Agence Bretagne Presse existe depuis neuf ans

-- Media et Internet --

Aujourd'hui 13 octobre, c'est le neuvième anniversaire de l'Agence Bretagne Presse jour pour jour. (voir le site) du premier article qui fut publié le 13 octobre 2003.

Nous avons publié 23 745 textes dont 10 286 communiqués de la société civile, 5 000 articles ou dépêches ABP, plus de 800 présentations de livres, 500 reportages et enquêtes, 366 lettres ouvertes et 1 440 vidéos. Tous ces articles, y compris les 25 000 photos et 1 440 vidéos, sont toujours disponibles sur le site et sont devenus en quelque sorte la mémoire collective du combat breton de ces neuf dernières années. Nous avons de 2700 à 3 000 visites par jour pour ABP, plus 900 pour ABP-TV, soit 3700 gloabale en moyenne. Les 6 dernières années, plus de deux millions de personnes distinctes ont découvert l'Agence Bretagne Presse. Des livres et des journaux, voire France 3, ont commencé à nous citer et merci à Google actualités de nous faire confiance depuis le début !

En neuf ans, grâce à une ligne éditoriale stricte, nous n'avons eu qu'un procès en diffamation, que nous avons d'ailleurs gagné. Un autre devrait avoir lieu en 2013 qui s'annonce gagnable. En France, vous pouvez insulter un milliard de musulmans, traîner Mahomet dans la boue, traiter les prêtres catholiques de ploucs ou insulter les Bretons comme l'a fait Jacky Berroyer en 2006, mais écrivez que votre voisin est un facho ou un nazi et vous vous retrouvez au tribunal. ABP en a fait l'expérience quand un élu UDB a écrit que le fondateur du Parti des Travailleurs était un social-nationaliste ! Le procès que nous avons gagné a quand même coûté 4 000 euros et d'ailleurs merci à Skoazell Vreizh de nous avoir aidés. Sans eux nous aurions sans doute disparu. C'est probablement ce que voulaient le PT et ses alliés en Bretagne. La diffamation étant aussi un moyen de faire disparaitre des petits médias gênants d'une façon anodine. Dans d'autres pays on vous met juste une balle dans la tête dans la cage d'escalier et puis on n'en parle plus. Heureusement pour nous, nous vivons dans un État un peu plus civilisé et la répression ou le contrôle sont bien plus sophistiqués. Et surtout, la presse libre a ici une longue tradition. Le premier journal au monde Relation aller Fürnemmen und gedenckwürdigen Historien a été créé en Alsace, à Strasbourg en 1605, il y a plus de 400 ans.

La presse c'est comme la politique, plus vous en faites, plus vous avez d'ennemis. Certes, nous avons beaucoup d'amis et nous les remercions de leur fidélité. Si de plus en plus de Bretonnes et des Bretons nous soutiennent fidèlement, d'autres nous attaquent, incapables de voir l'intérêt pour la Bretagne d'avoir des médias indépendants, alors que nous n'avons même pas une chaîne de télévision à nous, ou un vrai quotidien breton diffusé sur les 5 départements.

Nous existions seulement depuis trois mois que déjà un mensuel breton, par ailleurs très informatif, nous attaquait violemment dans ses colonnes. C'est vrai que les plus violentes attaques ne sont pas venues de la presse française en Bretagne, qui se contente de nous ignorer poliment, mais de confrères bretons. Quant à la presse dite « presse quotidienne régionale », en général elle nous ignore royalement même si de temps à autre, elle nous repique des trucs discrètement, le plus souvent sans nous citer.

Nous avons perdu des lecteurs ? Nous ne sommes pas là pour plaire à tous comme un candidat aux élections, ni pour vendre des abonnements comme un quotidien papier qui doit payer sa rédaction et ne pas déplaire à ses fournisseurs de publicités sous peine de disparaître. Pour nous, cela n'a aucune importance. Nous sommes libres.

ABP est un média d'information sur la Bretagne et tout ce qui s'y passe et s'y dit. Nous ne sommes pas là pour servir la soupe de tel ou tel parti ou plutôt nous les servons toutes. ABP est une réappropriation bretonne d'une partie de l'espace médiatique. L'important pour nous est de survivre en tant que média, pas d'en vivre. Continuer c'est gagner dans le contexte actuel de crise, de crise de la presse, de concurrence déloyale, d'interventions de l'État, de domination culturelle, et de lois anti-diffamatoires les plus strictes du monde démocratique. 

2012 a vu la triste disparition du mensuel Armor magazine que nous regrettons tous. Nous étions partenaires. Il y a eu aussi l'apparition d'autres médias bretons, des pure players comme 7seizh, ou Bretagne actuelle etc. Bretagne actuelle, avec qui nous avons de bonnes relations et qui a un flux ABP sur sa page, est un média de qualité sur la culture bretonne contemporaine. Nous lui souhaitons longue vie.

Que la Bretagne ait plusieurs médias indépendants, tant mieux. Mais il nous faut garder à l'esprit que le nombre de médias qu'un lecteur peut consulter tous les matins sera toujours limité au nombre de doigts de la main. Un blog est créé toutes les minutes et, d'une certaine façon, le succès de Twitter en est la conséquence : faire tout défiler sur une seule page et choisir. Il reste que Twitter et les réseaux sociaux ne sont pas des journaux en ligne. Ils n'ont ni l'archivage, ni le classement en rubriques ni la hiérarchisation de l'info. L'ordre y est purement chronologique.

Ceux qui ont cru que les sites d'information disparaîtraient au profit des réseaux sociaux se sont trompés. Les journaux en ligne ont un avenir radieux même si le business model n'est pas encore très clair. Au cours des quatre prochaines années, les journaux papiers vont perdre 25 % de leur ventes au profit des médias en ligne, a écrit le journal Les Échos. Les lecteurs surfent les sites internet diffusés sur l'iphone, sur des tablettes ou sur leur ordinateur. Ils achèteront de moins en moins de journaux et ce seront des ressources en moins pour «l'autre presse». Certes la presse quotidienne continue à être subventionnée en France, car le «changement», ce n'est pas maintenant pour cette niche fiscale de près d'un milliard d'euros. Nous sommes cependant confiants : tôt ou tard, l'Europe ou le FMI viendra mettre son nez dans l'exception française. Emprunter de l'argent pour subventionner l'idéologie jacobine a ses limites et sera de plus en plus difficile à expliquer aux banquiers qui doivent financer le déficit de la France à raison de 700 millions par jour. Croire que ces pratiques ne seront jamais remises en cause est naïf.

Cette année a vu aussi beaucoup de changements au sein de la rédaction avec des départs et des arrivées. Après un passage à vide en février où nous n'étions plus que trois à la rédaction, l'équipe s'est petit à petit reconstruite, renforcée par un comité éditorial composé de trois journalistes professionnels. Le coeur de la rédaction se compose toujours de Fanny Chauffin, de Maryvonne Cadiou et de moi-même, rejoints depuis peu par Anne-Édith Poilvet, auxquels s'ajoute maintenant une demi-douzaine de rédacteurs et de chroniqueurs de qualité.

Le site a été attaqué plusieurs fois cette année. Un hacker avait réussi à mettre mon nom comme porte-parole sur un communiqué du parti politique Adsav publié sur ABP en 2004 mais toujours accessible. Je rappelle que je n'ai jamais fait partie de ce parti politique de près ou de loin. Des failles sur la comptabilité des hits ont été colmatées avec succès. La sécurité a été renforcée.

Le concept de creative commons a été introduit comme alternative au copyright. La hiérarchisation de l'information a été précisée en séparant l'actu de l'agenda et des chroniques. Par contre, ABP continuera à considérer les communiqués des partis et des associations comme de l'actualité en eux-mêmes.

L'agenda prend de l'importance. Les vidéos s'améliorent. De nouvelles rubriques, de nouvelles villes ont été ajoutées aux menus. Un calendrier a été adjoint de même que le saint breton du jour.  On nous le dit souvent : « Sur ABP les choses sont faciles à trouver ! »

De nombreux bugs ont été réparés pour donner au site un aspect pro et original. L'ajout de commentaires a été facilité et le lecteur devient de plus en plus interactif, participant même aux précisions, voire à des corrections, à donner à certains articles ; mais trop peu de lecteurs nous font part des bugs et des erreurs et nous ne pouvons qu'encourager les feedbacks. Comme je l'écrivais en octobre 2003, « ABP est votre média ». ABP est le média de tous les Bretons.

Qui sont nos lecteurs ? Quel âge ont-ils ? L'enquête reste à faire. En attendant, la rédaction se pose des questions quant au futur... ABP doit-elle continuer à faire des reportages souvent très coûteux en temps et en carburant, voire en montage ? Ou doit-on se contenter d'agréger les communiqués et d'écrire des dépêches sur l'actu et l'agenda breton ? Le choix de vos lectures montre que nos reportages ne sont pas autant lus que les dépêches alors qu'ils demandent bien plus d'investissement.

N'hésitez pas à nous répondre et nous faire part de vos commentaires, voire de vos suggestions.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1007 lectures.
mailbox imprimer
logo
philippe argouarch est un reporter multi-média abp pour la cornouaille. il a lancé abp en octobre 2003. auparavant il a été le webmaster de l'international herald tribune à paris et avant ça, un des trois webmasters de la wells fargo bank à san francisco. il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de stanford. (voir le site) et (voir le site)

Vos commentaires :

Yann LeBleiz
Dimanche 14 octobre 2012

@ ABP

La moyenne des visites journalière reste basse.

Oui, il faut se poser la question!

Je pense que les reportagnes sont importants, reste à savoir si le sujet de ces reportagne est pertinant!

Personnellement, je trouve qu'il existe un manque :

1) d'information économique (voir l'exellent article de cette semaine dans le magazine TREGOR sur le développement d'une filière de valorisation des algues vertes face à la frilosité des élus qui attendent le feu "vert" de l'Etat...!)

2) d'information institutionnelle (qu'est-ce qui se passe au CR B4 et dans les 5 CG de Bretagne?)

Ne pourrait-il pas y avoir une coopération avec certains médias bretons de qualité! Voir la création d'un Label "média breton" qui permettrait aux médias bretons de coopérer ensemble même s'ils sont concurrents à la manière de "Produit en Bretagne"!

De plus, et il faut le reconnaître, ABP reste un média militants vers les militants, et n'arrivent pas, tout comme les partis politiques, à percer vers la population.

Pour moi, la raison est identique, c'est paradoxalement le manque d'information : Je le constate tous les jours, la très grande majorité des personnes n'ont jamais entendu parler d'ABP!

(en espérant que cette petite réflexion puisse vous être utile!)

Bravo à ABP pour ses 9 ans!

Martine Le Bihan
Dimanche 14 octobre 2012

Bravo pour ce que vous faites et votre esprit entreprenant. Je me permets juste une petite désintox sur un chiffre qui semble arrangeant : "3 700 visites par jour en moyenne". Vous avez eu 4 475 000 visites en 6 ans (6x365 = 2190 j). Si on divise, on se dit que vous avez sacrément gonflé votre "moyenne" :)

P. Argouarch
Dimanche 14 octobre 2012

@ Martine: Non pas du tout. Vous comparez deux paramètres differents, les visiteurs uniques : 2 millions en 6 ans et les visites : 3700 par jour avec abp-tv. Un visiteur peut visister le site plusieurs fois par jour. D'ailleurs le graphe google analytics montre bien la moyenne vers les 3000 visites par jour. Tous ces chiffres sont tirés du graphe. Cliquez dessus !

P. Argouarch
Dimanche 14 octobre 2012

@yann Le Bleiz

Merci de votre commentaire. En ce qui concerne l\'économie, vous avez raison mais je note que nos lecteurs y ont un intérêt moyen. Prennons le reportage que j\'ai fait sur l\'éolien offshore à l\'occasion de la sea tech week la semaine dernière. Les deux projets de Saint-Brieuc et Saint- Nazaire représentent sans doute à eux deux 3 milliards d\'euros d\'investissement, des milliers d\\\'emplois, voire une nouvelle industrie. C \'est sans doute le plus gros investissement en Bretagne depuis la 4 voies. En pleine desindustrialisation, c'est un évènement capital. J'ai fait deux virées à Brest, 3 videos, déjeuné avec des ingénieurs de STX, passé plusieurs heures de recherche sur ce qui se passait ailleurs, en GB par exemple,puis écrit un article de deux pages de synthèse sur l'éolien breton. Total : à peine 400 lectures ! ABB vient d' inventer un nouveau concept, un coefficient de rentabilité qui serait le nombre d'heures passées sur un sujet, divisé par le nombre de lectures. Au dessous d\'un certain seuil de rentabilité, ce genre de sujets serait abandonné. Ce que nos lecteurs lisent en priorité ce sont les denières péripéties de la réunification, des classes bilingues et les décès de militants connus, plus des sujets bretons qui passent aussi dans la presse nationale. Certes la réunification est un sujet important mais une Bretagne réunifiée où les Bretons n\\\'auraient plus que le tourisme deux mois pas an pour faire vivre une economie, vous en voulez ?

Quant au paradoxe de votre (2) j'en suis aussi conscient. Si au début ABP pouvait être perçue comme une initiative originale digne de la curiosité des internautes, elle est aujourd\'hui perdue dans la masse immense des sites bretons, des blogs et des réseaux sociaux . Seul un contenu exceptionnel et unique pourrait nous faire sortit du lot mais nous n\'avons certainement pas les moyens, sans parler des risques à prendre, pour sortir des investigations uniques genre Mediapart. D\'autrepart, l\'actualité n\'est qu\'une partie du problème. Le manque d\'information en Bretagne porte principalement sur l\'histoire de Bretagne qui est une clé essentielle de l\'identité. A ce sujet l\'introduction de chroniques sur ABP est une tentative d'ouverture vers un autre type d\'information. Ce qui est certain, c\'est que ABP a des limites de plus en plus evidentes. Rien ne pourra remplacer une vraie télévision bretonne, gèrée en Bretagne par des Bretons pour les Bretons.

Kerphil.35
Lundi 15 octobre 2012

Bonjour.

Bon anniversaire.

Pouvez-vous indiquer où trouver l\'article faisant référence à l\'affirmation d\'un élu UDB sur le fondateur du PT.

Cordialement.

Yann LeBleiz
Lundi 15 octobre 2012

@ P. Argouarch

Pour le reportage sur l'éolien, sujet qui m'intéresse vraiment, j'avoue n'avoir pas trouvé le temps de visionner les vidéos ni même de lire l'ensemble du texte.

Je pense que ce qui fait l'intérêt pour un lecteur d'un tel sujet est prioritairement la capacité à avoir accès aux éléments clés. Mais, synthétiser est un travail énorme!

La plus part des militants, ou sympathisants, bretons actuels sont traditionnellement des gens plus portés sur la culture que sur l'économie. En ça, ils suivent un phénomène d'endormissement issu des médias français!

Donc, il faut trouver le moyen de faire prendre conscience de notre économie et de son importance, pour ne pas finir comme une réserve d'indien (alcool et tourisme)!

Hors, la Bretagne a des ressources économiques impressionnantes pour une soit-disante "région française", mais pour la mojorité des gens c'est la grande inconnu sorti de l'agroalimentaire (et des images d'épinal collé aux bretons)!

Exemple important : La sortie d'un paquebot de STX et c'est la une des journaux, un nouveau reccord dans les livraisons des éléments d'A-380 et pas une ligne (je ne limite pas l'exemple à ABP)!

Par exemple, sauf erreur, il n'y a que Breizhlog qui a évoqué la monnaie nantaise!

Pour la TV bretonne, oui, c'est l'élément manquant. Il faut en priorité une TV francophone MAIS géré uniquement par des bretons en Bretagne et sans lien avec le politique actuel (d'obédiance jacobine).

On le voit, nous ne sommes pas prêt d'avoir une liberté de l'information!

ABP ne peut-elle pas introduire un peu de publicit pour vous aider à booster votre capacité financière et donc votre force journalistique?

=> Que pensez-vous de l'idée d'une association des médias libres bretons, pour rassembler vos forces et donc votre capacité à produire de l'information?

Une forme de cluster de l'information!

Je pense à ABP, 7Seizh, Bretagne Actuelle, Breizhlog, le Flochintonpost, etc,...

Bon courage et merci pour votre travail!

P. Argouarch
Lundi 15 octobre 2012
Silviane Le Menn
Lundi 15 octobre 2012

Un grand bravo pour cet article extra lucide et pour ABP, ton média breton indépendant.

Depuis plusieurs années, j'avais "VU" et "PRÉVU" la diminution voire la disparition des journaux "papier", on ne me croyais pas... pourtant c'est totalement dans la logique du temps...

Bonne continuation.

Bon courage et @ +

SPERED DIEUB
Lundi 15 octobre 2012

Comme quoi il n\'y a pas que du mauvais à l udb tout comme il n\'y a pas que du bon non plus dans les autres partis bretons .Tout çà pour dire que les confrontations entre partis bretons sont stériles contre productives et brouille l\'image de la revendication bretonne auprès du breton moyen .Et si chacun balayait un peu devant sa porte ???

eugène Le Tollec
Lundi 15 octobre 2012

P. Argouarch

Une toute petite idée pour ABP

Faire des communiqués avec pièces jointes en "pdf"

sur l'économie bretonne, l'innovation bretonne ,les sociétés bretonnes (intervew - les dévelopements- etc).

Mettre ,aussi des reportages (sous "vlc",autres)

une dernière suggestion ,une rubrique "contact"via ABP.

La vie des bretons du Monde!

salutations et bravo pour la travail "ABP"

JIPE 44
Lundi 15 octobre 2012

Vos reportages sur les énergies alternatives ( éolien notamment ) sont suivies par des professionnels qui les trouvent intéressants à titre de veille médias locales.

C'est également le moyen de faire pénétrer ABP dans le milieu économique.

Continuez à cibler vos reportages, n'en déplaise aux pisse-vinaigre.

deiz ha bloaz laouenn !

DK6
Lundi 15 octobre 2012

@Le Tollec

pouvez vous expliquer

\"Mettre ,aussi des reportages (sous «vlc»,autres) une dernière suggestion ,une rubrique «contact»via ABP.

Gwenaëlle Langevin
Lundi 15 octobre 2012

Je suis pour ma part d\'accord avec ce que propose Y. LeBleiz, il faudrait en effet se rapprocher de certaines réalités locales (même si pour en être je doute que les différents CGs puissent beaucoup nous apporter en matière de défense de la culture bretonne). Deiz-ha-blez laouen ABP !

Maryvonne Cadiou
Lundi 15 octobre 2012

@ Yann Le Bleiz (premier commentaire)

Votre demande (qu'est-ce qui se passe au CR B4 et dans les 5 CG de Bretagne?) est satisfaite pour le CG44.

ABP a une personne inscrite sur la liste de presse du CG 44. Elle met en ligne ce qui lui semble important pour la Bretagne, texte et PDF.

MAIS ABP manque d’un correspondant dans chaque autre département breton pour faire la même chose. Avis aux bonnes volontés !

Quant au CRB4, le ramassage automatique était insatisfaisant (pour ne pas dire une cata !). Il a été supprimé... en attendant aussi un correspondant qui le mettrait en ligne sur ABP manuellement : texte extrait du PDF et PDF. À nouveau : Avis aux Bretons ! Merci.

eugène Le Tollec
Lundi 15 octobre 2012

DK6

vlc ,car beaucoup de petits films sont sous ce sigle du moins ,j'en reçois pas mal en pièce jointe(reportages,etc) ,mais ABP a d'autres possibilités,voir les vidéos jointes en support d'articles

Rubrique "contact" certains commentateurs voudraient se mettre en contact avec d'autres intervenants ( même type de réflexion- même analyse politique,économique,même souci de la cause bretonne)

DK6 cela n'est pas de la bibliothèque rose!ni osée.

Comme le dit JP44,ABP est un excellent outil qui doit être lu dans les milieux autorisés économiques et politiques ainsi que chez les "ancêtres plein de hire"

Paul Chérel
Lundi 15 octobre 2012

J'ai envoyé deux fois à peu près le même message réécrit de mémoire; Aucun n'est passé. Je souhaitais un bon anniversaire et une longue vie à ABP mais signalais que Dihunomp n'était pas nommé dans la presse bretonne. Dihunomp fête ses 5 ans. Si j'interviens à nouveau, c'est après avoir lu tous les commentaires. Il me semble que Dihunomp est le seul à avoir des rubriques "Economie" qui, en plus, ont l'avantage de ne pas s'inscrire dans la "pensée unique" des autres media, français et bretons. Peur-être est-ce la raison pour laquelle mes messages ne passent pas. Si ce denier ne passe pas, je saurais à quoi m'en tenir. Merci pour l'attentioo. Paul Chérel. PS :pour que ABP devienne un VRAI lien entre Bretons, il faudra peut-être aussi que les intervenants abandonnent leur habitude des pseudos. Ont-ils peur de leurs opinions ?

Reun Koupa
Lundi 15 octobre 2012

deiz ha bloaz laouenn d'an ABP ha trugarez da vezañ aze evit treuskass hor sonjoù hep diffessonañ anezho

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.