AG de Bretagne Réunie: Un nouveau président pour une nouvelle stratégie
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 20/02/06 20:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L’association Bretagne réunie - CUAB s’est réunie en Assemblée générale ordinaire annuel, samedi 18 février 2006 à Pontchâteau.

À l’issue du rapport d’activités, financier, moral, d’un débat et de leur approbation, il a été procédé au renouvellement des 16 membres de la commission permanente, 4 personnes nouvelles sont venues remplacer les personnes ne se représentant pas.

Elle est constituée de Hervé Rincel, de Thierry Jolivet, de Romuald Renaud, de Pierre Even, de Stéphane Simon, de Gilbert Deshayes, de Philippe Renaud, Jean-Yves Bourriau, Jean-Paul Touzalin, Patrick Le Pennec, Stéphane Briand, Pierre-Yves Le Rhun, Michel Pannetier, Michel François, Michel Chauvin, Patrice Mérot.

En son sein, la commission permanente a élu un nouveau président : Jean-Yves Bourriau, de Sautron, près de Nantes. Membre sortant de la commission permanente de Bretagne réunie, il succède au redonnais, Emile Granville qui, pour des raisons personnelles, ne se représentait pas à la commission permanente mais continuera à apporter sa collaboration.

Jean-Yves Bourriau vient du monde des responsables économiques. Ancien cadre d’entreprise dans les transports, il a été dans ce cadre, responsable d’un syndicat professionnel, national et européen et à ce titre, rapporteur d’une commission technique à Bruxelles. Il a déclaré a ABP vouloir travailler dans 3 directions:

1) Elargir le bureau pour alléger le travail des responsables et faire entrer plus de jeunes. A ce sujet Jean-Yves Bourriau déclare vouloir s'entourer de trois vice-présidents: Yves le Rhun, la mémoire et le sage de l'association; un vice-president pour B4 (la region Bretagne) pas encore nonmé. Et un vice-prÃésident chargé de la communication. Ces changemenst organiques seront proposés lors d'une AGE dans les semaines à venir.

2) Construire une politique tournée vers l'extérieur Par extérieur Jean-Yves Bourriau veut bien sûr dire Paris et Bruxelles, une ville qu'il connait bien et où se trouvent ceux qui peuvent prendre les décisions dans un sens ou dans un autre. Il est évident pour le nouveau président que les élus de Nantes ne sont pas dans une position pour manœuvrer y compris Patrick Mareschal, le conseiller géneral de la Loire Atlantique, lui-même un des fondateurs du CUAB (aujourd'hui Bretagne Réunie). Même chose pour Rennes où les élus sont limités par leur mandat et ne peuvent qu'émettrent des voeux ou signer des chartes.

3) Organiser une pétition en Loire-Atlantique pour demander un referendum sur la réunification. Bien que la motion sur la pétition a été rejetée lors le l'AG, il semblerait que tous les arguments en faveur n'aient pas eu le temps d'être expliqués ou discutés. La pétition qui devra rassembler environ 70 000 signatures sera une première en France et aura l'avantage de renvoyer le ballon dans le camp adverse. Une modification de la constitution et les lois Raffarin donnent le droit de pétition aux citoyens.

ABP/PFA

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1397 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.