Avec 'Les Frères Kerveguen' d’Yvon Ollivier, les Bonnets Rouges ressortent. La Bretagne se défend. Et ça fait mal

Couverture (1e et 4e). de 'Les Frères Kerveguen', de Yvon Ollivier chez Yoran Embanner. Création Marc Mosnier
Couverture (1e et 4e). de 'Les Frères Kerveguen', de Yvon Ollivier chez Yoran Embanner. Création Marc Mosnier

Yvon Ollivier.Yvon Ollivier.Totalement bouleversante, cette fiction – mais la réalité ne risque-t-elle pas de la rattraper ? – empreint d'un réalisme cruel, d'un tête-à-tête insoutenable, est LE roman à lire absolument avant les élections, et après. En Bretagne, et ailleurs.
Les Bretons présentent ce paradoxe d'être partagés. Ils sont résolument respectueux de l'obéissance, mais sont aussi capables – les seuls capables – de mobilisations gigantesques dès lors qu'ils prennent conscience qu'ils sont attaqués.


La colère nous gagne

Les deux frères Kerveguen représentent cette dualité, l'un, soldat, représentant de l'ordre absolu, l'autre, fonctionnaire territorial désabusé, un brin dilettante, qui a ressorti son Bonnet Rouge.
Nous sommes en 2020, à deux doigts de la guerre civile.
Les lois sont de plus en plus nauséabondes, votées par un Gouvernement Le Pen issu d'une large majorité à l'Assemblée nationale, suite à une dissolution rendue inévitable deux ans plus tôt.

Dans son dernier ouvrage, "Les Frères Kerveguen" (1), Yvon Ollivier (2) arrive au sommet de son art. Dans un style des plus limpides, les mots s'enchaînent, et les idées et théories émises se succèdent les unes et les autres à un rythme haletant, les images se bousculent, la colère nous gagne. Et peut-être la gêne de n'avoir pas agi plus tôt.


La surenchère vers une France authentique

Nous assistons impuissants à un dialogue imaginaire que ces deux frères n'ont jamais eu l'occasion d'avoir quand ils étaient jeunes, quand ils étaient unis, quand ils s'admiraient, mais se détestaient ou se jalousaient déjà. Dans le Léon de leur jeunesse, on ne parle pas, Monsieur. Mais ici, à Quimper, à deux doigts d'une issue dont on sent qu'elle est inéluctable, oui, l'auteur leur fait avoir ce dialogue extraordinaire à distance, l'un sous son Bonnet Rouge, derrière les barricades, l'autre du côté de la crosse d'un fusil ou sur son char.
Car effectivement, la guerre civile est là. La surenchère vers l'unicité de la République, " la France authentique " qui écrase toutes les diversités, oui, toutes les diversités, est à son comble. Seuls les Bretons n'avaient pas donné la majorité absolue à Marine Le Pen, lors de ces législatives. Et, attaqués, ils se révoltent.


Interdire à l'Autre d'être

Les Français, eux, se reconnaissaient dans des lois de plus en plus iniques, scélérates, qui assuraient leur confort de petit bourgeois (" faut bien que je paye mon appartement " fait dire Y. Ollivier à Agathe, que l'on eût pu croire proche de François. Et ces Français applaudissent quand on met des barbelés autour de certains quartiers, quand on fait des lois restreignant les libertés dont le seul but est d'interdire à l'Autre d'être. Ah oui, c'est facile. On vit à crédit pendant des décennies, la crise morale et financière devient insupportable (comprendre que l'on ne peut plus supporter), bref, on est dans le mur, il faut trouver une solution. Plutôt que de la chercher, on prend la plus simple. Le bouc-émissaire. On fait ainsi coup double. On donne à penser que le Gouvernement oeuvre pour la sortie de la crise, le bon peuple apprécie, puisque le coupable, la cause, est désigné, l'Autre, l'étranger, le Breton, et de l'autre côté, on va vers l'aboutissement complet de l'oeuvre inachevée de la Révolution, la suppression de l'altérité, la guerre contre les diversités.
" La logique de la France contre l'Autre, développée par Robespierre y tend naturellement. La France de l'unicité conduit naturellement à la France authentique de Marine Le Pen. Cette France authentique ne veut rien dire, c'est une folie criminelle et schizophrénique qui peut nous conduire au pire " nous dit Yvon Ollivier. Il est clair, aussi, quand il nous dira : " Le totalitarisme est inéluctable, dès lors que le Front National est au pouvoir ". Il n'hésite pas affirmer, " Oui, le Front National est d'extrême droite ".


Les Bonnets Rouges ressortent

La démonstration de Y.Ollivier est implacable, réalisée sous forme de ce dialogue ping-pong entre François et Paul. On n'en sort pas indemne. On comprend les mécanismes de la montée de la haine, et, heureusement, ceux de la montée de la Résistance. Seuls les Bonnets Rouges pouvaient se rebeller.
La volonté d'anéantir la Vallée des Saints, à Carnoët (3), les attaques contre les écoles Diwan (" La fin programmée des écoles Diwan par le pouvoir a précipité le déclenchement. Cette décision du ministre de l'Éducation Michel Onfray ") ont été les déclencheurs. Deux symboles qui font ciment du peuple breton sont attaqués par le pouvoir. On appréciera l'humour de l'auteur en mettant Onfray (4) à l'Éducation nationale – mais est-ce une fiction ?).
Non. Ce n'est pas possible. Les Bonnets rouges ressortent. En début d'ouvrage, ils occupent Quimper, et les deux frères sont face à face, un fusil braqué de l'un vers l'autre.
Et le sang coulera, c'est inéluctable.

Optimiste, oui, le roman l'est, dans la mesure où il montre que les hommes peuvent se lever. Mais à quel prix ? Que d'émotion, quand une cornemuse sort d'on ne sait d'où, et pousse son cri, à deux pas de la cathédrale Saint-Corentin épargnée. " Le peuple des Bonnets Rouges […] se retrouve debout ".


Une oeuvre incontournable

Cette oeuvre devrait être lue par tous les Bretons. Que de choses on comprend. C'est aussi la version la plus accessible à tous, la plus poignante, la plus aboutie de la réflexion d'Yvon Ollivier (voir ci-dessous sa bibliographie) sur le refus de la France de se regarder en face, le refus de la France de voir que la diversité est son socle, son ciment. Sur ce que sera la France, si on la laisse aller sur cette pente. Dans cette France, la Bretagne mourra. La France elle-même est vouée à disparaître, sauf si on relève la tête. Et en Bretagne, on sait faire. Notre arme, le Bonnet Rouge, notre carburant, le coeur.

Il devrait être lu aussi par tous les Français. Le choix fait des Gouvernements de lutter contre l'altérité, pour une unicité qui n'existe nulle part ailleurs, et ce glissement vers le totalitarisme qu'exercera l'extrême droite doivent être d'abord compris, puis combattus.
Si seuls les Bretons ont su entrer en guerre contre ce mouvement, alors…
...On est tous Bonnets Rouges.


Ci-dessous une interview exclusive de Yvon Ollivier.

Agence Bretagne Presse : Yvon Ollivier, deux frères, l'un avec un béret, deux étoiles, un général, commandant une brigade motorisée, Paul de son petit nom. L'autre, un bonnet rouge. Ce n'est pas un être parfait. François, ou Fañch, comme l'appelle Paul. Car, Paul est breton, bien que soldat au service du pouvoir central. Oui, ils sont frères. Bretons. Léonards. Tout les sépare, et ils se retrouvent ici, à Kemper. Face à face. Mais dans une situation de crise extrême.
- Yvon Ollivier : Oui, ils sont face à face. Mais ils ne dialoguent pas. Chacun, tour à tour, exprime son ressenti, sa vision des choses, ses souvenirs. Comment ils sont arrivés là. Leurs rancoeurs. Ces deux-là ne se sont jamais parlé. Dans le Léon, il y a beaucoup de choses que l'on n'exprime pas. Le roman est ce dialogue qu'ils n'ont jamais eu.
Tout les oppose, l'un a pris les armes, en lutte jusqu'au bout face au totalitarisme qui s'est progressivement installé en France, suite à l'arrivée de Marine Le Pen, l'autre, soldat respecté des autorités, qui a fait ses armes en Afrique, pourquoi pas en torturant. Il aime l'ordre, l'autorité. Quels que soient les ordres, il les exécutera, dès lors qu'ils viennent du pouvoir.
En fait, tout le long du livre, on voit que tout les oppose, mais qu'ils sont indissociables. Chacun vit de l'autre. L'autre les fait vivre.
Les Bretons ont toujours été partagés entre deux comportements, l'obéissance, à l'image de Duguesclin, la révolte, à l'image des Bonnets Rouges. Notre logique de l'honneur est basée sur ces deux comportements, antinomiques. Ces deux frères sont la métaphore de la Bretagne.

ABP : En un mot, comment et pourquoi les Bonnets Rouges sont-ils ressortis, pourquoi cette révolte qui semble devoir aller jusqu'au bout ?
- Y. O.
: C'est l'histoire d'un glissement vers le totalitarisme. Inéluctable dès lors que le Front National est au pouvoir. Suite à une dissolution de l'Assemblée nationale en 2018, le Front National obtient une large majorité absolue. Marine Le Pen est nommée chef du Gouvernement. Et Marine Le Pen, c'est la France de l'unicité. C'est l'étouffement des cultures. C'est la guerre contre les diversités. Les lois que peu à peu elle fait voter ne peuvent avoir pour conséquence que le totalitarisme. On ne peut aller qu'au clash. A la guerre civile.
Dans mon roman, on y est arrivé. Les Bretons se sont révoltés. Dès aujourd'hui, ne propose-t-elle pas la suppression des régions ? Aucun Breton ne peut l'accepter.
Tous les gouvernements actuels ont contribué, chacun à leur manière, à ce lent glissement autoritaire, préparant le basculement totalitaire. Aujourd'hui, la Bretagne est prise au piège entre la France du mensonge et la France de la haine.
La France du mensonge c'est-celle des métropoles et du pouvoir - qui promet beaucoup en termes de diversité ou de mixité sociale mais ne fait rien ou pas grand chose. On peut dire avec un brin de lucidité que le parti socialiste a trahi la Bretagne dans ses espérances politiques, territoriales, démocratiques, linguistiques.
La France de la haine, c'est la France revancharde d'en bas, Marine Le Pen et Mélenchon. Cette France du repli souverainiste est prête à tout, excitée par le tribun et ses discours de rejet.
Nous sommes déjà victimes de la France du mensonge (et de la logique d'étouffement inhérente au principe d'unicité du peuple français). Demain nous pourrions fort bien devenir les principales victimes de la France de la haine, celle de la France authentique de Marine Le Pen. Cette France-là c'est celle du rejet brutal de l'altérité. Je suis très inquiet et j'aimerais que l'on y réfléchisse un peu, pourquoi pas sous la forme d'un comité de vigilance ?

ABP : Pourquoi ce cri d'alarme ?
- Y. O.
: Le modèle français, contre la diversité, ne fonctionne plus dans le monde actuel mondialisé. La France est malade. Que se passera-t-il quand l'État ne pourra plus payer ses fonctionnaires, quand il n'y aura plus aucune confiance, plus aucun crédit ? Oui, aujourd'hui, on vit à crédit. La France n'a jamais réglé son problème avec l'altérité. Elle va donc naturellement vers l'uniformité. Les coupeurs de tête peuvent revenir à tout moment. La logique de la France contre l'autre, développée par Robespierre, y tend naturellement. La France de l'unicité conduit naturellement à la France authentique de Marine Le Pen. Cette France authentique ne veut rien dire, c'est une folie criminelle et schizophrénique qui peut nous conduire au pire. La véritable France c'est la diversité.
Le Front National au pouvoir, ce sera une déclaration de guerre à la diversité, c'est une déclaration de guerre à la Bretagne.

ABP : Les Bretons sont seuls à réagir ?
- Y. O.
: Oui, dans mon scénario, seule la Bretagne n'a pas voté majoritairement pour l'extrême-droite. Le reste de la France s'est laissé séduire par le discours de plus en plus autoritaire de l'État, jusqu'à ce vote pour le Front National. A l'image d'Agathe, une des maîtresses de Paul, qui semblait pourtant " progressiste " ; les Français approuvent de plus en plus ces lois liberticides. Les Français glissent inexorablement vers l'extrême droite. Sauf ceux qui ont l'intelligence de voir plus loin. Le peuple est dans l'unanimisme. Et à cause de la crise, qu'on refuse de régler, on cherche des boucs-émissaires (les Arabes, l'Europe…). On a perdu le sens de " soi ", et on adhère à l'idéologie du " contre les autres ". C'est bien dans la logique de la Révolution française, contre tout, contre la religion, contre les nobles, contre les " patois ". Ce n'est pas l'image que l'on a du Front National, mais, une fois au pouvoir, ses travers ressortiront. C'est bien un aboutissement logique.

