Bars en trans 2019. Des nouveaux horizons
Reportage photos de Agnieszka Misiura

Publié le 9/12/19 15:06 -- mis à jour le 17/12/19 08:34
49528_5.jpg
Eliasse

La 26e édition des Bars en Trans , qui a duré du 5 au 8 décembre s'est achevée en même temps que son grand frère, le festival des « Trans Musicales ».

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Différents styles, de la musique pour chaque goût, voici le credo de ce festival.

Comme d'habitude plusieurs établissements y ont participé, avec cette année de nouveaux venus.

Depuis vingt ans, le bar « La Place » accueille de jeunes talents, futures stars peut-être...

Ici, plusieurs groupes ont fait leurs premiers pas comme : « Lilly Wood & The Prick », Renan Luce, « Hyphen Hyphen » , « Radio Elvis » ou récemment « Angèle ».

Les artistes qui sont passés pour l'ouverture attendaient leurs cinq minutes de gloire.

Pour commencer Feli Xita

Ce duo fut un véritable voyage au soleil. Ils ont décidé de construire d'intéressants textes entourés d'une musique qui rappelle les vacances à la mer, la fraîcheur et la nostalgie des premiers amours.

Un groupe très prometteur.

Un peu plus tard on a pu écouter Eliasse , un chanteur très courageux qui a quitté son île natale des Comores pour repartir à zéro en France avant la quarantaine. Il était boulanger jusqu'au jour où tout a changé....

On peut retrouver dans sa musique des influences arabes, perses, africaines, indonésiennes et européennes.

Ses chansons vibrantes ont fait bouger le public qui a commencé à danser et à participer pleinement au spectacle. Son « Amani way » était électrique.

Cet artiste est un vrai show man. Il a bien fait de révéler son talent au monde.

A la « Chapelle du conservatoire », on a eu l'occasion de voir un groupe très intéressant :

Grande Cet autre duo est composé du guitariste et chanteur Gabriel et de Chloé la violoncelliste. Ils chantent uniquement en anglais.

Ils ont décidé de faire de textes joyeusement tristes voire dépressifs, leur marque de fabrique.

On a encore voyagé avec eux, notamment avec leur chanson sur le chemin d'une gentille sirène qui a voulu changer de vie.

Ce groupe montre qu'on peut facilement jouer de la pop avec un instrument souvent réservé à la musique classique. Le résultat est surprenant et très satisfaisant. Leur future carrière est à suivre.

Au « 1988 Live Club » très ancien partenaire du festival, en début d'après-midi, on a pu écouter un groupe de Lille Weekend affair formé de Louis Aguilar et Cyril Debarge.

Ils ne veulent pas se classer dans une catégorie musicale.

Entre pop-synthé et chanson française, leur musique nous balance, nous donne envie de bouger.

Ils ont joué les chansons de leur deuxième album « Du rivage »

Elia

Cette jeune femme s'est produite samedi après midi avec ses compositions très touchantes et sa voix d'ange. Elle nous fait vivre le R'n'b comme personne d'autre. Sa chanson « Pornographie » montre un vrai potentiel de jeune talent et peut devenir une référence dans ce genre musical.

Au « Ty Anna », comme d'habitude, les concerts pour les « Bars en trans » étaient gratuits.

De la bonne musique, le punch « spécial Bars en trans » et le patron toujours souriant sont tous les ans présents.

Grand Palladium Ces Brestois très talentueux nous ont présenté leurs compostions calmes et joyeuses dans un esprit pop folk. Ils sortiront bientôt leur premier album. Pour l'instant on peut les admirer dans leur clip très réussi «Tant que la nuit veut tomber »


mailbox
imprimer
Journaliste-photographe ABP pour Rennes
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.