Aita o c'hwitellat dirak dilennidi Plouaret
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 5/11/14 11:56 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ur wech c'hoazh n'eo ket bet doujet ouzh gwirioù ar yezhoù bihan, ur wech c'hoazh eo bouzar ar SNCF

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Dindan huchadennoù ha taolioù c'hwitell e oa bet digoret ti gar nevez Plouared. Ha paket pevar stourmer peder eurvezh gant ar polis e "garde à vue".

Kenderc'hel a ra o stourm, koulskoude. Poent eo d'ar SNCF doujañ ouzh goulenn an dud : komz o yezh, ha kaout anezhi skrivet en holl lec'hioù foran evel e Katalunia, Kembre, Iwerzhon, Kebeg...

Evit sellout ouzh ar video, filmet gant Gireg Konan :

(voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 1 commentaires
  Yann LeBleiz
  le Vendredi 7 novembre 2014 12:13
Maintenant, les élus se mettent à parler breton, le responsable SNCF évoque le bilinguisme partout en Bretagne de concert avec le Responsable du CR...
Donc, il y a un mieux, le discours est là, reste les actes!
On disait que le bilinguisme coute cher, visiblement le jacobinisme encore plus.
C'est quand même du grand n'importe quoi de gâcher l'argent publique pour rénover une gare en monolingue français au nom de l' "une et indivisible république", puis face à la pression de la population prétexter un "retard" et devoir tout refaire en Bilingue.
Tout le monde sait que les demandes pour la gare de Plouaret date depuis de nombreuses années!
Les Elus devraient payer de leur poche, cet argent gâché au nom de l'idéologie jacobine!
Car cet argent, ce n'est pas le leur! C'est celui des citoyens!
Si une évolution se fait sur le bilinguisme, que l'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas grâce à ces Elus qui nous parlent de la Bretagne comme pour nous endormir!
Sans l'action d'AI'TA, les élus n'auraient jamais pris la moindre initiative!
D'ailleurs, ils n'ont pas hésiter à demander aux gendarmes d'intervenir, car la manifestation leur revoyait visiblement le reflet de leur culpabilité!
Il faut quand même beaucoup d'humour pour évoquer les anciens résistants, et de demander aux Gendarmes d'arrêter les résistants d'aujourd'hui avant de passer au buffet!
Combien de jeunes devront encore se faire arrêter pour que les choses changent en Bretagne?
Car derrière le respect de la langue, il y a celui de la culture, du territoire, de l'économie, de la formation, de l'emploi!!!
Oui, combien de jeunes, les élus demanderont aux gendarmes d'arrêter avant que les mots "respect" et "liberté" parviennent en Bretagne?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.