Ai'ta : Le droit de parler notre langue dans tous les aspects du quotidien est plus important que la loi

-- Langues de Bretagne --

Dépêche
Par Philippe Argouarch

Publié le 25/05/15 9:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On entendait que du breton ce weekend dans le charmant petit bourg de Trémargat en Centre-Bretagne à l'occasion du dixième anniversaire d'Ait'a, le collectif le plus vocal et le plus présent, en ce qui concerne la défense de la langue bretonne. A l'occasion Ai'ta a relancé la fête de la langue bretonne, une réunion festive qui aura lieu à nouveau tous les ans.

Dans une interview vidéo ABP exclusive, Dewi Sibéril et Ronan Kerbiquet ont présenté les trois directions du mouvement :

La désobéissance civile

Le collectif créé en 2005 continuera à utiliser la désobéissance civile et la non violence lors d'actions ponctuelles et ciblées afin de dénoncer les discriminations à l'égard du brezhoneg en particulier dans les lieux publics. «Le droit de parler notre langue dans tous les aspects du quotidien est plus important que la loi» a réaffirmé Dewi.

Des services pour ceux qui veulent avancer

Créé en 2013, l'association Mignoded Ai'ta ! a pour but d'aller plus loin dans la promotion de la langue bretonne en offrant des prestations gratuites ou tarifées (formations, conseils, traductions) à la fois vers les services publics et le privé. «Faire des choses par nous-mêmes» a déclaré Ronan. Des emplois pourront être créés. (voir le site) pour aider et faire un don en ligne.

Un lobby pour la promotion du breton

Ait'a entend aussi entrer dans la machinerie politique républicaine en organisant un lobby dédié entièrement au service de la promotion du breton. Le lobby sera en particulier présent lors des prochaines élections régionales.

Voir aussi :
mailbox imprimer