Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
La mairie de La Remaudière en Loire-Atlantique.
La mairie de La Remaudière en Loire-Atlantique.
Alan-Erwan Coraud au fest noz Muscadet de <i>Bretagne Plus</i> à Saint-Julien-de-Concelles le 8 mars 2008 veille des élections municipales.
Alan-Erwan Coraud au fest noz Muscadet de Bretagne Plus à Saint-Julien-de-Concelles le 8 mars 2008 veille des élections municipales.
L'Invitation au Sénat. Cliquer pour agrandir.
L'Invitation au Sénat. Cliquer pour agrandir.
- Communiqué de presse -
Aux confins de la Bretagne, un maire breton irréductible : Alan Coraud
Alan-Erwan Coraud, maire - depuis mars dernier - de La Remaudière dans le Vignoble nantais, a été invité, comme tous les maires de Loire-Atlantique, à une réception au Sénat le 17 novembre, par les sénateurs de Loire-Atlantique. Il a préféré la langue bretonne aux dorures sénatoriales.
Maryvonne Cadiou pour ABP le 1/11/08 19:33

La Langue bretonne plutôt que dorures sénatoriales.

Alan-Erwan Coraud, maire – depuis mars dernier – de La Remaudière dans le Vignoble nantais, a été invité, comme tous les maires de Loire-Atlantique, à une réception au Sénat le 17 novembre, par les sénateurs de Loire-Atlantique à l'occasion du congrès des Maires de France.

La réponse officielle de Alan-Erwan Coraud aux sénateurs est d'abord en breton : “Trugarez med n'eo ket possubl evidon rag me e vin e staj brezhoneg”. Puis traduite en partie : “Merci, mais je serai en stage de breton.” (Voir photo).

Alan-Erwan Coraud ajoute : « Me reviennent les paroles de Glenmor :
“Dieu me damne si pour briller sous les dorures des palais parisiens il me fallait renier le paysan que fut mon père”. En l'actualisant : “...s'il me fallait renier ma langue que tous les Bretons doivent faire revivre” »
.


Le père d'Alan-Erwan Coraud – Julian Coraud – a monté la Bibliothèque nationale de Bretagne Ker Arvor en 1947. Le fils est un militant breton depuis longtemps. Il dirige avec son épouse une agence de communication spécialisée dans le tourisme. Il gère aussi un domaine viticole dans l'est du Vignoble nantais. Alan-Erwan s'est toujours battu pour que le Muscadet soit reconnu comme vin breton, puisque pour lui aussi, la Loire-Atlantique est en Bretagne.

L'appellation Vin Breton étant sinon interdite, du moins non reconnue, Alan a contourné le problème en indiquant Vin celtique sur ses étiquettes – qui sont bilingues breton-français – et en y ajoutant un triskell doré du plus bel effet.

Élu maire de sa commune en mars dernier, il s'est empressé de mettre le Gwenn ha Du au fronton de la mairie. Le conseil municipal a voté par 14 voix pour et une contre.


Maryvonne Cadiou

À noter que Presse Océan, quelques jours plus tard, s'est évidemment inspiré de notre article : (voir le site) Sans rancune, PO, du moment que la bonne info circule !

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 4569 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Voir tous les articles de de Maryvonne Cadiou
Vos 14 commentaires
Hazo Nétanel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bravo au maire de la Remaudière pour cette réponse pertinente à l'invitation des sénateurs Français. J'ai eu l'occasion de rencontrer Alan-Erwann Coraud et son père(un infatigable lettré), et de déguster son excellent muscadet lors d'une réunion des Bretons de l'extérieur et comme l'on dit en hébreu: yichar coah! Kenavo shalom.
(0) 

Kévin Lesage Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bravo.
(0) 

Claude Nadeau Le Mardi 31 août 2010 23:27
Je salue l'idée "de base" de ce courageux maire bretonnant.
Je souligne toutefois deux choses, dans un souci d'efficacité pour la cause que nous avons tous à coeur:
- par définition, le Sénat est "La maison des collectivités territoriales"; par conséquent, il n'est nul endroit de la République où les Régions sont plus légitimes. Ce n'est ni le Palais de l'Elysée, ni Versailles, ni le Conseil d'Etat. Je me permets de mentionner que plusieurs fois à ce titre le Sénat a accueilli des manifestations bretonnes, avec musique, binious, débats, confrontations, et tout. Ce qui m'amène à un 2e point :
- plutôt que de briller par notre absence, en se drapant dans notre intégrité, ne vaudrait-il pas mieux, au contraire, que les militants soient présents partout où on peut espérer faire bouger les choses? Sun Tzu, dans l'Art de la guerre, disait déjà : va chez ton ennemi, vis comme lui, mange sa nourriture, apprends ce qu'il est, et alors tu le vaincras avec ses propres armes.
C'est ce que nous nous attelons à faire à Diwan Paris depuis cinq ans.
Lorsqu'il aura terminé son stage de breton, j'espère que notre courageux maire se fera un point d'honneur de réunir tous ses collègues maires de Loire-Atlantique convaincus de la cause bretonne afin qu'ils aillent tous ensemble s'infiltrer dans les institutions de la République pour faire avancer nos idées.
(0) 

