Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Lettre ouverte -
Alan Stivell écrit à la Commissaire européenne de la politique régionale
Danuta Hübner, Commissaire européenne en charge de la politique régionale, a lancé en Europe le débat sur la cohésion territoriale, le 6 octobre dernier. Cette consultation se clôt le 28 février 2009. L'artiste breton Alan Stivell, de renommée internationale, nous a fait copie de la lettre qu'il vient d'envoyer à Madame Hübner
Philippe Argouarch pour ABP le 6/12/08 12:37

Danuta Hübner Commissaire européenne en charge de la politique régionale a lancé en Europe le débat sur la cohésion territoriale le 6 octobre dernier. Cette consultation se clôt le 28 février 2009. ( voir l'article ). L'artiste breton Alan Stivell, de renommée internationale, nous a fait copie de la lettre qu'il vient d'envoyer à madame Hübner :

À madame Danuta Hübner
Commissaire européenne en charge de la politique régionale

Bonjour,

L'Europe doit protéger la Bretagne et les Bretons des diverses agressions à leur encontre, perpétrées par une République française qui exerce encore un certain "droit" de vie ou de mort sur des entités ne lui appartenant pas corps et âmes.

Il va de soi que la Bretagne doit pouvoir se hisser aux normes européennes en matière d'autonomie administrative, politique, économique, juridique, culturelle. En effet, le peuple breton a besoin, pour survivre et développer sa personnalité et ses potentiels, d'un statut particulier comparable à l'Écosse ou la Catalogne-sud, être d'ailleurs reconnu en tant que peuple, et ne peut se contenter des pouvoirs et moyens régionaux actuels. Il semble qu'aujourd'hui la majorité des Bretons souhaite au moins une "régionalisation" plus poussée, tels les lander allemands. L'Europe doit le faire comprendre à la France de manière ferme.

Cette Bretagne doit bien sûr retrouver le Pays Nantais, enlevé par l'État vichyste.

À l'intérieur de la Bretagne, les départements n'ont absolument aucun sens, si ce n'est une certaine habitude. Un exemple : les parties celtophones des Côtes-d'Armor et du Morbihan sont naturellement (et pas seulement linguistiquement) plus proches du Finistère que du reste du département, même si l'existence même de ces départements oblige les citoyens à s'habituer à cette réalité artificielle imposée.

À ce sujet, demander leurs avis aux Conseillers généraux élus à ce niveau n'est-il pas surréaliste ? Ces départements sont de taille inadaptée, trop près de la dimension régionale, et pas assez en proximité. Ce sont bel et bien les "pays" traditionnels, ayant une réalité humaine, historique, culturelle et économique, autre que simplement administrative, qui doivent être l'autre circonscription de demain. La vingtaine de pays en Bretagne est peut-être un tout petit peu beaucoup, il faudrait peut-être réduire à 12 ou 15.

Malheureusement, ce n'est pas l'ignorance quasi totale de la majorité des Bretons pour leurs propres réalités historiques et autres qui peut leur permettre une vision objective. S'ils devaient s'exprimer sur ce sujet, il faudrait auparavant une longue période d'information libre (qui d'ailleurs ne pourrait jamais rétablir totalement un équilibre tellement défait par l'enseignement dirigé par Paris). Une consultation devrait d'ailleurs être surveillée par des instances européennes et internationales quant à leur bon déroulement.

Très cordialement,
Alan STIVELL

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2798 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 2 commentaires
PRIGENT Michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Excellente analyse et propositions d'Alan Stivell qui a parfaitement compris que l'appui voire la contrainte de l'Europe est indispensable pour réformer notre "décentralisation à la Française" bloquée, cadenassée, momifiée par les intérèts électoraux des hommes politiques.
(0) 

Herve Le Gwenn Le Mardi 31 août 2010 23:27
Tout à fait d'accord. La majorité du peuple breton vit dans l'ignorance totale de son histoire. Une histoire pourtant plus ancienne que celle de l'état français. Tout le travail des partis politiques bretons, des intellectuels bretons, des acteurs des cultures bretonnes (dont Alan Stivell) est de faire prendre conscience aux bretons que la Bretagne, leur pays, est une nation à part entière. Une nation actuellement bridée par l'état le plus centralisateur du monde. Bretons soyez fiers de votre histoire, de votre langue et de l'énorme potentialité de votre peuple.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons