représentent hélas rien face à la Kommendantur parisienne). Pire certains de leurs membres bretons ont préféré dénigrer les bonnets rouges et participer à des contre-manifestations... (et je ne parle pas de la farce de la régionalisation)

Par conséquent je pense qu'il faille considérer ces élections départementales comme un tour de chauffe. ET comme je l'écrivais dans les cantons où existe la liste « Nous te ferons Bretagne » ou des personnalités –partis connus pour leur engagement envers les bonnets rouges, il serait « alors à désespérer » des Bretons.

Concernant le travail de fond, bien sûr qu'il faille le continuer et ses résultats ne seront pas visibles immédiatement mais cela vaut le coup de persévérer. Si en plus les résultats de ces départementales sont favorables, cela permettrait de donner du grain à moudre et d'encourager les Bretons dans la poursuite de leur lutte pour la reconnaissance de la Bretagne

PIERRE CAMARET
Mardi 17 février 2015

PHILOU . Ah Bon !!!

SPERED DIEUB
Mardi 17 février 2015

Avant la Révolution (1789), les Bretons payaient à l'ETAT BRETON 50% moins d'impôt que les Français payaient eux à l'ETAT FRANCAIS... (Donc, le peuple breton avait plus d'argent dans sa poche que le peuple français)

faux

Le ver était dans le fruit de part la charte de 1532 qui a favorisé la noblesse au détriment du peuple ,c'était le prix à payer pour le nouveau Pérou C'est justement le fait, que cet ordre a voulut rétablir des privilèges qui n'avaient pu lieu d'être ,qui est une des cause de la révolution de 1789 ,qui a démarrée en Bretagne et qui à mon avis n'aurait pas du être exportée ,les bretons auraient du laver leur linge sale entre eux. Arthur Young disait que c'était la charte la plus injuste du royaume

Je sais que vous aller encore vous énerver !!,seulement il y a plusieurs points de vue de l'histoire ,bretonne ,breton ,français ,marxiste (Portchnev) et aristocratique et ce dernier sert bien trop de référence

Ar Vran
Mardi 17 février 2015

Pour revenir sur le débat de l'Europe et la pseudo libéralité de la France,

C'est évident que l'Europe dans son fonctionnement actuel ne fera rien pour la Bretagne (car c'est plus un regroupement d'Etats-Nations que de peuples) En revanche c'est par l'Europe que la Bretagne et les Bretons s'en sortiront.

En effet il faut que les Bretons arrêtent de se comparer à la France et osent sortir du pré hexagonal. Pour cela il faut que les Bretons s'ouvrent et visitent les autres pays européens de façon à ce qu'ils comprennent que ce qu'ils vivent dans la "Sainte" France n'est pas la norme, loin de là. (j'en parle en connaissance de cause....)

Et un des moyens pour y parvenir est l'échange, c'est à dire d'apprendre ) parler les langues européennes et surtout la langue anglaise car son avantage pour les Bretons (et non pas pour les Français) est que c'est la langue parlée par nos cousins celtes d'Outre-Manche!!!!

J'invite donc les Bretons à se mettre massivement à l'anglais et non plus se complaire uniquement dans la langue de plouc qu'est le français! (vous verrez, cela vaut le coup et vous change la vie de l'éternel breton soumis)

et pour revenir au sujet des bonnets rouges, il serait bien que les communiqués diffusés le soit en anglais de façon à connaitre "leur" combat ailleurs qu'en France

PIERRE CAMARET
Mardi 17 février 2015

Ecoutez . Moi je suis un homme de decision .Cela a ete ma vocation toute ma vie , tres souvent dans des heures difficiles . Je prenais la decision non seulement , pour moi .. mais aussi pour les autres .

Mon impression la BASE bretonne ne suit pas .Elle est devenue francaise et heureuse (?) de l'etre.

Apres la :"raclee "recue avec le decoupage territorial impose , la trahison des elus ( socialos) Breton , en fait une humiliation profonde .... j'attends le SURSAUT ??? aux elections departementales .

Si ce "SURSAUT"ne se produit pas , j'en tirerai les conclusions, que j'ai ete un imbecile , un demi siecle de ma vie et donc laisserai a d'autres plus doues que moi .. le Salut de la Bretagne.

philou
Mardi 17 février 2015

ah bon, et c'est quoi le sursaut ? Voter pour la droite sous prétexte que Marc Le Fur a été pour la réunification ? Désolé mais la droite a été au pouvoir avant, la réforme Balladur n'a pas été mis en oeuvre.

Les socialistes ont trahi : c'est plus compliqué que celà. Certains se sont battus pour la réunification, autant que d'autre.

Celà montre la complexité des choses : est ce que la réunification est une préoccupation première de la majorité de Bretons ? Je ne le crois pas. Pourquoi ? Parceque tout le monde ne mesure pas les problèmes qui se posent, parcequ'en ayant revendiqués essentiellement sur la réparation historique, ils se sont donnés des bâtons pour se faire battre. Il fallait un projet économique fort et là, c'était imparable.

Les crispations dans ce pays sont réelles entre la tendance jacobine et la tendance girondine. Ca ne date pas d'hier.

Christian Rogel
Mardi 17 février 2015

J'ai employé l'expression "noeuds de compétences" qui vient de Jean-Pierre Le Mat, mais, les Bonnets rouges ajoutent, peu à peu des "pôles :

Pôle ouvrier, Pôle TPE, Pôle Réunification, Pôle Formation, Pôle Nations de l'Hexagone, Pôle Mutuelles territoriales et protection sociale, Pôle Finances publiques, Pôle Communication coordonné par le Conseil des Bonnets rouges, Pôle Doléances et démocratie participative, Groupes d'action parodiques et non-violentes, Le Frelons.

PIERRE CAMARET
Mardi 17 février 2015

PHILOU . Mon cher cela sera tres bientot votre probleme et plus le mien.

De toutes les facons etant resident a l'etranger : je ne peux voter que pour les Presidentielles , les Europeennes et les Referendum dans l'hexagone.

Je ne suis , pas un politicien , mais pas dutout .

J'ai ete Officier de Marine . Ensuite comme Ingenieur OIl/Gas , executive de Grands Groupes . Suis retraite et continue a travailler comme Consultant , dans les domaines que je connais .Simple .

Les magouilles politiques FRanco/Bretonnes je ne connais pas . Pour moi 1 + 1 = 2. C'est tout .

Léon-Paul Creton
Mardi 17 février 2015

Je partage _depuis toujours et même un peu avant_ une évidence (tellement évidente) avec ceux qui font le constat tout de même facile à établir, que l'élément primordial au développement de la Bretagne dans « toutes ses dimensions », suppose l'autonomie des choix et des décisions en tout domaine, sur l'espace territorial breton dans sa totalité ! Quel que soit le terme utilisé pour cette « liberté politique bretonne », c'est la liberté et la responsabilité des choix et prises de décisions qui sont d'abord l'essentiel !!!

Ne pas mener principalement ce combat...Ne pas réserver et organiser les moyens et cumuler ses forces pour le gagner le plus rapidement possible fait de chaque discours sans "combien divisions" une barrière, un mensonge, une trahison ! Car est stérile, inefficace et démobilisante, la « stratégie » qui s'obstine gravement dans l'absence absolue de résultats ; qui n'inspire pas plus qu'elle n'entraîne suffisamment de ce « Peuple Breton », ni maintenant, ni durant les 70 ans passées…

Á moins qu'éviter que cette « autonomie » et « réunification » ne se réalisent, soit le combat de quelque uns depuis des décennies, ce qui est encore possible, à lire bien des commentaires sur ABP depuis plusieurs années.

Si « les activités » des BR, que C.Rogel nous décrits dans son article finissent comme des milliers d'autres depuis 39-45 en colloques permanents, réunions théoriques, discussions sans conclusion ni objectifs pratiques (ou possibilités de les mettre en pratique)…Eh bien ceux qui « travaillent », « ceux qui font » aujourd'hui (ou croient le faire), obtiendront le même résultat que les « ya ka, faut kon » qui eux-mêmes sont souvent ceux qui « travaillaient et faisaient »…hier ! C'est-à-dire ne réaliseront rien, RIEN !!! Du moins de vraiment nécessaire au développement breton digne de ce nom et reconnu comme tel par nous, Bretons.

« Tant que l'on n'a pas « tout fait », l'on n'a « rien fait !», dit le proverbe. Et je trouve que l'on « fait » juste suffisamment pour… Ne pas rentrer dans une autre dimension !

Les Bonnets Rouges ont cependant, en plus, démontré une certaine « fermeté » dans leurs revendications. Ce n'est pas négligeable…

Les partis dits bretons ne sont pas dans le peuple breton « …comme des poissons dans l'eau ». Les antécédents politiques pour les uns, leurs échecs récurrents pour les autres, leurs alliances (pour moi incompréhensibles) avec les partenaires UMPSPCFNUDIFDG rageusement opposés aux aspirations bretonnes, ne laissent rien augurer de bon pour la Bretagne, d'efficace, de réussite pour l'avenir sans une remise en cause profonde de leurs choix, stratégies et engagements auprès de ce même peuple breton.

L'absence quasi-totale de communication, d'échange, de participation d'un parti comme l'UDB, bref de véritables liens avec le peuple breton dont il ne suscite aucun avis, ni opinion, sur ses choix (je connais une éventuelle réponse) et qui n'accepte aucun commentaire sur ses articles qui doivent être pris comme « sermon sur la montagne ».

Un C.Troadec , aux communications minimales faisant alliance avec le Parti Breton dans « Nous te ferons Bretagnes soutenus maintenant par Breizh Europa. Comment vont-ils « faire et non seulement dire » pour convaincre ce Peuple Breton ?

Avec P.Camaret je dirai : Et les patrons ?… Qui ont aussi leur part à prendre, pas seulement de l'enrichissement personnel qui généralement n'est pas vraiment pas en danger quand ils ferment boutiques. Ils ont aussi une part dans l'évolution sociale et structurelle de la société, des responsabilités qui vont plus loin que l'immédiat …Á quelle Bretagne participent-ils ? Éventuellement. Avec une volonté de la construire, ou seulement de l'utiliser tant que ça durera ?

Connaître ce qu'en pensent, en dehors des intérêts seulement d'entreprise et économique, les Bolloré (dont j'ai quelquefois croisé l'oncle Gwen-Haël Bolloré à la recherche de poissons rares auprès des pêcheurs pour son musée, sur les quais à Douarnenez). Les Pinault. Les Glon et autres patrons des « produits en Bretagne » …De Saint Matthieu à Montaigu !

Philippe Guilloux
Mardi 17 février 2015

@Yann Le Bleiz : tout d'abord, je crois connaitre aussi bien que vous l'histoire de la Bretagne ;-)

Lorsque je parle d'une Europe ultra libérale, je ne récite pas un catéchisme ni de gauche, ni de droite. Je fais un constat. L'Europe était à l'origine un beau projet mais il est dévoyé par une mise en concurrence dans le cadre d'un ultra libéralisme. Ainsi, on permet aujourd'hui à des ouvriers de venir travailler en France pour un salaire de misère et sans véritable protection sociale, dans des conditions lamentables : dans le bâtiment (allez sur les gros chantiers de BTP, vous y trouverez des ouvriers qui vivent dans des algeco, directement sur le site), dans les transports (faites le tour de zones industrielles le dimanche, vous y verrez plein de camions avec des chauffeurs venant de l'est, assis sur un caisse, se faisant cuire leur popotte sur des petits réchauds), dans la construction navale (il n'y a pratiquement pas un ouvrier français sur la construction en cours chez STX).

Ainsi, on permet aussi à des pays comme l'Allemagne de faire du dumping social. Il est donc moins couteux maintenant de faire abattre les cochons bretons en Allemagne qu'en Bretagne. Normal, on paye les ouvriers nettement moins cher que les français qui, pourtant, dans les abattoirs, n'ont pas des salaires mirifiques.

Je ne suis pas pour le tout Etat et l'économie administrée mais tout de même, mon modèle de société n'est pas celui où les ouvriers vont revenir au moyen-âge, sans un minimum de protection sociale qu'on aura sacrifié au nom des nécessaires économies alors que, dans le même temps, les gens riches le sont de plus en plus (les chiffres sont là). C'est pourtant vers là que l'Europe est en train de nous mener. Et quand les ouvriers passeront leur temps à bosser, la culture sera devenu inutile ;-)

Quand à la défense des peuples, le respect de leur identité et de leur culture, permettez moi de rire. Un exemple : la commission européenne vient de demander aux régions de ne plus assujettir leurs soutiens à une territorialité. Pour prendre un exemple : il ne sera plus possible maintenant pour le Conseil Régional de Bretagne d'attribuer son soutien à une création en prenant pour critère le fait qu'elle est liée à le Bretagne (exemple : un film, une pièce de théâtre, un spectacle). Et vous me dites que l'Europ défend les régions ?

Alwenn
Mardi 17 février 2015

"Pôle ouvrier, Pôle TPE, Pôle Réunification, Pôle Formation, Pôle Nations de l'Hexagone, Pôle Mutuelles territoriales et protection sociale, Pôle Finances publiques, Pôle Communication coordonné par le Conseil des Bonnets rouges, Pôle Doléances et démocratie participative, Groupes d'action parodiques et non-violentes, Le Frelons."

Par un côté, c'est très engageant et enthousiasmant et je souhaite qu'ils travaillent en profondeur et sans se laisser décourager par les obstacles et les mauvaises langues.

D'un autre côté, étant pour la liberté pleine et entière de la Bretagne, je ne me satisfait pas de cette expression des "Nations de l'Hexagone" (= des Nations de l'Empire).

Une nation doit être libre et pâs enfermée dans un hexagone, ou n'importe quelle autre figuer géométrique.

La seule "valeur" de l'élite française, c'est la domination, c'est son moteur, sa pulsion.

Il faut se défaire de cette domination française.

Pour ça il faut des philosophes, des tacticiens et des stratèges, des juristes, des économistes, des geopoliticiens, ...

Ce qui semble un peu manquer chez les Bonnets Rouges? Pour l'instant ?

Soyons des élèves du breton Descartes, soyons cartésiens jusqu'au bout, jusqu'à la racine, jusqu'au fondement des choses, remettons tout en doute et en question et commençons par nous poser la question : qui sommes nous et pourquoi ne sommes nous pas libres de nos mouvements ? Quelle est cette entité qui nous entrave, et pourquoi nous entrave-t-elle ? ...

Christian Rogel
Mardi 17 février 2015

#Philippe Guilloux

Employer l'adjectif "ultralibéral" est un marqueur d'idéologie évident. Etienne Chouard qui a démonté les principes de la Constitution européenne fricote maintenant avec l'extrême-droite, alors qu'il semblait être putôt d'extrême-gauche.

Si l'Europe (unie) est ultralibérale, elle l'est depuis l'origine, puisqu'elle a pour principe la libre circulation des travailleurs, ce qui ne préjugeait rien de leurs droits sociaux.

Si ces travailleurs ne sont plus soumis au droit local, c'est parce que les Etats s'en arrangent bien, eux qui n'ont pas voulu d'un socle minimum de protection.

Dire que l'Europe ne veut pas protéger les travailleurs "détachés" et admet les distorsions est vrai. Dire que la libre circulation est un symbole de l'ultralibéralisme, à moins que vous ne visiez la conception anglo-saxonne du contrat libre entre les parties sans que l'Etat s'en mêle. A rebours de la tradition de droit française qui postule l'intervention d'un "sauveur suprême" social.

Yann LeBleiz
Mardi 17 février 2015

@ SPERED DIEUB

Je vous pris d'arrêter avec l'emploi de terme comme "énerver", je ne pense pas que cela soit ainsi que l'on débat!

Vous dite "FAUX"?

A bon????

Les Bretons payaient moins d'impôts, c'est un fait!

L'augmentation brutale des impôts est l'une des raisons première du soulèvent chouans avec la conscription.

(Jamais entendu dire que les bretons payaient moins d'impôts après 1789...! et que c'est parce qu'il voulait payer plus qu'ils sont entrés en guerre contre la France!)

Mais il est vrai que l'Etat français se servait dans les caisses de l'Etat breton (don gratuit) pour se renflouer!

Malheureusement, quand quelqu'un se sert dans votre portefeuille, il faut le remplir à nouveau!

Le responsable n'est pas la victime, mais celui qui fait le vol!

Raison pour laquelle les bretons faisaient ratifier à chaque don le fameux traité de 1532, pour rappeler que le "don" n'était pas légal.

(Plus de 120 "dons gratuit" entre 1532 et 1789...!)

Aussi, on comprend facilement que les Bretons souhaitaient très vivement une évolution... (euphémisme...!)

Je pense que si je venais chez vous vous prendre vos économies réalisées en gérant convenablement votre budget, vous ne serez pas très content de me voir venir!

Maintenant, je pourrais dire que vous êtes un égoïste car vous ne pensez pas à moi!

Je pourrai aussi vous dire que c'est FAUX, vous ne gérer pas bien votre argent, car vous n'êtes pas capable de faire "mes" économies (celle que je vous prends) en gardant un minimum pour vous!

La preuve, une fois que j'ai pris "mes" économies dans "votre" portefeuille, vous êtes sans un sous!

Maintenant, votre "FAUX" laisse à penser que les français payaient moins d'impôt que les Bretons, mais c'est bien ça qui est faux!

Les handicapés de l'ETAT ce sont les Français, pas les Bretons! Suffit de voir la situation actuelle!

A 65% du PIB passant par l'ETAT, il est temps de se réveiller!

A moins que vous pensez que la loi du plus fort est la meilleur! (d'où peut être les théories sur le libéralisme... comme un leurre pour se faire du bien!)

Le plus intéressant est que même aujourd'hui les Bretons à force de bien gérer l'argent finissent par payer plus d'impôts que les Français, car il y a en Bretagne moins économie au "Black".

"Une erreur", raison pour laquelle LOCARN invite les Bretons à développer le "Black" pour laisser l'argent chez nous! (Un comble chez les Bretons...!)

PS :

Pouvez-vous me donner votre adresse car finalement, c'est pas idiot l'idée de venir prendre mes économies dans votre portefeuille, je pense que d'autres seront également intéressés...!

Et je pourrai ainsi confirmer que vous gérez mal votre budget! (et pas de Révolution entre nous, bien entendu...!)

Yann LeBleiz
Mardi 17 février 2015

@ Philippe Guilloux

Vous remarquerez que vous ne m'avez pas donné la définition de l'"Ultra-libéralisme"!

Sauf erreur, la France n'est pas connue comme étant une économie libérale, or comme vous dites, STX emploi de la main d'½uvre étrangère... Intéressant! Isn't it?

Je pourrai aussi vous citez les docteurs payés à moitiés prix que l'Etat va chercher au Mali et en Egypte! (visitez un hôpital à Paris, c'est très instructif! On est un peu en retard en Bretagne, mais la civilisation arrive...)

Donc, il n'y a pas que les "ouvriers"... la société est un peu plus composite que cela! Enfin, je pense que ça aussi vous le savez!

(Je pose la question car vous évoquez 2 fois les ouvriers et personne d'autre... à si, les paysans!)

Donc, SVP, qu'est-ce qu'une économie libérale, qu'est qu'une économie "ultra-libérale"!

J'aimerai le savoir! (enfin, j'ai mon idée vous devez vous en doutez!)

Mais c'est vous qui utilisez ces mots!

Le minimum est d'en donner la définition!

Et cela d'autant que vous semblez d'accord avec le fait que la Bretagne était riche quand elle disposait d'une économie libérale!

L'exemple Allemand et l'agriculture est très mauvais!

Au fait, c'est quoi le "Dumping social...?"

Le problème de l'agriculture et de l'élevage en Bretagne est étroitement lié au fait, que ce ne sont pas les Bretons qui pilotent ce secteur de l'économie mais Paris!

Paris, c'est pas en Bretagne, je précise car : En Allemagne, chaque Lander dispose de son propre ministère de l'agriculture, ça leur viendrait pas à l'idée de centraliser à Berlin!

Avec une image "nature" comme celle de la Bretagne et disposer d'une agriculture dans un tel état de délabrement, faut peut-être réfléchir à autre chose qu'à des "méchants allemands pas gentils"!

A ces "boches", ils sont bien utiles... n'est-ce pas?

Déjà en 14, ils ont tant aidé l' "unité nationale"...!

Personnellement, je suis pas agriculteur ou éleveur, mais si le seul argument c'est "allemand pas gentils", je ne donne pas cher de l'avenir de ce secteur dans notre pays (la Bretagne)!

D'ailleurs, d'où vient l'argument sur ces méchants allemands, ça ne viendrait pas de la "grosse capitale"? Oui, celle qui pense pour nous à notre bien!

Faut dire qu'ici, eux, on les aime ces "pen bras" qui nous prennent pour des pouilleux!

Pour l'Europe :

L'Europe ne se résume pas au club des Etats-Nations qu'on nous sert actuellement...! Comme vous connaissez votre histoire, vous devez le savoir!

Or, les citoyens européens respectent l'identité de chacun, donc le problème n'est pas l'Europe, mais la dérive qui est faite pour protéger les Etats-Nations et leur oligarchie.

Dérive qui nous vaut une guerre en Ukraine...! (peut-être un début...!)

Au fait, si vous n'aimez pas l'Europe, vous nous proposez quoi à la place???

Philippe Guilloux
Mardi 17 février 2015

@christian rogel : vous jouez sur les mots et si vous ne savez pas faire la différence entre le libéralisme et l'ultra libéralisme, je ne peux pas faire grand chose pour vous. Le libéralisme, c'est la libre entreprise, les initiatives, la libre circulations des personnes. L'ultra libéralisme, c'est ce que nous vivons en ce moment : la mise en concurrence des états et des travailleurs pour le plus grand profit de multinationales, la destruction programmée de la protection sociale, des services publiques. Est ce que s'élever contre çà me classe automatiquement comme un partisan d'une économie dirigée, d'extrémiste (qu'ils soient de droite ou de gauche) comme vous semblez le faire ? Je n'ai pas ce sentiment.

J'espère juste que mes enfants auront un autre avenir que celui qui consiste à travailler plus pour gagner moins. Or aujourd'hui, nous sommes dans un régression de ce côté. La casse des services publiques c'est aussi un des cheval de bataille de certains BR (le maire de Carhaix pour ne pas le citer).

De toute façon, ceci est un détail par rapport à la base de discussion qui consistait pour moi à dire qu'il faut arrêter de nous faire croire que l'Europe des régions est notre avenir. L'Europe des régions n'existe pas. L'Europe actuelle ne protège pas plus les identités régionales que les identités nationales. Elle tente juste d'unifier pour faire le grand marché et justement en niant les spécifités de chacun qui sont des freins à la consommation de produits formatés. Il suffit de reprendre les déclarations de Barosso and Cie lors du référendum écossais et les menaces de ne plus considérer l'Ecosse comme européenne sous prétexte qu'elle quitterait le royaume unis. L'Europe est aujourd'hui aux mains des financiers, des nantis. Et si, en écrivant celà, je passe pour un gauchiste, et bien j'assume ;-)

Christian Rogel
Mardi 17 février 2015

Le terme d'ultralibéralisme est particulier à la France et à ses frappes extrémistes (on n'est donc pas obligé de le reprendre). Il est révélateur du malaise qui les saisit devant l'effacement d'un Etat omnipotent qui a toujours fait la leçon à ses résidents et qui est placé au coeur de la législation sociale.

Le libéralisme des pays anglo-saxons, comme je le disais, suppose une modification radicale des principes de régulation sociale, y compris la liberté d'accepter des baisses de niveau de vie ou son licenciement sans rien dire.

On dit que les pays scandinaves arrivent à combiner les libertés , y compris d'entreprendre, avec un haut niveau de protection sociale, mais, c'est au prix d'une transparence totale des situations familiales et professionnelles si on a besoin d'être aidé : au premier problème gave de ressources, on vous paie le loyer et l'électricité, mais, les commissions qui vous l'accordent savent tout de vous.

Damien Kern
Mardi 17 février 2015

Nous verrons les proposition chiffrés. RSI, URSSAF, TAFTA, on creuse au bon endroit.

Quand je suis sorti des grandes écoles, j'ai lu un article qui chiffrait mes perspectives. On y démontrait qu'un notaire s'enrichait annuellement 6 fois plus qu'un ingénieur polytechnicien de 35 ans. C'est un choix de société.

Alors j'ai fait comme les 117 000 ingénieurs français - source : un magazine très glamour.

(voir le site)

Et parmi eux j'en ai rencontré des bretons. Ils sont sureprésentés, surprenant même. En 2015 ce n'est plus comme il y a 20 ans, le niveau en langue monte. Ce sont aussi les meilleurs des promos que j'ai rencontrés.

Pourquoi je financerais l'état français avec mes convictions à l'opposé du projet ? Je ne vais pas pleurer toute ma vie. L'administration française m'est insupportable. Dont acte je migre. La Bretagne c'est parfait pour une résidence secondaire, non professionnelle.

Parmi les migrants je n'ai jamais rencontré un ex-notaire, huissier, pharmacien, medecin, etc ... Des infirmières en Suisse, c'est possible.

Libéralisme, ultra libéralisme, europe sociale, un extrémiste, droite, gauchiste, écologie ... Concrètement ça veut dire quoi ?

Je peut encore essayer de comprendre les chiffres et les lois. Tant pis pour ceux qui qui ne lisent pas les contrats. Et G. Frêche osa : je ne fais pas campagne pour ...

Des chiffres - voici mon projet :

20% IS, 20% IR, 15% TVA, charges sociales 20%. La France ne peut pas suivre ce niveau.

Je suis pour la construction d'éoliennes offshore - qui va les installer ? Mr Ubu, le paquet fiscal, le pacte de responsabilité, 3 ans de dossier pour des demandes de subventions à tout les étages et pour les déduire ...

"Rester au pays" - même ce slogan est flou - on peut rester en Bretagne et ne plus y être.

Le cas de Doux. L'un des symboles de l'entreprise bretonne. Doux - nouvel actionnaire de réference : le distributeur Saoudien Alunajem. Pourquoi un importateur ? Elémentaire : la marge commerciale sera maintenant en Arabie Saoudite free taxe et la marge en France sera minimum. Même plus besoin de dividende en France. Et avant que le fisc français aille mettre son nez en Arabie Saoudite ... Les futurs investissements seront donc Saoudiens.

Activité portuaire.

Dans le port d'Antwerpen, j'ai autrefois discuté avec des salariés flamands heureux qui avaient un contrat de travail Luxembourgeois. Une dérogation pour le port.

Les bonnets rouges malouins pourraient négocier avec Jersey pour le port de Saint-Malo ? Un boost entre corsaire. Même pas besoin de traduire les contrats de travail, le français est aussi officiel à Jersey.

SPERED DIEUB
Mardi 17 février 2015

Yann !!

Peut t-on encore débattre sereinement sans tomber dans des paraboles même si elles sont de caractère bon enfant ,ci dessous un article sur la révolution de 1789 ,vous allez rétorquer, à juste titre cette fois que c'est un point de vue français ,mais au moins il affirme que la Bretagne est autonome avant 1789.Lisez je n'invente rien ,mais même qu'on vous prouve qu'un chat est noir ,vous vous obstinerez à affirmer qu'il est blanc !!

En Bretagne, les députés du tiers se sont affrontés aux nobles, qui ne voulaient ni modifier l'autonomie de la province ni perdre leur prééminence politique, et qui, après une rixe ayant entraîné mort d'homme (janvier 1789), ont fini par boycotter les élections aux états

Par contre je n'ai rien contre la noblesse et les descendants de l'aristocratie bretonne à travers l'association tudchentil reconnaissent les fautes historiques de la noblesse bretonne en 1789 et notamment le fait qu'elle avait refusé de siéger aux états généraux

(voir le site)

PIERRE CAMARET
Mercredi 18 février 2015

Je viens de l'ecrire a un de mes petits fils (Italien,avec copie a mes autres enfants /petits enfants (Enfants 7 - Petits enfant 9 - arriere petits enfants 2, mais ces derniers trop jeunes ne sont pas en copie )

Mon Petit Fils, Italien 33 ans , me demandait mes opinions sur RANZI et sur la situation grecque . J'ai repondu et en conclusion lui ai ecrit que nous allions vers un systeme generalise, d'economie a l'Anglosaxonne , normal cela suit l'expansion de leur langue , avec la mondialisation .

PIERRE CAMARET
Mercredi 18 février 2015

Damien KERN . Tres interesssante carte .

J'habite l'Australie , beaucoup d'Ingenieurs francais , expatries par leurs Societes Francaises, ou individuels . Bien vu en general .Beaucoup aime l'Australie . Il y a actuellement en Australie un ralentissement economique .. moins d'exportation de minerais vers la Chine , ralentissement dans les investissements petroliers , mais bond vers les infrastructures. L'Australie est chere a l'export , justement a cause du manque d'infrastructures.

Suis retraite , mais ai garde une activite de Consultant et actuellement travaille pour une tres grande Societe allemande a MUNICH dans le LNG ( par voyages et correspondence )Biensur les allemands preferent les Ingenieurs parlant allemand( beaucoup d'Alsaciens et de Mosellans a Munich dans cette Societe ) autrement l'anglais est accepte comme langue de travail, mais l'Ingenieur doit s'engager a faire des efforts pour parler un allemand correct en 1 an .

Vivre et travailler au Pays , Oui .. mais un sejour de 3 a 5 ans a l'etranger ferait un bien enorme a la Bretagne ,avec des cadres ou autres ,ayant eu cette experience .

PIERRE CAMARET
Mercredi 18 février 2015

PHILOU . Je relisais les posts .Suis en vacances = Nouvel An chinois , nous preparons la fete .

Tres interessant , en effet il y a plusieurs Bretagne . La Reunification n'est pas la demande premiere des Bretons ... tiens pour MOI , si . c'est la premiere demande( je suis -d'origine de la Presquile Guerandaise).

Donc nous n'avons que peu de choses en commun et je ne vois aucune utilite a echanger des "Posts"avec vous .

Votre Bretagne n'est pas la mienne , c'est tout . Votre discours montre egalement imbibation d'approches politiques francaises. J'avais un Bon copain UDB , son language etait le votre .C'est votre destin et non le mien . Bonne chance.

PIERRE CAMARET
Mercredi 18 février 2015

Faites un petit tour sur :

www.unserland.org .Parti Alsacien .

Il presente des Candidats aux elections Departementales .

Je suis membre sympathisant de ce Parti . Je ne suis pas Alsacien ,mais l'ai fait ,en souvenir de mon Beau Frere , ancien camarade d'Indochine , mort en Avril de cette annee.

