-- Europe --

Catalogne, la guerre des mots : un Envoyé spécial un peu spécial ?

Lettre ouverte de Kerne Multimédia (porte parole Fanny Chauffin) publié le 12/12/17 21:20

Après 40 000 manifestants à Bruxelles, voici une nouvelle étape : la contre information médiatique
Après 40 000 manifestants à Bruxelles, voici une nouvelle étape : la contre information médiatique

Étrange, cette émission d'Envoyé spécial où l'on dit «Imaginez qu'en Bretagne, la plupart des cours soit en breton et une poignée d'heures seulement en français»

Il est intéressant de regarder ce reportage qui montre un point de vue encore très franco-centré, ignorant les enseignements immersifs en breton, basque, catalan, occitan. Les journalistes sont visiblement peu informés des résultats exceptionnels des écoles catalane et immersives en général. Les tests sont formels : les enfants scolarisés dans les filières immersives parlent espagnol, français, anglais au Pays de Galles... aussi bien que leurs homologues monolingues.

Quant aux manuels scolaires, on peut sourire aussi quand on voit le nationalisme français des manuels de collèges. Le «vieux français» n'est en fait que l'occitan des troubadours ou le picard de Chrétien de Troyes dans les romans de la Table ronde et il n'est jamais cité. Les auteurs de manuels ignorent royalement les travaux des linguistes et sociolinguistes depuis quarante ans qui ont démontré que le mot «patois» ne représentait pas les langues de France. A quoi sert d'avoir une Délégation aux langues de France si c'est pour continuer dans la glottophobie et la discrimination linguistique ?

Remettre en cause une politique éducative concertée, immersive, qui réussit, qui donne aux enfants de toutes origines un multilinguisme efficace, est curieux quand on voit qu'en France, la faible maîtrise des langues (et chez les Espagnols monolingues aussi) est comme le dit Giordan, un «handicap national» .

(voir le site)

Cet article a fait l'objet de 1207 lectures.
mailbox imprimer