Appel à la création d'un front breton

-- Politique --

Des élections arrivent. Cette année ce sont les municipales et en 2021 ce sont les élections régionales. Les acteurs les plus fédérateurs du mouvement breton lancent déjà des appels pour une démonstration de force avant cette échéance et pour présenter un front unitaire lors de l'élection.

Plusieurs intervenants lors du colloque de Vannes avec les représentants de la FUEN samedi dernier ont dénoncé l'échec de la région en ce qui concerne le sauvetage de la langue bretonne, parmi eux Yannig Baron, Yves Le Bahy, Jean-Claude le Ruyet et même les linguistes Albert Dalgalian et Attila Dabis. La politique linguistique de la région Bretagne est un naufrage, avec 3 % d’enfants scolarisés en filière bilingue contre 50% pour les Basques du nord. Nous sommes de loin les plus mauvais élèves en la matière faute de volonté politique, comme en atteste la part dérisoire du budget régional consacré à nos langues. Selon le classement de l'UNESCO pour les langues, un classement qui va de 1 à 6, le breton est classé cinq, c'est à dire «en danger d'extinction». Le 6 étant pour les langues «extinctes».

Le juriste et écrivain Yvon Ollivier a proposé samedi une grande manifestation unitaire qui devra rassembler au moins 40 000 Bretonnes et Bretons, et de préférence plus. Elle aurait lieu en juin ou en septembre 2020 dans un lieu qui reste a définir. Interpellée samedi dernier à Vannes, la centaine de personnes présente au colloque a réagi positivement. Pas une voix ne s’est exprimée contre ce projet.

Il est temps de relever la tête. Il n’est plus possible de faire le dos rond, de regarder ailleurs, de cultiver le fatalisme ou l’inaction politique__Yvon Ollivier

Certaines voix commencent à s’élever aussi pour appeler au rassemblement de l’ensemble des forces sociétales et culturelles en Bretagne, afin de présenter aux suffrages des Bretons, une liste unitaire, seule susceptible d’avoir le poids politique nécessaire face au pouvoir central et tous les partis clients. Les états-majors parisiens de ces partis ne représenteront jamais les intérêts bretons.

©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. (voir le site) et (voir le site)

Vos commentaires :

Jorj Treger
Jeudi 16 janvier 2020

L'idée de l'union ou du front Breton fait de plus en plus l'unanimité au sein de la base, est ce enfin la fin de la naïveté des Bretons?

Aux dirigeants de mettre leurs égaux de coté, de montrer l'exemple et d'entrer dans l'Histoire.

Reste à gérer les diviseurs.

Edouard BENSOUSAN
Vendredi 17 janvier 2020

Il est temps ! mais vaut mieux tard que jamais !

J'ai du mal à y croire quand on voit le vote des Bretons !

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.