Alte Kamerade , je sais que c'etait ses idees , je l'ai donc fait pour lui , en memoire.

christophe Morice
Mercredi 18 février 2015

Bonjour à tous,

Certains demandent des projets chiffrés, et un de ses projets qui a été présenté samedi parlait d'une mutuelle intergénérationnelle sans questionnaires médicaux (particulièrement intéressante pour des personnes de plus de 60 ans, cette mutuelle nécessite simplement d'adhérer à l'association Re ZO RE Bretagne de Auray, 10¤ pour une personne.Cette dernière permet d'économiser jusqu'à 60%(43¤ pour une personne par mois) par rapport à une mutuelle classique, avec des prestations plus qu'honorables : Remboursement frais réels des frais d'hospitalisation, jusqu'à 300¤ remboursé pour une paire de lunette avec verres progressifs.N'oubliez pas que 55% des bretons ne possèdent pas de complémentaire!

christophe Morice

SPERED DIEUB
Mercredi 18 février 2015

Des jacobins de droite tiennent aussi des discours ultra libéraux ,désolé que la cause bretonne soit en permanence dévoyée Aujourd'hui c'est l'envers des années 70 80 ou il ne faisait pas bon de se dire militant breton non socialiste ,ceux qui osaient , se faisaient traiter de toute sorte de noms d'oiseaux A l'époque l'udb et la gauche nationale bretonne étaient encore plus intolérants que le PS breton Combien de temps encore allons nous accepter de se laissé mener en bateau par des sous marins de partis français de droite comme de gauche qui infiltrent jusqu'à l'institut de Locarn , pour ce qui est des libéraux ,dans le but de reconquérir l'électorat breton en faveur de Sarkozy et comparses ,leurs sbires étaient aussi à l'origine du mouvement des bonnets rouges cependant ils ont de même échouer dans leur tentative de récupération

(voir le site)

Yann LeBleiz
Mercredi 18 février 2015

@ SPERED DIEUB

Dans un texte de plusieurs centaines de lignes, vous avez lu cela : "En Bretagne, les députés du tiers se sont affrontés aux nobles, qui ne voulaient ni modifier l'autonomie de la province ni perdre leur prééminence politique, et qui, après une rixe ayant entraîné mort d'homme (janvier 1789), ont fini par

boycotter les élections aux états."

Et c'est ce tout petit texte qui vous fait dire que "FAUX", les Bretons ne payaient pas moins d'impôt que les Français???? (Là, je ne comprends pas!)

Déjà, le Tier Etat comme il est dit dans votre document c'est essentiellement les Bourgeois et non le Peuple a la grande différence de ce que l'on a appris à l'école.

"Ben oui, loin du mythe et de la propagande, la Révolution n'est pas une révolution des peuples qui mourraient de faim, mais bien des riches bourgeois qui en voulaient plus!"

Les paysans (80% de la population) étant généralement représenté par les nobles.

Les Nobles ne voulaient pas revenir sur le statut d'autonomie de la Bretagne, "j'espère bien"!

"Les bourgeois le voulait", tient comme aujourd'hui cette oligarchie apatride qui n'a aucun scrupule à fermer les entreprises pour délocaliser...!

Donc, rien, strictement rien n'étaye votre affirmation. Excusez moi, mais je me permets d'être déçu, d'autant que j'apprécie sincèrement votre capacité à aller chercher des documents souvent très intéressant.

Par contre, il est un fait que bien qu'autonome, la Bretagne devait participer au jeu "imposé" par son puissant voisin.

Que les Bretons voulaient changer cela, "rien de surprenant".

Que l'Etat Breton pouvait être amélioré en le soulageant de la chape de plomb de son voisin, "c'est plus qu'évident"! (j'ai toujours pensé que c'était la raison première de l'attrait initial des Bretons pour cette révolution)

Donc, je me garderai bien de faire une critique de la Bretagne de l'époque, surtout au regard de ce qui se passait chez le voisin prédateur!

PS:

Par contre, il y a une carte très intéressante dans votre article. On y voir les territoires français sous l'appellation de "Pays d'ETAT"

Les territoires non français (dont la Bretagne) porte l'appellation de "Pays d'ELECTION"!

J'aime cette opposition de l'auteur entre "Election" et "Etat"...

Une chose est sûr, tous les territoires "Pays d'Election" sont devenu aujourd'hui "Régions d'ETAT"!

Donc en regardant cette carte, on note bien l'évolution (si on peut dire ainsi)! Certes on peut se dire que l' "Etat de Bretagne sous contrainte française" n'était peut-être pas la panacée, mais vu d'aujourd'hui cela semble relevé d'une période de démocratie perdue!

(Je préfère mille fois le Parlement et les Etats de Bretagne, au truc qu'on appelle aujourd'hui le Conseil Régional et le Conseil Général de Loire Atlantique remplis de fonctionnaires embourgeoisés s'usant le dos à faire des courbettes à leur Etat Major parisien).

Léon-Paul Creton
Mercredi 18 février 2015

Christophe Morice, davantage de renseignements seraient les bien venus. Une adresse email, un site ou autre qui permette de mieux y voir.

Trugarez deoc'h

PHILOU
Mercredi 18 février 2015

@Pierre Camaret ; que votre Bretagne ne soit pas la même que la mienne, je n'en doute pas pour au moins deux raisons :

1 : la première, c'est que, contrairement à vous, j'y vis, j'y travaille. Je ne regarde pas la situation de loin. Je constate en effet que la préoccupation de la majorité des bretons n'est pas la réunification. Il y a de la pédagogie à faire pour que ca soit le cas. Mais je ne désespère pas car il y a en effet de plus en plus de monde dans les manifestations pour demander cette réunification. Je sais, vous allez encore nous dire que les manifs ca ne sert à rien. Nous avons l'habitude de lire votre prose fataliste et défaitiste.

2 : recevoir des leçons sur la Bretagne de la part d'un officier de marine (j'imagine donc de l'armée française) est pour le moins cocasse outre le fait que je suis viscéralement anti miliariste.

Yann LeBleiz
Mercredi 18 février 2015

"A l'époque l'udb et la gauche nationale bretonne étaient encore plus intolérants que le PS breton Combien de temps encore allons nous accepter de se laissé mener en bateau par des sous marins de partis français de droite comme de gauche"

Mille fois vrai et le prix énorme que cela nous coûte!

N'oublions pas que ce fantasme sur ce truc machin chose qu'on appelle l' "Ultra-libéralisme" est avant tout destiné à garder les Bretons (les Français aussi) sous le contrôle d'un Etat centralisé et de son oligarchie.

La Bretagne a toujours été "LIBERALE" et à fond dans la "mondialisation", sinon on n'aurait jamais eu la 1ère marine d'Europe et on n'aurait jamais pêché en Amérique 60 ans avant quelle ne soit découverte!

On n'aurait pas eu nos belles églises, nos calvaires, nos manoirs, nos châteaux... Certes également, on n'aurait pas eu les pillards avec leur armée française sur notre dos...!

Aujourd'hui nos côtes sont vides, et la marine européenne est Danoise ou Allemande (je ne parle pas des bateaux poubelles des grecs)!

Mais l'économie LIBERALE, c'est simplement le droit de mener sa vie sans devoir répondre à la puissance castratrice et confiscatoire d'un ETAT ventripotent qui s'estime à tord au dessus du peuple!

Cela n'EMPECHE PAS la Solidarité, qui fut l'un des piliers de la société bretonne!

"Solidarité qui malheureusement est certainement à l'origine de la confusion bretonne avec le Socialisme."

Solidarité bretonne qui a été détruite pour nous civiliser, comprendre: Nous rendre dépendant du système français.

C'est cet équilibre entre Liberté et Solidarité que l'on retrouve encore de nos jours dans les pays de l'Europe du Nord à laquelle nous appartenons!

Mais bon, certains se fiche des 65% de PIB prélevé par l'ETAT français, tant qu'on leur sert "la berceuse sur le service publique" ils abandonnent leur capacité à comprendre que cet argent n'est pas celui de l'ETAT mais celui du peuple!

(L'argent qu'ils ont gagné en travaillant, et que l'Etat se gave pour nourrir ses ayants droits de haut vol!)

PHILOU
Mercredi 18 février 2015

je pense que certains devraient relire les mémoires d'un paysan bas breton ou la chasse au loup et autres chasses en Bretagne avant de nous faire croire que la Bretagne fut riche et solidaire à l'époque où les nobles et les élites la gouvernaient. Si elle le fut, il ne faudra tout de même pas vouloir nous faire avaler que le peuple bénéficiait de ces richesses et d'une "solidarité".

Bretagne, terre de légendes et celle là en est une belle.

PIERRE CAMARET
Mercredi 18 février 2015

PHILOU . NOus avons au moins un point commun : je suis egalement antimilitariste.

J'ai 85 ans et je n'appartiens meme plus a la Reserve .

Marine : Je parlais de formation . laquelle je ne regrette pas .

Vous habitez en Bretagne ?? vous vous y plaisez ??? moi j'ai essaye , je n'ai pas pu tenir plus de 2 ans et demi .

CONG CHI FATT CHOY . Bonne annee de la Chevre.C'est aujourdhui

Ar Vran
Mercredi 18 février 2015

@Philou

Attention à ne pas tout mélanger.

Quand on parle que la Bretagne fur riche, cela s'applique évidemment à la période faste d'avant sa colonisation par la France, c'est à dire grosso modo fin du XV et XVI siècle. N'avez vous jamais entendu parler de l'expression : la Bretagne est Pérou pour la France"

A partir du XVIIème et jusqu'à la révolution française, on assiste à un pillage sournois des ressources bretonnes.

Ensuite à partir de la révolution, la Bretagne n'existant plus, l'Etat français n'a plus aucun scrupule pour parachever son oeuvre : la destruction systématique de tout ce qui fait la Bretagne. C'est de cette époque jusqu'à celle de la fin du XIXè siècle que les livres que vous citez ont été écrits.

La Bretagne est pauvre et nos bobos parisiens de l'époque se glosent du caractère plouc des Bretons.

CE petit rappel historique pour vous dire que quand la Bretagne se prend en main elle-même et n'est pas dans une position de quémander, elle va mieux.

Il n'y a qu'à nous Bretons de se prendre en main pour que cette époque d'une Bretagne riche revienne.

Pour cela, il est inutile d'attendre une quelconque mansuétude de la France ou de je ne sais quel autre pays, cela n'arrivera jamais.

En revanche il est primordial que les Bretons arrêtent de penser que la France est la panacée. C'est pour cela que j'invite les Bretons à apprendre l'anglais et commercer avec les autres pays du monde sans attendre un quelconque feu vert de la sangsue française.

Avant de réclamer son indépendance (ou autonomie), cela s'acquiert d'abord dans la tête; ce qui signifie que les Bretons doivent d'abord s'organiser et préparer les outils qui feront d'eux un peuple qui compte. Il est donc important qu'un mouvement comme celui des bonnets rouges perdure et fructifie sans jamais se perdre ou se fondre dans un parti ou une organisation hexagonale, sinon cela sera leur fin.

Christophe Morice
Mercredi 18 février 2015

Bonsoir jean paul, l'association n'a pas encore de site internet mais a déjà une page Facebook "rezore bretagne"Vous y trouverez les imprimés de la mutuelle.

Yann LeBleiz
Mercredi 18 février 2015

@ PHILOU

La Bretagne n'est pas né en 1789 quand la civilisation à commencer à nous parvenir!!!

Avant cette date on était sauvage, superstitieux, enclavé et... riche!

Plus sérieusement, vous vous êtes déjà promenez en Bretagne???

Cette question c'est pour savoir si vous ouvrez les yeux quand vous vous promenez!...

Ca là ou j'habite, quand je fais 300m pour monter sur la colline, je vois au moins 6 châteaux et manoirs...

Tant pis si l'histoire de notre pays ne convient pas à votre idéologie!

Yann LeBleiz
Mercredi 18 février 2015

@ Philou,

Un dernier point, car pour vous la "Solidarité véritable", c'est de piquer au peuple 65% de la richesse pour laquelle il a travaillé!

Et pour en faire quoi? La mettre dans la poche de hauts fonctionnaires parisiens et des copains de copains!!!

Alors OUI, je préfère les légendes, celle qui faisait que dans le quartier de mes grands parents les marins pêcheurs se payaient des maisons de notable car lors de la construction tout le quartier mettait la main à la pâte!

Malheureusement, un jour ces braves pêcheurs ont confondus leur légende et le communisme (ils ont même fait une jolie chanson)... maintenant leurs enfants travaillent dans la banlieue à Paris!

Alors cette prétendu solidarité d'homme civilisé sur le tard agrémenté du vol du travail du peuple, très peu pour moi!

SPERED DIEUB
Mercredi 18 février 2015

Philou hag ar re all

La période qui se réfère aux ouvrages que vous citez correspond à celle qui a connu un appauvrissement sans précédent de la Bretagne ,il n'empêche que des auteurs romantiques ont à tort, idéalisé ce dix neuvième siècle ,tout comme l'auteur des mémoires d'un paysan breton n'était pas non plus tout à fait impartial ,il me semble!! il avait quelques comptes à régler .Par contre Davies en ce qui concerne le centre Bretagne est une référence sérieuse ,la chasse aux loups C'est de part un concours de mauvaises circonstances que la Bretagne s'est particulièrement appauvrie durant cette période ,on d'abord parler du blocus continental ,la ruine de l'industrie de la toile a réduit l'agriculture à une activité de subsistance excessivement autarcique ,le fait que le clergé a incité les couples à avoir des familles nombreuses a aussi été un facteur aggravant ,bien que la mortalité infantile était très élevée M'étant intéressé aux recherches généalogiques j'ai pu constater que beaucoup de personnes décédaient jeunes durant cette période d'ou énormément de remariages Par contre si l'on revient aux périodes antérieures j'ai consulté des documents à partir du seizième ,la mortalité infantile était aussi élevée ,par contre il semble qu'il y a moins de décès prématurés une fois passé l'enfance ,j'ai été étonné que un certain nombre atteignait plus de quatre vingt ans .Donc la Bretagne a été riche depuis le début de la dynastie des Monfort jusqu'au milieu du dix septième , l'annexion rampante ,et la pression fiscale française sont aggravées par le refroidissement du climat ,(bloavezhiou kermans ) cette expression qui m'est parvenue par la tradition orale signifiait que si une année il y avait une moisson correcte il fallait faire des réserves pour faire face à ces années maudites ou on ne récoltait rien .La Bretagne était florissante à la fin de son indépendance ,c'est indiscutable (le Pérou des français ),seulement un pays peut être riche et cela n'empêche pas qu'une partie de la population soit très pauvre et subit le joug des seigneurs ,et c'était bien le cas au terme de l'indépendance, les révoltes des paysans de Cornouaille durement réprimées aux alentours de 1490 tendent à le prouver référence chanoine Moreau J'ai lu l'ouvrage de Sean o Faolain il a démontré que le fait que les nobles gaéliques étaient impitoyables avec leurs paysans est un élément qui a favorisé la colonisation anglaise car dans un premier temps ces lords étaient bien moins exigeants avec les sujets irlandais ,bon la suite on la connait ,une fois l'Irlande conquise les irlandais ont subit un véritable cauchemar

Un pays peut être riche et malgré tout avoir un contraste territorial important concernant cette opulence c'était aussi de la Bretagne ,d'une part les zones côtières étaient en général florissantes ,par contre la Bretagne centrale il y avait des zones très pauvres ,on a du mal à se rendre contre aujourd'hui car les niveaux de vie se sont beaucoup rapprochés quel que soient les régions .Il faut dire aussi qu'il avait des concentrations de population comme le Trégor et d'autres zones désertiques notamment en Cornouaille

voici deux liens

(voir le site)

(voir le site)

PIERRE CAMARET
Jeudi 19 février 2015

Loin de moi de critiquer les initiatives des BR .Creation de commissions pour etudier certains problemes , certaines anomalies du systeme .

Quel est le pouvoir de ces commissions pour faire passer leur recommendation ??????ou veulent ils seulement exprimer un voeux pieux????

Il semble me souvenir qu'il y avait de grands axes : Reunification ( MA PRIORITE) et l'Autonomie qui est une decentralisation intelligente ( MA SECONDE PRIORITE .. et la derniere ).Qu'en est il .

Quel est le rapport de force ,pour faire adopter des motions positives,au Gouvernement ???.

Ou sont les "gros calibres "dans ces commissions ????? au temps du CELIB , il y en avait . Je me souviens de PLEVEN et....... cela a donne , ce que vous savez ????? c'est dire RIEN.

Cela va t-il recommencer . JE NE LE SOUHAITE PAS ... mais je suis malgre tout reserve .

Dans mon lointain exil ...je note qu' il y a eu un grand Elan ....puis la colere Bretonne et puis ???????? je ne sais pas .

PHILOU
Jeudi 19 février 2015

franchement, quand le lis certains commentaires, je me demande si les gens lisent ce qui est écrit et sont capables de répondre sans soupçonner leur interlocuteur d'être "français", "gauchiste", voir d'être un "ennemi de la Bretagne". C'est ce qui est étonnant dans cette région : une bonne partie des gens colportent des "vérités" qui vont toujours un peu dans le même sens : si la Bretagne a des difficultés, les bretons n'ont jamais la moindre parcelle de responsabilité. C'est toujours le vilain neta français jacobin. Que ca soit bien clair, je ne dis pas que l'état centralisateur, l'état jacobin n'a aucune responsabilité, bien au contraire. Mais faire croire pour autant que les bretons sont blancs comme neige, c'est un peu simpliste. Le jour où on arrêtera de regarder l'histoire avec ce prisme déformant, nous ferons un grand pas en avant et nous pourrons aussi nous bâtir un avenir sans attendre que les choses viennent de l'extérieur ce qui, de toute façon, n'arrivera pas.

Ai je dis que la Bretagne XIII ème et XIV ème était pauvre ? Non. J'ai dit qu'on ne me fera pas avaler la couleuvre d'une Bretagne riche ou tout un chacun profitait de cette richesse. C'est très différent. Rien de nouveau sous le soleil de ce côté là. Le paysan, le marin, le mineur... bref, ce qu'on appelle le peuple ne profitait pas de cette richesse.

Oui, je me promène souvent dans la campagne bretonne autour de chez moi et je connais aussi bien que vous les ribin qui serpentent et le long desquels on peut voir de beaux manoirs. Et c'est bien la preuve de ce que j'avance : il y avait des manoirs, de belles maisons en pierre avec étages appartenant à quelques gens aisés mais il y avait plus encore de masures dans lesquelles vivaient la majorité de la population. Cette caste noblière et bourgeoise souvent soutenue par le clergé était solidaire avec le paysan ? Laissez moi rire. Cette richesse là n'a d'ailleurs pas disparu par un coup de baguette magique dès lors que la Bretagne fut rattachée à la France. La Bretagne fut pillée par la France ? Pourriez vous me dire ou habitaient la plus part du temps ces nobles, cette élite. Je vous le donne en mille : à Paris.

Puisque vous parlez de promenade, je suppose que vous connaissez Trévarez, symbole de cette classe dirigeante (je ne vous ferais pas l'affront de vous rappeler la carrière politique de son propriétaire mais c'est un modèle du genre et regardez bien ou est mort cet homme). Pendant que ce monsieur construisait sa petit bicoque, des centaines de centre-bretons, issus de familles nombreuses, de Chateauneuf, Gourin, Roudouallec s'expatriaient dans l'espoir de ne plus vivre dans la misère. Vous allez me dire : oui, mais nous étions alors en France. Et bien nous pouvons trouver d'autres exemples plus anciens. Vous parlez des commerces des toiles et des voiles qui ont fait la richesse de villes comme Locronan, Quintin et bien d'autres. Pourriez vous me donner le revenu des paysans qui cultivaient le lin ? Ils étaient tellement riches qu'ils n'étaient pas propriétaires de leur terre, à peine de leur pauvre habitation et du jardin qui allait autour.

Mais c'est vrai, je suis un idéologue.

SPERED DIEUB
Jeudi 19 février 2015

Philou vous dites que la Bretagne est une région ,alors c'est un ancien pays vaincu qui signifie province ce terme me parait plus adapté que région qui à caractère artificiel ,par contre le fait de se dire régionaliste se rapproche historiquement plus de la revendication d'autonomie de la province davantage que de la région

Pour le reste je suis assez d'accord avec vous

Christian Rogel
Jeudi 19 février 2015

@Philou

Votre panorama historique embrasse trop de périodes et manie des notions vagues comme "caste", alors que même les nobles et le clergé étaient divisés, entr'autre, par le niveau de richesse et de vie.

Faire constriure un manoir ne voualit pas dire une vie opulente, quant à dire que les paysans étaient généralement pauvres, c'est comme dire que leur métier principal était cultiver la terre.

La question est de comprendre quand la Bretagne qui avait des productions de valeur (toiles, garance, bois, sel, fer, argent...) s'est grandement appauvrie. Un indice : on cesse de construire des petits manoirs partout vers 1620 et les édits de Colbert, vers 1670, détruisent de la richesse (interdiction des pêcheries littorales, par ex.).

C'est la bascule de la pauvreté (normale et acceptée) vers la misère, car, c'est celle-ci qui peut aider à accélérer l'esprit révolutionnaire, lequel est plus celui des professions "intermédiaires" que des miséreux eux-mêmes.

Voir 1675 comme un épisode purement révolutionnaire est un peu rapide : certains nobles ont été protégés.

Yann LeBleiz
Jeudi 19 février 2015

"J'ai dit qu'on ne me fera pas avaler la couleuvre d'une Bretagne riche ou tout un chacun profitait de cette richesse. C'est très différent."

Tout ça, pour ça!!!

Votre réflexion peut s'appliquer à tous les pays du monde sans exception.

Philou, votre problème est le même que celui de l'UDB : celui de concilier l'Histoire de la Bretagne avec votre idéologie.

Je me permets d'insister sur votre idéologie, car vous ne parlez que de paysans et d'ouvriers (pauvres, evel just, sinon ce ne sont pas de vrais paysans) ce qui est un marqueur trop évident de votre positionnement.

L'UDB a résolue cette opposition entre idéologie et histoire de la Bretagne en "s'enfonçant dans le mensonge" : se proclamant "régionaliste" et reprenant la propagande française sur la Révolution salvatrice du peuple opprimé.

(Pas la vraie Révolution, celle des Bourgeois qui voulaient s'en mettre plus dans leur poche! D'où certainement aujourd'hui, ce goût prononcé pour les Métropoles)

Pour l'UDB, le "Breton véritable" à des boutou koat aux pieds, joue du biniou, tend la main à la sortie de l'église (ou de pôle emploi) et vote socialiste (aile gauche)...

Pas étonnant de vous voir utiliser le terme "région"!

Mais on ne construit pas l'avenir sur le mensonge!

Votre exemple :

Le château de Trévarez date de la fin du 19ème siècle, comme l'idéologie socialiste... (Belle illustration de votre raisonnement)

Pour votre information, il y a autant de manoirs en Bretagne qu'en France...!

Pour moi, c'est un marqueur plus qu'évident du fait que la richesse était mieux répartie dans la population!

(Tant pis si ce fait ne vous plait pas... il me plait à moi, car je ne pense pas qu'être pauvre soit un but en soi!).

Philou, j'espère que vous habitez dans un "taudis miteux", sinon avec votre logique c'est l'évidence que vous êtes un exploiteur!

D'ailleurs, si vous pourfendez "l'exploiteur des temps obscures", il est intéressant de noter que "65% de la richesse du peuple volé par l'ETAT", ne vous révolte pas...!

Comme quoi quand il y a de l'idéologie, l'Histoire, la Liberté et le respect du peuple... Ca passe à la casserole!

"Pour le Lin"... Belle exemple! (si si!)

Savez-vous qu'au 15ème siècle, les nobles abandonnaient leur titre de noblesse (après demande écrite au Duc) pour être autorisé à faire commerce des toiles?

Certes, certains reprenaient par la suite leur titre, mais devait en faire demande publiquement face au PEUPLE à haute voie (généralement le jour du marché).

Il faut un peu de courage pour faire ça!

Aujourd'hui, un Enarque haut-fonctionnaire quitte son poste pour travailler dans le privé et se faire de l'argent, il conserve son statut de fonctionnaire, il peut à tout moment revenir dans un poste administratif très bien rémunéré, même s'il ne revient pas il cumulera ses gains dans le privé avec une retraite à plein temps dans le public...!

On notera l'évolution!

Et là, pas un mot de nos pourfendeurs des exploiteurs...!

"Le lin bis" : (ben oui, j'aime bien le lin)

Les graines étaient achetées par les marins bretons dans les pays baltes, la culture et la transformation se faisait en Bretagne, la vente par les marins bretons (encore eux) en Europe et en Amérique (puis en Afrique, mais c'est une autre histoire)...

Aujourd'hui, travailler ainsi s'appelle : "la mondialisation..."! A l'époque nos pauvres bretons ne le savaient même pas... les bougres!

C'est peut-être pour cela qu'ils gagnaient de l'argent?!!!

"Le lin tier ": (Je vous ai dis que j'aimais le lin)

Savez-vous qu'au 19ème siècle si les Bretons de la Manche sont allez pêcher en Islande (souffrir, périr en mer, pour des salaires de misères), c'est essentiellement du fait que l'industrie du lin n'offraient plus de débouchée !

La Bretagne étant devenue pauvre après la Révolution (ennemie de l'intérieur à civiliser et une France agressant nos clients)!

Du fait, la Bretagne n'a pas pu financer le virage technologique de la mécanisation et c'est le nord de la France et l'Angleterre qui ont pris le marché des toiles...!

Les ouvriers pour manger ont du accepter de devenir des forças des mers sur les goélettes! (très loin du romantisme de "pêcheurs d'Islande").

Pourtant c'est une "épopée" qui plait bien à nos socialistes de tous poils, car ils n'ont eu qu'à se baisser pour faire moisson de pauvres et leur embrouiller la tête! (plus fort que l'église...!)

Sauf que cette Bretagne là est un accident de l'histoire, ce n'est pas la Bretagne!

PIERRE CAMARET
Vendredi 20 février 2015

Les Bretons militants : une immense bonne volonte .... celle de faire quelque chose , meme si la finalite n'a pas dutout ete etudiee ??????? donc dans la plupart des cas , la Montagne accouche d'une souris .

Chers Compatriotes , ayez un peu de pragmatisme............ou alors c'est le mensonge institutionalise... on a fait quelque chose , cela n'a pas marche ( on s'en doutait ) mais on a fait quelque chose .

SPERED DIEUB
Vendredi 20 février 2015

Le vieux livre que j'ai proposé est hors sujet ,cependant on y trouve certains passages qui donnent de précieuses informations Par ailleurs il devrait intéresser Pierre Camaret

au cas ou vous auriez eu un problème de réception voici le lien à nouveau

(voir le site)

PIERRE CAMARET
Vendredi 20 février 2015

Biensur je suis toujours interesse par l'histoire. Ma philosophie est que nous batissons notre future, les pieds dans notre passé........ mais les conditions ont change , les mentalities ont change .

La Bretagne doit etre un pays moderne .Elle doit tenir sa place dans le monde . Elle est tolerante avec les autres cultures.

Nous appartenons a un grand ensemble Europeen , sur lequel , je base tous mes espoirs .

SPERED DIEUB
Vendredi 20 février 2015

Oui Pierre mais c'est du fait que vous aviez dit que vous aviez des ancêtres huguenots que j'ai pensé que ce livre pourrait vous intéresser particulièrement ,dans le cas contraire je n'aurais pas ajouté ce détail

PIERRE CAMARET
Vendredi 20 février 2015

Merci SPERED DIEUB .Bien entendu . L'histoire est mon hobby .. mais je suis autodidacte la dessus.

Les Huguenots ont ete 200 000 ( certains disent 300 000) a quitter la France.

PIERRE CAMARET
Dimanche 22 février 2015

Ne croyez vous pas qu'il serait correct et normal , que ces commissions BR , nous tiennent informees, sur ABP , du developpement de leurs travaux .

Cela sera sympa , pour les gens qui les ont soutenus ( dont moi ).

Brocèlbreizh
Dimanche 1 mars 2015

YOUPI

De l'Histoire Bretonne!!!

1/La Bretagne payait moins d'Impôts officiellement:Vrai.

2/La Bretagne était autonome,L'allégeance envers le roi de FRANCE fut négocier avec les nobles de BZH.

Depuis 1705 ils avaient négocier pour la Bretagne l'autonomie.Nous étions ainsi dans une allégeance "légère".

Depuis la défaite 1532/1580,ne pouvant faire la guerre de nouveau(la force du nombre_ la france étant la + grande armée d'Europe) décidèrent d'acheter notre liberté.

Ce fut acquis en 1710 environ;

Quelle fut le prix de cette liberté?

L'acceptation de faire partie des peuples de France en échange d'une certaine tranquillité.

Quand le roi de FRANCE enclenchait des réformes militaire couteuse de par l'impôt,le parlement bzh (1/3 états+clergé +noblesse) pouvait refuser.

Pour cela il fallait payer...

Ainsi quand le roi demandait la première année 1 million par exemple,nous refusions ensemble.

L'année suivante, le roi demandait 2 millions pour la continuation du refus...Voila le tableau.

Au final, la Bretagne payait beaucoup plus d'impôt que la moyenne nationale et ce sont nos nobles et le clergé qui en payait la plus grande partie.

Devant la montée du mécontentement bzh et national.Certains conseillers proposèrent au Roi de France de faire une réforme:transformer le tiers état en demi état.Les nobles ET le clergé + une parti du tiers état refusèrent tout net.

pourquoi?Le tiers état devenant 1/2 état ,le peuple de Bretagne allait se retrouver dans un système ou la bourgoisie ambitieuse du tiers état pouvait corrompre les représentants fermier ainsi que les duper car à cette époque,certains de ces députés ne savaient pas lire.Et oui!

Une période de corruption sans précédant agita la Bretagne.

Le but étant de rallier le 1/3 état Bretons (bourgeois et fermier) au tiers état de france et ainsi briser nette notre autonomie trop chèrement acquise.

Cela fonctionna et la révolution Française commença ici.

Les "chouans" pillèrent les nobles.

Fort heureusement ils comprirent très vite que certains furent corrompu par la France et la population se ravisa.

Les nobles aussi voulaient la révolution, pas pour l'absolution des privilèges mais pour une Bretagne libre une fois pour toute en profitant du chaos social en France.

Les bonnets rouges firent une chose très intelligente:

Plutôt que de supprimer les privilèges en Bretagne dans leur ensemble; ils décidèrent avec les nobles et le clergé ,(dans une situation chaotique impactée par la corruption et l'assassinat quelque chose de simple:

Tous les citoyens du 1/3 aurait le droit de se marier a la noblesse et vice versa!

sans la révolution française, nous serions tous potentiellement nobles!!!de par les mariages.

Pas mal non?

in fine après quelques pillages de châteaux et de nobles maisons les chouans se battirent avec les nobles;

La paysannerie était affamé.

Le roi de France fut très mal conseillé.

Certains nobles bretons allaient combattre aux état unis pour l'indépendance face aux anglais.POUR LA LIBERTE.Le combat ici semblait perdu et le peuple,déja ne comprenaient rien aux idées libérales!

Comme c'est étrange non?

bref, bon an mal an ,une partie de la noblesse Bzh resta et se battirent avec les chouans pour la Bretagne.

Carrier/ massacre.

Peuple moins armé.

des mercenaires allemands ,anglais et autres se joignirent a nous:La révolution anti révolution...

continua jusqu'en 1832.

Et de nombreux noble eurent la téte coupées.

Le peuple étaient crucifié le long des routes.

Les descriptions concerant carrier furent cauchemardesque je vous passe volontiers les détails.

Mais malgré tout ,oui la dernière chef de guerre chouan fut une femme noble 1832.

Les derniers nobles quittèrent définitivement la France pour les états unis/ pays bas Allemagne.Les autres se fondirent dans la masse et apprirent des métiers dit "nobles".

La Bretagne était alors Française moyennant encore quelques privilèges:service militaire en Bretagne.

Toujours pas d'impôts républicain sur nos routes.Et divers.

vu d'ici l'annexion officiel ce n'est pas 1789 mais 1832 si l'on ne tiens pas compte de 2 années de rébellion de chouannerie jacobine en Bretagne.

J'ai du faire quelques raccourci certes.

C'est déjà bien long et d'une complexité... (a travers la corruption notamment)

Vous me pardonnerez.

kEnavo

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.