ABP : Vous disiez " ...n'a jamais réglé ses problèmes avec les autres "
- Y. O.
: Regardez le tapage au sujet du foulard. Dans aucun pays on n'a connu cela. La France est vraiment malade de n'avoir jamais réglé son problème avec les autres. Dans les autres pays, on accepte le peu de différences. Ici, la moindre différence est perçue comme dangereuse pour l'unicité. La chasse au foulard cache le fait qu'il n'y a plus d'égalité sociale en France, plus de passerelles, de mobilité, plus d'espérance. La République de l'émancipation est morte. Il reste la République de l'autorité.
Dans ce contexte, seuls les Bretons, dont la langue est attaquée, dont la culture est attaquée, pouvaient se rebeller. Nous voulons autre chose. La France de la haine n'est pas possible pour ceux qui se révoltent.
Aujourd'hui, la sauvegarde de la diversité n'est plus dans le prêt à penser du PS. Même la loi NOTRE est un outil de débretonnisation (regarder les noms des communes nouvelles en Bretagne, des communautés de communes). Et le Front National veut supprimer les régions.

ABP : Et l'on ressort les Bonnets Rouges ?
- Y. O.
: Oui, les Bretons ressortent les Bonnets Rouges. Et on combat l'extrême-droite au pouvoir.

ABP : Le Front National est d'extrême droite ?
- Y. O.
: Oui, le Front National est d'extrême droite. Et si il prend le pouvoir d'une manière démocratique, son exercice ne le sera pas.

ABP : Vous décrivez une presse aux ordres.
- Y. O.
: Mais elle l'est déjà ! Elle est subventionnée. Il est une foule de sujets dont elle ne parle pas. Cette presse est très parisienne, tout ce qui vient de Bretagne est d'ailleurs rangé dans le registre du folklore.

ABP : Paul doute, à un moment.
- Y. O.
: Oui, quand il doit donner l'ordre d'attaquer Quimper occupé par les nouveaux bonnets rouges. C'est à ce moment que ses vieux souvenirs ressortent. Il est aussi partagé en deux, entre une haine farouche de ce que peut représenter son frère, mais aussi avec des liens d'amour très forts. Mais il représente l'ordre.

ABP : Yvon Ollivier, quels sont vos projets littéraires ?
- Y. O.
: Je travaille sur un essai, versant idéologique de ce roman. Nous devons mettre la diversité au service de l'intégration au lieu de la détruire. Comment peut se passer ce retournement  ? Il faut faire de la diversité un socle pour intégrer. Il faut prendre ce que les communautés ont de positif. Aujourd'hui, on n'est pas à l'abri du pire. D'ailleurs, écoutez l'actualité. Macron, c'est une bulle. Fillon s'accroche, mais va décrocher. Il faut donc envisager le pire pour qu'il ne se produise pas.

ABP : Quelques mots pour conclure ?
- Y. O.
: La Résistance, c'est un devoir. On résiste quand on ne peut plus se regarder dans la glace. La Résistance, en fait, c'est très égoïste. On ne résiste pas au nom de l'idéologie, mais quand l'idée que l'on se fait de soi vole en éclat. C'est une obligation, pas un choix. La Résistance, oui, c'est un devoir. C'est la leçon de l'Histoire. Regardez le combat de Goarnig Kozh (voir le site) . Par ailleurs, l'Histoire aurait-elle été la même si la société allemande avait plus résisté lors de la Nuit de Cristal ?
J'ai écrit ce livre pour faire réfléchir. Je recherchais une histoire simple. Houellebecq en a été un peu le déclencheur. Je voulais prendre le contre-pied total de "Soumission" (5), où un président musulman rend la France pacifiée, mais islamisée. La Résistance, c'est la société civile. En Bretagne, la Résistance, c'est les Bonnets Rouges.

ABP : Un livre optimiste ?
- Y. O.
: Oui. Les hommes sont capables de se relever. François Kerveguen a la force en lui, alors qui n'est pas exempt de tout reproche. Paul ne l'a pas. Lui qui est lisse.


Notes :

(1) Ollivier, Y. (2017). " Les Frères Kerveguen ". Fouesnant. éd. Yorann Embanner. 242 p. Sortie nationale vendredi 10 février 2017.
(voir le site) de l'éditeur

(2) Yvon Ollivier est magistrat, membre de l'Institut Culturel de Bretagne.

(3) Vallée des Saints à Carnoët : "Apprends-moi les mots qui réveillent un peuple, et j'irai, messager d'espérance, les redire à ma Bretagne endormie ". Ces mots de Yann-Ber Kalloc'h, cités par Philippe Abjean vendredi à Locarn, pourraient être les siens. (voir le site) et (voir ABP 20884)

(4) Voir le coup de gueule de Nolwenn Corbel : Nolwenn Korbell, une chanteuse talentueuse de langue bretonne qui compose et chante sur des thèmes contemporains, a prononcé samedi à Carhaix, lors de la remise de son Collier de l'Hermine dont elle est lauréate 2016 aux côtés de 3 hommes, un discours émouvant mettant des larmes aux yeux d'une foule de militants bretons engagés pour la sauvegarde d'une langue et d'un territoire ancestraux de plus en plus menacés. (voir ABP 40894)

(5) Houellebecq, Michel (2015). "Soumission". Paris : éd. Flammarion. 300 p. (voir le site)

Voir aussi une interview " au coin du feu " (voir le site) réalisée par Stéven O.

Bibliographie d'Yvon Ollivier :
- Ollivier Y. (2012). "La Désunion française, essai sur l'altérité au sein de la République", préface de Jean Ollivro. Paris. éd. L'Harmattan. 258 p.
La Désunion française est un essai sur l'altérité au sein de la République. L'auteur le présente ainsi : " Qu'en est-il de l'unité de la nation fondée sur l'assimilation des différences lorsque le modèle ne fonctionne plus et s'égare dans la stigmatisation des communautarismes ?" (voir ABP 26146)

- Ollivier Y. (2014). "La France comme si... Ou l'improbable réforme du système jacobin". Pornic. éd. Le temps éditeur, 276 p.
La France est un vieux mythomane qui ne craint rien tant que le réel. La réforme n'est pas simple pour la nation qui porte en ses fondations la négation de peuples et la ruine d'une diversité parmi les plus foisonnantes en Europe. Et si l'incapacité de la France à s'adapter à la mondialisation résultait de la crainte viscérale de se défaire ? (voir ABP 36479)

