Dans un «point de vue» diffusé dans l'édition d'Ouest France du 29 juin, le maire de Carnac perd son sang froid et sa crédibilité.

Il qualifie les militants bretons de «Caliméro» (sic), de «pisse-vinaigre» (sic), de «foutaise» (sic), etc….

Assurément, la vulgarité et l'indigence intellectuelle étaient au rendez-vous dans son écrit.

Le maire de Carnac explique, sans rire, qu'être traité de mafieux est «plein d'affection» (sic) et que les Bretons sont une «mafia morale» (sic)…

Ce personnage falot nous démontre qu'il est un inculte notoire, qui ignore les indicibles souffrances et les terribles malheurs causés par le crime organisé (les mafias !) dans le monde.

On aurait espéré le lire sur des problématiques qui concernent les Bretons à Carnac. Par exemple, les prix de l'immobilier qui empêchent les Bretons de se loger à Carnac et ne laissent la place qu'à des résidences secondaires occupées par de riches parisiens. Ou encore l'appui aux associations locales, qui tentent de faire inscrire les alignements de Carnac au patrimoine mondial de l'Unesco. Et sur la nécessité de créer une politique maritime volontariste, une économie viable en lien avec la mer et une protection affirmée du littoral en Bretagne.

Manifestement, les nombreux sujets qui concernent la Bretagne et préoccupent les Bretons à Carnac ne l'intéressent pas…

S'il souhaite garder ses émoluments de maire et puisqu'il méprise le peuple Breton, cet individu pourra aller se présenter aux prochaines municipales dans le 16e arrondissement de Paris. Ce franchouillard jacobin y trouvera son électorat et s'y sentira sûrement plus à l'aise…..

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1375 lectures.
mailbox imprimer