photo 1
Les couleurs du Comité Anne de Bretagne 2014 dont MAB est membre fondateur...
photo 2
Le sculpteur Marc Simon devant le bloc à sculpter... ( du Lanhélin, granit le plus dur de Bretagne !).
photo 3
Un croquis rapide du projet de Marc Simon, qui fait sortir Anne du menhir...
photo 4
Essai de visage en modelage terre, par Marc Simon.
photo 5
Une peinture de Marc Simon qui a été tirée en timbre postal, et qui servira de base (libre adaptation) à une des 4 sérigraphies de la souscription.
photo 6
Un dessin de Marc Simon qui a été tiré en timbre postal, et qui servira de base (libre adaptation) à une des 4 sérigraphies de la souscription.
photo 7
Une peinture de Marc Simon qui a été tirée en timbre postal, et qui servira de base (libre adaptation) à une des 4 sérigraphies de la souscription.

Invité par l'association MAB, Musée Archipel Breton, membre fondateur du Comité Anne de Bretagne 2014, le sculpteur Marc Simon va venir sur le terrain de Koad Sav Pell, sur la Lande de la Rencontre, sculpter un des menhirs érigés sur l'épicentre de la bataille de Saint-Aubin du Cormier à l'effigie de notre Duchesse Anne.

Anne avait onze ans au moment de cette funeste bataille, et son père allait bientôt mourir de chagrin, la laissant orpheline et seule face à son destin, à une armée française d'annexion, et à un roi Charles VIII avide de l'épouser afin de mettre la main sur son opulent duché. L'histoire d'Anne et de cette bataille sont intimement liées, car de Duchesse à l'avenir radieux, la défaite bretonne du 28 juillet 1488 allait jeter dans la tourmente de la résistance cette enfant de caractère mais si fragile face aux convoitises politiques de l'époque.

Parmi les nombreux menhirs déjà alignés sur la lande d'Uzel, symbolisant les troupes bretonnes et alliées où elles se trouvaient juste avant le début de la bataille, Marc Simon a choisi le menhir d'où la figure d'Anne va émerger en première sculpture d'histoire, d'une longue suite de personnages de Bretagne à venir, prémices d'un parc de sculptures-mémorial.

À la fois peintre, graphiste, modeleur et sculpteur, Marc Simon a déjà réalisé de nombreux travaux d'approches en différentes techniques, de l'oeuvre à réaliser où il va prendre le parti de représenter Anne en majesté, nourrie de ses racines et de son histoire, porteuse de l'image de son peuple, de son pays et territoire, de sa nation. Belle gageure qui donne encore plus de poids à cette création, en ce lieu historique.

Il a présenté toute sa démarche préparatoire, en exposition murale, lors du repas médiéval du 25 janvier 2014 de Gosné, suivi d'un fest-noz, organisé pour honorer le jour de la naissance d'Anne, l'année même du 500e anniversaire de sa mort. Nous redonnerons cette présentation sous format PDF à la fin de l’article sur le site de MAB : (voir le site)

Pour réaliser cette oeuvre en mémoire d'Anne de Bretagne, sur le champ de bataille de Saint-Aubin du Cormier, l'association MAB - qui n'est pas subventionnée comme de façon générale toutes les associations bretonnes militantes de mémoire et d'histoire - doit réunir la somme de trois mille euros. Pour se faire nous lançons une souscription sur le site spécialisé Kiss Kiss Bank Bank (cf plus bas).

Chaque souscripteur recevra selon la hauteur de son don, de nombreux produits dérivés (affiches, livres, timbres originaux, sacs imprimés du drapeau de MAB, bannières d'Anne, etc.) dont quatre sérigraphies artisanales et originales de 50 cm par 40, en cours de réalisation, chacune signée et numérotée de 1 à 37, l'âge d'Anne à sa mort. Chaque souscripteur recevra ses objets le jour du vernissage de la sculpture, dont la date reste à définir, ou par envoi postal en cas d'absence.

D'avance nous vous remercions de l'attention que vous apporterez à ce projet mémoriel, et surtout de votre volonté d'y apporter votre concours. L'histoire de la Bretagne n'est pas lettre morte, elle vit encore en nous et nous allons la faire apparaître ensemble. Trugarez vraz d'an holl.

Le site artistique de Marc Simon : (voir le site)

Le site de la souscription KissKissBankBank : (voir le site)

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1100 lectures.
mailbox imprimer

En 2000-2001, notre collectif de défense s'est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord / nord-est du champ de l'importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d'indépendance de la Bretagne. Là reposent environ 8.000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Flamands, Suisses, Espagnols, Basques, Napolitains, Gascons et de nombreux Bretons…. Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n'est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne.
Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'oubli sur notre histoire plus que millénaire, nous voudri

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 4 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.