Autonomie de la Corse : le processus reprend
Communiqué de presse de François Alfonsi

Publié le 11/07/22 23:12 -- mis à jour le 12/07/22 09:10

La parenthèse électorale du « processus de négociation à vocation historique » acté en mars 2022 dans le compte rendu du voyage en Corse du Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin alors que les manifestations de colère suite à l’assassinat en prison d’Yvan Colonna battaient leur plein, s’est fermée la semaine dernière. D’ici fin juillet les choses auront enfin avancé.

Premier temps, le 7 juillet : le discours de politique générale de la nouvelle Premier Ministre Elisabeth Borne devant l’Assemblée Nationale contient un passage traitant de la Corse. Le lendemain, 8 juillet, a lieu la première rencontre depuis les élections entre Gérald Darmanin, confirmé Ministre de l’Intérieur, et Gilles Simeoni, place Beauvau, avec deux annonces : réunion officielle des représentants de la Corse et du gouvernement le 20 juillet à Paris, puis venue du Ministre pour un voyage officiel en Corse quelques jours plus tard.

On en saura plus à l’issue de ce premier cycle de contacts.

Seul propos officiel à cette heure, celui de la Première Ministre lors de son discours d’investiture : « En Corse, le cycle des discussions engagées avec les élus et les forces vives sera relancé dans les prochains jours. Il doit aboutir à des solutions concrètes pour tous les Corses et notamment la jeunesse : des solutions concrètes pour le travail, pour le logement, pour la transition écologique, pour le développement économique et la sécurité. Nous sommes prêts à ouvrir tous les sujets, y compris institutionnels. A les discuter en transparence, dans un esprit constructif et responsable. Mais ne cédons pas à la facilité, répondons au cas par cas à ce qui bloque ou dysfonctionne. »

On en ressent d’emblée les limites : pas de reprise du mot « autonomie » qui avait marqué la visite en Corse de Gérald Darmanin en mars dernier, et recentrage sur la panoplie classique des « solutions concrètes » que l’Etat veut substituer au débat institutionnel de fond, dans une énumération qui élude notoirement les aspects culturels, langue et identité corses. La porte n’est pas totalement fermée, et le gouvernement par la voix de son chef devant le Parlement, est prêt « à ouvrir tous les sujets, y compris institutionnels », mais cette ouverture est assortie de bien des réserves : « dans un esprit constructif et responsable », « sans céder à la facilité », « en répondant au cas par cas ». On aura compris à ce message plutôt étriqué que Mme Elisabeth Borne n’est pas seulement une « techno », elle est aussi, très probablement, issue du versant jacobin de l’Etat

Aussitôt après, Gérald Darmanin a rencontré Gilles Simeoni pour fixer le calendrier immédiat du processus de dialogue, puis il a pris la parole dans le quotidien Le Monde pour essentiellement faire passer le message d’un nouvel élan dans la lutte anti-mafia sur l’île, répondant ainsi aux appels lancés sur l’île.

Tous ces prémices sont mitigés : le dialogue va avoir lieu, mais le niveau de contenu proposé semble tiré vers le bas par la Première Ministre, dont on sait cependant qu’elle ne maîtrise pas directement le dossier qui est « managé » directement par l’Elysée en lien avec Gérald Darmanin. Les rendez-vous de juillet seront donc très importants pour y voir enfin un peu plus clair.

Si un accord entre le gouvernement et les élus corses peut être trouvé, cela ne pourra être sans un volet institutionnel fort qui inclura nécessairement une réforme de la Constitution. On passera alors à la phase deux du processus, qui devra dégager une majorité qualifiée nécessaire au vote des dispositions nouvelles retenues.

Pour cela trois axes sont à travailler dès maintenant, comme cela a été fait à Strasbourg ce mercredi, en présence de Gilles Simeoni et de plus de vingt députés européens qui ont répondu à l’invitation de la Conférence sur l’Avenir de la Corse en Europe :

- L’axe insulaire et l’apparentement avec les réformes demandées dans d’autres îles françaises, Réunion, Guadeloupe, Martinique, etc..

- Le « droit commun européen » qui, dans les principaux pays, banalise l’autonomie comme solution institutionnelle aux situations spécifiques ;

- La nécessité de « faire campagne » auprès de l’opinion publique française afin de désarmer les réflexes jacobins qui se sont forgés au long de son Histoire.

Les députés présents étaient PS, Verts, LFI et même de Renew, le parti d’Emmanuel Macron. Ils pourront contribuer à faire évoluer les esprits et à favoriser, le jour venu, les convergences nécessaires entre majorité et opposition pour faire voter le Statut d’Autonomie de la Corse.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Ce communiqué est paru sur François Alfonsi

Voir aussi :

2  0  
mailbox
imprimer
logo
Membre de Femu a Corsica et préside depuis 2014 l'Alliance libre européenne (ALE). Élu une première fois député européen le 7 juin 2009, Il est de nouveau élu député européen le 26 mai 2019, sur la liste Europe Écologie Les Verts.
Vos 3 commentaires
  Loeiz
  le Mardi 12 juillet 2022 10:45
En effet, la Corse devra faire campagne pour faire évoluer la mentalité française, où l'endoctrinement jacobin est extrêmement fort, beaucoup de gens "normaux" (en opposition aux sectaires jacobins) ont tendance à penser que la Corse ne peut être autonome car elle ne vit que grâce aux aides de Paris, ils oublient que l'Alsace est naturellement liée à l'Allemagne, que Nantes c'est la Bretagne depuis 1000 ans, ils seront choqués que la Catalogne ou le Pays Basque puissent être des nations, vu qu'il y a une frontière au milieu...
Et pourtant c'est juste un modèle de pensée qu'on leur a imposé, puisqu'ils seront en faveur de l'indépendance du Kosovo, du Tibet, du Kurdistan pour les plus cultivés, voire même de l'écosse...
Donc oui la Corse a un rôle a joué pour son avenir et pour l'avenir des différents peuples de France. Elle est à la fois insulaire et métropolitaine, peut s'appuyer sur l'évolution des outre mers et inspirer les continentaux.
(1) 
  TY JEAN
  le Dimanche 17 juillet 2022 11:07
j'ai regardé sur LCP samedi 9/7 le documentaire en 2 parties sur la Corse:
" Corse-France toute une histoire.L'intégration et la contestation".J'ai trouvé ce documentaire intéressant et sans
jacobinisme.Pas difficile pour un breton de ne pas y voir de similitudes avec la Bretagne:
trahison des notables, de la famille Bonaparte,hussards noirs chargés d'éradiquer la langue etc...
(0) 
  Alain E. VALLÉE
  le Dimanche 24 juillet 2022 18:44
Le pouvoir central sera tenté de fourguer une partie de son énorme dette aux régions en échange de leur autonomie. Oui mais à quel prix ?
Cet aspect du débat est crucial mais c'est lui dont on parle le moins et que l'on cache sans doute assez mal derrière le terme "institutionnel". Vulgairement, le débat pourrait devenir : Combien voulez-vous payer pour l'inéluctable autonomie que vous revendiquez ? Les régions les mieux disantes pourraient même être servies en premier !
Mais le sujet n'est pas là car une fois de plus, ce serait diviser pour encore et plus régner !
En revanche, c'est d'une réforme institutionnelle globale dont la France a besoin. Pas d'une multiplicité de négociations avec autant de régions souvent artificielles. Il serait plus simple et efficace de généraliser le système des autonomies légitimes selon le modèle de nos voisins.
Pour commencer et en attendant plus et mieux : transformer le Sénat en une sorte de Bundesrat sinon l'élire dans chaque région (la Bretagne étant préalablement réunie après équitable réparation des dettes : une partie de celle des PdeL pour la Loire Atlantique devant être reprise par la Bretagne.) au suffrage universel direct, serait particulièrement opportun. On y verrait la volonté du pouvoir central à refonder les institutions du pays.
AV
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.