Élections européennes 2014 : l'UDB présentera une liste d'ouverture

-- Politique --

Communiqué de presse de Union Démocratique Bretonne / Unvaniezh Demokratel Breizh
Porte-parole: Nil Caouissin

Publié le 1/03/14 20:37 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Communiqué de l'Union Démocratique Bretonne du 28 février 2014

Kemennadenn Unvaniezh Demokratel Breizh d'an 28 a viz C'hwevrer 2014

Les élections européennes sont un rendez-vous politique qui a toujours compté pour l'Union démocratique bretonne (UDB), membre de la fédération Régions et Peuples Solidaires (R&PS) au niveau français et de l'Alliance libre européenne (ALE), qui compte 9 députés européens.

Aujourd'hui, l'Europe politique est dans une crise profonde car elle est en perte de sens, l'idéal européen est menacé par le règne du libéralisme financier alors que le chômage et la pauvreté progressent sur notre continent. Le retour des égoïsmes nationaux alimente les nationalismes agressifs et la xénophobie. Cette déliquescence de l'Europe est inacceptable car elle est mortelle pour nos démocraties.

L'UDB a toujours défendu une Europe au service des peuples, une Europe fédérale, qui laisse de côté les égoïsmes des vieux Etats-Nations pour regrouper des peuples et des régions solidaires les uns des autres.

Aujourd'hui, pour la première fois, l'UDB décide de porter elle-même cette vision de l'Europe devant les électeurs. La liste dont elle prend l'initiative sera ouverte à plus de 50 % à des sensibilités politiques et des personnalités extérieures à l'UDB qui partagent notre vision de l'avenir de l'Union européenne, de la France et de la Bretagne.

En Bretagne, les enjeux européens et régionaux sont étroitement liés. C'est dans ce contexte fait de craintes et d'espoirs que s'affirme en Bretagne la revendication du « vivre, travailler et décider en Bretagne », reprenant un slogan lancé par l'UDB dès 1970. Dans beaucoup de territoires en France mais en Bretagne tout particulièrement, les enjeux européens et régionaux sont étroitement liés. L'obtention d'une gestion par les Régions des fonds structurels européens (FEDER, FEADER, une part du FSE, le FEAMP par délégation de compétence de l'Etat), une revendication portée par l'UDB depuis plus de vingt ans et enfin satisfaite, est une première victoire qui doit en appeler d'autres.

L'UDB veut une Europe solidaire au plan fiscal et social. Notre liste, résolument pro-européenne, sera critique sur les institutions européennes telles qu'elles fonctionnent actuellement. Il n'est pas acceptable que le Marché commun ne s'accompagne pas de règles fiscales et sociales communes. En France certains partis politiques ont fait le choix du marché commun sans la solidarité fiscale et sociale qui doit l'accompagner, nous, nous voulons une économie au service des peuples.

« Décider en Bretagne » pour « mieux d'Europe » : les deux enjeux sont étroitement liés. C'est pourquoi nous voulons aussi que notre liste permette aux Bretonnes et aux Bretons d'adresser au gouvernement français un message fort, alors que la loi de régionalisation sera en préparation.

L'UDB mettra en ligne ses propositions dans les jours à venir, et fera connaître le nom de sa tête de liste début avril. Un comité de soutien est ouvert afin de permettre à toutes les bonnes volontés d'apporter leur aide.

Pour tout contact : Bretons pour une Europe solidaire

2014 [at] bretons-pour-une-europe-solidaire.eu • 02 96 61 48 63 • 4 rue Menou 44000 Nantes

(voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 1 commentaires
Pierrick MORIN
2014-04-21 17:12:40
Prise de la Tour de Bretagne par l'UDB
(voir le site)
likez, partagez, diffusez cette opération "haute en couleurs"
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.