Lancement d’une filière d’enseignement immersif en Corse

-- politique --

Communiqué de presse de François Alfonsi
Porte-parole:

Publié le 2/08/21 10:12 -- mis à jour le 02/08/21 10:14

Scola Corsa Aiò ch’hè ora !

Le lancement de la filière d’enseignement immersif Scola Corsa était une urgence véritable. Sans cet outil performant de transmission de la langue à nos enfants par l’école, tous les discours sur l’avenir de la langue corse resteraient illusoires. Il en est la condition sine qua non.

La rentrée 2021 en sera le lancement ; deux premières classes de maternelle ouvriront en septembre à Biguglia et à Bastia Toga. Puis il faudra bâtir progressivement un réseau dense d’écoles maternelles, puis des écoles primaires, puis dans le secondaire, collège puis lycée, pour pouvoir proposer cette offre éducative aux parents et aux élèves volontaires dans toute la Corse. Ceux qui entrent en maternelle cette année entreront en collège dans huit ans et passeront leur bac dans quinze ans. D’ici là, tout est à construire : enseignants à former, classes à ouvrir, écoles à bâtir, puis collèges, puis lycées. La tâche sera immense, l’entreprise est ambitieuse et le défi collectif, s’il est relevé, participera à forger le peuple corse de demain dans sa lutte pour préserver son identité, sa langue, sa culture, alors que des décennies de jacobinisme n’ont eu de cesse que de le faire disparaître.

Le « système jacobin » n’a pas désarmé, loin s’en faut. Preuve en est le sort réservé à la loi Molac par le Conseil Constitutionnel à l’instigation du Ministre de l’Education Nationale, Jean Michel Blanquer. Cette décision de censurer la loi Molac s’oppose à l’enseignement par immersion qui est le cœur même du modèle que Scola Corsa veut développer en suivant les exemples du réseau Eskolim. Autant dire que chaque étape du déploiement de ce projet de longue haleine sera l’enjeu d’un rapport de forces avec l’appareil d’Etat qui voudra freiner de toutes ses forces.

Le « mur jacobin » est bel et bien là, dressé par la nomenklatura de l’Etat français, alors même que les débats, tant au Sénat qu’à l’Assemblée Nationale, ont montré que la représentation élue du pays, et l’opinion française en général, nous sont désormais favorables.

Parmi les lignes de tension entre l’Etat et la Corse, perceptibles désormais à chaque session de l’Assemblée de Corse, la montée en puissance de notre réseau d’enseignement immersif en langue corse sera appelée à devenir un dossier phare. C’est en le menant à terme, sans faiblir, que l’on accomplira, en grande partie, la révolution démocratique de l’émancipation du peuple corse.

Pour y parvenir, les Corses devront redoubler d’engagement, y compris en termes de soutien financier, et s’engager à fond. Semu, per avà, à l’iniziu di sta « tamanta strada !

Faire un don en cliquant sur le lien ci-joint

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Membre de Femu a Corsica et préside depuis 2014 l'Alliance libre européenne (ALE). Élu une première fois député européen le 7 juin 2009, Il est de nouveau élu député européen le 26 mai 2019, sur la liste Europe Écologie Les Verts.
Vos 11 commentaires
Milena Krebs
Lundi 2 août 2021

Goruc'hemennoù deoc'h, ha kouraj vat evit mont a-enep ur Stad n'en deus ket c'hoant e vefe diorret re an hentenn dre soubidigezh ! Félicitations aux Corses qui ont enfin compris que seul l'immersion précoce pouvait conduire à des corsophones actifs ! Et bon courage !

Killian Le Treguer
Mardi 3 août 2021

Longue vie à Scola Corsa !

Michel Vernet
Mardi 3 août 2021

Monsieur,
Je me permets de vous écrire car j'ai lu avec intérêt votre article mais souhaitais cependant signaler que l'enseignement immersif est inconstitutionnel et ne peut donc avoir cours dans les écoles. En effet, dans les six écoles immersives en activité sur l'île, on ne se borne pas à enseigner la pseudo-langue corse mais cette dernière est aussi unique langue de communication à la cantine ou dans la cour de récréation (c'est d'ailleurs le propre de l'enseignement immersif). Or, cela est inconstitutionnel, comme le mentionne le point 19 de la décision du Conseil constitutionnel (« (...) l'enseignement immersif d'une langue régionale est une méthode qui ne se borne pas à enseigner cette langue mais consiste à l'utiliser comme langue principale d'enseignement et comme langue de communication au sein de l'établissement. ») :
(voir le site)
L'enseignement immersif doit donc cesser et les écoles qui l'appliquent doivent désormais adopter un enseignement paritaire, où le français est la langue d'enseignement d'au moins la moitié des matières et la langue de communication à la cantine ou dans la cour de récréation. C'est d'autant plus indiqué que la langue de la Corse n'est pas une pseudo-langue corse mais bel et bien le français, parlé en tant que langue maternelle par la quasi-totalité de la population insulaire. J'ai donc écrit il y a quelques jours à M. Blanquer afin qu'il émette avant la fin des vacances une circulaire à destination des recteurs afin que les écoles qui appliquent un enseignement immersif se mettent en conformité avec la Constitution pour la rentrée de septembre. Voir également les propos du ministre tenus le 28 mai et où ce dernier précise bien que « le français doit être présent tous les jours » :
(voir le site)

Killian Le Tréguer
Mardi 3 août 2021

"C'est d'autant plus indiqué que la langue de la Corse n'est pas une pseudo-langue corse mais bel et bien le français "
Avez-vous la situation géographique de la Corse, les noms des habitants, des lieux, connaissez-vous la culture de cette île ?
Le français a tout d'une langue coloniale. Avec des gens comme vous, l'italien, l'allemand, le catalan etc seraient des "pseudo-langues" si le cours des batailles avaient pu placer toutes ces contrées sous le joug parisien.