- Ollivier Y. (2015). "Gueule cassée, Lom ar Geol", Fouesnant. éd. Yorann Embanner. 216 p.
Après le front, durant la Guerre de 14, Lom ar Geol revient au pays. Lom est une de ces Gueules cassées. Avec son visage perdu, qui est-il vraiment ? Est-il lui encore même ? Yvon Ollivier (1), prend le prétexte du retour de Lom pour se poser les questions qui lui tiennent tant à coeur sur la déculturation, le rejet de l'autre, les rapports entre le Droit et l'Homme (Lom ?), tout ce que subissent la Bretagne et les Bretons face un état centralisateur, destructeur des différences et du respect de l'altérité. (voir ABP 34406)

- Ollivier Y. (2016). "Proella Le chant des âmes perdues". Fouesnant. éd. Yorann Embanner. 248 p.
Quand la légende arthurienne, avec le roi Artur soi-même, et le rituel ouessantin de la Proella se rencontrent, la plume devenue très agréable et limpide de Yvon Ollivier nous enchante. Son dernier opus, Proella, le chant des âmes perdues, nous a secoué. Les théories contre l'uniformisation et le softpower sont bien entendu présentes en permanence, en filigrane. (voir ABP 40417)

Voir aussi : Les frères Kerveguen, et si le pire nous attendait, lu et commenté par Jean Cévaër par Jean Cévaër

©agence bretagne presse

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a fait l'objet de 2041 lectures

Auteur de l'article :

Didier Lefebvre

Didier Lefebvre est correspondant ABP pour la Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

spered dieub
Vendredi 10 fevrier 2017

Comme lanceur d'alertes ,on ne peut pas mieux faire ,félicitations à l'auteur .

Léon-Paul Creton
Vendredi 10 fevrier 2017

Ce dilemme fratricide parfois, sinon souvent, bien des familles l’ont vraiment vécu dans les histoires dramatiques et coloniales et/ou révolutionnaires imposées à de nombreux pays. Pendant les guerres d’Espagne, d’Irlande, d’expansions soviétiques.

Ces drames familiaux ont été à la source de livres comme celui-ci, et je me demande si de telles histoires réelles ont existé en Bretagne ? Ou sont-elles restées dans l’ombre des familles bretonnes?…

De chants également. Pour ceux qui se rappellent et pour ceux qui ne l’ont jamais entendue il y celle, célèbre, de Jean Ferrat : "Maria … avait deux enfants, l’un était rouge et l’autre blanc… ", qui se tuèrent lors de la guerre d’Espagne.

De films notamment en Union Soviétique ; Films projetés au Festival des Minorité sur ce thème au début des années 80, je pense.

DIDIER LEFEBVRE, je trouve que dans l’interview d’ Yvon Ollivier les notions d’altérité, de diversité ne sont pas assez développées, éclaircies, pour moi seul bien entendu. Les réponses ressemblent un peu, au tout venant hexagonal franchouillard, du vivre ensemble soporifique. L’altérité des Bretons dans leur combat ? Ou un amalgame intellectuel, de toutes les identités diversifiées et multi-altérités qui, à mon avis peuvent être dans leurs intérêts propres contraires à ceux dudit combat ? Ou alors il ne veut ou n’ose pas aller plus loin dans ce livre. Plus tard peut-être ?

En émettant plusieurs analyses plus développées il faut en déduire _si possible_ les incidences en Bretagne qu’engendrerait chaque version/scénario. Non ? Comment en tirer profit.

L’irruption du FN et de Marine Le Pen et utilisé ou désigné comme le danger apocalyptique, peut donc être sans qu’ils l’aient obligatoirement voulu _ le « pivot révolutionnaire »_ qu’aucun autre parti, ne peut prétendre ni ne réalisera, aucun danger la dessus en dehors de la liquéfaction générale, car le "tous ensemble" ( le FN non compris) ne peut que nous assurer de la sombre continuité , même pas une lueur ténue au bout du tunnel interminable !...

…En sport de combat l’on apprend à utiliser la force de l’adversaire au bon moment et à bon escient, pour décupler la sienne !...

Á développer ?

Didier Lefebvre
Vendredi 10 fevrier 2017

@Léon-Paul Creton

Je vous remercie de m'interpeler ainsi. Effectivement, l'exercice de l'interview est un exercice très difficile, sûrement encore plus pour un amateur comme moi.

Je n'ai retranscrit que très mal la richesse des propos que m'a tenus Yvon Ollivier. Cette interview fut pour moi un moment très dense.

Mais lire le livre aussi, et je vous engage à vous l'acheter, à le lire et à partager votre enthousiasme.

Dès que seront résolus des problèmes techniques, et dès que notre agenda le permettra, nous ferons une interview filmée, et j'espère, Léon-Paul, qu'elle répondra mieux à vos attentes.

Léon-Paul Creton
Samedi 11 fevrier 2017

Didier Lefebvre, dans votre interview d’Y.O qui peut-être a été un peu différente de ce qui est délivré dans votre article, ce ne sont pas vos questions qui suscitent mes réflexions, mais bien les réponses d’Y.O. Donc bien sûr, le livre demande à être lu en entier.

Au contraire je pense que vos questions semblent plutôt vouloir "relocaliser" les réponses d’Y.O qui systématique les maintient sur la politique française, avec les inévitables analyses-fictions autour d’une possible arrivée au pouvoir du FN, le seul parti qui, depuis des dizaines d’années dégage de l’énergie. Que l’on peut estimer nocive, supputer qu’elle soit totalitaire, vouloir l’habiller de National-Socialisme. Oui mais ! Nous ne sommes pas en Germanie dans les fameuses années trente.

Le scénario choisi par Y.O est bien celui que construisent depuis des années et des années, non le FN, mais des partis, des associations, des élus qui tiennent les manettes, sur lesquelles ni Jean Marie, ni Marine, ni Marion et les autres du FN, n’ont posé le moindre petit doigt ! Qui donc est le Bouc Émissaire "pour un futur" supposé catastrophique ?

Et qui sont les Responsables depuis 1945, date à partir de laquelle, et après les événements vécus, auraient dû faire de la France une fédération de régions largement autonomes. Qui seraient sans doute beaucoup moins pauvres qu’elles ne le sont aujourd’hui et toujours capables par leurs dynamique impulsées depuis 70 ans de régler les problèmes de …LA FÉDÉRATION FRANÇAISE. Pour ne plus dire La France, et enfin entrer dans le futur et le progrès!

Au lieu de cela ils ont créé un système social aliénant socialement "intéressant", qui aujourd’hui plombé, endetté monstrueusement, disparaît, s’effrite, attaqué de toutes parts et rongé par les uns et les autres. L’on voit déjà les os du squelette !

En ce temps d’élections l’on peut s’interroger, plus qu’à l’ordinaire, sur le contenu des réponses de l’interview.

Et je ne travaille pas pour le FN ! Oh non ! Mais je me pose la question de son élection au sommet de l’état, s’il elle advient, s’il elle deviendrait une "opportunité" pour la Bretagne et les Breton ! Et comment dans ce cas, l’utiliser !!! ( :0)

Non que la réflexion d’Y.O ne soit pas pertinente…

Dans les réponses, qui sont peut-être différentes dans le livre, plus développées et plus ciblées sur la Bretagne et ses problématiques, la Bretagne et les Bretons ne seront peut-être pas qu’une composante dans une diversité, une altérité dans lesquelles il y aurait une équivalence _ou aucune différence …_ dans la manière d’être traitée. Pourtant, à travers ces réponses dans l’interview, le thème du livre aurait dû faire émerger davantage de réponses sur la situation bretonne et ses spécificité par rapport à « LA Diversité », à « L’Altérité » où un certain militantisme et …l’Amour du Prochain, les a maintenu dans un conformisme, une momification de la réflexion du/des Peuples !

Paul et François m’ont, là parus davantage comme supports de la trame du livre qui in-fine accuse et porte la critique et à la réflexion sur le « système » français. Mais il est plus que temps de dégager des pistes d’action pour et par les Bretons, qui leurs soient utiles, et au Pays!

Cette critique de ce système et de ses fonctionnements négatifs, il est toujours bon de les faire, car il naît toujours des « bébés »… Mais je pense qu’il y a en Bretagne suffisamment de femmes et d’hommes éveillés pour qu’enfin par l’action et non seulement mendier, quémander, espérer et attendre de cet état infirme, de plus en plus, une telle évolution nécessaire et humaine.

Faudra- t-il installer des « baïonnettes » sur chaque siège de toutes les Assemblées pour qu’enfin ils "acceptent" de voir que si l’on peut faire pas mal de chose avec, l’on ne peut s’asseoir dessus !

Reun Allain
Samedi 11 fevrier 2017

Sujet et trame de roman idéalement choisi et la sortie du livre tombe à pic dans un moment charnière de l’actualité. Il n’aura échappé à personne que l’actualité « brûlante » de cette semaine fut la désignation des causes de tous les déficits en France : C’est l’abandon de l’écotaxe, une faute du pouvoir qui n’avait pas su mâter les Bretons et leurs Bonnets rouges. Ça ne choque plus les Bretons, ils sont habitués à chaque fois que ça dysfonctionne quelque part en France c’est à cause des Bretons. C’est à cause de l’Armée de Bretagne qui n’avait pas tenu le front à Conlie que les Prussiens furent victorieux dans la guerre franco-prussienne en Janvier 1871. Même chose 75 ans plus tard à la Libération, des collaborateurs bretons furent bien mis en exergue et le bon peuple eut fini par ne retenir que la seule faute des Bretons. ( Littérature très abondante sur le sujet fournie pas la « Libre Pensée » reprise de bon cœur par la presse parisienne puis répercutée généreusement par notre bonne PQR).

Dans cette trame résumée du Roman, il y a une question que me taraude, pas une critique tant que je n’ai pas lu moi-même/ Il y a deux personnages et deux idéologies politiques qui ressortent de façon saillante: Le Bien et le Mal opposés. Paul le Soldat (Général deux étoiles) serait la méchant facho et Fañch serait le bon Bonnet-Rouge. Etant de ce côté-ci du miroir, le personnage de Fañch me va bien mais Paul n’est-il un peu trop caricaturé dans son costar militaire ? Equation du premier degré par association d’idées: militaire, uniforme, cheveux courts, skinhead donc facho.

Idem dans les partis en présence et le cataclysme annoncé avec l’arrivée du FN présentée sur le mode messianique comme l’apocalypse. Par contraste on a cette impression un peu désagréable dans une vision manichéenne que le bien est dans ce qui s’oppose au FN.

Ainsi se trouvent absous tous les partis républicains de l’extrême-gauche à la droite conventionnelle. On oublie par ce raccourci que quand une partie de la Gauche de l’Assemblée vote une loi pour un statut favorable à langue bretonne c’est une droite (dite non fasciste) du Sénat qui bloque. A l’inverse si d’aventure la droite propose une avancée (on peut rêver) soyons certains que la partie la « mieux pensante » à gauche (Mélenchon, PC ou ce que en reste, mais aussi la frange ultra-jacobine du PS ou des Radicaux de gauche jacobins par vocation) sera contre.

Qu’on aborde le sujet des langues comme celui de la réunification et plus généralement la dévolution des pouvoirs à de vraies régions historiques, le législateur français n’a jamais eu besoin des voix du FN pour s’y opposer. D’un point de vue breton ils font partie de ce même bloc idéologique.

Pour résumer, ce que je comprends à la lecture de cette présentation, est qu’un danger est désigné devant nous, ce qui hélas est toujours vrai quelle que soit la situation de départ. Mais il n’y a pas qu’un seul danger et si nous nous sentons aussi désarmés face à un avenir incertain c’est que les pouvoirs qui ont précédé sont les premiers coupables de nous y avoir conduit là où nous en sommes.

Didier Lefebvre
Samedi 11 fevrier 2017

@Reun Aliann

Il m'est très dur de faire une bonne critique d'un livre. Reun n'est pas le méchant facho. Il est tenant de l'ordre. C'est tout. Mais il doute, à un moment. Mais il a des souvenirs, souvent, mais il est quand même breton. Mais oui, il est de l'autre côté. Les Bonnets Rouges sont les gentils, oui, mais Fañch, j'ai dit qu'il était un peu dilettante. Ce n'est pas non plus le blanc chevalier.

La force du livre, c'est ce dialogue virtuel entre les deux, où l'on sent que quelque chose indéfinissable les unit. Ce quelque chose, c'est le sang breton, léonard, plus précisément, c'est le sang de leur mère.

Par ailleurs, le livre ne met pas en avant que la lutte contre le Front National, il décrit comment il est l'aboutissement logique, le paroxysme de ces politiques si jacobine, et anti-diversité, anti réalité, qui nous emmènent dans le mur.

Et donc votre conclusion est des plus pertinentes.

Jacques
Dimanche 12 fevrier 2017

A la lecture de l'article j'ai un peu de mal à comprendre, mais je veux bien qu'on m'explique.

Donc en quelques mots : le FN vient au pouvoir, c'est la catastrophe, le mal absolu et face à ce climat de détestation, les Bretons, les Bonnets Rouges entre en résistance....

Donc, le mal c'est le FN???

Parce que la négation de la Nation Bretonne depuis 1789, c'est le FN....

Parce que la privation de Démocratie bretonne, c'est le FN...!

Parce que le camp de concentration de Conlie, c'est le FN...

Parce que l'interdiction d'enseigner la langue bretonne, c'est le FN...

Parce que la violence faite à nos grands-parents quand ils étaient enfants, souvent monolingue breton, pour les obliger à changer de langue, c'est le FN...

Parce que la perte de 1 millions de locuteurs, le plus important ethnocide en Europe, c'est le FN...!

Parce la vision des Bretons collabos et des Français résistants, c'est le FN....!

Parce que la partition en 2 de la Bretagne et l'identité ligérienne des Nantais, c'est le FN....!

Parce que le refus de ratifier les textes sur les Droits Civiques et les Droits de l'Enfant, c'est le FN...!

Parce que le statut privée de Diwan et l'absence de Ministère Breton de l'Enseignement, c'est le FN...!

Parce que le refus de réunifier la Bretagne, de ratifier la Chartes sur les langues minorés, c'est le FN...!

Alors, si j'ai bien compris... En 2020, les Bretons vont se battre contre le mal (Princess Léïa et Luc Skywalker, contre Dark Vador) pour le retour de la République et sauver la France....!

Car si ce n'est pas pour un retour à la République et sauver la France, c'est quoi le projet de nos Bonnets Rouges????

L'indépendance comme en Ecosse et en Catalogne???

L'autonomie comme au Pays de Galles????

Ou tout simplement, ils n'ont rien à proposer à l'image du Mouvement Breton d'aujourd'hui... Ils sont justes des gueulards prêt à se faire récupérer par le premier qui les brossera dans le sens du poil!!! (façon Parti Socialiste depuis 60 ans...)

Et cela dans une Bretagne qui aura très certainement votée massivement pour ce FN. C'est à dire, qu'avant même de lutter contre le FN de France, la Bretagne sera en guerre civile contre elle-même...! (Les militants bretons contre la population...!)

En conclusion : J'ai l'impression que si le FN fait autant peur aux Bretons (enfin aux militants), c'est surtout parce qu'incapables de penser par eux-mêmes ils paniquent à l'idée de perdre ceux qui depuis tant d'années pensent pour eux....!

Mais je serai soulagé d'être contredit sur mon analyse!

yvon OLLIVIER
Dimanche 12 fevrier 2017

je comprends votre réflexion Mr Jacques. Nous sommes dans un univers jacobin qui repose sur la négation de notre peuple et de sa culture. C'est entendu! Je pense l'avoir suffisamment démontré dans mes essais précédents. L'unicité française nous étouffe. Moi je dis simplement que le Front national, c'est l'aboutissement logique de l'unicité française par l'évacuation brutale de ce que nous sommes : destruction de la Bretagne (plus de région), de sa langue, et l'interdiction des prénoms bretons puisque marine le pen appelle à rendre obligatoire le calendrier français (ce n'est qu'un exemple) . Il suffit d'écouter Marine Le pen depuis deux ans. Mais ce livre est une alerte face à la montée du souverainisme délirant (Mr Melanchon partage la même haine.) Quant à penser que le FN va triompher en Bretagne, c'est une autre histoire. Ce livre a aussi pour objet de rappeler aux Bretons certaines évidences. Il faut à tout pris pouvoir proposer une offre politique alternative et séduisante aux Bretons. Contrairement à ce que vous dites, Mr Jacques, les Bretons pensent par eux-mêmes ou à tout le moins s'efforcent de le faire. Ce livre en est peut-être une démonstration supplémentaire. Je ne me résigne pas n'être que le jouet de forces qui nous dépassent.

salutations bretonnes

Léon-Paul Creton
Dimanche 12 fevrier 2017

Il y a un an ou deux, sans aucune émotion ou conditionnement "parasites", j’ai facilement accepté de considérer que Jean-Marie LE PEN, et sa famille à sa suite, étaient d’abord les "productions" du « système » idéologique, éducatif, et de propagande français de toute une époque, qui peine à se remettre en question aujourd’hui !

Et donc que le regard, l’honnêteté …et l’intelligence dont les militants ou non sont tellement pourvus, ainsi que de l’ensemble des Bretons (au moins un max !) devaient, faire ou le tenter, le constat objectif des résultats auxquels pouvait aboutir l’administration des hommes, femmes et enfant soumis aux pratiques "civilisatrices" de cet état.

Système de faux-culs qui dans son évolution selon des intérêts politiques internes, tous crient depuis trente ans : Haro sur le Baudet, car il est maintenant malade de la peste. Il faut le tuer symboliquement, pas trop quand même il montre son utilité lors de bien des élections et dans la vie quotidienne des élus. comme le père.

Ce système est RESPONSABLE de ce destin, et je ne peux juger de quel niveau d’affaiblissement du libre arbitre de Jean Marie ce système serait également responsable, pour que celui-ci n’ait pu faire ce qui était nécessaire pour avoir eu une trajectoire différente ! Sans aucun doute il a fait ce pourquoi "ON" l’avait programmé !

Par la mort de son père durant la dernière guerre et enfant, il fut fait "Pupille de la Nation". J’ai eu dans l’enfance et l’adolescence un ami qui le fut aussi, pour les mêmes raisons, et qui intégra le Prytanée Militaire du Mans. Et quand il venait en vacance il arrivait dans un uniforme de coupe tout à fait militaire, et il se tenait avec une raideur et un maintien qui va avec…

JM Le Pen est : de France, plus que "d’extrême-droite", ce qui pour moi est un pléonasme, car en raison de l’attitude de la France à travers leurs œuvres les partis et les divers systèmes d’état en Bretagne, tous sont d’extrême-France !

JM Le Pen fait tout à fait le raccord avec le livre de Yvon Ollivier, il est ce Paul qui cependant n’a pas trouvé la "lumière" sur le chemin Damgan, et qui n’a pas eu d’un frère François _seulement des Français_ des leçons dans son enfance pour discuter et contredire la construction de ses certitudes, moquer peut-être ses attitudes et lui rabattre un peu le caractère…

Dommage qu’il ait été perdu _mais pas le seul_ pour un combat breton avec un bonnet rouge, égaré en et par la France ! Ainsi-soit-il ! ( :0). Mais par ce qu’il a reçu, bon gré mal gré, il est conforme au plan. Pour moi il est une victime emblématique, comme nous tous…à des degrés divers.

Jacques
Dimanche 12 fevrier 2017

@ Yvon Ollivier

Déjà, je vous remercie pour votre réponse.

Vous dites : "Moi je dis simplement que le Front national, c'est l'aboutissement logique...."

Je pense ce c'est là le point de divergence.

Le FN n'est en rien un point d'aboutissement mais simplement une autre forme de développement de l'idée initiale Républicaine.

Le problème de fond c'est la République qui est une idéologie totalitaire dans laquelle de Mussolini à Pol Pot nombre de personnes de ce type ne cachaient pas avoir puisé la base de leur pensée. La République certes ne tabasse plus les gens dans la rue, mais son idéologie contraire aux valeurs humaines continue à se répandre dans une banalité à laquelle la population ne prête plus attention.

Vous évoquez, l'interdiction des prénoms bretons (c'est Marion qui à dit cette bêtise) mais cette mesure existait pourtant bien avant l'ère Mitterrand et vous devez le savoir que l'évolution n'a été réalisée que pour satisfaire l'électorat musulman et certainement pas comme une mesure progressiste envers les Bretons.

Par contre, j'aurai préféré que vous me citez les exemples suivants :

La non ratification de l'Article 30 des Droits de l'Enfant,

La non ratification de l'Article 27 du Pacte International des Droits Civiques et Politiques...

Pourtant, c'est au nom de ces mesures que l'état refuse un Ministère de l'Enseignement de Bretagne, que Diwan est confiné dans un statut privé, que de nos municipalités bretonnes refusent de payer le forfait communale aux enfants apprenant le breton comme langue première.

(Ce qui constitue une violation majeure des valeurs occidentales et de l'ONU! Les plus acharnés étant les élus communistes et les socialistes, auxquels pourtant personnes n'a de difficulté à serrer la main...)

De fait, un enfant breton apprenant sa langue conformément à l'ensemble des enfants européens est considéré en Bretagne comme un citoyen de 2ème catégorie auquel la gratuité obligatoire de l'enseignement (article 28 du CIDE) ne s'applique pas!

Où est le FN dans cette horrible situation qui susciterait chez tout citoyen européen une désapprobation violente, mais qui chez nous est acceptée dans une terrifiante banalité!

Vous dites : "Contrairement à ce que vous dites, les Bretons pensent par eux-mêmes ou à tout le moins s'efforcent de le faire". Avez-vous remarqué que votre phrase même pas terminée vous atténuez votre affirmation?

Pouvez-vous me citer un seul territoire en Europe (ils sont nombreux) où la conscience populaire et le niveau de non démocratie est comparablement faible à ce que nous connaissons en Bretagne? (Une situation présente qui pourtant n'est en rien le reflet de notre histoire).

Même en Corse (composée à 60% de fonctionnaires, de gens payés par l'état) la question du FN ne se pose pas car la population a élu majoritairement les nationalistes... une situation comparable à l’Écosse, au Pays de Galles où à la Catalogne, pour ne citer qu'eux....!

Aujoud'hui, c'est la Corse qui propose aux Bretons de voter pour l'un de ses syndicats ouvriers nationalistes face aux syndicats jacobins (syndicats qui furent pour beaucoup à porter le bonnet rouge jusqu'au moment où leur centrale parisienne a ordonné la fin de la partie). Le silence sur cet événement est démonstratif : la "petite" Corse qui vient porter une assistance syndicale à la "grande" Bretagne!

Combien de personnes comme vous, d'artistes, de chef d'entreprise, de syndicalistes, de cadres, d'ouvriers, de militants, d'historiens, poussent et militent à la constitution d'un parti politique breton puissant qui à l'image du SNP ou des Nationalistes Corse serait en capacité à dialoguer avec les instances Républicaines. Le parti politique est pourtant la base du dialogue démocratique.

Pourtant le "Projet Bretagne" (initié par Jean Ollivro) est des plus construits mais seule une minorité de bretons en possède une vision tandis que l'immense majorité de la population n'en n'a nulle perception, pas plus que la population n'a la perception de la violation officielle par la République de leurs droits civiques.

Une absence de connaissance et de prise de conscience qui est unique et à l'inverse de l'ensemble des populations, peuples et nations sans état au sein de l'Union Européenne.

Alors le FN là dedans... un épiphénomène! (Un événement qui se surajoute à un phénomène sans exercer sur lui aucune influence)

Ceci dit, j'en profite de cet échange direct pour saluer vos ouvrages et votre engagement.

Un désaccord ponctuel ne change rien aux valeurs communes partagées.

Salutations Bretonnes

spered dieub
Dimanche 12 fevrier 2017

L'abime a une force d'attraction ....en tournant autour, on prend le risque de chuter dans ses profondeurs et de ne plus en sortir .

yvon Ollivier
Dimanche 12 fevrier 2017

La question de la nature du fn mérite certainement débat. Je pense que le FN , surtout s'il arrivait en situation de crise économique majeure, provoquerait un changement de gouvernance. Sous l'ère de l'unicité française, notre culture vivote, reçoit de modique subventions et bénéficie d'une protection assez dérisoire, on est d'accord. Mais le Fn ne s'embarrasserait pas de scrupule et n"hésiterait pas à dégager la région bretagne -seule instance à même de venir en aide à notre culture. Ils l'ont dit et sont capables de le faire. Un gouvernement dit républicain rechigne à prendre de tels risques et nous laisse encore prendre en charge ce que nous pouvons. IL y a un résilience bretonne assez extraordinaire, tout de même. Notre langue est en train de conquérir l'espace public, même à nantes, c'est quand même pas mal. Avec le FN tout serait jeté aux chiens. A partir de quand un pouvoir devient-il totalitaire? j'avoue que c'est une question complexe, puisque je soutiens, et je crois être le seul, que l'unicité française est déjà un principe juridique de nature totalitaire. Seulement, un régime républicain rechigne à aller jusqu'au bout de ce principe en réduisant le réel à sa mesure..Ensuite, s'agissant de l'engagement ou du désengagement des bretons, par rapport à la corse, nous sommes en retard. Et en même temps les esprits sont prêts, même s'il reste encore de vieux restes légitimistes (confere paul dans le roman).; Moi j'essaie d'être pragmatique, je ne suis comptable que de ce que je fais. D'où ce livre...

Jacques
Dimanche 12 fevrier 2017

@ Yvon Ollivier

"je soutiens, ... , que l'unicité française est déjà un principe juridique de nature totalitaire".

L'unicité est la base de l'idéologie de la République.

Neil Amstrong évoquait : un petit pas pour l'homme un grand pas pour l'humanité.

Il y a de ces petits pas dont la portée dépasse le simple principe physique.

"... et je crois être le seul...".

En tant que personne publique de votre niveau, non vous n'êtes pas le seul.... vous êtes le premier!

taddig
Samedi 18 fevrier 2017

J'ai apprécié ce livre de politique- fiction qui évite le piège du manichéisme. Par contre , je ne suis pas certain que bien que présenté comme une fiction , certains politiques cités y trouvent leur compte. Mais je ne suis pas inquiet , Maître.

Par contre , je suis surpris du nombre de fautes de frappe ( imprimerie) , voire même d'orthographe et de syntaxe; sans doute l'envie de sortir ce livre pendant la période des élections. BEVET BREIZH HAG A GALON!

Didier Lefebvre
Samedi 1 avril 2017

Je reçois ce courrier ; riche qu'il est, je le publie, sans toutefois citer son auteur, faute de son autorisation.

Mr Ollivier; je réponds ici à votre tribune de [presse concurrente, ndlr] ; ci-dessous une lettre envoyée il y a quelques temps aux responsables des partis Bretons... Vous voyez,la société Bretonne n'est pas sans réaction du moins je l espère Pierre-Jean COSQUER Kelenn Vihan 29 120 Kombrid Breizh europa a Mr Troadec Kombrid , 01 07 2017 Monsieur, Je pense depuis plusieurs années déjà que le concept de parti politique est néfaste pour la pensée de ses militants et de ses électeurs. Au fur et à mesure de son vieillissement, son organisation humaine se crispe sur les enjeux du pouvoir, ses idées se ferment au débat ,le parti se ferme à la démocratie ; il substitue à son débat d’idée, une propagande qui fait loi en son sein. Ainsi, les électeurs, convaincus de faire le bon choix ne pensent plus vraiment par eux-mêmes, ils suivent les idées du parti et à leurs tours, s’éloignent du débat démocratique…L’acceptation d’autres idées devient difficile et les clivages s’installent. Je crois aussi que l’être humain possède deux capacités majeures ; celle de vivre seul pour créer, réfléchir, se reposer … et celle de vivre en communauté par équilibre affectif social, amical, amoureux etc. Les idéologies ont récupéré, qui la capacité de vivre seul, qui celle de vivre en communauté. L’idéologie de droite s’est emparée de la vie individuelle et en a fait une vie individualiste et consumériste. Sur le besoin de vie en communauté, l’idéologie de gauche a construit une pensée unique où l’individu n’existe pas. L’une et l’autre sont malhonnêtes et propagandistes… puisqu’elles ne tiennent pas compte de l’être humain mais l’ont, chacune, remplacé par un ersatz bien diminué. Les gens qui ne votent plus ont probablement compris eux aussi, à leurs manières, que les partis politiques sont plus préoccupés d’eux-mêmes que de la population, ils ont probablement compris aussi que les partis politiques ne permettent pas la démocratie. Et, au fur et à mesure que l’information se démultiplie, l’influence des partis diminue; la méfiance, la critique et le désaveux s’installent…Voter en France est devenu, de mon point de vu, un acte de cautionnement d’un système néfaste totalement verrouillé, d’où les non votes. *** Mais, au lendemain d’une annonce du front national sur l’avenir dramatique réservé aux régions il me semble utile d’écrire à ceux, qui de mon point de vue, représentent la Bretagne comme une région et peut-être comme une nation d’avenir. Aujourd’hui, ne pas voter peut amener demain le FN à diriger …Alors que faire ? Si mon opinion sur la logique des parties est négative, je pense toutefois, puisque votre parti n’est pas au pouvoir, qu’il vous est encore possible de trouver avec le concours des autres partis une « vérité commune» et, aussi ténue soit-elle , que vous pouvez dans cette « intersection politique » tenter de replacer au centre des débats, l’être humain dans toutes ses dimensions et aujourd’hui, particulièrement, l’avenir de la Bretagne. C’est cette partie ténue qui m’intéresse. L’annonce du FN est une véritable menace pour la survie des régions et celle de la Bretagne en particulier. Cette menace sort de l’ombre et s’étale en grand, aux yeux de tous les Bretons, comme aux yeux des Français d’ailleurs…Vous êtes déjà engagés sur ce combat au sein de vos partis, sans aucun doute. Mais vous avez-là un combat commun à mener et une « vérité commune » à trouver. Aujourd’hui, vos divergences ne peuvent plus prendre place dans vos actes politiques. Nombre de Bretons attendent une attitude cohérente ; soit l’expression d’une solidarité effective pour ne pas dire sincère (à l’image de ce qu’a pu connaître Karaez lors du deuxième rassemblement des Bonnets rouges) , et des actes concrets dans lesquels transparaissent la réalité de la Bretagne, son identité et son avenir… Je crois que votre devoir est de vous rassembler afin que nous puissions tous faire barrage à ce qui risque de se passer… C’est à vous Madame Ollivro , Monsieur Troadec, Monsieur Berthelot, Monsieur Deleon , Monsieur Caouissin et tout autre…de répondre à cette demande… Elle reste celle que chaque Bretonne, chaque Breton conscient du danger, pourrait vous faire et qui aujourd’hui tombe sous le sens en ce qu’il est important de constituer une réelle force politique pour défendre les intérêts de la Bretagne. Aussi, Ne pourriez-vous pas Faire un communiqué de presse commun ! Vous avez plus de chance d’être publiés et de toucher plus largement les consciences. Que sera demain si le FN l’emporte ? Avez-vous l’intention de contactez vos homologues, dans d’autres régions et au-delà peut-être ? Ne pensez-vous pas prendre dates, à l’étranger, de la réalité Bretonne, auprès des instances internationales, de la presse étrangère… Ne pensez-vous pas Agir ensemble, en exprimant ce que nous ne voulons surtout pas… Et tout ce que vous êtes en capacité d’imaginer pour le bien de la Bretagne… Les femmes et hommes épris de Bretagne, de liberté et de démocratie ont besoin que vous soyez UNIS…Et que vous preniez en défaut une fois au moins , ou plus si vous vous accordez, l’analyse de Simone Weil à l’égard des partis politiques quand elle écrit : « Les partis sont des organismes publiquement, officiellement constitués de manière à tuer dans les âmes le sens de la vérité et de la justice » Simone Weil, note sur la suppression générale des partis politiques. Seul niverusoc’h ! seul grenvoc’h ! Lettre expédiée à Mr Berthelot, Madame Olivro, Mr Deleon, Mr Couissin.

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !
Attention : A cause des spammeurs et des publicités non-sollicitées ou de la simple propagande, les liens (URL) ne sont pas autorisés dans les commentaires.

Publicités et partenariat

pub