Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Bağlar (Diyarbakir), prison pour femmes, bloc 1, cellule 1
Selon un rapport du l'administration pénitentiaire (Türkiye Ceza ve Tevkifevleri Genel Müdürlüðü), les prisons comptaient en mars 2012, 132 369 détenus dont 4 818 femmes et 2 281 enfants, soit
André Métayer pour Amitiés kurdes de Bretagne le 29/12/12 16:33

Selon un rapport de l'administration pénitentiaire (Türkiye Ceza ve Tevkifevleri Genel Müdürlüðü), les prisons comptaient en mars 2012, 132 369 détenus dont 4 818 femmes et 2 281 enfants, soit une augmentation de 300 % depuis 1999. (La Turquie compte 370 prisons pour une capacité de 116 754 personnes, dont quatre prisons pour femmes et trois prisons pour enfants).

Six à sept mille personnes (hommes et femmes) sont détenues aujourd'hui pour "collusion avec le KCK." (Union des communautés de communes), considérée par l'Etat turc comme la branche urbaine du PKK. En fait c'est tout un mouvement de démocratie participative qui est en marche, initié par le parti pro-kurde DTP (dissout et remplacé par le BDP), regroupant les formations politiques kurdes, y compris le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), des associations et des personnalités de la société civile.

Le KCK, un mouvement de démocratie participative

"Toutes les assemblées de ville et de quartier ainsi créées, révèle Selahattin Demirtaþ, député kurde, co-président du BDP, ont soutenu le DTP durant les municipales de 2009, en faisant notamment du porte-à-porte, et lui ont permis de remporter une large victoire. C'est donc en 2009 que l'AKP s'est rendu compte pour la première fois de la force d'un tel système. C'est pourquoi, au lendemain des élections le 14 avril 2009, tous les dirigeants des dites assemblées, parmi lesquels des vice-présidents du DTP en charge de la coordination, ont été interpellés lors de la première vague d'arrestations."

Ces vagues d'arrestations et d'incarcérations n'ont cessé depuis car dans cette implacable logique d'un premier ministre turc autocrate qui veut devenir président d'une Turquie "à sa main", il est nécessaire de détruire ce modèle démocratique : R.T Erdogan ne peut tolérer cette capacité de la population à s'organiser jusque dans la rue. Toutes ces organisations qui, jusqu'à hier, menaient leurs activités sous ses yeux en toute légalité, ont été, du jour au lendemain, déclarées illégales.

La dignité de ces femmes détenues depuis de longs mois est intacte

A Baglar (arrondissement de Diyarbakir), dans l'une des prisons pour femmes, devant laquelle une délégation des Amitiés kurdes de Bretagne avait fait un sit-in, le 24 mars 2010, pour protester contre ces incarcérations honteuses, s'entassent dans des conditions d'hygiène lamentables, des militantes politiques et associatives, certaines depuis près de quatre années. Mais, comme le montre la photo ci-dessous, ces femmes conservent toute leur fierté et leur dignité.

André Métayer

Photo : Debout de gauche à droite : Ehlam KACAR (Direction du BDP de Diyarbakir) ; Emettullah AKCARA (Direction du BDP de Silvan, condamnée à 8 ans d'emprisonnement) ; Zahide BESI (Assemblée des Femmes du BDP, détenue depuis 3 ans et 8 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Zeynep BOGA(Assemblée des Femmes du BDP, détenue depuis 3 ans et 8 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Besime KONCA (Comité exécutif BDP, Assemblée des Femmes du BDP, détenue depuis 3 ans et 8 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Gülcihan Þimþek (maire BDP de Bostaniçi, détenue depuis 3 ans et 8 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Nihayet TASDEMIR (Assemblée des Femmes du BDP, détenue depuis 3 ans et 8 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Mizgin ARI (Assemblée des Femmes du BDP, détenue depuis 9 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Hasiye YAYIK (arrêtée lors d'une conférence de presse, condamnée à 10 ans d'emprisonnement) ; Taybet BELGE (Assemblée des Femmes du BDP, détenue depuis 1 an dans le cadre de l'affaire KCK).

Assises de gauche à droite : Jiyan ATES (étudiante à l'université de Dicle, détenue depuis 8 mois) ; Asiye ATILGAN (animatrice culturelle, détenue depuis 1 an) ; Gazel SUER (étudiante en philosophie, arrêtée lors d'une manifestation) ; Dirayet TASDEMIR (Conseillère du maire de Diyarbakir, détenue depuis 3 ans 8 mois dans le cadre de l'affaire KCK) ; Zekiye MERCAN (détenue dans l'affaire KCK de Urfa, libérée récemment) ; Takibe TURGAY (Adjointe du président du BDP, condamnée à 10 ans d'emprisonnement) ; Semra ILBOGA (étudiante, détenue depuis 1 an).

Voir aussi :
logo
Amitiés kurdes de Bretagne est une association loi 1901 chargée de faire connaitre les luttes du peuple kurde. Elle a été créée en 1994.
Voir tous les articles de Amitiés kurdes de Bretagne
Vos 1 commentaires
Suphi Ayalp Le Mercredi 2 janvier 2013 14:58
Merci M. Métayer
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons