Agissons contre la pénurie de logements en Bretagne !

-- Société --

Communiqué de presse de UDB
Porte-parole:

Publié le 21/09/21 4:28 -- mis à jour le 21/09/21 04:28

L’UDB réclame l’extension de la réglementation “zone tendue” à toutes les communes qui en feraient la demande.

La rentrée est douloureuse dans nombre de villes de Bretagne où les étudiants peinent à se loger. Les difficultés touchent même des villes moyennes et petites qui n’étaient pas connues pour subir une tension particulière sur le marché de l’immobilier. Ces épreuves pour les étudiants s’ajoutent aux difficultés déjà connues pour les salariés. La pénurie de logements disponibles entrave gravement la mobilité et les recrutements.

Les causes de cette crise sont connues : en plus de la croissance démographique, la Bretagne est touchée massivement par l’achat de résidences secondaires (qui représentaient déjà avant la crise COVID près de 13 % des logements) et par la multiplication des locations touristiques de courte durée. Dans un contexte de pénurie, il importe de privilégier le logement principal pour un bon accueil de toutes et tous.

Les communes classées en “zone tendue” disposent de quelques leviers pour défendre le droit au logement, en encadrant les loyers, en surtaxant les résidences secondaires et les logements vacants, ou encore en réglementant les locations touristiques de courte durée. Mais seule une minorité de communes à accès à ces moyens fiscaux et réglementaires aujourd’hui en Bretagne. Pour répondre à l’urgence, l’UDB revendique l’extension de la réglementation “zone tendue” à toutes les communes qui en feraient la demande, tant les difficultés de logement touchent aujourd’hui des territoires de toute sorte en Bretagne. L’UDB va écrire en ce sens à la ministre du Logement, Madame Emmanuelle Wargon, et aux parlementaires des cinq départements bretons.

Ces dispositifs devraient permettre d’atténuer dans un premier temps la violence de la crise du logement, avant de construire et de mettre en place des solutions plus ambitieuses.

Lydie Massard – Porte-parole de l’UDB

Voir aussi :
tags : UDB,,
mailbox imprimer
Vos 5 commentaires
Busson jean louis
Mardi 21 septembre 2021

Une seule solutions le squat ! Organisons le squat à grande échelle des résidences secondaires par les travailleurs bretons chassés des côtes et descente ville.

Frank
Mercredi 22 septembre 2021

Dans les cinq départements bretons ?
Mais pourquoi soutenez-vous la politique du PS à Nantes et Saint-Nazaire? Les élus font des pieds et des mains pour attirer de nouveaux habitants en vantant - en particulier -leur côte Atlantique pour les fins de semaine. De plus ils plébiscitent le airbnb
Nantes-Métropole tient à construire 6 000 logements par an dans le but d' accueillir de nouveaux habitants.
Evidemment cela rapporte et le PS peut, dans le site remarquable du sillon de Bretagne à Nantes, proposer un arbre aux Hérons, tout en métal, dit "culturel". P Orifice clame : il coûte cher mais il rapportera plus. Et le mot Bretagne est effacé. Perdre son âme.....
A part quelques petites réussites, Nantes est défigurée...Et les élus de s'étonner de la circulation de plus en plus difficile, de l'augmentation de la chaleur entre certains immeubles.

TY JEAN
Vendredi 24 septembre 2021

Logements en 2018 pour la Bretagne:
source : adeupa-agence urbanisme de Brest-Bretagne
245 000 résidences secondaires
8000 personnes sans-abri
+40°/° de logements
population +18°/°
suite à ce covid,en 2021 80°/° des cadres veulent fuir la région parisienne et acheter par exemple en Bretagne de préférence maison avec jardin.Ce qui n'est plus à la portée de bien des bretons,y compris
pour du locatif.Comment peut-on continuer à privilégier l'arrivée de ces nouveaux habitants sans se soucier des difficultés des bretons qui doivent résider de plus en plus loin du lieu de travail sans compter le temps passé dans les bouchons sur les routes?
" Il faudrait construire les villes à la campagne,l'air y est plus sain" disait Aphonse Allais,l'ennui
c'est que nos villes bretonnes deviennent de moins en moins vivables: trop chères trop bétonnées.
la nature,le tissu du vivant disparaissent dans ces villes comme dans la campagne.

TY JEAN
Samedi 25 septembre 2021

Les pourcentages indiqués ci-dessus concernent l'évolution sur 25 ans
comment se fait-il qu'il y a plus de logements que d'habitants ?

Erwan
Dimanche 26 septembre 2021

Comment les élus nantais ont fait et font.
« l'on peut être au bureau le matin et à la plage le soir », vante la plaquette promotionnelle de « la deuxième ville française la plus accueillante pour les expatriés ». L'opération séduction est en marche.
« On a fait venir des collaborateurs d'Espagne, d'Angleterre, d'Allemagne... et des expatriés, issus de grands groupes comme Google, Facebook... habitués aux grandes métropoles et qu'il a fallu convaincre de venir à Nantes.
(voir le site)

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.