Arthur et David. Bretons et Juifs sous l'occupation, livre de Yves Mervin

-- Histoire de Bretagne --

Interview
Par Philippe Argouarch

Publié le 10/11/11 20:16 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Yann Fouéré a sauvé des Juifs. Papon en a envoyé des milliers, y compris des enfants, à la mort. Mitterrand a reçu la francisque du maréchal Pétain et a écrit pendant la guerre dans une revue anti-sémite des choses comme : «Si la France ne veut pas mourir dans cette boue-là, il faut que les derniers Français dignes de ce nom déclarent une guerre sans merci à tous ceux qui, à l'intérieur comme à l'extérieur, se préparent à lui ouvrir les écluses : juifs, maçons, communistes... toujours les mêmes et tous gaullistes». (Signé François Mitterrand dans «France, revue de l’État nouveau», n°5, de décembre 1942 réédité in «Politique», 1977).

Papon deviendra ministre de l'Intérieur après la guerre et Mitterrand devint président de la Ve République, quant à Yann Fouéré et Roparz Hémon, deux nationalistes bretons de la même génération, ils seront un temps condamnés à mort pour 100 fois moins que cela.

Le double standard, qui en 1947 avait été dénoncé par une commission galloise venue enquêter en Bretagne, est analysé par Yves Mervin dans son livre sorti aux Éditions Yoran Embanner à l'occasion du Festival du livre en Bretagne 2011 à Carhaix. La conclusion est sans appel : La France a profité de la Libération pour se débarrasser du mouvement nationaliste breton.

Arthur et David : Bretons et Juifs sous l'Occupation, Yves Mervin, Fouesnant, Yoran Embanner, 2011.

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2598 lectures.
mailbox imprimer