Kerbarh
Mardi 3 août 2021

Le commentaire de Mr Vernet ressemble étrangement à ce que l’on peut lire dans des sites ultra nationalistes espagnols qui combattent les langues basques et catalane.

PCosquer
Mercredi 4 août 2021

M Vernet....a-enep groñs ar gwir etrebroadel e ya hini amparadur bro C'Hall La constitution française s'oppose au DROIT INTERNATIONAL" C'est bête! N'est-ce pas M Vernet...! Et aujourd'hui, elle commet un crime multiplié par le nombre de langue visée... ça fait vraiment beaucoup!
Setu amañ un arroudenn eus al lezenn: « Résolution 2347, du 24 mars 2017, par le Conseil de sécurité des Nations Unies »
«La destruction délibérée du patrimoine est un acte criminel mais aussi que désormais l'atteinte délibérée et avérée à l'identité d' une population, aux témoignages de son passé, aux signes de sa civilisation constitue un acte criminel de la plus haute gravité(...) que ces crimes sont imprescriptibles...»
Avez-vous bien lu M Vernet ? Il est écrit : DE LA PLUS HAUTE GRAVITE !
Cette résolution est liée au faits de guerre et au terrorisme, c'est un fait, cependant l'esprit de la loi va dans un sens qui s'élargira probablement à toutes les atteintes qu'elles soient faits de guerre ou pas.
Sur le site de l'UNESCO on peut lire: "
La Ministre de la culture et de la communication de la France, Mme Audrey Azoulay, dont la délégation était co-auteur de la résolution aux côtés de l’Italie, a estimé que « l’acharnement délibéré contre le patrimoine de l’humanité procède d’une volonté d’anéantissement de la mémoire, de négation du passé, de spoliation de l’histoire ».« La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre – c’est devenu une tactique de guerre, dans le cadre d’une stratégie globale de nettoyage culturel », a renchéri Mme Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO".
Les lois se multiplient depuis toujours en faveur de la protection des peuples et de leurs cultures. Ce phénomène s'accentue et la résolution ci-dessus en est la preuve.
Voici donc une bonne question pour vous :
D'après-vous Mr Vernet comment ce pays skizofren qu'est la France va-t'il pouvoir s'en sortir ? En allant dans le sens de la langue unique ou en tenant compte de l'existence des 8 peuples originels qui composent l'hexagone?
Comment expliquez vous que le parlement est voté pour la loi Molac ainsi que le sénat? Comment expliquez vous qu'un seul fonctionnaire, un seul soit à l'origine de la difficulté diplomatique qui s'accroit sans cesse pour la France au regard du droit international? Comment expliquez-vous que le nationalisme français soit en échec?
Moi j'ai une réponse M Vernet: Les Français s'en foutent! Je crois qu'ils commencent à comprendre et qu'ils sont entrain de passer à autre chose...
Ma vijes sur eus an dazont ne vijes ket amañ o klask meskañ an traoù / Si vous étiez sûr de l'avenir vous ne seriez pas ici a chercher à perturber les échanges...

Jiler
Mercredi 4 août 2021

Monsieur Vernet,
Il est écrit dans la constitution que "la France est un pays décentralisé".
J'attends donc que vous protestiez aussi contre toutes les décisions du Président et des ministres qui vont dans le sens de la recentralisation.
Vous et les apparatchiks de votre genre vous êtes les dinosaures du passé: le monde change et a changé et vous vivez toujours dans votre monde révolu.

Kerbarh
Mercredi 4 août 2021

Le commentaire de Mr Vernet ressemble étrangement à ce que l’on peut lire dans des sites ultra nationalistes espagnols qui combattent les langues basques et catalane.

Paol Ar GOV
Vendredi 6 août 2021

La "" Constitution "" est un texte qui a été modifié pour protéger la langue française de son invasion par l'anglais !!! . Comment réduire l'étude de la question des langues de ce pays à un exposé de motifs aussi creux et interprétatif !!!

Ar Bisig
Vendredi 6 août 2021

Le conseil constitutionnel est un déni de démocratie dirigé par 9 vieillards non élus. De qu'elle droit censure t'ils les lois votées par Un parlement légitiment élu.ce conseil est une viellerie QUi ne préserve en rien la construction et qui nuit à notre démocratie.

Yann Menez Are
Vendredi 6 août 2021

@Michel Vernet
Cela fait 500ans que les Bretons résistent à la politique d'assimilation mise en place par l'état Français qui s'est particulièrement accélérée depuis la 3ème République.
L'inconstitutionnalité de l'enseignement immersif n’est qu'une nouvelle péripétie de cette politique.
Mai soyez sur monsieur Vernet que nous ne nous laisserons pas faire!!! Nous avons compris depuis longtemps que l’objectif ultime de l’etat Français est bien l’éradication des langues régionales, et ce en totale contradiction avec la charte européenne des langues minoritaires.
Nous répondrons présents à ce nouveau défi de l’etat Français et nous ferons valoir nos droits!

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.