Claude Nadeau Le Mardi 31 août 2010 23:27
Au fait c'est faux que rien dans les textes ne définit la position des drapeaux... il ne faut pas écrire n'importe quoi sur ABP, c'est vachement lu quand même...
Lorsque le Maire de Paris est venu en visite officielle à diwan Paris, et que le Conseil Régional nous avait offert les drapeaux de l'europe, de la France et un Gwen-ha-du pour pavoiser à cette occasion, nous avons fait plancher nos deux avocats sur la question, et la position des drapeaux dépend tout simplement de la hiérarchie des entités : la plus grosse à gauche et la plus petite à droite. Ex : Europe, pays, conseil régional, département, ville. Si exceptionnellement une manifestation ouvre la porte à un pays invité d'honneur, le drapeau de l'invité d'honneur se place à droite pour le spectateur, soit à gauche (côté du coeur) de l'éventuel orateur invité (diplomate ou autre).
Petite fantaisie : le drapeau de la ville de Paris existe bien, mais ne se pavoise pas. C'est l'usage, Paris étant ville-capitale; le joli drapeau avec le bateau (fluctuat nec mergitur...) cèdant le pas à la banière tricolore.
Les positions des drapeaux dépendent de règles protocolaires très strictes respectées partout dans la diplomatie internationale. Quand je travaillais en Ambassade - et les Bretons de l'ONU pourront vous dire la même chose!- une position de drapeau erronnée, voulue ou pas, pouvait tourner en incident diplomatique...!
Merci pour cet article.
(0) 

Bonnet Fulup Le Mardi 31 août 2010 23:27
C'est bien Alan bonne continuation Kenavo Fulup Bonnet
(0) 

David Yvinec-Dunlop Le Mardi 31 août 2010 23:27
Vive l'irréductible Breton. J'aimerais pouvoir gouter de sa potion magique =)
(0) 

Louis Melennec Le Mardi 31 août 2010 23:27
Monsieur le Maire,
Vous êtes un exemple dans notre univers de lâcheté. Votre action peut être contagieuse, et faire honte aux carriéristes de tous poils, aux "collabos" qui ont renié leurs origines, et qui nous font honte, chaque jour de notre vie.
Savent-ils à quel degré d'indignité ils sont descendus ???
Dr MELENNEC, Ex-Consultant près le Médiateur de la République française.
(0) 

Padrig Ar Boufantig Le Mardi 31 août 2010 23:27
Gourc'hemennoù deoc'h !!! Bevet Breizh !! Félicitation à vous !!! Vive la Bretagne!!
(0) 

LE GOFF Yves-Alain Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bravo Alan-Erwan pour avoir mis le drapeau breton sur le fronton de votre mairie. Cela change du manque de courage de certains maires de Loire-Atlantique mais surtout de ceux qui affichent le drapeau de la région fantôche des Pays de la Loire.
(0) 

jean-yves Harnois Le Mardi 31 août 2010 23:27
excellent monsieur le maire, donnez donc la recette de cette potion à tous les élus de LOIRE ATLANTIQUE
(0) 

michel jan Le Mardi 31 août 2010 23:27
...bravo !!!
(0) 

PRIGENT Michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Kenan de Kermadec, involontairement je suppose, émet un "bémol" sur l'excellente initiative de A.E.Coraud en présentant son "sondage" sur les habitants de la commune qui ne se ""sentent pa bretons pour un sou". Et pourtant, la majorité de ces habitants qui n'ignoraient pas sa "bretonnitude" succédant à celle de son père, l'a élu...Chercher l'erreur ? A partir de ce "constat personnel", Mr Kermadec envisage tout de go de modifier les contours de la Bretagne. Dans ce cas, mon "constat personnel" serait que la Mayenne est désireuse d'intégrer la Bretagne si j'en juge par la résistance qu'elle a opposé, en 1972, à intégrer la "région" PdL. La Mayenne voulait mordicus rester dans le giron rennais, et seule la menace de la suppression des subventions l'a contrainte à se soumettre. Mr De Kermadec doit appartenir à l'opposition municipale ?!
(0) 

Padrig Ar Boufantig Le Mardi 31 août 2010 23:27
Bevet Kerravaot !!! / Vive La Remaudière !!! Kalon Vat Alan !!!
(0) 

Albert Amory-Hayer Le Mardi 31 août 2010 23:27
Juste une petite précision historique sur la "bretonité" de cette commune:
"Le territoire de La Remaudière est réuni au début du XIe siècle à la baronnie de Champtoceaux en Anjou. En 1224, le roi de France Louis VIII, offre le territoire en récompense au duc de Mauclerc, duc de Bretagne à condition que ce territoire garde les us et coutumes d'Anjou."
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons