Autant mettre la pétition des 105.000 à la poubelle !

-- La réunification --

Reportage
Par Didier Lefebvre

Publié le 6/12/20 11:27 -- mis à jour le 06/12/20 20:32

Deux ans après le déni démocratie du CD44, Bretagne Réunie se rappelle à leur bon souvenir. Une douzaine de dirigeants de Bretagne Réunie sont venus mettre à la poubelle symboliquement des papiers, représentant les 105.000 signataires de Loire-Atlantique qui ont été bafoués

Le visuel (création BR) est téléchargeable au bas de l’article.

Il y a deux ans, Bretagne Réunie réussissait. BR déposait fièrement la pétition ayant réuni 105.000 habitants de Loire-Atlantique demandant au CD44 d’organiser une consultation dans le département sur la possibilité pour L-A de rejoindre la région administrative Bretagne.

Un cadre juridique clair

Rappelons-nous, la loi Nôtre offrait la possibilité aux départements, jusqu’au 31 mars, de demander à changer de région administrative. Ensuite restait encore un long parcours du combattant, avec le « droit de véto » de la région PdL, mais un premier pas marquant et engageant aurait été franchi. Convaincu que le CD44 ne le ferait pas de lui-même, BR a alors utilisé un article de la Constitution permettant à 10 % de la population d’une circonscription administrative (ici le département) à pétitionner et donc à imposer aux élus à se prononcer clairement sur l’objet de cette pétition.

Jamais la pétition n’a évoqué une question de référendum, infaisable constitutionnellement

C’est pourtant le choix qu’a fait P. Grosvalet, faisant voter par sa majorité socialiste un vœu demandant à l’État de l’organiser.

Le déni de démocratie est flagrant. Quelques mois avant les élections départementales, les électeurs de Loire-Atlantique doivent savoir comment se sont positionnés leurs conseillers départementaux.

La réponse est là (page 6, mais tout est lisible)

Document PDF 51342-petitionpoubelle.pdf mise à la poubelle des 105.000 signature par le CD44. Source : Bretagne Réunie
Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Didier Lefebvre est correspondant ABP pour la Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

Alan-Erwan Coraud
Dimanche 6 décembre 2020

Merci pour cet article qui informe sur notre action à Bretagne Réunie. Sur le lien "La réponse est là (page 6, mais tout est lisible) " on peut voir la carte du département et le vote de ses conseillers départementaux à partir d'un débat faussé, manipulé par Grosvalet le président du CD44. Très utile de lire la lettre de Grosvalet qui justifie l'injustifiable en entretenant la confusion tout en en appelant à la"nation tout entière". Ce nationaliste français par confort carriériste a dévoilé son hostilité à la Bretagne et à la communauté bretonne tout entière. Il faudra s'en souvenir aux prochaines élections départementales.

Jacques Lafaille
Dimanche 6 décembre 2020

Le courrier de l’unité 95 dont le lien est donné plus haut mentionne un recours devant le tribunal administratif, car on oublie souvent de le dire, mais en plus d’être méprisant, le refus de Grosvalet d’inscrire à l’ordre du jour la consultation n’était tout simplement pas légal.

Depuis, pas de nouvelles de BR... Ce recours a-t-il eu lieu ?

Petillon p
Lundi 7 décembre 2020

Nous constatons que la majorité des élus a voté contre et cela peu importe les étiquettes... Mais ce sont uniquement des représentants de partis politiques français, il n'y a aucun élu "régionaliste" au CD44, donc pas la peine de s'étonner du résultat !

Par ailleurs, Grosvalet s'est abstenu comme beaucoup d'élus PSF... Quel courage politique ! Incapables qu'ils sont d'assumer leur décision. Ou peut-être veulent ils garder entre ouverte la porte à des négociations avec des partis plus "régionalistes" ?!? ????

Moi ce qui me surprend toujours, c'est de voir des militants de la cause bretonne continuer à voter ces partis français ou promouvoir les représentants de ceux ci en Bretagne... Alors que ces derniers ne comprennent que le rapport de force.

Anne Merrien
Lundi 7 décembre 2020

Le CD44 ne s'est pas contenté d'oublier d'inscrire l'objet précis de la pétition à son ordre du jour. On ne peut que constater, dans cet extrême sud de la Bretagne, une méconnaissance du fonctionnement de la République :

- Le CD44 a écrit au Président et au Gouvernement. Il a complètement snobé le Parlement qui est pourtant, de par la Constitution, le seul maître du découpage territorial. Le droit d'option est d'ailleurs une invention du Parlement.

- Le CD44 a réclamé un référendum local qui n'existe pas dans la Constitution (et en particulier sur ce sujet des limites territoriales). Seule une consultation (consultative) est possible, que les pétitionnaires avaient raisonnablement demandé. Cette demande éperdue de référendum sévit toujours dans les milieux bretons, mais c'est au mieux un abus de langage (au pire, je ne sais pas).

- Le CD44 a justifié le refus d'une simple consultation par le sort réservé à celle sur NDDL. Or le Parlement n'est en rien responsable de l'abandon de l'aéroport...

- Le CD44 a voulu étendre son vrai-faux référendum aux départements voisins, se livrant ainsi à une ingérence contraire au Code général des Collectivités locales. Pour la même raison, le fameux droit de veto des PdlL ne tiendrait pas la route.

jakez Lheritier de St Nazer
Mardi 8 décembre 2020

Présenter des candidats -d'entente bretonne-aux élections départementales de 2021.

En référence avec les sondages,les pétitions,etc...

Sur St Nazer Est -canton de P Grosvalet -Pdt du conseil départemental.

On en parle avec qui ?

Rafig du Pays de Retz
Mardi 8 décembre 2020

Votes du CD44 en défaveur de la Réunification ou abstention d’esquive.

Mais des choses positives dans "les Marches de Bretagne" :

2 pour à Machecoul + 1 pour à Pornic

2 pour à Châteaubirant.

Page 7 : Le oui assez massif pour le référendum est suspect et confirme le piège de cette approche démocratique (en apparence). Car avec cet option la question nous échappe et risque de créer de la division chez les bretons.

François
Mardi 8 décembre 2020

Manipulation, mépris de l'avis des105 000 signataires de la pétition. Tout en n'étant pas hors-la-loi.

Déni de démocratie donc : on ne vote pas sur un tel sujet sans avoir l'opinion du million d'électeurs du 44.

Le 1er vote sur le droit d'option: 62 élus représentés : pour : 13 voix/ Contre : 30 voix /Abstentions : 15 / Non votants : 4. Il montre l'obéissance des élus socialistes à leur parti , majoritaires au CD44.

Mais aussi l'incertitude de plus de la moitié des autres élus. 13+15+4

Le 2ème vote : sur un Vœu préparé, rédigé par le groupe socialiste.: 55 pour sur 61 votants montre le souhait des élus de consulter la population tout en restant aux commandes avec un référendum sur 2 régions. Et un flou sur les autres modalités.

La même méthode, plus discrète, a été employée par le maire de Saint-Nazaire pour faire voter le copier-coller du vœu du CD 44 par son conseil municipal en décembre 2019. L'attitude détachée du maire n'était qu'un faux-semblant : il a proposé le Vœu au vote, le mois suivant celui de l'interpellation citoyenne réussie avec succès concernant « La pleine reconnaissance de l’identité bretonne de St Nazaire » 

Tancer régulièrement monsieur Grosvalet afin que les habitants du 44 soient au courant de ses méthodes expéditives ?

Difficulté cependant avec la présence d'une nouvelle association issue de BR – (dirigeants de cette nouvelle association arrivés fin 2017, plus d'an après le début de la pétition) , qui doit tout à BR.

Le parti breton l'a fait remarquer le 11 octobre dernier à Nantes «  Si nous sommes là c'est grâce à Bretagne Réunie »

Cette association est favorable au Vœu du référendum CD44. Elle a organisé avec Breiz civic Lab la journée du 11 octobre à Nantes avec élus et associations. Reviendra-t-elle sur ses choix ? Difficile d'y croire : Tout en prenant la défense des 105 000 signataires, elle aussi, elle félicite monsieur Grosvalet en ce qui concerne son Vœu pour un référendum sur 2 régions sans en connaître les détails. Voeu qui bafoue la demande de la pétition des 105 000 signataires. Une médiation est-elle possible ?

Loïc K
Jeudi 10 décembre 2020

Didier Lefebvre fait le point sur les suites de la pétition des 100 000. Je l'en remercie car depuis un an l'association était muette. Du moins c'est mon ressenti.

Bretagne Réunie doit maintenant expliquer sa position, aux élus nantais et à ceux de la Bretagne administrative, ainsi qu'aux associations qui ont soutenu sa pétition .des 105 000.

En effet, à entendre certaines déclarations d'élus nantais on peut se poser des questions ! Son travail ne serait-il pas utilisé à d'autres fins qu'une consultation en vue d'une réunification des 5 départements bretons?

- La Ville de Nantes par sa maire et son 1er adjoint indiquent :

« Ne pas répondre à une pétition de 105 000 signataires contribue à la crise démocratique ».

- Le 1er adjoint complète :

«  Un débat pour éclairer les parties prenantes et un voeu aura lieu à la Mairie de Nantes »

Par ailleurs cet adjoint a clairement indiqué qu'il était pour la fusion des 2 régions Bretagne et PDL

Le Ville de Nantes ne risque-t-elle pas de voter comme le conseil municipal de Saint-Nazaire, c'est-à-dire le Voeu du CD44 ?

P Grosvalet de son côté, rappelant que la pétition de plus de 100.000 signatures est " historique et considérable" déclare que « La L-A. sera signataire d’une demande de référendum ». Dans son Voeu, de décembre 2018 c'est sur deux régions;

Bretagne Réunie, en premier, doit réagir rapidement près des associations et des élus qui voient les dangers d'un référendum organisé par des opposants à la Bretagne à cinq départements.

Notons que la réunification ne signifie aucunement l'arrêt des échanges de qualité que la Bretagne du 44 réalise avec les départements voisins du 85, 49,72, 53 et ne signe pas le déclin de Nantes comme semble le penser le 1er adjoint nantais. Affirmer son identité n'est pas une faiblesse.

Anne Merrien
Jeudi 10 décembre 2020

Certains cherchent à travestir la pétition pour la réunification, en pétition pour la fusion.

C'est se moquer du monde.

Franck pays nantais
Jeudi 10 décembre 2020

Normalement, le Gwenn Ha Du flottera bientôt sur une entrée de l'Hôtel de Ville de Nantes . Un bon point. Espérons qu'une manifestation ait lieu plus tard. Et que la signification de ce drapeau soit expliquée à la population nantaise. Si c'est le rayonnement de Nantes qui intéresse les adjoints nantais ils expliqueront que Nantes a rayonné comme capitale du duché de Bretagne.

Océan et Loire. Nantes a commercé par la mer vers les pays proches ou lointains. Par la Loire, les canaux, vers le centre de la France jusqu'à Paris distribuant : le sel indispensable autrefois pour la conservation des aliments, mais aussi les produits venant des Amériques sucre, tabac, café , cacao, épices...durant la période de la traite des africains. Elle a rayonné ensuite par son industrie : constructions navales et autres.

Maintenant. Elle rayonne : comme « ville accueillante » sans vouloir regarder, quand on continue à l'être, les conséquences pour les nantais. Elle rayonne par sa « culture » et attend son « Héron » peut-être pour y grimper si le nouveau CHU prend l'eau.

Depuis deux jours les policiers nantais, sirènes en marche, hurlent leur désarroi

Le nouveau préfet constate enfin « que c'est  une ville qui est sur une mauvaise pente »

Notons que le précédent préfet vient de partir. Il venait d'être condamné par le tribunal administratif de Nantes pour avoir levé l' interdiction d’épandre des pesticides en bordure de certains points d'eau. Résultat « un linéaire important de cours d’eau précédemment protégé ne bénéficiait plus d’aucune protection » source Eaux et rivières de Bretagne.

Le 44 -le pays nantais-- est breton maritime et ligérien. La Loire est soumise aux marées jusqu'à Ancenis et son château des Marches Ses repères sont là. Cela ne peut pas se réinventer.

Rafig
Vendredi 11 décembre 2020

suite aux écrit de Loïc K :

- Soyons vigilant car la Maire de Nantes est la digne héritière de sieur Ayrault et manœuvre pour sa propre carrière, puis pour l'idéologie jacobine (anti--peuple) et son parti le PS. Le peuple n'a que peu d'importance pour ce personnel politique.

Les pièges à éviter :

- un référendum organiser par le CG 44 seul, sans les asso Bzh.

- Une modification des limites régionales sans se baser sur les travaux de la Commission dite Balladur en 2009 = Bretagne 5 deprtms, Val-de-Loire (49+53+72+centre)

- Une fusion B4 + PDL dans le dos de 9 millions de citoyens !

Pascal Lafargue
Vendredi 11 décembre 2020

Je viens de lire un article du Telegramme signe par Philippe Crehange. Voici comment il qualifie notre drapeau : "un morceau de tissu noir et blanc". Et si l'on doutait encore de son mepris a notre endroit, voici encore : "[...] les partisans de la Bretagne a cinq departements [...] ne manqueront pas de sortir pour l'occasion bombardes et binious."

Loïc K
Vendredi 11 décembre 2020

Oui certains sont vigilants. Mais Et ce qui devait arrivé, arrive aujourd'hui.11 décembre 2020

Voir l'article ouest France du 11/12/. C'est une autre association « A la bretonne » qui parle au nom de Bretagne Réunie.!

Vous avez la démonstration aujourd’hui de la fourberie du PS nantais. Voir le site de Ouest-France. C'est une autre association « A la bretonne » qui parle au nom de Bretagne Réunie....

Bretagne Réunie a peiné avec des taupes en son sein pendant la pétition et ensuite. Après une AG salutaire Bretagne Réunie doit enfin faire éclater la vérité, rien que la vérité et toute la vérité.

 : Ce ne sont pas les dirigeants de BR qui parlent pour un référendum décisionnaire

: usurpation d'identité !

EXTRAITS de OF

(voir le site)

la grande satisfaction des militants bretons, notamment ceux de Bretagne réunie, qui « félicitent Johanna Rolland pour la mise en œuvre de cet engagement du programme électoral pour lequel les Nantais ont voté en juin dernier. Les citoyens ont besoin de symboles, celui-ci est fédérateur et enthousiasmant, considèrent-ils. Le Gwenn ha du porte des valeurs aujourd’hui essentielles : la convivialité, l’échange, la solidarité, l’ancrage local et l’ouverture sur le monde.

En l’occurrence, ils lui demandent d’intercéder auprès de l’État pour organiser un référendum en Loire-Atlantique sur la réunification du département avec la région Bretagne. Et veulent aussi l’ouverture d’un débat public sur le sujet et la création, par la Ville, « d’une instance pérenne rassemblant toutes les parties prenantes pour définir avec l’État les modalités de ce référendum en Loire-Atlantique »

Au même moment, le 17 décembre, rappelle Bretagne réunie, le conseil régional de Bretagne sera en session : « Nous invitons l’ensemble des élus régionaux à s’exprimer publiquement afin que la Ville de Nantes soit représentée lors de la première session du conseil régional de 2021, puis des suivantes. »

Anne Merrien
Samedi 12 décembre 2020

Confondre consultation et référendum, c'est un abus de langage qui participe à la crise démocratique. Ainsi, des gens ont cru que l'aéroport de NDDL se ferait.

Pas de référendum de ce genre sans changement préalable (et radical) de la Constitution.

Ceux qui parlent de référendum ne parlent pas au nom de BR.

Lesur
Samedi 12 décembre 2020

doublement surprenant :

des gens, organisés en association différente de BR, c'est leur droit, mais qui osent parler au nom de BR, et disent deux fois n'importe quoi : d'une part, ils mélangent à profit consultation et referendum, d'autre part, ils osent s'approprier la pétition, dont seule BR est détentrice. Et ils font l'amalgame publiquement !

Je viens de lire que la mairie de Nantes pavoiserait notre GhD, fruit d'un combat depuis des années. Trop loin pour moi y aller hélas.

Certes, on a un adjoint aux "affaires bretonnes" depuis la nouvelle municipalité, mais n'oublions pas de dire que le combat pour ce GhD remonte à longtemps. La vistoire ne s'est pas faite en 6 mois !

Les ami.es, soyez présent.es le 17 décembre à 11h00 à la mairie.

Au fait, qui fera les discours ? Johanna Rolland ? l'adjoint en charge du dossier ? Mais dans les invités : BR ? Par ailleurs, ALB sera-t-elle invitée ? Y aura-t-il des invités du CG44 ? du CR PDL ? du CR B4 ?

A suivre...

Loïk K
Samedi 12 décembre 2020

Pour Alb at le CR des Pdl ? ll y a des invités du côté du CD4 du CR de Bretagne .

En tout cas merci- à moitié cependant- à Ouest-France. Le quotidien n'a pas changé, ni retiré, son article erroné de l'édition du 11-12 sur le net.

Cependant, dans le journal papier -édition de Nantes de ce jour- la version est tout- à-fait acceptable :

"'jeudi 17 septembre à 11h Johanna Rolland hissera le Gwenn ha Du, drapeau de la Bretagne, depuis la cour d'honneur de la mairie de Nantes.

Une promesse de la maire. A la grande satisfaction des militants bretons, ceux notamment de Bretagne Réunie »

Frank pays nantais
Samedi 12 décembre 2020

Le 17 décembre prochain "Il" flottera sur la mairie de Nantes. Un grand jour.

« Il » c'est évidemment le Gwenn ha Du. La joie est grande chez les partisans de la Bretagne à 5 départements.

Un bémol : la politique sera là aussi. Une étape suivante est envisagée par la mairie et l'association A la bretonne proche des élus nantais : à savoir un référendum sur la Loire-Atlantique. voir (voir le site)

Souci : le 1er adjoint est favorable à la fusion des 2 régions Bretagne et PDL, le président du CD 44 aussi – en passant, ajoutons le maire de Saint-Nazaire.

Le fait d'être présent cautionnera t-il la mise en place d'un référendum, aux modalités floues pour l'instant ?

le PS soutiendrait le projet de réunification de Bretagne Réunie porté à bout de bras par cette association, depuis des années. En particulier récemment avec la pétition des 105 000. Pourquoi pas?

Mais prudence d'abord, Bretagne Réunie demande une consultation et non un référendum comme base de réflexion. Avant ou après une loi promulguant la possibilité de changement de Région.

Des échanges sont prévus le 17 décembre. Espérons que les partisans d'une consultation, pourront s'exprimer, expliquer.

Muichka
Dimanche 13 décembre 2020

Super !

Des années de combat récompensées. Mais attention, n'y aurait-il pas un piège ?

J'ai souvenir avoir lu, il y a longtemps, que Johanna Rolland le pavoiserait pour affirmer le passé culturel breton de Nantes, mais ceci dans le cadre de la fusion des deux régions.

Yannick
Lundi 14 décembre 2020

Alors ce bouillant adjoint aux enjeux bretons n'aurait-il pas été pris au piège, entre les deux tours des municipales nantaises, lors de la négociation entre son parti "les Verts" et le parti socialiste ?

D'où ses révérences rapides avec "Alabretonne", son association, devant la maire de Nantes, puis de suite devant le président du conseil départemental de Loire-Atlantique. Tout de même, de là à s'associer avec des partisans de la fusion des deux Régions, Pays de la Loire et Bretagne. C'est un peu fort.

Muichka
Lundi 14 décembre 2020

@Yannick

si on obtient d'une façon définitive le GhD dans la cour d'Honneur, c'est un bien. Réjouissons-nous.

Le "bouillonnant" comme vous l'écrivez, claquera vite la porte, car les élus de Nantes sont embarqués dans des négociations nationales pour la présidentielle . Et, ça risque de fouetter dur, ça commence d'ailleurs, entre PS et Verts.

En attendant, ce qui est pris n'est plus à prendre.

Juste souhaiter que le GhD soit pavoisé partout sur tous les établissements de municipaux de Nantes (mairie annexes...)

Yannick
Mercredi 16 décembre 2020

Tout à fait Muichka. Les nantais et les touristes vont comprendre : Gwenn ha Du sur la Mairie de Nantes. deux drapeaux bretons nantais sur sa façade moderne. Soixante mètres plus bas, sur le quai des 50 otages.un Gwenn ha Du Et un peu pus loin, un autre sur le Conseil départemental.

Cependant en fond de tableau de la montée du drapeau breton, l'idée d'obtenir un consensus pour un référendum sur la réunification était là. Pas joli tout cela.

Au vu des remarques le voeu pour ce référendum est repoussé à un peu pus tard.

Au niveau départemental Philippe Grosvalet tend les bras aux Verts :" plus aucune artificialisation des sols" a-t-il déclaré. Ira-t-il plus loin aussi en ce qui concerne la Réunification?

Alan-Erwan Coraud
Mardi 22 décembre 2020

Réponse à Jacques Lafaille :

Désolé pour cette réponse tardive de la coprésidence de Bretagne Réunie. En effet, la procédure est en cours. Les avocats de Bretagne Réunie étudient les conclusions de l'avocat du CD 44. Nous ne lâchons rien contre ce déni violent de démocratie. Particulièrement violent pour les 105 000 pétitionnaires et pour les centaines de militants de Bretagne Réunie qui ont dépensé une énergie folle à faire signer ces pétitions sur papier comme exigé par la législation. A Galon

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.