Appel au soutien de l'ABP, votre média breton indépendant

-- Media et Internet --

Éditorial
Par Philippe Argouarch

Publié le 7/03/17 16:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Comme tous les ans au mois de mars, et ceci depuis dix ans, nous faisons appel à la générosité des lecteurs pour solliciter des dons et renouveler les abonnements à la newsletter. On marche comme ça. Les fonds récoltés servent à couvrir des frais d'équipements, de bureautique, d'utilitaires et de logiciels informatiques et de déplacement pour un fonctionnement a minima car nous n'avons pas de salariés. Tous les rédacteurs ABP sont bénévoles et je maintiens le site web bénévolement.

Encore une année difficile

L'année 2016 a été pour la Bretagne un peu moins désastreuse que 2015 même s'il faut déplorer que les cours des produits agricoles ne soient pas vraiment remontés pour permettre à tous les agriculteurs de vivre de leur travail . Par ailleurs, le tourisme continue de baisser (baisse de 5% en 2015, baisse de 2,7% en 2016) selon les chiffres du Comité régional du tourisme.

Finalement, la promesse d'un parc éolien offshore en baie de St-Brieuc, un investissement de 2,5 milliards d'euros, créateur d'au moins 2 000 emplois, devient de plus en plus incertaine au vu de nouveaux délais, du rachat d'AREVA MARINE (Adven) par Siemens et du changement de plan sur la taille des éoliennes. L'enquête publique a toutefois donné un avis favorable en janvier dernier. La mise en service a été repoussée à 2020.

Si le problème des algues vertes sur nos plages semble se stabiliser et serait même en recul, d'autres menaces contre notre environnement sont apparues en 2016 : la loi littorale qui protège nos côtes du bétonnage serait menacée et tout ceci alors même que la côte est de plus en plus érodée par la montée du niveau de la mer avec le réchauffement climatique -- sans parler de conditions météorologiques de plus en plus extrêmes (voir les 14 tempêtes en 2014-2015). Notre sous-sol serait aussi menacé par les nouvelles mines trop peu respectueuses de l'environnement.

La nouvelle économie du numérique n'avance pas vraiment malgré les efforts de Charles Kergaravat et de Sébastien Le Corfec, d'AREVA et maintenant de CANON Bretagne, pour promouvoir et encadrer les start-up. Certes, des douzaines de start-up ont vu le jour, en particulier à Nantes, Rennes et Brest mais aucun fleuron de niveau international générateur de milliers d'emplois comme aux USA n’a encore vu le jour en Bretagne et il reste à prouver qu'une telle réussite resterait chez nous si l'écosystème qui doit accompagner leur développement n'existe pas vraiment.

La réunification administrative n'est dans aucun des programmes des candidats aux élections présidentielles. La désastreuse réforme régionale de 2016 n'est pas dans les débats. Pire, la candidate du Front National a affirmé qu'élue, elle supprimerait les régions administratives. Il resterait certes une Bretagne virtuelle, la Bretagne historique, sans aucune ambiguïté administrative, mais aussi sans aucun aspect institutionnel. Sans parler de la recentralisation extrême qui irait avec ce programme.

Les mesures vexatoires contre la langue bretonne continuent. Dernièrement, les préfets se sont assurés, par des décisions préfectorales, que les regroupements de communes, avec des noms pourtant bien bretons, aient toutes des noms bien français. La débretonnisation continue.

Quant au candidat régionaliste Christian Troadec, porteur des espoirs de nombreux militants bretons, de gauche comme de droite, il a dû abandonner car il ne pouvait avoir les 500 signatures nécessaires pour se présenter aux présidentielles. Le système a encore été plus verrouillé cette fois-ci avec la publication obligatoire des parrainages des élus qui peuvent alors subir le chantage aux subventions et aux postes par les partis qui alternent au pouvoir.

Alors quoi ?

Rien n'est perdu ? Si les noms Bretagne et Bretons sont toujours présents dans notre vocabulaire, rien n'est moins sûr sur la durée. Ces appellations-mêmes risquent de disparaître. Le nom Bretagne peut disparaître comme a disparu celui d'Etrusquie... L'État pousse d'ailleurs le mot Grand-Ouest partout où il peut. Il n'y a que les historiens qui savent que Toscane veut dire le pays des Etrusques. Il n'y a plus d'Etrusques depuis belle lurette, juste des Italiens. Peut-on imaginer qu'un jour il n'y aura plus de Bretons, juste des Français ou même autre chose ? Tout est possible.

Dans ce contexte de plus en plus noir, ABP doit continuer son travail d'information. C'est une question de respect envers nos ancêtres, et de respect envers nous-mêmes. Nous devons être têtus et ne jamais abandonner ce combat pour nos droits politiques et culturels. Un combat de justes. Nous sommes dans le camp des justes et du droit international !

Parce que nous sommes indépendants et non-subventionnés, nous avons besoin de votre soutien. Vos dons assurent un fonctionnement a minima pour nous et un abonnement à la newsletter pour vous.

Il y a 13 ans, ABP était seule à côté de la presse dite régionale et du mensuel Armor, disparu depuis plusieurs années. Certes, aujourd'hui, il y a une demi-douzaine de pure players sur le créneau breton mais la newsletter de l'ABP va profiter de cet enrichissement pour vous apporter les titres des autres ! Nous avons commencé à les intégrer dans une sorte d'agrégateur afin de vous les communiquer tous les soirs avec les liens correspondants.

Pour ceux qui sont sur facebook et qui penseraient qu'ils n'ont pas besoin de la newsletter, nous rappelons que, même en vous abonnant à la page facebook agence-b-presse, vous ne recevez que 7% en moyenne de ce qui est annoncé sur la page. C'est facebook via un algorithme, à lui, qui décide si nos news vous conviennent ou pas.

Donc voilà

(voir le site) pour faire un don et bénéficier d'un abonnement à la newsletter pour un an ou pour le renouveler.

Tous les gestes comptent, même les plus petits

Merci.

Le fondateur d'ABP

Philippe Argouarch

mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner