Arrêts maladie EDF en appel à la justice pour assurer la sécurité nucléaire

-- Environnement --

Chronique de Klapez
Porte-parole: Patrick Quéméner

Publié le 16/06/09 4:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Rajout du 17.6.9:

Après l’appel au secours à la justice, l’EDF procède désormais à des « réquisitions » sous menaces de sanctions disciplinaires envers les grévistes FO et CGT. Le prétexte de sous production et l’alarmisme de l’EDF n’aurait pas de justification en réalité.

A en juger par l'analyse de l'équilibre de l'offre et la demande réalisé par RTE, et selon les informations publiées ce jour par les Échos. RTE indique que la production disponible en France pour l’été 2009, devrait suffire à couvrir la consommation d'électricité, sauf en cas de catastrophe climatique et caniculaire.

Le grand souci de la direction de l’EDF est surtout d’étouffer le plus vite possible ce conflit social, juste le temps de sa campagne publicitaire qui prend effet ce jour par le lancement de son emprunt à 1 milliards en direction des particuliers. 1 Milliard d’emprunt pour des investissements sur le territoire national nous dit-on ! Pour une dette de 30 milliards connue à ce jour et pour des achats douteux et externalisés ! Ces 30 Mds, qu’ils oublient de rappeler aux candidats à l’achat de ces actions à 1000 euros pièces.

------------------------------------------------------

Depuis plusieurs semaines déjà, la contestation fermente dure à l'EDF, les syndicats réclamant des hausses de salaires de 5%, et dans le même temps l'entreprise EDF, celle-là même qui est victime de son plein gré des agissements « secrets » de ses services de sécurité, fait appel aux magistrats, en référé svp, pour faire revenir au boulot tous les agents EDF qui seraient en arrêts maladie non justifiés.

Ainsi va, la sécurité dans les centrales nucléaires Françaises, ou quand les malades du stress et des potentielles contaminations, sont accusés par leur direction d'être des tireurs aux flancs, ou plus prosaïquement, sont classifiés par ces dirigeants électro-surprenants, de fainéants !

Au lieu de faire face et preuve de responsabilité, de prendre les bonnes mesures et de remplacer les absents, des techniciens et ouvriers qui sont certainement disponibles dans les effectifs « satellites » de cette multinationale d'Etat. Ceux qui opèrent depuis de très longues années déjà dans ce secteur hautement stratégique ! Un genre nouveau de spécialistes du nucléaire, de ces nomades ouvriers « jumpers » qui plongent ainsi dans le cœur de nos réacteurs, des intermittents du rendement qui sont en proportion grandissante, un mode de management plus qu'inquiétant. En effet plus de 50% du personnel qui œuvre en maintenance dans les centrales nucléaires françaises, est issu, soit de l'intérim ou d'entreprises sous-traitantes au producteur d'énergie nucléaire et de ses travers.

Comment le Tribunal de Grande Instance de Bobigny (voir article de La Tribune, réf en fin de papier) , pourra-t-il faire justice ? En a-t-il d'ailleurs la compétence ? A gérer les arrêts maladie du personnel de cette entreprise gravement malade elle, non pas de ses absents, mais surtout de par ses investissements absolument ahurissants.

Il aura suffit que le gouvernement ressorte encore pour la énième fois ce canular à malades imaginaires, à vouloir nous faire croire que les quelques « profiteurs » du système CPAM, seraient les responsables du déficit de près de 20 milliards d'euros cette année, et pour que l'EDF s'enfonce dans la brèche ! De la connivence gouvernementale basée sur des arguments populistes et idiots, indigne de notre capacité à penser deux fois de rang.

Gadonneix, rappelons le, a quant à lui depuis l'année passée, creusé la dette de l'EDF à hauteur de 30 milliards d'euros en acquisitions de machineries usagées et dangereuses. Qu'il a été capable, ce grand malade, de faire perdre près de 50% de la valeur boursière de l'EDF ! Sans compter les manques de financements pour les démantèlements. Une dette exorbitante, qui doit à tout prix être épongée à la fin de cet exercice 2009, sinon à retrouver l'EDF à la dernière place du palmarès des agences de notation et de classement. C'est tellement vrai, que ce patron électronucléaire, a du revendre une part de British Energie 6 mois après l'avoir acquise, une vente à perte, bien entendu ! D'ailleurs, il est dit que son patron écolo-caméléon, et pour le récompenser de tous ces bons résultats, a l'intention de le gratifier d'un autre mandat.

Quel est le Tribunal, et en référé svp, qui pourra juger de cet aspect financier en déficit publique et bien réel, puis de condamner ce PDG aux travaux forcés à perpétuité. Et par exemple, dans les travaux de surveillance pour l'éternité des tonnes et des tonnes de déchets toxiques radioactifs, qu'il aura participé à faire grossir en stocks.

En attendant la décision du Tribunal du 26 juin, espérons que rien ne ce passe de grave dans les centrales nucléaires françaises, car elles aussi, sont loin d'être déficitaires en risques atomiques cataclysmiques.

Et après ?

Pour Klapez, PK

Un p'tit accompagnement vidéo en souvenir de douteuses acquisitions et autres fuites à tritium. Du parfum de synthèse odeur de rose utilisé pour détecter les trous dans le béton de l'enceinte du réacteur de Brennilis. Lien pour 1.43 mn :

(voir le site)

Pour cette fois, pas de médaillon...un format trop grand pour l'intégrer à la mise en page. Désolé pour ce petit dérangement.

---------------------------------------------------------------------

NOTE:

C'est une dépêche parue sur La Tribune le 15.06.09 qui nous a inspiré cet article. Le titre et un très court extrait :

EDF saisit la justice face aux arrêts de travail dans ses centrales

[…/…l'entreprise «a saisi en référé le juge du tribunal de grande instance de Bobigny…//… . en péril l'équilibre du système électrique, avec un risque de coupures d'électricité»….//… ]

-------------------------------------------------------------------------------

PS et rectificatif:

Contrairement à ce que nous indiqions plus haut , ce n'est pas 50% des travaux qui sont réalisés par les sous traitants , mais 80%. Chiffre issu d'une enquète menée par Médiapart, dont ci-après un très court extrait:

[...//...• Pour économiser encore, le groupe a augmenté massivement le recours à la sous-traitance. Même si celle-ci a toujours existé, sa présence atteint un niveau incroyable : 80% des tâches sont désormais sous-traitées à l'extérieur, chiffre confirmé par le rapport sur la sûreté nucléaire. Ce qui dans un secteur à extrême intensité capitalistique paraît dérisoire. Car ce ne sont pas les frais de personnel qui représentent le plus de charges. ...//...]

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1038 lectures.
mailbox imprimer